Accueil / ACTUALITE / Après le départ « Inopiné » de HAMA: Son fauteuil en passe d’être occupé !

Après le départ « Inopiné » de HAMA: Son fauteuil en passe d’être occupé !

BenHamaetMartheL’on pensait à tort ou à raison, après la fuite du pays du président de l’assemblée nationale Hama Amadou, que c’est le tempétueux député Mohamed Ben Omar, qui prendrait le relais pour son franc-parler. Puis, de plus en plus, l’on penche sur la probabilité du premier vice-résident de l’auguste institution Daouda M. Marthé.

Quoiqu’il en soit, un autre élu du peuple viendra remplacer (en attendant de nouvelles élections), le président Hama à ce poste prestigieux. Puisque ce pos- te vacant ne peut pas l’être indéfiniment. D’autant plus que l’on ne sait pas pour combien de temps il restera vide… Mais de l’avis de ses proches, son retour au terroir n’est pas pour demain. Si jamais il revenait… Nous sommes donc en droit de parler de vacance du poste de cette institu- tion. Car une absence prolongée du territoire national, sans motif préalable, peut faire comprendre aux Nigériens que Hama Amadou n’a plus besoin de son fauteuil.

Ce faisant depuis quelques jours, les langues se délient par rapport à celui qui remplacera valablement le président partant. Le nom du député Daouda M. Marthé est le plus retenu. Militant de la première heure du parti au pouvoir (le PNDS-Tarayya), il est en ce moment le premier vice-président de l’Assemblée Nationale. Retenons également que l’article 53 de la constitution stipule « qu’en cas de vacance du président de la république par décès, démission, déchéance ou empêchement absolu, les fonctions de président de la république sont provisoirement exercées par le président de l’Assemblée Nationale et si ce dernier est empêché, par les vices présidents de l’Assemblée Nationale par ordre de préséance».

Les textes étant clairs à ce niveau ; d’ores et déjà, l’on doit cesser de s’égosiller sur la candidature de M. Ben Omar, 4ème vice-président de l’entité. Car, au grand jamais, un parti de l’envergure du PNDS n’acceptera de confier ce poste-clé à un homme dont beaucoup se méfient. Affaire à suivre.

À propos de l'Auteur

Marcus Lawson (Jeunesse Info n°114 )
 

À propos Administrateur

19 plusieurs commentaires

  1. Présumé coupable?

    @ Gaskiya Ta fi Kobo

    Le problème de paternité au Gabon n’a pas le même retentissement qu’au Niger me disiez-vous. Mais dites moi, l’ancien Ministre Labo a t-il été arrêté sur la base cette affaire ou pas ? Alors pourquoi ses militants lui ont renouvelé leur confiance? Ne vivent-ils pas au Niger ou bien ne sont-ils pas au courant de sa présumée implication?

    Vous savez monsieur l’analyste politique, les vrais analystes politiques ne se limitent pas à leurs bureaux climatisés ou aux couloirs du pouvoir. Ils vont à la rencontre des populations, en prenant le soin de ranger leur complexe « d’intello du coin » au tiroir, pour mieux s’imprégner des réelles préoccupations et orientations de l’opinion publique.

    Alors ne confondez pas la transcription des discussions des salons cossus de la capitale avec l’analyse politique et certaines prétentions et envies avec la vraie opinion populaire. Ces discussions de salon et de bureaux ne peuvent en aucun cas être un indicateur fiable de l’effritement des soutiens de Hama Amadou ou de l’adhésion de neutres aux camps de ceux qui lui seraient défavorables. Les militants de Labo viennent du reste de vous donner la preuve magistrale du décalage existant entre votre analyse et la réalité.

    Au fait, je ne culpabilise pas le journaliste burkinabé ni sur l’expression, le choix de certaines expressions étant aussi une question d’éducation après tout, et encore moins sur la situation politique de son pays. J’estimais simplement qu’il n’avait pas de leçons de courage politique à donner à qui que soit. Pas plus que ceux qui s’acharnent sur Hama Amadou au nom d’une prétendue morale ou je ne sais quelle égalité de tous devant la loi.

