Home ACTUALITE 60 ème anniversaire de la République Le Président Issoufou exhorte la classe politique à un dialogue inclusif dans l’intérêt du peuple Nigérien.

60 ème anniversaire de la République Le Président Issoufou exhorte la classe politique à un dialogue inclusif dans l’intérêt du peuple Nigérien.

18 décembre 1958-18 décembre 2018, la République du Niger a aujourd’hui, 60 ans. 60 ans, c’est un âge de sagesse où l’on doit s’arrêter pour analyser sereinement ce long et périlleux parcours de la Nation et aussi projeter l’avenir.

Comme à l’accoutumée depuis Djibo Bakary en passant par Diori Hamani, Seyni Kountché, Ali Saibou, Mahamane Ousmane, Ibrahim Baré Mainassara, Daouda Malam Wanké, Tandja Mamadou, Salou Djibo, le Président de la République, Chef de l’Etat, Issoufou Mahamadou s’est adressé à la Nation.

Dans son adresse, le Chef de l’Etat s’est appesanti sur les questions prioritaires de l’heure, notamment le Programme de Modernisation des Villes que le gouvernement a initié en vue de doter nos capitales régionales d’équipements modernes qui contribueront au mieux-être des populations ; les échéances électorales, la lutte engagée contre le terrorisme et le crime organisé sur tous les fronts : militaire, économique et idéologique ; la campagne agricole ; le lancement officiel de la ZLECAf en fin juin 2019 à Niamey ; la campagne de vaccination des enfants etc.

Abordant d’emblée son message par Zinder, « cette ville à l’histoire millénaire, cette ville qui fut, pendant 15 ans de 1911 à 1926, 1ère capitale du Niger », le Président Issoufou Mahamadou a estimé que, « Je suis heureux de voir cette ville à l’histoire si glorieuse, cette ville qui est le siège d’une région si centrale dans le processus historique de l’indépendance de notre pays, bénéficier d’infrastructures modernes, qui confortent son statut et sa vocation.

Ainsi, dans le cadre de Zinder-Saboua ce sont près de 50 milliards de FCFA qui ont été investis pour l’embellissement de Zinder, qui a ainsi bénéficié d’infrastructures modernes : travaux de voierie, rénovation de l’aéroport international de Zinder, construction d’une case de passage présidentielle et rénovation de l’ancienne, réhabilitation du stade régional, la construction d’un nouveau centre de presse, rénovation de la maison de la culture, etc »..

Pour Zinder aujourd’hui, tout comme pour Niamey, Dosso, Maradi, Agadez et Tahoua, hier, le Programme de rénovation des villes a permis de changer le visage de nos grandes villes et créer de nouveaux centres d’intérêt au profit des populations. Par ailleurs, la Banque de l’Habitat du Niger, que j’ai eu le plaisir d’inaugurer le 14 Décembre dernier, en permettant aux Nigériens d’avoir accès à des logements décents, contribuera sans aucun doute à renforcer ce changement.

En 2019 et 2020, incha Allah, viendra les tours des villes de Tillabéri et de Diffa. D’ores et déjà, les comités d’organisation sont à pied d’œuvre pour en assurer le succès ». Concernant les échéances électorales à venir, le Chef de l’Etat s’est déclaré très « attaché à l’organisation consensuelle, inclusive et transparente des prochaines élections qui permettront, pour la première fois dans notre histoire à un président démocratiquement élu de passer pacifiquement le témoin à un autre.

C’est le lieu d’encourager les acteurs politiques de la majorité, de l’opposition et des non affiliés, à poursuivre les échanges qu’ils ont entamés, dans un esprit de dialogue constructif, dans le cadre du Conseil National de Dialogue Politique. Les premiers résultats issus de leurs discussions sur le Code Electoral et le fonctionnement du CNDP sont encourageants. Je veux croire que ces discussions augurent d’un apaisement au sein de la classe politique.

J’invite alors tous les acteurs à poursuivre ce dialogue inclusif dans l’intérêt du peuple Nigérien. J’engage la Commission Electorale Nationale Indépendante à mettre tout le dispositif nécessaire en place pour que les différentes échéances soient tenues à temps et que ces consultations soient faites en toute transparence.J’engage le gouvernement à mettre tous les moyens nécessaires à la disposition de la CENI, afin que la tradition d’organisation d’élections pluralistes et libres que le monde entier nous reconnait soit, cette fois-encore, observée au Niger ».

