Accueil / ACTUALITE / 20ème anniversaire du décès de l’ancien Président Ibrahim Baré Mainassara : les qualités d’un homme exceptionnel mises en exergue…

20ème anniversaire du décès de l’ancien Président Ibrahim Baré Mainassara : les qualités d’un homme exceptionnel mises en exergue…

Il y a 20 ans de cela, le Président Ibrahim Baré Mainassara tombait sous les balles assassines de sa garde rapprochée, commandée par l’infâme Daouda Malam Wanké. A l’occasion de ce triste anniversaire, la famille Baré en collaboration avec le Réseau Panafricain pour la Paix, la Démocratie et le Développement (REPPADD), a organisé le 7 avril dernier à Niamey, une conférence publique axée sur plusieurs thèmes. Il s’agit entre autres de ’L’action du Président Baré et ses retombées, 20 après son assassinat’’ présenté par le président, Nouhou Mahamadou Arzika ; La défense des droits de l’Homme au Niger à la croisée des chemins’’ développé par Abarchi Magalma, et‘’L’exécution de l’arrêt de la Cour de Justice de la CEDEAO du 23 octobre 2015 et perspectives’’ présenté par Maitre Chaïbou Abdourahamane.

L’objectif visé à travers l’organisation d’une telle conférence publique est de rendre non seulement à rendre hommage à l’homme d’Etat que fut le Président Baré mais aussi de rappeler ses qualités exceptionnelles, visons, son amour pour son pays et son humanisme.

Dans ce cadre les différents intervenants ont rendu un hommage appuyé à Baré qui fut un visionnaire épris de paix et de justice mais surtout du développement de son pays et du continent.

Pour le président Nouhou Mahamdou Arzika, le Président Ibrahim Baré Mainassara avait des qualités morales extraordinaires notamment son humanisme, son altruisme, sa passion pour son pays et son ultra sensibilité malgré qu’il soit militaire.

Et Nouhou Arzika de rappeler la vision de ce nationaliste et panafricaniste. « Un révolutionnaire mais qui parle peu, qui traduit en acte ce qu’il pense ».

Au niveau national, le Président Baré a créé le Lycée d’Excellence où tous les meilleurs élèves du pays se retrouvent. Il a ouvert le Prytanée Militaire afin de démocratiser, la formation des militaires. Toutes ces actions visent à promouvoir l’excellence et promouvoir une ressource humaine de qualité.  Au niveau international, il, a brisé l’embargo injuste imposé au peuple frère de Libye en se rendant en avion à Tripoli ; il a mis fin à l’isolement du Président nigérian Sani Abacha et s’est rendu au Cuba en défiant les Américains.

Ses actions, mieux ses bravades lui ont attiré beaucoup d’ennuis et des ennemis tant internes qu’externes.

Abarchi Magalma s’est quant à lui penché sur le rôle des institutions de la République notamment la CNDH, les différentes juridictions nationales et internationales en charge de ce dossier. Il a estimé que les droits inscrits dans la Constitution ne pouvaient être une réalité tant qu’il n’ya pas une Commission de Droit de l’Homme qui y veille.

« La CNDH a pour mission d’assurer l’effectivité de tous les droits humains convenant dans un titre entier de la Constitution ».

Évoquant les difficultés, il relève l’insuffisance de la culture démocratique qui a des influences au niveau de l’action des partis politiques, des syndicats et de la société civile voire de la presse. « Quel va être le véritable levier pour mieux protéger les droits humains si les institutions n’arrivent pas à nous protéger de l’injustice ? » s’est-il interrogé.

Auparavant Maitre Chaibou Abdourahamane, a dans son exposé sur ‘’l’exécution de l’arrêt de la Cour de Justice de la CEDEAO du 23 octobre 2015 et perspectives’’ réaffirmé que la CNDH a dans son rapport 2015-16 mentionnée que l’Etat se doit d’exécuter les décisions de ladite Cour devenues définitives. « Il est dit dans le règlement de la CEDEAO, que chaque Etat doit designer une personne morale chargée de l’exécution des décisions de la CEDEAO » a précisé Me Chaibou Abdourahamane.

Clémence Aissata Baré, la veuve de l’ancien Président Baré, a rappelé la grande revendication de la famille de Baré, à savoir la manifestation de la vérité à travers la justice. Elle a vivement remercié les conférenciers et toutes les bonnes volontés qui encouragent la famille à poursuivre son combat pour la justice.

La commémoration de ce 20 -ème anniversaire s’est poursuivi avec des fatiah pour le repos de l’âme de l’illustre disparu.

Tamtaminfo News

À propos Administrateur

Un commentaire

  1. Sauf que certains confondent toujours le professeur Djibril Abarchi juriste et Magalma Abarchi économiste de formation.
    Que l’âme de BAARE repose en paix. Ameen!
    Paix et salut sur le Prophète Mohamed, sa famille, ses compagnons et tous ceux qui nous ont précédés dans la Foi.

Répondre à M. Abarchi Annuler la réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.