    Lorsque Hama reconnait avoir fuit, parce qu’il craignait pour sa vie. N’ y a t-il jamais eu de précédents d’assassinat politique au Niger? Et à ma connaissance, les assassins du Président Baré et leurs complices courent toujours. Je ne valide pas bien sûr les allégations de Hama. Mais je ne le traiterais pas de menteur, au vu du l’omerta, presque consensuelle, qui couvre les circonstances de la mort de Baré.

    Puisque vous vous situez, vous, sur le terrain du droit, qu’est ce que ça coûtait aux radicaux de ce régime de soumettre la question de la levée de son immunité parlementaire à l’AN, avant d’entamer les poursuites contre lui? Il est peut être réellement impliqué, mais il ne demeurait pas moins un personnage important de la République, qui méritait d’être traité avec les égards qui lui sont dus. A la justice après de le privé de ses « honneurs républicains », en prouvant sa culpabilité.

    Personne ne souhaite que cette affaire soit passée sous silence. Mais qu’elle soit traitée de manière à écarter tout soupçon de règlement de compte politique. Et pour écarter ces soupçons, il faudrait que les mêmes personnes et groupuscules qui réclamaient, implicitement ou explicitement, l’interpellation de Hama Amadou, exigent également l’instruction et le règlement judiciaire d’autres affaires pendantes, et notamment celles qui mettent en cause des personnes soupçonnées d’abus ou de délits financiers extrêmement graves.

  2. Présumé coupable?

    @ Gaskiya Ta Fi Kobo

  3. Celui qui,un jour depuis l’étranger,s’est autoproclamé « le seul représentant de l’ouest » a donc pris la clef des champs,pour ne pas dire a quitté subrepticement le pays,la queue pendante entre les jambes ! Quelle triste épopée pour celui qui aime se présenter comme « un grand homme d’État » et ambitionne de diriger notre cher pays !
    A qui laisse-t-il le destin de son parti et de l’Ouest dont il est le seul Représentant?
    Au fond de quel Ouest s’agit-il?

    • on parle de qui entre ben et DAOUDA qui va remplacer HAMMA il faut que tu sache que nous avions deja depasser le probleme d’OUEST et D ‘EST au NIGER tu est vraiment en dephasage par rapport au temps que DIEU maudisse tous ceux qui evoque la question d’ethnie ou de region sur ce site amen bande didiots sais tu combien des tenors de l’ouest se sont sacrifier pour soutenir ISSOUFOU dans la demolition des partis ???

      • YATA,il faut que tu te maitrises;il faut lire calmement ce que les autres internautes écrivent avant de réagir.Cela t’évitera certainement de t’étouffer dans des colères injustifiées !

  4. Comme l’a si bien dit Bob Marley, TIME WILL TELL

  5. ZOMBRA! J’ai beaucoup ri. Merci beaucoup pour ton commentaire. Aucun parmi ces minables ne pourra remplacer Hama et les Nigériens regreteront l’enfant terrible de Youri aussi longtemps qu’il restera hors du Niger. Il n’ya que MAX qui peut un temps soit peu penser à Hama mais il n’acceptera jamais de se rabaisser à l’image d’un Badjé ou d’un Hamadou Salifou. Des ……………..

    • Mon frère Max n acceptera pas ou il ne l aura pas? Faut savoir parler. Max qui a du mal meme a se faire elir député? Bague est député du mnsd au titre de la region de Dosso, Salifou au titre de la region de Niamey, quelle qualité hama a de plus qu eux? Peut etre meme ce qu ils gerent hama ne fait pas la moitié. Alors kirkouk ou koi là revois tes propos.

