Accueil / ACTUALITE / 4ème édition du Merck Africa Asia Luminary en Egypte: la Première Dame de la République du Niger, Hadjia Aissata Issoufou invitée d’honneur

4ème édition du Merck Africa Asia Luminary en Egypte: la Première Dame de la République du Niger, Hadjia Aissata Issoufou invitée d’honneur

À l’ouverture de Merck Africa Asia Luminary Together we can Make a Difference. 24 au 25 Octobre 2017. Caire, Égypte.

La Première Dame, Hadjia Aissata Issoufou a participé du 24 au 25 Octobre 2017 à la prestigieuse conférence, la quatrième édition de Merck Africa Asia Luminary, qui se tient cette année en Egypte. Avec les Premières Dames de la République de Gambie, de la République Centrafricaine, de la République de Guinée, de la République du Tchad, la Présidente de l’Assemblée Nationale de Namibie, le Gouvernement Egyptien, les partenaires de la Fondation Merck : Chairman et le Chief Executive Officer, les prestataires de soins de santé et décideurs politiques, la Première Dame, Hadjia Aissata Issoufou a joint sa voix à celles de ses sœurs, les Premières Dames, pour discuter des efforts et des idées afin d’y apporter une contribution, pour d’améliorer l’accès aux soins de santé équitables et de très bonne qualité.

Elle a réaffirmé toute sa joie « de faire partie d’une initiative aussi noble et importante qui conduira l’Afrique et l’Asie à un avenir épanouissant en matière de santé. En tant que la Première Dame du Niger, nous reconnaissons et soutenons les programmes de la Fondation Merck, pour réaliser sa vision et sa mission de renforcer les capacités des soins de santé et d’améliorer l’accès aux soins de santé dans nos pays, une noble cause que nous soutenons intégralement ».

Il faut le souligner depuis plusieurs années, la Fondation Merck rassemble ici aujourd’hui plus de 450 prestataires de soins de santé, responsables de l’élaboration des politiques, universitaires et chercheurs de plus de 40 pays d’Afrique et d’Asie pour travailler ensemble à la mise en œuvre de ces programmes dans nos pays et dans le reste de l’Afrique et nous sommes tous ici aujourd’hui pour discuter de la manière dont nous pouvons coopérer et échanger des expériences pour en faire un succès éclatant.

Parlant du lancement de « Merck more than a Mother » au Niger elle s’est dit heureuse d’être l’Ambassadrice de « Merck more than a Mother ». Cette campagne, dit-elle, « est très proche de mon cœur en tant que femme et en tant que Première Dame du Niger et elle sera liée à mes efforts d’autonomisation des femmes et des filles. Je crois fermement à l’importance d’autonomiser les femmes et les filles – en particulier les femmes défavorisées sans enfants, qui sont maltraitées et victimes de discriminations et qui subissent des violences physiques et psychologiques dans de nombreuses cultures, parce qu’elles ne sont pas en mesure d’avoir des enfants et de fonder une famille. C’est injuste et nous travaillerons en étroite collaboration avec la Fondation Merck pour briser cette stigmatisation entourant l’infertilité ».

La Première Dame, Hadjia Aissata Issoufou a rappelé que « plus de 180 millions de couples souffrent d’infertilité, soit un couple sur quatre dans les pays en voie de développement, ce qui représente un taux de prévalence très élevé. Il y a près de 25 % de couples en âge de procréer qui souffrent d’infertilité. En outre, près de 85 % de l’infertilité peut être due à des maladies infectieuses non traitées, telles que les maladies sexuellement transmissibles (MST), les mutilations génitales, les avortements à risques, les accouchements non médicalisés ; la prévention est donc très importante et c’est l’un des principaux objectifs de la campagne.

