Home ACTUALITE Allô Mai Boulala, les ressources de l’Etat mises à la disposition du Ministère de l’Equipement sont entrain d’être pillées…

Allô Mai Boulala, les ressources de l’Etat mises à la disposition du Ministère de l’Equipement sont entrain d’être pillées…

Une réunion de la MRN, vient de valider la liste des cadres à proposer pour les nominations qui doivent intervenir probablement cette semaine, au niveau de certains ministères et services rattachés.

Dans la pratique, on propose généralement 3 noms y compris le titulaire s’il doit être confirmé. Aujourd’hui, dans certains Ministères en pleine enquête administrative, des noms ont été proposés, alors que les intéressés ont été cités dans le Rapport de l’enquête administrative et seraient donc sous le coup d’une enquête.

Intéressons-nous d’abord au cas du Ministère de l’Equipement, ou l’enquête administrative aurait révélé des graves anomalies, de détournements massifs et autres pratiques de corruption institutionnalisée dignes d’une mafia sicilienne. En effet, parmi les heureux élus ou proposés par le politburo de la MRN, il semblerait qu’il y a des gens de ce Ministère qui ont des moyens financiers très lourds et qui sont plus puissants que le Ministre lui-même.

Ces nouveaux fonctionnaires devenus subitement très riches étaient les hommes clés du Ministre Ibrahim Nomao que l’actuel ministre de l’Equipement a été contraint de garder.

Sans être exhaustive notre enquête nous a permis d’identifier un certain nombre de ces pachas du Ministère. Il s’agit entre autres de Issoufou Adamou, surnommé « l’homme au demi-milliard », il est l’ancien Directeur Général des Grands Travaux et actuellement, Conseiller technique du Ministre ; M. Soly Housseini, ancient DET et actuellement DGGT ; M. Alwaly Gouzayé, chef de projet Goudel Tondibia et voirie urbaine de Niamey ; M. Sakariaou Amoussa, SG actuel du Ministère ; Daouda Seini Diakité, DIFF, il est le responsable Rail Bolloré au niveau du Ministère.

Le Rapport de l’enquête administrative de la seule Direction Générale des Grands Travaux (DGGT) est très édifiant.

Il démontre à lui seul que l’opération Mai Boulala a encore du pain sur la planche. Des gens auraient joué, jonglé, bazardé, dilapidé l’argent public.

En effet, les investigations menées sur les marchés exécutés par cette direction générale, entre 2011 et 2015 font apparaitre des pratiques qui consistent à acquérir, dans la majorité des contrats, des véhicules et des matériels informatiques en dehors de tout programme validé d’équipement des services ; la nomination complaisante d’un nombre très élevé de chefs de projets et l’affectation de stagiaires sans aucune expérience sur les chantiers des travaux routiers.

Les sommes à justifier par la Direction Générale des Grands Travaux dépassent l’entendement.

C’est une affaire de milliards. Et si on doit y ajouter une complicité flagrante avec les bureaux d’Etudes, les entreprises, les vendeurs de véhicules pour surfacturer, ne pas livrer le matériel commandé on mesurera toute l’ampleur du désastre.

Nous reviendrons avec des montants précis sur les sommes énormes à justifier au niveau de la DGGT, les indemnités non payées au personnel sur les projets à justifier par la DGGT ; les véhicules non rétrocédés à l’administration sur les marchés de la DGGT ; les provisions environnementales sur les projets à justifier par la DGGT, le matériel informatique non acheté à justifier etc.

Nous reviendrons également sur le cas du célèbre duo CAFER-DGER, il s’agit respectivement de M. Habou Soufiane Maggagi et M. Doudou Saidou, l’un se gargarisant du soutien du respectable Ministre Conseiller a la PRN, Kané Souleymane et l’autre se targuant d’être le chouchou de la première dame Dr Malika, narguant leurs collègues et prestataires, triturant, foulant impitoyablement et allègrement les règles de gestion administrative et financière de l’État.

Un autre cas illustratif de cette gabegie est la DGGR (Direction Générale des Routes Rurales) dont le tout puissant DG, souffle le chaud et le froid dans les pratiques d’avenants aux entreprises qui grèvent les fonds publics. En effet, M. Ouma Abdoulaye rode depuis 15 ans en tant que DG au sein du Ministère. Ce Monsieur est aujourd’hui normalement atteint par ce qu’on appelle en terme de gestion, la limite de compétence, car ne pouvant plus innover dans quoique ce soit.