  6. Présumé coupable?

    @ Gaskiya Ta Fi Kobo

    Ne voyez pas les choses uniquement de l’angle de ceux qui nourrissent une haine viscérale contre Hama Amadou et qui pensent que chaque occasion est bonne pour lui vomir leur venin. Cette affaire est avant tout un drame humain et familial. Il y a donc pour cela des commentaires qui sont tout simplement indignes. Hama est un homme public. Mais sa famille ne l’est pas du tout. Et toutes ces insultes, ce dénigrement ne laissent le moral d’aucun être humain normal indemne. Cela les blesse, indiscutablement. En revanche, la capacité de nuisance de cette affaire sur son avenir politique est discutable. Et ceci d’autant qu’elle pourrait ne même pas entamer sérieusement son capital politique.

    Vous parlez de doutes qu’il lui serait difficile de dissiper. Mais savez-vous qu’il y a des Nigériens qui n’en ont jamais eu sur lui à propos de cette affaire et qui seront prêts d’ailleurs à lui pardonner si les accusations s’avéraient vraies? Après tout, la faiblesse est le propre de l’être humain et le pardon demeure un devoirs pour les croyants dignes de ce nom.

    Plus concrètement, Hama Amadou a été le faiseur du roi à cause de son parti. Et celui-ci lui a apporté son soutien sur cette affaire. Aucune déclaration dissidente n’a jusque là été enregistrée à ce propos. Dans tous les cas, figurez-vous, ceux qui n’ont jamais cru en lui et l’ont toujours détesté, pour des raisons qui leur appartiennent et que je ne discutent pas, n’ont même pas eu besoin de cette affaire pour le faire. Alors pourquoi changeraient-ils d’avis maintenant? Après tout, la sympathie est naturelle, tout comme l’antipathie chez des personnes simples d’esprit.

    Les rumeurs qui prêtaient à Omar Bango un fils igbo (qui serait adopté pendant la guerre du biafra) ne l’ont pas empêchées de mourir au pouvoir, ni le présumé fils igbo de lui succéder. Qui aurait parié sur un regain de popularité d’Alain Juppé après sa condamnation à une peine d’emprisonnement avec sursis assortie d’une période d’inéligibilité?

    En politique, les vrais professionnels et habitués des arènes politiques savent qu’ il est plus prudent de ne pas se focaliser uniquement sur l’instant présent pour définir une ligne d’action. Ils savent également qu’il est complètement improductif de défier un adversaire sur un terrain qu’il maitrise mieux et avec des méthodes qu’il manipule aisément. Le bras de fer. C’est ce qui a révélé Hama Amadou au grand public nigérien et sa carrière politique ne se nourrit que de cela. Abonder dans le même sens que lui, c’est indiscutablement faire son jeu. Pour vous, ses adversaires ont marqué un point. Pour moi, les deux camps ont montré leurs limites. Ils ont été incapables de régler leurs différends à travers un jeu politique serein, avec des mots et non des maux.

    Et dans la vie de tous les jours, il est plus sage de compatir ou au moins d’avoir un peu d’empathie pour ceux qui tombent ou ceux qui flanchent. Le devoir de tout religieux est d’abord de prier pour eux, avant de les indexer. Souvenez de ce qui s’est passé aux Etats- Unis avec l’affaire LEVINSKI. Les Républicains qui étaient à la base de l’endurcissement de l’affaire, en savent quelque chose. Ils ont projeté la procédure d’impeachment de Bill Clinton, en surfant sur le puritanisme américain. En fin de compte, Bill avait fini son mandat, mais eux ont été contraints de démissionner, parce que l’opinion publique américaine a découvert (à l’issue des déballages financés par ceux qui étaient agacés par leurs accents moralisateurs) qu’ils n’étaient pas n’ont plus, moralement, à zéro défaut.

    Enfin, pour l’expression du journaliste burkinabé, que la pudeur m’interdit de reprendre, elle aurait été moins vulgaire qu’autre chose, si elle ne provenait pas d’un journaliste vivant en liberté, dans le pays où gisent les tombes de Sankara, Norbert Zongo et bien d’autres, qui ont osé dire non à une pratique ou à un système, au point de le payer de leurs vies ou de leur liberté. Nombreux seront d’ailleurs ceux qui aimeraient lire un article digne de son courage, sur la n ième révision constitutionnelle de leur histoire pluraliste qui rallongerait le mandat des hommes qui les gouvernent depuis mille neuf cent ho la la.

