Accueil / ACTUALITE / Ameen-Amin : Les adversaires internes de Ladan Tchiana sortent de leur silence !

Ameen-Amin : Les adversaires internes de Ladan Tchiana sortent de leur silence !

D’une crise à une autre, l’on tombe facilement dans celle qui touche le parti Ameen-Amin de l’ex-ministre d’Etat Omar Hamidou Tchiana, qui lui aussi comme son compère Yacoubou Ibrahim n’arrive pas à s’en sortir avec la gestion des nerfs de certains de ses camarades de parti. A Ameen-Amin, le vent est plus fort puisqu’animé par de grands frondeurs, notamment Mohamed M’barek et l’ancien président du conseil de ville de Niamey Assane Seydou.

Puis autre différence majeure par rapport à ce qui se passe dans les rangs de Kishin Kassa, la bande à M’Barek elle ne démissionne pas. Mieux, elle se targue de la légitimité de la direction d’AmeenAmin. Elle conteste avec véhémence le choix actuel de Ladan Tchiana de s’afficher dans le petit rang des partis de l’opposition et réaffirme son appartenance à la MRN.

Ce qui voudra dire que dans les rangs d’Ameen-Amin, il y a désormais deux centres de décision à savoir celle que dirige Ladan Tchiana et celle sous le contrôle de Mohamed M’Barek, son later-ego dans le parti. Puis, il est loisible à tous de constater que les deux camps ne sont plus sur la même longueur d’ondes, puisque le camp de Ladan Tchiana ne fait plus partie des rangs de la MRN, alors que M’barek et ses amis s’en réclament ouvertement.

Il s’agit aussi d’une situation déjà vécue par d’autres formations politiques de la place comme le CDS Rahama ou encore avant eux, le MNSD Nassara, qui a fini par consacrer l’effritement desdites formations politiques. Régissant à l’exclusion dont ils furent l’objet lors du dernier anniversaire d’Ameen-Amin, M’Barek et les siens qualifient le geste de ridicule et ubuesque puisque la seule instance habilitée à une telle décision est un congrès, pas une simple cérémonie d’anniversaire.

Dans tous les cas, Mohamed M’barek et ses amis n’entendent plus laisser le contrôle des sections qu’ils dirigent et orientent sous le contrôle de Tchiana, un dirigeant de parti qui peine à trouver ses marques sur l’échiquier politique national.

En définitive, l’on ne sait plus qui d’Ibrahim Yacoubou et de Ladan Tchiana pourra prêter main-forte à son homologue pour tenter de gérer la crise de gouvernance qu’ils vivent en leurs deux formations politiques. Gare donc à l’atterrissage forcé !

À propos de l'Auteur

Bouzou. S (LE TEMPS N° 124)

À propos Administrateur

Un commentaire

  1. Un trafiquant de drogue utilise pour concasser un parti politique represente a la soit disante AN. Mon pauvre Niger

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.