Home ACTUALITE AMEN AMIN Niamey Ladan Tchiana ; ‘’Retour à l’Envoyeur’’ !!!

AMEN AMIN Niamey Ladan Tchiana ; ‘’Retour à l’Envoyeur’’ !!!

La coordination régionale AMEN AMIN de Niamey a retiré sa confiance au Président du parti Omar Hamidou dit Ladan Tchiana. C’était à travers une déclaration rendue public ce samedi 9 décembre 2017 à Niamey. Plusieurs griefs ont été reproché à Tchiana dont principalement l’exclusion unilatérale du Vice-président du parti M. Mohamed Imbareck. Apres les coordinations régionales de Tahoua et Dosso, c’est au tour de Niamey de se désolidariser des forfaitures commises par le Sieur Ladan dans la gestion dudit parti depuis sa création et les récents évènements qui se sont déroulés avec des convocations et interpellations et mêmes intimidations en tous genres des militants du parti dont certains très fidèles dès les premières heures du parti.

L’un des faits les plus graves était sans nul doute la dissolution du bureau régional de Dosso juste après que celui-ci ait rendu public une déclaration pour marquer sa solidarité à Imbareck désormais exclus du parti. Les militants des différentes coordinations se sont sentis menacés par la nouvelle tendance, celle visant à intimider ou même menacer les militants d’exclusion ou d’autres sanctions si ces derniers se hasardaient à exprimer un quelconque sentiment positif ou d’adhésion au vice-président exclu.

Ensuite, il faut noter que 14 militants, dont certains sont des responsables régionaux du parti, ont été convoqués en session disciplinaire pour répondre des faits et des actes dont ils ne sont pas responsables. Cette fâcheuse circonstance a envenimé la cohésion au sein du parti AMEN AMIN. Comme la déclaration de la coordination régionale de Dosso, celle de Niamey a aussi fait les mêmes reproches au sieur Tchiana dans le cadre de la gestion du parti et des violations des textes du parti et de son règlement intérieur.

C’est certainement pourquoi dans sa déclaration de soutien au vice-président du parti, la coordination régionale AMEN AMIN de Niamey a également évoque la violation des articles 136, 137, 138, 139 et 140 du règlement intérieur du parti et conformément aux dispositions des statuts. Cette coordination, fief du l’actuel président du parti AMEN AMIN, qui est l’une des plus importantes de cette formation politique, annonce des lendemains incertains pour ce jeune parti.

La déclaration a condamné ce qu’elle qualifie de manœuvres dilatoires de Hamidou Tchiana qui n’ont d’autres objectifs que de détourner l’opinion publique nationale et internationale sur les vraies raisons de son expulsion du gouvernement. Ce dimanche 10 décembre 2017, lors des festivités d’un autre parti politique, Tchiana semble s’amender quelque peu pour le moins en tenant des propos courtois même si loin de sa nature en ces termes ‘’ ‘’Je suis venu, accompagné du président, de l’ensemble des députés AMEN AMIN, du président du Conseil régional de Tillabéry, des présidents de Niamey et Zinder, du président des jeunes, du président national de campagne, de la trésorière, du SG du parti et des dignes militants et militantes de Niamey.

Comme vous pouvez le voir, nous sommes là débout, unis en dépit des simulacres de déclarations éhontées auxquelles vous assistez depuis quelques semaines dont la finalité est à présent connue de tous’’. Ici, Ladan veut à tout prix faire croire que tout qui s’est passé n’est que de l’imagination, du pire cinéma ! En poursuivant ‘’M. le président de la MRN, depuis quelques semaines, les rumeurs les plus folles sont répandues afin de coloniser nos militants, j’aimerais vous dire, ici de cette tribune, AMEN AMIN que j’ai le grand honneur de présider est à ce jour 10 décembre 2017 membre à part entière de la mouvance présidentielle.

Vous connaissez mon engagement, vous connaissez ma détermination, en qualité de président de la MRN, vous devez cependant veiller à sa cohésion, à la solidarité des membres et surtout à la neutralité des partis alliés dont certains sont enclin à entretenir des dissidences au sein de la MRN au point de recruter des avocats notamment connus de nos bords politiques’’. Les autres coordinations n’ayant pas été cité sont du coté de Imbareck. Car ce sont les propos même du sieur Tchiana qui le confirment.

L’enjeu semble s’atténuer même si il ne peut connaitre un épilogue proche vu tout ce qui a été dit, fait et entendu de part et d’autres !