    • GASKIYA TA FI KOBO

      On se situe à l’évidence sur des terrains différents. Toi, sur celui du militantisme et de la morale, moi, sur celui du droit et l’analyse politique.
      Hama Amadou est un grand homme politique, très influent. A ce titre il doit savoir que les hommes politiques n’ont pas de vie privée propre et qu’en Afrique être à l’opposition ou à la majorité a une implication dans sa vie de tous les jours. Quitter une majorité présuppose qu’on ait anticipé, qu’on ait fait une introspection de sa vie professionnelle, politique que privée, qu’on ait pu identifier les points qui risquent de vous rattraper et qu’on ait envisagé les moyens de sa défense au cas où. Et visiblement le PAN ne l’a pas fait. Il ne s’y est pas préparé. C’est son travail, il ne l’a pas fait et je ne m’en offusque pas pour lui. Je n’ai aucune sympathie ni antipathie pour un homme politique qui manque à son devoir. Gouverner c’est prévoir dit-on.
      Chacun assume ses faits et gestes et justement la religion nous interdit strictement d’accuser ou de protéger à tort. Et j’essaie modestement de faire mienne cette recommandation. Je n’accuse pas mais j’observe et je commente.
      Le cas d’Omar Bongo et de Juppé que tu mentionnes ne cadre pas avec la réalité nigérienne. D’une part un problème de paternité au Gabon n’a pas le même retentissement qu’au Niger pour des raisons évidentes et que Bongo n’avait pas d’opposition à même de le gêner. C’est lui qui est impliqué et non son opposant. Donc l’affaire ne pouvait pas prospérer. D’autre part, Juppé n’était rival que de ses amis politiques.
      Ceux qui l’ont toujours détesté ne changeront pas, dis-tu, leur avis. C’est évident. Ce qui est nouveau, c’est la proportion de ceux qui l’ont soutenu et de ceux qui sont neutres qui s’effrite. Sa fuite a crée un traumatisme certain dans la tête de nombreux partisans. A défaut de se taire, ils sont obligés de trouver des justificatifs parfois maladroits à la fuite.
      Le fait qu’au Burkina, la démocratie a du mal à prendre corps n’est pas de la faute des journalistes et ça ne les disqualifie pas de parler du monde et singulièrement du Niger où malgré l’existence d’une presse, le Tazartché a pu aussi voir le jour.

      De ton point de vue que donnerait un référendum sur cette affaire avec comme question: « Voulez-vous qu’on enterre cette affaire ou la clarifier? » ou « La fuite du PAN, est-ce un acte de courage ou son contraire? » Le corps électoral étant bien évidemment l’ensemble du peuple nigérien.

  7. Je suis sûr que Marthe ou Marthine n’aura pas la présidence de l’assemblée si c’est à cause de cela qu’il ne cesse de faire clignoter son oeil. Quand à Ben, le PNDS préfère remettre la présidence à Hama qu’à Ben Omar car MI sait que ce 4e vice-président est le symbole même de la traîtrise, spécialiste en changement de chemise. Il reste le procureur, Nouhou Arzika et Marou garde des sots.

