Accueil / ACTUALITE / ANDP Zaman Lahiya : Le coup de force de Dan Dijé pourra-t-il imposer Barazé ?

ANDP Zaman Lahiya : Le coup de force de Dan Dijé pourra-t-il imposer Barazé ?

Comme elles l’avaient prévu de longue date les instances de ce parti, le congrès de l’ANDP Zaman Lahiya sensé régler la question de la vacance du poste de président du parti a finalement pu se tenir l’autre semaine à Niamey. (Week-end du 7 septembre 2018). C’est le vice-président du parti, le député Sani Ousmane plus connu sous son petit nom de Dan Dijé qui en avait scellé l’organisation. Elle ne fut pas de plus appropriée et a consacré le glissement par intrusion dans les sections de l’intérieur, d’individus jamais vus dans les rangs de l’ANDP.

Ce qui n’a pas manqué d’attirer l’attention de grands connaisseurs et militants réguliers du parti. Puis ensuite, le parti-pris flagrant de Dan Dijé pour le compte d’un des candidats au poste de président, très affiché. En fait, Dan Dijé est connu être le mentor de l’actuel ministre des Mines, Moussa Hassan Barazé, qu’il tente d’imposer vaille que vaille au strapontin pour par la suite faire prospérer son business. Lors de la vérification des mandats des délégués venus de l’intérieur du pays, une scène indescriptible s’est alors déroulée.

Motif, les vérifications ne sont pas faites dans les règles de l’art, puisque certains délégués n’avaient pas de simple pièce d’identité en leur possession. Le bureau de séance en avait été informé, mais a laissé faire.

Deux des candidats au poste de président, l’honorable Mahamane Sani Amadou et l’ex-ministre Ali Seyni Gado ont alors émis des réserves sur le processus en cours. Ils n’ont même pas été écoutés et ont donc préféré se retirer dudit processus.

C’est donc en leur absence et contre toute attente que Dan Dijé trouvera la formule de barricader l’accès au lieu du congrès par un important dispositif des forces de l’ordre pour tenir un simulacre de congrès pour lequel pas moins de trois députés au titre du parti, une vingtaine de conseillers n’étaient présents. Après un décompte des délégués présents, Dan Dijé et les siens pouvaient compter sur à peu près deux cents délégués pendant que tout le gros contingent de militants se trouvait à Haro-Banda dans une résidence privée d’un grand militant du parti Boubé Djéssibo en l’occurrence.

En dépit de cette absence marquée d’une importante frange du parti, Dan Dijé et les siens s’empressent d’organiser quant à eux dans une salle à moitié vide un congrès avec un seul et unique candidat au poste de président. C’est donc sans surprise que Moussa Hassane Barazé a été désigné président de l’ANDP Zaman Lahiya. Une désignation à la Pyrrhus alors !

Quid des autres candidats lorsqu’ils n’ont même pas eu le droit de se présenter ? Comme on peut donc le constater, Barazé n’est que le président d’une petite moitié de l’ANDP.

Il peut se prévaloir de la légitimité du clan de Dan Dijé, pas seul de la totalité du parti Ilest donc mal élu…. Sa position ne saura tenir longtemps et l’on se demande de quelle marge de manœuvre il dispose pour diriger l’ANDP Zaman Lahiya ? Le consensus a donc volé en éclats pour une fois. Les héritiers du PF (Adamou Moumouni Djermakoye) doivent se ressaisir. De plus, il est toujours possible à notre sens de départager les candidats à la présidence de l’ANDP sur les bases de leur passé militant, de leurs engagements respectifs aux idéaux défendus par le Zaman Lahiya etc…

Vrais connaisseurs des rouages de l’ANDP, nous exigeons de chaque candidat qu’il soit en mesure de brandir sa carte de membre du CAMAD (Club des amis de Moumouni Adamou Djermakoye), structure ayant servi de tremplin à la création future de l’ANDP dans les environs de l’année 1988-1989….N’est-ce pas là, un minimum pour prétendre diriger l’ANDP ?

À propos de l'Auteur

Dossayzé (LE TEMPS N° 125 )

À propos Administrateur

6 plusieurs commentaires

  1. Les discours de haine et autres insultes ne donnent pas le pouvoir au contraire vous le perdez. Chers lumanistes sortez de votre confusion le combat politique se passe dans les urnes. Refuser d’ aller voter et gagner des elections ne s’ est passé nul part ailleurs..

  2. Hum vous etes pathetiques en pensant que Hama Amadou peut gagner l’ est du niger devant issifou Mahamadou et que mm la region de tillabery qui est sense’e etre le fief des soit disants candidats de L ‘ ouest n’est pas acquise au seul hama. Et que mm à Niamey et à Dosso le pnds a des militants lui pernettant de faire Un bon score sans etre premier. Pour moi gouri a gagne’.

  3. Dan Dijé a bien compris le jeu , il a été plus malin que le général usurpateur !
    En tant que bailleur de fonds, C’est à lui et son camp que revient la lourde responsabilité de conduire le parti. Les Amadou Nouhou ont préféré partir au lieu de tirer. Quant à Dan Dijé,il a préféré rester combattre cette monarchie qu’on veut instuer sur le parti.

  4. Vous aussi Dan Dijé a raison !
    Il fait partie des militants de première heure, il finance les congrès , comment voulez-vous qu’il laisse un nouveau venu fut-il un général prendre leur parti.!
    Dan Dijé a raison sur toute la ligne étant donné que la politique est considérée comme une rente à l’AND ZAMAN LAHIYA. Le général a voulu profiter gratuitement sans rien faire de leur lutte !

  5. C est l image de leur patron qui a aussi été élu président de la république en 2016 dans presque les mêmes conditions sauf que dan dije lui n a pas enfermé ses challengers il les a juste barricadé au fait sur ce plan au moins il a été un plus démocratique que leur patron.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.