S’agissant de la lancinante question de sécurité, le Président Issoufou s’est engagé à poursuivre « la lutte engagée contre le terrorisme et le crime organisé sur tous les fronts : militaire, économique et idéologique. Le terrorisme et le crime organisé nous ont déjà fait payer un lourd tribut. Je pense à ces victimes d’enlèvement notamment dans la région de Diffa. Je pense à toutes ces victimes civiles et militaires.

Pour honorer et immortaliser la mémoire de nos soldats tombés au front, nous avons décidé de leur dédier un mémorial afin de perpétuer leur souvenir. Cet hommage viendra s’ajouter à celui que nous leur rendons en poursuivant avec fermeté le combat contre les forces du mal jusqu’à la victoire finale. Oui, la lutte continue.

C’est dans cette perspective que les Chefs d’Etat des pays du bassin du Lac Tchad se sont réunis, à N’Djaména le 29 Novembre et à Abuja le 15 Décembre 2018, pour adopter de nouvelles stratégies afin de mieux combattre Boko Haram.De même, au niveau du G5 Sahel, actuellement sous présidence Nigérienne, nous nous sommes efforcés de mobiliser à la fois les ressources financières nécessaires pour rendre opérationnelle la force conjointe et pour réaliser des actions de développement.

Nous avons pris des dispositions pour mieux opérationnaliser la Force conjointe. Depuis le début de l’année 2018, nous avons engagé un important effort pour mobiliser les ressources financières nécessaires. Ainsi, le 23 Février 2018 à Bruxelles, 424 millions d’euros ont été mobilisés au profit de la force conjointe et le 6 Décembre 2018 ; à l’occasion de la réunion de coordination des partenaires à Nouakchott, 2,4 milliards d’euros ont été annoncés pour le financement du Programme d’Investissement Prioritaire (PIP) dont les priorités sont la Gouvernance, la Résilience et le développement humain, la Sécurité et les Infrastructures dans les zones frontalières fragiles.

C’est le lieu de remercier tous nos partenaires pour leur soutien à la force du G5 Sahel et à ses projets de développement »Pour la campagne Agro-Sylvo-Pastorale et Hydraulique 2018-2019, le bilan céréalier et fourrager est globalement satisfaisant a souligné le Chef de l’Etat. Des zones déficitaires ont été identifiées et comme les autres années, le gouvernement mettra en place un plan de soutien pour leur venir en aide.

En particulier, l’effort sera maintenu sur la maîtrise de l’eau, la défense et la restauration des terres et la maison du paysan, axes prioritaires de l’initiative «3N» . L’adoption récente du Fonds d’Investissement pour la Sécurité Alimentaire (FISAN) permettra de mettre à la disposition des producteurs un outil de financement de leurs initiatives et la création d’une Agence de Promotion du Conseil Agricole (APCA) facilitera l’accès des producteurs au conseil agricole de qualité.La Politique Nationale de Sécurité Nutritionnelle et son plan d’action 2019-2021, lancés le 6 décembre 2018 donnent au Gouvernement des pistes d’actions pour attaquer le défi de « la malnutrition zéro d’ici 2021 », qui vient s’adosser à celui de la « faim Zéro ».

L’Initiative 3N, ensemble avec la réalisation du barrage de Kandadji et la mise en œuvre du compact MCC conforteront les paysans quant aux orientations du Gouvernement pour la transformation et la modernisation du monde rural ».Le Président Issoufou s’est félicité des résultats obtenus à la récente table ronde tenue au siège de la Banque Africaine de Développement, à Abidjan, qui a permis de mobiliser 436 millions de dollars US, pour le financement de la 2è phase de réinstallation des populations dans le cadre de la réalisation du barrage de Kandadji ».