  8. 1°« Issoufou veut me tuer à l’aide d’un poison importé de la Libye et qui tue la victime des mois après son absorption »
    2°ALLAH est vraiment les plus GRAND : sans se rendre compte, Hama Amadou est en train de nous dire l’une des méthodes qu’ils ont employées pour éliminer des adversaires.
    3°Ainsi nous devons retourner dans notre passé pour connaître les causes de certaines morts suspectes.
    4°En particulier la disparition de certains cadres très valables mais qui, par honneur, avaient préféré mourir que de péter allégeance à un certain hama amadou. Celui-ci vient donc de nous dévoile l’une de ses méthodes.
    5°Hama fait donc comme ces vieux sorciers qui dévoilent tous leurs cimes avant de mourir…
    ALLAHOU AKBAR

  9. Présumé coupable?

    @ Gaskiya TafiKobo,

    Hama vous a répondu je pense dans son interview de Jeune Afrique, et fièrement (ou du moins avec son arrogance habituelle, que l’on peut aimer ou ne pas aimer) !!! Il ne se cache pas. Les autorités françaises savent où le trouver.

    Et tout ce que ceux qui ont été choqués par cette affaire souhaitent justement, c’est un traitement normal de celle-ci, avec les expertises qui s’imposent.

    Mais encore une fois, sachez que la justice française n’extraderait pas quelqu’un tout simplement pour satisfaire les envies d’humiliation des uns ou calmer la hantise des autres!! C’est une justice qui est tout aussi impartiale qu’humaine. Elle n’a pas vocation à régler des comptes ou à humilier les individus. Et c’est pour cela qu’elle demande et expose ses preuves avant de prendre des décisions.

    Au fait, avez vous une fois regardé la conférence de presse des procureurs français ? D’habitude ils viennent avec des preuves et quand ils ne les ont pas, ils le reconnaissent humblement. Mais les précautions requises sont, dans tous les cas, prises pour prendre en considération et faire respecter la dignité aussi bien des victimes que des suspects.

    Vous savez, les droits de l’homme dans ces pays, et en particulier ceux des enfants, ne sont pas des thématiques que l’on prend effectivement à la légère ou que l’on défend devant les cameras et dont on s’en détournent aussitôt les journalistes partis. Et c’est pour cela que vous allez devoir attendre avant de voir Hama Amadou débarqué au Niger, menotté. A moins de leur fournir, le plus tôt possible, les preuves irréfutables de sa culpabilité, qui ne sont toujours pas exposées au public nigérien.

    Les enfants!!! Ils n’ont jamais été au centre de vos préoccupations et ça m’étonnerait qu’ils le deviennent à l’avenir. Sinon, il y a des enfants qui sont dans des situations plus dramatiques que la leur. Au nom de quel principe d’ailleurs, ces enfants qui sont bien nourris, logés, affectionnés, mériteraient plus d’attention que ceux qui sont mal en point. Faites un tour dans les services pédiatriques de nos hôpitaux, sillonnez les quartiers périphériques de la capitale et les bidonvilles de nos grandes villes, vous allez voir des enfants en situation de détresse, qui méritent beaucoup plus la préoccupation et l’engagement moral, religieux et républicain des uns et des autres. Et qu’est ce qu’on en fait?
    Vous qui aimez tant parler de l’égalité de tous.
    Au nom de quelle égalité, l’affaire de cette trentaine d’enfants doit-elle occulter la situation des millions d’autres enfants qui, dépourvus de moustiquaires imprégnées, se débattent tous les jours contre les piqûres mortelles des moustiques?
    Au nom de quelle égalité n’y a t-il jamais eu autant d’indignations pour les centaines d’enfants nigériens qui souffrent de malnutrition et qui doivent leurs survies aux tentes dressées par les Médecins Sans Frontières? Combien de milliers d’enfants nigériens n’ont toujours pas accès à une eau potable, tout simplement?
    Et vous pensez réellement que vous allez faire croire aux occidentaux et l’intégralité de l’opinion publique nigérienne que tout ce tollé est strictement motivé par une sincère émotion et préoccupation liées au sort des enfants impliqués dans cette affaire?

    • GASKIYA TA FI KOBO

      Cela s’appelle casser le thermomètre pour espérer guérir de la fièvre. Je ne suis ni accusé ni accusateur. J’essaie modestement de commenter les faits et rien que les faits sans injures, ni haine de quiconque. Je respecte ceux qui supportent les politiques de tous bords même si moi même je n’ai pas de temps à perdre pour n’énerver pour des milliardaires, nourris et logés aux frais de la princesse.