Tout porte à croire que Ladan a oublié ses amis avec lesquels ils a été exclu du parti Moden FA Lumana dont luimême Omar Hamidou Tchiana/ministre d’Etat (unanimité des membres présents),Habi Mahamadou Salissou (ministre), Mano Agali (ministre), Madame Barré Haoua Abdou (ministre), Asmane Abdou (ministre), Amadou Babalé (DG.A SORAZ), Moahamed Mbarak (député), Maïrou Ligari (président du conseil de Diffa), et au niveau de la Coordination régionale de Niamey on peut lister Mme Tahirou A¨ssata Gamatié, Habiboulaye Hamado, Madame Adam Habsou, Kadidia Maïkido, Moussa Djibo Alphaga dit Diallo, Hassane Saïdou Sanda (président du conseil de ville de Niamey) à l’époque des faits. Le même 5 avril 2014, Ladan Tchiana et ses pairs avaient rendu public une déclaration au palais du 29 juillet pour réagir par rapport à leur exclusion du parti politique qu’ils pensaient avoir fondé ensemble avec Hama Amadou.

Mais tout de même et en marge de la lecture du contenu de cette déclaration, Ladan Tchiana dans ses propos prononcés en langue vernaculaire (Djerma) a explicitement affirmé que : « le problème du Niger et de sa gouvernance sociopolitique et économique, le principal obstacle à lever a été et demeure sans conteste Hama Amadou », en ajoutant d’autres propos que l’on se défendrait de relater à travers ce rappel qui se veut surtout analytique. Quelle attaque !

C’est certain qu’il y aura un rebondissement par rapport à cette question dans les prochains évènements. On peut aisément penser à un retour à l’envoyeur, Hama Amadou n’est pas là, et Ladan est dans le saloir en se mesurant à ses propres échecs. Autre intervention en langue locale (Haussa), le même jour et au cours de la même déclaration, c’est celle de l’ex-SG du parti Lumana en l’occurrence Salissou Habi, qui dans un langage simplement provocateur à rappeler un adage célèbre « KARCHEN ALEWA KASSA » c’està-dire que « TOUTE CHOSE A UNE FIN » pour insinuer que la chute est inexorablement arrivée pour beaucoup de leaders.

Le Sieur Ladan n’est pas à sa première bavure certainement car on peut se souvenir fraichement de sa rixe avec une fonctionnaire de police, un débrouillé qui a été tu rapidement eu égard aux enjeux du moment, ‘’dans une interview diffusée au journal de la Télévison Bonferey, le lundi 9 mars dans l’édition de 21 heures, une fonctionnaire de police nommée Maimouna Oubandawaki avait accusé l’ex Ministre d’Etat, Omar Tchiana de l’avoir physiquement agressée parce qu’elle l’aurait empêché d’emprunter un sens interdit’’.

Ce comportement est resté gravé dans la mémoire collective !

Décidément les feuilletons politico-judiciaires vont se multiplier au gré des circonstances et ce n’est pas semblablement terminer car d’autres épisodes sont en préparation. Ceci témoigne, si besoin est, la mauvaise foi et l’amateurisme associé au gain facile qui caractérisent la nature presque naturelle des présidents des partis politiques.

Cet appétit insatiable d’amasser les biens matériels et le privilège du pouvoir conduisent les uns et les autres à se compromettre ou à détruire tous ceux qui peuvent tenter de barrer la route à leur gain. C’est très dommage !

[author ]Dan SARKI (Le Pieddestal N° 06) [/author]

10 Comments

  1. Monsieur le journaliste c’est bien d’écrire mais c’est mieux de respecter l’orthographe du nom. Ce n’est pas
    Imbareck et Moahamed Mbarak mais Mohamed Mbareck.

  2. Surtout justice pour cette pauvre policière. Il n’ya qu’au Niger dernier pays sur la planète qu’on peut porter atteinte à un fonctionnaire de l’Etat juste parce que tu exerces ton devoir de service. Est ce qu’on peut développer un pays dans cette médiocrité.

  3. Il n`est pas le seul a avoir giffler un porteur de tenue. a l`epoque on avait tout fait pourque justice soit rendue mais l affaire a ete etouffee et la fonctionaire surement obligee de se taire, comment voulez vous nous faire croire aujourdhui qu il y avait eu rellement une giffle? donc si on le juge pour ca on doit egalement juger ceux qui ont ordonne a la fonctionaire de se dedire et retirer sa plainte.
    Pour le reste Ladan ne fait que recolter ce qu il a lui meme seme, a l epoque il a fait usage des memes procedes pour destabiliser LUMANA c est juste un retour a l envoyeur. Goutes ca Ladan CA DEVRAIT TE SERVIR DE LECON ainsi qu`au reste des partis politiques.
    Chaque structure est regie par des regles que ca plaise ou pas ces regles sont les seuls moyens de stabiliser ces structures . on ne doit pas toujours interpreter les lois de la maniere nous avantageant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Les hommes politiques nigériens doivent avoir pitié des citoyens nigériens lambdas et de notre cher pays qui nous a tout donné.

Les défis, securitaires , alimentaires, et les inondations, nous imposent un minimum de re…