Accueil / ACTUALITE / 11ème réunion du Comité technique spécialisé sur la Défense, la Sureté et la Sécurité Addis-Abeba (Ethiopie) : Le Niger propose le principe du volontariat pour constituer la Capacité de Déploiement Rapide (CDR) de l’Union Africaine

11ème réunion du Comité technique spécialisé sur la Défense, la Sureté et la Sécurité Addis-Abeba (Ethiopie) : Le Niger propose le principe du volontariat pour constituer la Capacité de Déploiement Rapide (CDR) de l’Union Africaine

Le ministre de la Défense nationale, M. Kalla Moutari a conduit la délégation nigérienne ayant pris part le 12 octobre dernier à Addis-Abeba en Ethiopie à la 11ème réunion du Comité technique spécialisé sur la Défense, la Sureté et la Sécurité. Au cours de ces assises qui regroupe les ministres en charge de la Défense et de la Sécurité des pays membres de l’Union Africaine ainsi que leurs services chargés des questions de sécurité, le ministre Kalla Moutari a dans son intervention fait part de la position du Niger sur les questions à l’ordre du jour de cette réunion qui, s’est déroulée en présence du Commissaire à la paix et à la sécurité de l’Union Africaine, l’ambassadeur Ismail Chergui.

Dans son intervention devant ses pairs, le ministre de la Défense nationale a d’abord évoqué la situation globale du continent qui dit-t-il continue d’être victime du terrorisme et de l’extrémisme violent dans plusieurs de nos sous-régions. M. Kalla Moutari a insisté sur la situation qui prévaut encore dans la région du Sahel, « nos familles continuent d’être endeuillées, au Mali, au Burkina Faso, au Tchad et au Niger, mais grâce à Dieu beaucoup moins en Mauritanie ». Aussi « c’est pour faire face à cette violence aveugle qui ne connaît pas de frontière, que nous avons créé la force conjointe du G5 Sahel(FC G5S) qui a eu la bénédiction du Conseil de Paix et de Sécurité(CPS) à travers sa résolution 679» a rappelé le ministre de la Défense.

M. Kalla Moutari s’est réjoui du fait que cette initiative sous – régionale bénéficie, très amplement, du soutien de la Commission de l’Union Africaine(CUA) à qui il a tenu à exprimer, au nom du Niger et des pays membres, ses vifs remerciement. Il a dans le même ordre exprimé les mêmes remerciements à la République du Rwanda pour son appui fraternel et généreux d’un million de dollars US au profit de la Force conjointe, demandant par la même occasion à la 11ème réunion d’en tenir compte.

Cependant, le ministre de la Défense nationale a déploré l’absence à l’échelle continentale d’une capacité d’action réactive. « Je fais ici allusion à la Capacité de Déploiement Rapide (CDR) de notre force en attente » a-t-il ajouté avant de préciser que c’est pour
pallier cette situation que nos Chefs d’État ont eu l’ingénieuse idée en 2013, de créer la Capacité Africaine de Réponse Immédiate aux Crises (CARIC) comme mécanisme temporaire, en attendant la pleine opérationnalisation de la Force Africaine en Attente (FAA). « Malheureusement, malgré la noblesse de l’idée et après Cinq (5) ans d’existence, la CARIC tarde à emporter l’adhésion de la majorité d’entre nous. Elle ne compte à ce jour que 13 nations volontaires sur les 55 États membres que nous sommes » a déploré le ministre Kalla Moutari.

Ainsi face à l’impossibilité de rendre opérationnelle la CARIC, le ministre de la Défense nationale aproposé au nom de la délégation nigérienne, de « se baser sur le concept de volontariat de la CARIC pour constituer une CDR continentale », cela sans pour autant rejeter le concept de la CARIC. « Cette option mettra ainsi fin à la forme actuelle si peu consensuelle de la CARIC et permettra de doter enfin la FAA d’une CDR efficace et réellement visible dans l’intérêt de notre collective
sécurité» a estimé M. Kalla Moutari.

À propos Administrateur

Un commentaire

  1. 😙😚 A t on dit Commission de l’Union Africaine(CUA) ??😏

    ….. Quand l’Union Africaine . Ce machin amorphe est en grosso modo financée par l’UNION EUROPÉENNE…….

    Quand des hélicoptères d’attaque français Tigre deviennent des cibles visées….. par des tirs de roquette RPG lors d’une intervention au Mali……. QUELQUE PART …. dans le SAHELISTAN comme dirait TOTO A DIT …. et aller a la ligne est ce que c’est forcé ?
    HEIN ?,😋😙

    DONC….. ces roquettes la même qui sont utilisées ….est ce les types.. sol sol ou sol air voire lance-flammes ou roquette c’est roquette. ???😎

    😀😙 A t on dit ou est il fait cas de volontariat …. POURQUOI ce ministrion ne se présente pas au front et être le premier volontaire comme il aime parler derrière micro et chambre froide 😋😂

    Si même 13 ont répondu à l’appel sur les 55 pays ….comme dit ….. est ce que être volontaire c’est forcé….?