      Extradition Droit des enfants Egalité Affaire politique Affaire morale

      Extradition: j’en connais très bien les conditions et je pense les avoir évoquées précédemment

      Droit des enfants: La fin ne justifie pas les moyens en droit. Le fait que les enfants au centre de cette mêlée vivent très bien n’excuse pas qu’on puisse les avoir n’importe comment. Que vaut un pèlerinage bien fait mais à l’aide des moyens illicites, pas plus que du tourisme.

      Egalité: A voir comment les uns et les autres comment et même s’insultent, nulle criante de dire qu’il n’y a pas d’égalité entre citoyens. Il n’y a qu’à voir comment le débat se focalise sur la procédure au lieu du fond.

      Affaire politique: la situation de l’intéressé (PAN) fait que le traitement est forcément politique quoi qu’on en dise. Pourquoi ses supporters ne défendent pas les autres qui croupissent depuis une éternité en prison avec autant d’ardeur? Le PAN serait mort de mort naturelle ces derniers mois on crierait légitimement à l’empoisonnement. Tout ce qui le touche de près ou de loin, bon comme mauvais est politique. Le nier serait un pur mensonge.

      Affaire morale: Même fausse, on ne se relève pas indemne d’une affaire de mœurs. On y perd des plumes inexorablement. Les marabouts accusés à tord d’adultère au village en savent quelque chose. Il y aura un avant et un après 27 Aout 2014 date de la fuite ou du retrait momentané du PAN. Ses adversaires ont marqué incontestablement des points en l’obligeant à fuir étant donné qu’il aura dans le meilleur des cas de la peine à se refaire une nouvelle virginité politique et à dissiper les doutes. Comment effacer des esprits l’étiquette d’un homme « aux couilles molles » qu’a dit de lui le journal burkinabé « Le pays »? On peut le nier et raconter ce qu’on veut, les faits sont là et ils sont têtus.

      • Présumé coupable?

        Ne voyez pas les choses uniquement de l’angle de ceux qui nourrissent une haine viscérale contre Hama Amadou et qui pensent que chaque occasion est bonne pour lui vomir leur venin. Cette affaire est avant tout un drame humain et familial. Il y a donc pour cela des commentaires qui sont tout simplement indignes. Hama est un homme public. Mais sa famille ne l’est pas du tout. Et toutes ces insultes, ce dénigrement ne laissent le moral d’aucun être humain normal indemne. Cela les blesse, indiscutablement. En revanche, la capacité de nuisance de cette affaire sur son avenir politique est discutable. Et ceci d’autant qu’elle pourrait ne même pas entamer sérieusement son capital politique.

        Vous parlez de doutes qu’il lui serait difficile de dissiper. Mais savez-vous qu’il y a des Nigériens qui n’en ont jamais eu sur lui à propos de cette affaire et qui seront prêts d’ailleurs à lui pardonner si les accusations s’avéraient vraies? Après tout, la faiblesse est le propre de l’être humain et le pardon demeure un devoirs pour les croyants dignes de ce nom.

        Plus concrètement, Hama Amadou a été le faiseur du roi à cause de son parti. Et celui-ci lui a apporté son soutien sur cette affaire. Aucune déclaration dissidente n’a jusque là été enregistrée à ce propos. Dans tous les cas, figurez-vous, ceux qui n’ont jamais cru en lui et l’ont toujours détesté, pour des raisons qui leur appartiennent et que je ne discutent pas, n’ont même pas eu besoin de cette affaire pour le faire. Alors pourquoi changeraient-ils d’avis maintenant? Après tout, la sympathie est naturelle, tout comme l’antipathie chez des personnes simples d’esprit.

        Les rumeurs qui prêtaient à Omar Bango un fils igbo (qui serait adopté pendant la guerre du biafra) ne l’ont pas empêchées de mourir au pouvoir, ni le présumé fils igbo de lui succéder. Qui aurait parié sur un regain de popularité d’Alain Juppé après sa condamnation à une peine d’emprisonnement avec sursis assortie d’une période d’inéligibilité?