La clé est d’augmenter la sensibilisation et de renforcer la défense des droits, grâce à nos plates-formes de haut niveau comme celle d’aujourd’hui, dans le but d’autonomiser ces femmes et ces adolescentes par l’accès à l’éducation, pour qu’elles sachent comment prévenir et gérer l’infertilité et qu’elles puissent accéder aux soins de santé et connaître un changement de mentalité. Le fait qu’on reproche l’infertilité uniquement aux femmes est fort triste, d’autant plus que l’infertilité affecte les hommes et les femmes de manière égale. Je vous assure que je ferai partie de ce grand mouvement dans mon pays, ainsi que dans le reste de l’Afrique. C’est la première fois dans mon pays que nous abordons et parlons de ce sujet sensible et nous ne nous arrêterons pas ici, nous rentrerons au pays pour en discuter sur chaque plate-forme et à chaque occasion ».

S’agissant du « Merck Cancer Access Program », où la Fondation Merck offre à nos jeunes médecins africains un programme de bourses de recherche en oncologie d’un an, de deux ans et de trois ans en Inde, au Kenya et en Égypte. Nous sommes en train de lancer ce programme avec le Professeur Frank Stangenberg-Haverkamp, Chairman de Merck et de la Fondation Merck et Docteur Rasha Kelej, CEO de la Fondation Merck, en 2018, la Première Dame, Hadjia Aissata Issoufou a indiqué que :

« Notre Ministre de la Santé travaillera en étroite collaboration avec la Fondation Merck pour identifier les bons candidats qui seront formés à la fois en fertilité et en oncologie et qui reviendront au Niger avec leurs compétences et leurs connaissances pour améliorer l’accès aux soins de qualité pour traiter le cancer et l’infertilité. Nous l’attendons avec impatience. Nous sommes heureux d’être partenaires de la Fondation Merck et nous reconnaissons ses efforts uniques pour aider au développement économique et social de nos pays.

En conclusion, la Première Dame, Hadjia Aissata Issoufou s’est dit heureuse de voir nos amis asiatiques participer à cette plate-forme africaine et je leur souhaite la bienvenue parmi nous ; il est tout à fait naturel que les deux plus grands continents coopèrent et partagent leurs connaissances et informations, pour devenir plus forts, avant de remercier le Gouvernement Égyptien et la Fondation Merck pour l’accueil.

À propos de l'Auteur

Tamtam Info News

À propos Administrateur

5 plusieurs commentaires

  1. C’est cette dame qui a fait ISSOUFOU, celui d’hier.
    C’est MALIKA qui à défait iISSOUFOU qui est ce que vous connaissez aujourd’hui

    • A mon avis personne ne peut changer le comportement d’une autre personne sauf si cette personne a toujours été ainsi……….c’est comme avec l’adage l’argent fait l’homme que l’homme devient mauvais (distant, avare etc.), en réalité ce n’est pas l’argent qui l’a changé ainsi mais il a toujours été ainsi sauf que quand il n’avait rien, personne ne peut le remarquer……….vous ne pouvez pas mettre tout le coté négatif de Issoufou sur cette Malika même si elle en fait trop…….

  2. Elle fait moins de bruit que Clémence, Laraba, Fati Tandja et surtout Malika. Cette dernière pense que comme si c’est la noblesse héréditaire. Elle a intérêt à préparer son chateau à Ménaka, gao ou Bamako après 2021. Pendant ce temps, Issoufou serait à son dandji natal pour cultiver son champ sur la route de dogona.

    •  » noblesse héréditaire  » : tu me fais pouffer de rires.

      Noblesse de quel patelin ?

      Tu nous apprends quelque chose nouveau, Est ce qu’il y avait des chefs de village dont on avait pas connaissance ? S’il vous plaît éclairez nos lanternes. On aimerait savoir….

  3. Cette Madame représente dignement le Niger.

    Son langage corporel, sa sobriété et sa réserve (retenue) témoignent de son intelligence, son intégrité et surtout l’importance qu’elle accorde à son role de première dame.

    Madame Aissata Issoufou est l’archetype de la femme nigérienne car au Niger, on ne souscrit pas au prinicpe de la femme flashy qui se la joue au moi-je-sais-tout et partout ou elle passe, elle distribue des regards inquisiteurs comme pour dire hey tu-ne-m’as-vu.

Répondre à Gorzo Annuler la réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*