Evoquant sa qualité de champion du secteur de la vaccination, le Président Issoufou que « Grâce à GAVI ( l’Alliance Globale pour les Vaccins et l’Immunisation), ce sont 700 millions d’enfants qui ont été vaccinés et 10 millions de vies sauvées à travers le monde depuis les années 2000. Au Niger, la vaccination a permis de réduire les cas de rougeole de 60,000 par an en 2004 à moins de 1500 aujourd’hui. En moins de 10 ans, le nombre de vaccins disponibles dans la vaccination de routine a doublé.

Avec plus de 100 milliards de Francs CFA, GAVI est le premier bailleur de la vaccination et un des bailleurs les plus importants de la santé au Niger. Il s’est engagé, au nom des enfants du Niger, dans la campagne de reconstitution de fonds de GAVI pour la période 2021-2025, période sur laquelle cette institution prévoit des programmes ambitieux de vaccination avec le renforcement de la recherche sur de nouveaux vaccins notamment les vaccins thérapeutiques et la vulgarisation du vaccin contre le paludisme, première pathologie mortelle au Niger ».

Sur la question de la ZLECAf, le Chef de l’Etat a souligné que « l’adoption et la ratification du traité par les Etats Africains évoluent progressivement, laissant espérer une entrée en vigueur rapide de ce traité intégrateur. Ainsi, avec 13 ratifications à ce jour, je suis certain que nous atteindrons rapidement le minimum requis de 22 ratifications, pour enfin procéder au lancement officiel de la ZLECAf en fin juin 2019 à Niamey, en marge du sommet des Chefs d’État et de Gouvernement de l’Union Africaine.

La Zone de Libre Echange Continentale est un formidable instrument pour accroître entre autres les échanges et les investissements intra africains. Il s’agit d’un tournant historique pour l’Afrique.En effet, unie, l’Afrique sera plus forte et pourra mieux s’imposer sur la scène internationale. Je suis fier de porter ce programme jusqu’ à son aboutissement. Je suis d’autant plus fier, que cet évènement historique prendra place à Niamey qui abritera pour la première fois une rencontre d’une telle envergure. C’est un honneur qui est fait à notre peuple et à notre pays.

C’est aussi la consécration de l’offensive diplomatique engagée par le Gouvernement et du leadership affirmé de notre pays sur la scène régionale ».En conclusion, le Président de la République a réaffirmé que « Voilà 60 ans que nous sommes en République. Pendant cette période relativement longue, à l’ échelle de la vie humaine, notre pays a connu des épreuves. Il en connaît encore, notamment face au terrorisme et au crime organisé. La région de Tillaberi, où sera organisé le 61e anniversaire de la République, frontalière du Mali et du Burkina Faso, en est particulièrement affectée.

Je fonde l’espoir que nous créerons les conditions de restaurer la paix et la sécurité sur l’ensemble de notre territoire et en particulier dans cette région afin que le prochain anniversaire s’ y déroule dans la joie et l’allégresse. Dans un an, plaise à Dieu, rendez-vous donc à Tillaberi pour le 61e anniversaire de la République ».

Source: Tamtam info. news

7 Comments

  1. LA GRANDE RATE DE ZINDER SABOUA EST LA SALUBRITE DANS LA VILLE DE ZINDER. Les autorités, les techniciens et la population ont fait de leur mieux. Le gouvernement ou le comité national ont failli. En effet, tous les étrangers en particulier ceux ayant assisté aux festivités de MARADI, TAHOUA,AGADEZ ont consensuellement reconnu que beaucoup d’efforts n’ont pas été fournis. Nous demandons une enquête pour éviter que cette situation se repète. C’est aussi une manière d’asseoir les fondements de la bonne gouvernance.

    1. Vous avez peut-être raison.
      Mais que faire quand une partie de la population se dresse contre cette fête et toutes ces réalisations faites pour moderniser sa ville?
      Quand la politique entraine certains dérapages nous devons tous commencer par nous interroger sur notre propre humanité.
      Qui sommes-nous?
      Que voulons-nous?

  2. Que nos dirigeants cachent créer l’espoir.
    Que nos dirigeant sachent créer l’espérance
    Que nos dirigeants comprennent qu’on ne peut vivre sans espoir, sans attente, sans espérance.
    Espoir et de l’espérance voila ce dont notre peuple a besoin..
    Oui, nous pouvons,
    Oui nous pouvons
    Oui nous pouvons sortir de la honte et de l’humiliation
    Oui nous pouvons sortir de la misère et de la pauvreté
    Oui nous devons, nous pouvons être maitres de notre destin
    Oui, c’est à nous de construire notre pays
    Oui, personne ne fera notre bonheur à notre place.