        En politique, les vrais professionnels et habitués des arènes politiques savent qu’ il est plus prudent de ne pas se focaliser uniquement sur l’instant présent pour définir une ligne d’action. Ils savent également qu’il est complètement improductif de défier un adversaire sur un terrain qu’il maitrise mieux et avec des méthodes qu’il manipule aisément. Le bras de fer. C’est ce qui a révélé Hama Amadou au grand public nigérien et sa carrière politique ne se nourrit que de cela. Abonder dans le même sens que lui, c’est indiscutablement faire son jeu. Pour vous, ses adversaires ont marqué un point. Pour moi, les deux camps ont montré leurs limites. Ils ont été incapables de régler leurs différends à travers un jeu politique serein, avec des mots et non des maux.

        Et dans la vie de tous les jours, il est plus sage de compatir ou au moins d’avoir un peu d’empathie pour ceux qui tombent ou ceux qui flanchent. Le devoir de tout religieux est d’abord de prier pour eux, avant de les indexer. Souvenez de ce qui s’est passé aux Etats- Unis avec l’affaire LEVINSKI. Les Républicains qui étaient à la base de l’endurcissement de l’affaire, en savent quelque chose. Ils ont projeté la procédure d’impeachment de Bill Clinton, en surfant sur le puritanisme américain. En fin de compte, Bill avait fini son mandat, mais eux ont été contraints de démissionner, parce que l’opinion publique américaine a découvert (à l’issue des déballages financés par ceux qui étaient agacés par leurs accents moralisateurs) qu’ils n’étaient pas n’ont plus, moralement, à zéro défaut.

        Enfin, pour l’expression du journaliste burkinabé, que la pudeur m’interdit de reprendre, elle aurait été moins vulgaire qu’autre chose, si elle ne provenait pas d’un journaliste vivant en liberté, dans le pays où gisent les tombes de Sankara, Norbert Zongo et bien d’autres, qui ont osé dire non à une pratique ou à un système, au point de le payer de leurs vies ou de leur liberté. Nombreux seront d’ailleurs ceux qui aimeraient lire un article digne de son courage, sur la n ième révision constitutionnelle de leur histoire pluraliste qui rallongerait le mandat des hommes qui les gouvernent depuis mille neuf cent ho la la.

  10. Ou est passer équilibre ethnique si oui, halidou bague ou salifou amadou doit occuper ce poste. Notre Jaques verges doit se taire le jeu jeu est terminer, have to wait for the next game

    • ravale tes obscenites d’equilibre ethnique. Nous devrons trouver le moyen de restaurer la democratie qui nous proteges et garantie nos droits. Apres quoi nous poserons la question des equilibres.

  11. 1°Quand la justice leu donne raison le Niger est un pays de droit. Le jour où ils ont tort le Niger c’est l’enfer, le Niger est foutu, le Niger c’est une dictature.
    2°En réalité le Niger n’intéresse pas hama et certains de ses semblables. Ce qui les intéresse c’est de pendre l’appareil de l’Etat sans lequel il pense qu’il n’y a pas de salut.
    3°Tant qu’ils ne sont pas aux commandes le Niger, son avenir, sa stabilité, son honneur,. ne les intéressent pas.
    4° Ils n’agiriont dans le sens de paix dans notre pays que quand ils ont l’appareil de l’Etat, quand ils peuvent voler allègement. Sinon bonjour les dégâts
    5° Et maintenant que leur chef est à l’extérieur, maintenant que leur chef pense qu’il n’est plus à la portée des incendies, il les utilisera pour mettre du feu.
    6° Les nigériens qui aiment le Niger sont prévenus : le pyromane et lâche est désormais en pleine action.
    A bon entendeur

  12. Salam,
    Nous souhaitons qu’Allah nous fasse le bon choix. Le choix le meilleur.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.