Il est un véritable caméléon politique qui change au gré du régime en place, tantôt MNSD, tantôt Jamahuria et maintenant « guriste » mais pas PNDS Tarayya. Au Ministère de l’Equipement, certains montent un dossier de route par exemple et l’évalue à 1 milliard de FCFA.

Ils s’arrangeraient avec le prestataire pour que le montant final soit de 700 millions de FCFA.

Donc il y a un reliquat de 300 millions, ils feraient un avenant à partir du même marché pour utiliser le reliquat, quand la demande d’avenant est faite, la direction des marchés publics accorde immédiatement, car il y a déjà les fonds prévus ce n’est donc pas pour le ministère des fonds additionnels, facile pour eux de valider l’avenant. Alors on s’arrange pour investir dans n’importe quoi, l’essentiel étant que la plus grosse part tombe dans des poches gigantesques.

Nous n’allons pas épargner les vrais pratiques de la Satom qui, bien étant une grande et respectable entreprise française de haut niveau, a des pratiques mafieuses qu’elle utilise pour s’assurer d’avoir toujours de gros marchés en utilisant des pratiques qui feront pâlir Guzman El Chapo.

Par exemple, comment peut-on expliquer pourquoi un nouveau Ministre de l’Equipement peut se retrouver facilement avec une, deux ou trois villas, rien qu’en accordant des marchés à Satom ?

Qui intervient et comment la transaction se passe ?

Par ailleurs, de 2011 à nos jours, certains projets dont les routes Maradi-Madarounfa sont aux arrêts ; de même que les travaux sur la RTA et Arlit Assamaka ; idem pour le Pont Farié qui n’avance qu’à pas d’escargot, alors que depuis un an déjà les travaux ont été lancés avec perception d’une avance de démarrage.

Ce n’est que la partie visible de l’iceberg, nous avons toute la documentation nécessaire sur cette inspection et sur d’autres, nous avons choisi arbitrairement de parler du cas de la Direction générale des grands travaux, avant que nous nous intéressions aux autres au fur et à mesure. Aux dernières nouvelles, il semblerait qu’un ancien ministre de l’Equipement a eu une réunion avec tous ceux qui sont impliqués dans le pillage systématique des fonds de l’Etat, pour dire qu’il a tout réglé avec le Président de la République , et qu’ils peuvent se tranquilliser, rien ne va se passer.

Et pour notre part, d’après une source bien informée de la Présidence, le PRN ne couvrira personne. MAI BOULALA sera cette fois-ci aveugle.

Babba da yaro, ba sani ba sabo, Masu gudu su gudu fa !!!!!

[author ]Ibrahim Aghali (Web Contributeur) Tamtam Info News[/author]

23 Comments

  1. Assalamou aleykoum wa rahmatoullah chers Tous!!!!!!
    Pourvu que ce ne soit pas comme par le passé, des dossiers pour faire taire ou infléchir ou changer de bord politique!!!!!!!!
    Comme le dit SONICHAR, plusieurs Nigériens admiraient le PRN pour ses intentions et discours « réalistes » dans la perspective d’être le MEILLEUR, maï Illimi en qui il se pointe  » l’espoir d’assenir les finances publiques et remettre les nigeriens dans leur droit », mais hélas, que d’espoirs envolés, la montagne a accouché d’une couleuvre dévastatrice.
    Mais il n’est jamais trop tard pour bien faire, et on ne peut faire des omelettes sans casser les oeufs, mais qu’il commence par tout ce que l’opération a identifié comme impliqué, sans distinction de parties, de région, de sexe……………. c’est en celà uniquement qu’il tendra vers le Calife dont il voulait avoir l’image mais pas se ressembler, puisqu’il ne pourra jamais l’être!!!!!
    Qu’Allah assiste le PRN, le Gouvernement à être juste et équitable, à mettre le Niger dans ses droits, à considérer tous les Nigériens au même pied d’égalité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT…

Le mardi, 10 décembre 2019, des groupes terroristes lourdement armés ont attaqué le Poste …