  3. Donc Ousmane, pourtant officiellement invité, n’était pas à la fête. Il est de Zinder de surcroit.
    Et Hama a qualifié les fêtes tournantes de folklore.
    Les nigériens apprécieront.
    Tout se passe comme si les opposants au régime actuel font toujours de leur mieux pour se discréditer aux yeux du peuple.
    Tant mieux pour le régime, pour le Niger et son peuple.

  4. Inspectrices, Inspecteurs, chers collègues,
    Comme à l’accoutumée, nous revenons partager avec vous les événements ayant marqué ces derniers jours. De ces événements, nous avons enregistrés des plus douloureux, c’est-à-dire les décès de nos illustres collègues, Monsieur LAWAN Amadou dit Edmond et de Monsieur ARY Ibrahim pour qui nous vous demandons de prier pour le repos de leurs âmes. A leurs familles respectives, nous leur présentons nos condoléances les plus attristées. Puisse Allah, le Miséricordieux, le très Miséricordieux les accepter dans son paradis éternel. Amin. Des événements douloureux certes, mais de événements heureux aussi dont la fête de la république. Fête pendant laquelle le président s’est adressé aux Nigériens où dans son traditionnel discours a passé en revue la situation socio politique de notre pays. Fait inédit, c’est que de 1960 à ce jour, c’est pour la première fois que l’éducation n’a pas été évoquée dans le discours du président. Des sources sûres selon nos principaux informateurs, ce n’est ni un oubli, ni un manque d’intérêt au secteur le plus important, car il vient même avant la santé, mais une prise de conscience du Président de la République qui a compris qu’on lui fait lire des mensonges par rapport à l’éducation à la nation Nigérienne alors qu’il est assermenté. Ainsi, le président refuse de dire que les indicateurs sont au vert alors que rien ne marche. Coup de chapeau à vous monsieur le Président, il ne vous reste plus qu’à prendre les décisions qui s’imposent par rapport à ce secteur combien vital pour la vie d’un pays et là où tout le monde était certain qu’il serait la priorité de vos priorités une fois au pouvoir. Que des espoirs fondés sur votre personne dans ce domaine pour la simple raison que les enseignants constituaient non seulement l’essentiel de vos militants fidèles, mais aussi votre parti compte à sa tête un nombre important d’enseignants.
    Monsieur le Président, il est possible d’améliorer de manière significative les principaux indicateurs du système éducatif nigérien durant les deux ans qui vous restent et éviter à notre pays l’humiliante place du dernier qu’il occupe ; situation qui ne vous honore pas du tout et qui fait oublier parfois vos réussites dans d’autres domaines, mais à une seule et unique condition : nommer comme ministre de l’enseignement primaire un Inspecteur de l’enseignement primaire à la carrière pleine et un Professeur de l’enseignement secondaire ayant enseigné de la 6ème à la Terminale, et titulaire d’un diplôme d’encadrement (diplôme de conseiller pédagogique ou d’inspectorat).
    Marthé n’a aucune compétence pour gérer ce ministère, et non plus ne s’entoure de compétences pour sauver le système. Il existe des DG des ENI qui étaient là avant l’arrivée de votre parti au pouvoir qui, aujourd’hui encore sont là et sans résultat. Aussi, on en compte parmi ceux qui entourent le Ministre, des personnes qui étaient là depuis l’ère Samba, et même avant, ils sont encore là sans aucune plus-value au système, des directeurs centraux qui étaient nommés depuis votre premier mandat et qui ont consumé comme le feu de brousse plusieurs milliards de FCFA des partenaires et de l’Etat du Niger sans aucun résultat, ils sont encore là et finiront certainement le mandat avec vous comme s’ils sont élus avec vous. Le fait qu’ils se fossilisent aux postes stratégiques du système comme s’ils sont les seuls Nigériens n’est nullement un problème, ce qui choque, c’est qu’après plusieurs évaluations nationales et internationales des enseignants et des élèves à l’issue des quelles nos enseignants sont les plus médiocres du monde et nos élèves les plus nuls de la planète, ils semblent n’être pas du tout responsables aux points d’en d’être inquiétés. Marthé et ses inamovibles responsables devenus complices pour détourner les fonds de l’éducation veulent sans vergogne jeter l’anathème sur des personnes ou des structures qui n’ont assumé aucune responsabilité dans le système et qui n’ont rien géré en plus comme matériel ou argent. Nous sommes dans quel pays ?
    Savez-vous pourquoi un mandat aux Etas Unis ne dure que seulement 4 ans renouvelable une seule fois ? C’est parce que certains spécialistes de cet Etat le plus puissant au monde ont mené de recherches qui les ont conduit à comprendre qu’après avoir géré un domaine ou un système pendant 8 ans, il est difficile de développer des stratégies nouvelles qui puissent faire évoluer quoique ce soit. Voilà pourquoi personne ne peut gérer les Etats-Unis plus de 8 ans. Monsieur le Ministre, nous vous conseillons qu’après 8 ans de gestion de faire évoluer les concernés en leurs confiant des responsabilités beaucoup plus importantes si vous êtes satisfaits de leurs gestions, au cas contraire les remplacer par d’autres talents parce qu’il en existe car ils ne sont pas les seuls Nigériens, ni super Nigériens. Dans tous les cas, selon le principe Américain, qui est un principe fiable parce qu’il les a fait développer, ils (ces éternels directeurs) ne peuvent jamais inventer des initiatives autres que celles qu’ils ont développées durant les 8 ans passés.