    Et soit dit en passant ..,…. Et partageant …..

    Le 16 octobre, à l’ouest de Ndaki, localité située à 200 km environ au sud-ouest de Gao [Mali]. deux sections des Forces armées maliennes [FAMa] alors en mission de reconnaissance ont été accrochées par un important groupe armé terroriste [GAT], fort d’une cinquantaine de combattants.

    Les soldats maliens ont alors immédiatement manoeuvrer afin d’éviter d’être encerclés tandis que l’état-major de la force française Barkhane décidait l’envoi d’hélicoptères d’attaque Tigre et d’une patrouille mixte de Mirage 2000 C/D afin de fournir un appui aérien à la patrouille alors sous le feu ennemi.

    Dès leur arrivée à Ndaki, indique l’État-major des armées [EMA], les Tigre du sous-groupement aéromobile [SGAM] de Barkhane ont été accueilli par des tirs à l’arme légère mais aussi par des roquettes RPG. Les hélicoptères français ont riposté, de même que les Mirage 2000 envoyés en appui.

    À ce moment, au vu de leur détermination des terroristes, l’estimation était que la patrouille malienne venait de découvrir un important camp et/ ou que des chefs importants de la mouvance jihadiste se trouvaient parmi les assaillants.

    En début d’après-midi, la patrouille de Mirage 2000 ayant été relevée par une seconde, la force Barkhane a renforcé son dispositif à Ndaki en y déployant deux groupes de commandos de montagne. Aux côtés de leurs homologues maliens, les militaires français ont alors lancé plusieurs reconnaissance avant de prendre le contrôle du camp qui abritait le groupe terroriste, ce dernier ayant pris le parti d’abandonner le terrain, en emportant ses éventuels blessés et tués.

    Lors de l’inspection du site, le corps d’un terroriste a été découvert. De même qu’une quinzaine de motos, un pick-up et un important stock de matériel susceptible de fabriquer des engins explosifs improvisés [IED]. Le tout a été détruit le 17 octobre.

    😀😙 A t on dit ou est il fait cas de volontariat …. POURQUOI ce ministrion ne se présente pas au front et être le premier volontaire comme il aime parler derrière micro et chambre froide 😋😂
    Si même 13 ont répondu à l’appel sur les 55 pays ….comme dit ….. est ce que être volontaire c’est forcé….?
    Et soit dit en passant ..,…. Et partageant …..

    Quand des hélicoptères d’attaque français Tigre deviennent des cibles visées….. par des tirs de roquette RPG lors d’une intervention au Mali……. QUELQUE PART …. dans le SAHELISTAN comme dirait TOTO A DIT …. et aller a la ligne est ce que c’est forcé ?
    HEIN ?,😋😙

    DONC….. c’est roquette même qui est utilisée .. sol sol ou sol air voire lance-flammes ???😎
    Le 16 octobre, à l’ouest de Ndaki, localité située à 200 km environ au sud-ouest de Gao [Mali]. deux sections des Forces armées maliennes [FAMa] alors en mission de reconnaissance ont été accrochées par un important groupe armé terroriste [GAT], fort d’une cinquantaine de combattants.

    Les soldats maliens ont alors immédiatement manoeuvrer afin d’éviter d’être encerclés tandis que l’état-major de la force française Barkhane décidait l’envoi d’hélicoptères d’attaque Tigre et d’une patrouille mixte de Mirage 2000 C/D afin de fournir un appui aérien à la patrouille alors sous le feu ennemi.

    Dès leur arrivée à Ndaki, indique l’État-major des armées [EMA], les Tigre du sous-groupement aéromobile [SGAM] de Barkhane ont été accueilli par des tirs à l’arme légère mais aussi par des roquettes RPG. Les hélicoptères français ont riposté, de même que les Mirage 2000 envoyés en appui.

    À ce moment, au vu de leur détermination des terroristes, l’estimation était que la patrouille malienne venait de découvrir un important camp et/ ou que des chefs importants de la mouvance jihadiste se trouvaient parmi les assaillants.

    En début d’après-midi, la patrouille de Mirage 2000 ayant été relevée par une seconde, la force Barkhane a renforcé son dispositif à Ndaki en y déployant deux groupes de commandos de montagne. Aux côtés de leurs homologues maliens, les militaires français ont alors lancé plusieurs reconnaissance avant de prendre le contrôle du camp qui abritait le groupe terroriste, ce dernier ayant pris le parti d’abandonner le terrain, en emportant ses éventuels blessés et tués.

    Lors de l’inspection du site, le corps d’un terroriste a été découvert. De même qu’une quinzaine de motos, un pick-up et un important stock de matériel susceptible de fabriquer des engins explosifs improvisés [IED]. Le tout a été détruit le 17 octobre.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.