Accueil / ACTUALITE / AFFAIRE URANIUMGATE: la majorité veut noyer le poisson dans l’eau

AFFAIRE URANIUMGATE: la majorité veut noyer le poisson dans l’eau

La cause semble désormais entendue. Les députés de la majorité ont décidé d’enterrer l’affaire Uraniumgate. Ce scandale politicofinancier degrandeampleurau centre duquel se trouve Massoudou Hassoumi, l’actuel ministre des Finances. L’affaire porte sur 200milliards de francs issus d’une vente d’uranium qui ont fait l’objet de transfert d’un compte bancaire de la Société du patrimoine des mines du Niger (Sopamin) logé à BNP Paribas vers un autre compte à Dubaï.

Dans des conditions très opaques. Elleimplique notamment le groupe Areva et des sociétés basées au Liban et en Russie. Massoudou n’a pas niéles faitslorsqu’ils ont été dévoilés par la presse nationale. Il a qualifiéla transaction d’opérations de Trading, légale, à laquelle s’adonnent souvent les compagnies minières et dans lesquelles il est possible de gagner ou de perdre de l’argent.

C’est la tombola, en somme.

Selon Massoudou, dans le cadre de ladite opération, le Niger a gagné 800 millions de francs CFA  »sans rien faire », laquelle somme aurait été utilisée pour renforcer le matériel roulant de la garde présidentielle. La sopamin a juste servi de tremplin pour mener l’opération. Mais pourquoi faire recours à une société publique pour la vente d’une importante quantité d’uranium n’appartenant au Niger ?

C’est le côté intrigant de l’affaire, et qui laisse croire au sein de l’opinion qu’il s’agit d’une affaire mafieuse dans laquelle les intérêts du pays ont été gravement compromis. Surtout que tout s’est passé à la présidence de la République, le ministère des mines étant totalement tenu à l’écart de l’opération.

Pour faire la lumière sur le scandale, les députés d l’opposition ont alors demandé la mise en place d’une commission parlementaire. Laquelle commission a produit un rapport sur mesure, en tenant à l’écart les deux représentants de l’opposition lors de la finalisation et le dépôt du document, qui a été aussitôt été transmis au président delaRépublique parle président du parlement.

Devant cette manœuvre qui pue un sale tour, les deux députés de l’opposition ont cru devoir rompre le secret pour livrer à l’opinion les contenus des auditions auxquelles ils ont participé. Toutesles personnes auditionnées ont expliqué le rôle qu’elles ont eu à jouer dans l’affaire. La seule responsabilité duministreMassoudou est clairement établie. Sur toute la ligne, ce qu’il a déclaré -notamment que les 800 millions reçus de la transaction ont été versés dans le compte de la Sopamin avant d’être transférés au Trésor national pour ensuite être retirés et consacrés à l’achat de matériel roulant à la garde présidentielle- a été battu en brèche.

Aucune trace de cet argent ne figure dans la loi des Finances et dans le Journal Officiel. Devant ce constat, les députés de l’opposition ont alors demandé lamise en accusation du ministre Massoudou. Pris au dé- pourvu, la majorité parlementaire est sortie à son tour pour livrer à l’opinion le contenu de leur rapport taillé sur mesure dans l’espoir parvenir à sauver la tête du ministre Massoudou. Selon la majorité, les actes posés par ce dernier dans le cadre de l’opération sont réguliers. L’uranium qui a servi à la transaction n’appartient pas au Niger.

Le matériel roulant a été acquis. En dépit du fait qu’il n’y a aucune trace de la commission reçue dans le budget. En cautionnant ce scandale de grande ampleur pour sauver le camarade Massoudou au détriment des intérêts du pays, les députés de la majorité montrent clairement que le peuple n’est pas leur préoccupation. Ce faisant, les citoyens vé- ritablement soucieux du devenir du Niger doivent semobiliser pour que l’impunité ne prévale pas dans cette affaire.

La justice également est interpellée. Elle est le dernier rempart contre l’arbitraire et l’injustice dans une démocratie.  Un groupuscule de personnes, parce qu’aux commandes de l’Etat, ne peut pas spolier les ressources publiques et rester impuni.

À propos de l'Auteur

S. Issa (Bulletin d’information du ROTAB PCQVP Niger)

À propos Administrateur

3 plusieurs commentaires

  1. Dieu dit dans le coran »malheur à ceux qui sèment la corruption sur terre » Dieu nous suffit dans la mesure où il a laissé l’opinion découvrir cette affaire. Nigériens soyez patient.

  2. En tout, l’Afrique est sous la colonisation (des politiciens) une 2ème fois.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*