    Monsieur le Président, prenez vos responsabilités, car les partenaires sont en train de se retirer ou de réduire leurs interventions un par un : le PAM décide de ne plus mettre à la disposition des écoles de notre pays dites écoles à cantines les vivres alors qu’il le faisait longtemps avant notre indépendance; la coopération suisse suspend le financement de l’éducation au Niger parce que non satisfait du partenariat qu’il juge infructueux ; il en est de même pour le PAEQ qui est un échec total car les fonds ont été dilapidés par Marthé et certains de ses directeurs qui ont construit en hauteur et ouvert des comptes VIP (où il n’est pas admis moins de 20 millions pour l’ouverture du compte). Lui-même Marthé à démoli sa maison du quartier Koira Kano pour dresser un immeuble à plusieurs étages dont le plan est celui de richissimes princes des monarchies du Golfe. Nous invitons la HALCIA pour la nième fois à vérifier ce que nous écrivons. Ce n’est ni de la diffamation, ni des contres vérités, mais de la pure vérité.
    Monsieur le Président, votre ministre est à la limite de toutes ses petites et stériles réflexions, ne vous attendez à rien de concret avec lui, il ne cherche maintenant qu’à vous tromper pour continuer à garder son poste et racketter les fonds alloués à éduquer nos enfants qui s’amenuisent du jour au lendemain par sa faute et son incompétence. Sinon qu’elle est l’importance de sa décision de fermer les établissements privés au moment où on prône pour une éducation de qualité pour tous ? Depuis quand êtes-vous ministre ? Plus de 2 ans ; c’est maintenant que vous vous rendez compte qu’ils sont dans une situation irrégulière ? À qui voulez-vous cacher que votre ami, le Directeur de l’enseignement privé que vous avez nommé (pour avoir de l’argent) parce que partageant la même fada que vous a été servi par ces mêmes écoles ? Pas à nous, certainement au président de la République que vous prenez pour un naïf. Pour peu que vous réfléchissiez, vous aurait dû leur donner un délai pour se conformer aux textes en vigueur, mieux leur faire payer des pénalités pour manquement, plutôt que de pénaliser les parents et les élèves. Ce n’est pas parce que vous avez volé l’argent du pays que vous imaginez que tout est facile pour tout le monde. Savez-vous que, nombre des parents se sont sacrifiés pour payer le privé à leurs enfants parce que vous avez détruit l’école publique avec la complicité du gouvernement et du PNDS par la voix de son président qui vous soutient aveuglement ? Sans doute non. Ces pauvres parents, en inscrivant leurs enfants, ont misé sur les établissements les plus proches de leurs domiciles, cela leur éviterait de payer leur transport, maintenant que vous leurs demandez d’inscrire leurs enfants ailleurs, nous avons quelques questions à vous poser :
    1- comptez-vous prendre le transport de ces élèves qui pourraient se retrouver dans plusieurs établissements différents même s’ils en viennent d’un même établissement?
    2- qui prendrait en charge les nouveaux frais, si nouveaux frais il doit en avoir ?
    3- que ferez-vous de ceux qui abandonneront l’école à jamais parce qu’ils n’ont pas de solutions aux problèmes dans lesquels vous les plongez ?
    4- quel rapport faites-vous entre la qualité de l’éducation et la régularité de l’exercice de certains établissements ?
    Nous avons en mémoire votre illégale et cahoteuse évaluation où vous avez épargnez les établissements privés, parce que, disiez-vous que la qualité y est déjà. Qu’est-ce qui vous fait penser à ces établissements dont vous avez fait l’éloge avant ? Vous faire une fois de plus parlez de vous au moment où on chuchote un éventuel remaniement ? Que craignez-vous camarade ? Vous n’êtes là pas pour un résultat sinon vous serez déjà parti.
    On ne peut pas développer un pays avec comme Marthé membre du gouvernement, parce qu’il ne mesure jamais les conséquences de chaque acte qu’il prend, acte qui s’oppose généralement à la qualité de l’éducation. En fermant ces écoles (plusieurs dizaines), vous mettez plusieurs enseignants au chômage ou dans une situation incertaine, vous privez plusieurs milliers d’élèves d’apprentissage un temps important, la Nigelec et la SEEN perdent des clients ; les vendeuses qui font vivre leurs familles de leur petit commerce n’ont pas d’alternatives, les parents d’élèves sont embarrassés ; les fondateurs désemparés, etc. Pourquoi trouvez-vous du plaisir à faire pleurer des personnes ? Beaucoup de vos proches et de ceux qui vous côtoient chaque jour ont révélé que vous trainez une folie latente ; nous sommes en saison froide, c’est peut-être le moment propice qui l’a fait réveiller. Nous sommes convaincus que vous êtes vraiment malade. Tous vos actes sont en contradiction nette avec la recherche de la qualité de l’éducation et la politique de l’emploi au Niger. Vous êtes donc aux antipodes de la politique du gouvernement et de votre parti.
    Inspectrices, Inspecteurs, chers collègues, serez vos ceintures, car un combat nous est imposé et nous le mènerons avec joie jusqu’à la victoire finale qui n’est qu’une question du temps.
    Merci.

  5. Grand Respect le Mâle dominant du Niger vous n’oubliez pas votre source = humaniste.
    Digne est le fils qui assiste le sourire des ses aînés par sa grâce au Nom du Dieu tout puissant .
    <> dans le chapitre H.C.3.N de l’ écrivain Issoufou Mahamadou a retenu notre attention et nous nous demandons que dire ou faire pour lui faire preuve de reconnaissance .
    Nous décidons de lui remettre le mérite qu’il mérite = le peuple témoigner + soutenir son unique Souverain pour de bon et vrai.
    Le bus de la 7 ème République nous vous conseillons de prendre la direction vers l’égalité sociale et d’oublier celle de la guerre politique avec une parfaite confiance en vous afin de nous séduire de mieux en mieux , soyez l’ oeil interne qui veillera sur les vulnérables et le conditionnement des aisés à la sueur de leur front , nous sommes les guides de l’œil externe qui veillera sur vous au Nom de l’ oeil Universel.
    Dieu nous avise que la croissance exponentielle de l’injustice sociale sur sa terre lui fait perdre ses partisans de bonne Foi car la course au monde fictif de luxe nous fait oublier notre raison d’être qui est : l’harmonie sociale.
    Et il est près à changer la situation des mal intentionnés comme il l’a fait à Phirhoun + ses troupes + ses chars .
    Faite sans cesse preuve de vrai Démocrate sans crainte = le système au contrôle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Hama Amadou à Niamey…

L’ancien président de Lumana Monsieur Hama Amadou est arrivé cet après-midi à Niamey en co…