Home ACTUALITE Arène politique : De la nécessité du dialogue en démocratie

Arène politique : De la nécessité du dialogue en démocratie

Au Niger, depuis la lutte engagée par l’Union des Scolaires Nigériens et les autres forces démocratiques dans les années 90, le processus démocratique est irréversible. Les forces politiques véritablement démocratiques ne peuvent mener leur combat politique que dans un cadre républicain.

Nonobstant ses hauts et ses bas, la situation politique au Niger est tempérée. A l’instar des autres démocraties, la rivalité politique se passe entre deux camps : une majorité et une opposition qui coexistent pacifiquement. De ce fait, la conquête du pouvoir doit obéir au principe de l’alternance démocratique à travers l’expression de la souveraineté populaire. Les deux groupes ont donc intérêt à asseoir une démocratie saine et pérenne. Pour ce faire, l’opposition doit sérieusement jouer son rôle. Ainsi, une opposition apte et constructive est un atout pour notre démocratie. En tant que contre-pouvoir, elle peut influencer les décisions de la majorité au pouvoir et aussi la contraindre à répondre aux aspirations du peuple.

Savoir poser des actes empreints de sagesse est un atout dans l’arène politique. Le processus électoral est déterminant pour le renforcement de notre démocratie. Quand l’opposition refuse de siéger au Conseil National de Dialogue Politique pour en discuter, c’est un comportement qui doit être condamné par tout démocrate sincère quel que soit son bord politique. Le dialogue est nécessaire dans la société. Il rapproche les personnes et les peuples et favorise le bien vivre ensemble, la stabilité et le progrès.

Le processus électoral se déroule normalement et ira à son terme. Les partis de l’opposition sont impliqués, ils sont membres de la CENI et leur présence a été remarquable à l’enrôlement. Leurs leaders en première ligne et leurs militants se sont tous faits enrôler à leur grande satisfaction. Vouloir tout d’un coup inventer des faux-fuyants pour discréditer le processus électoral est une attitude ambivalente et incorrecte. Quand on est sûr de la véracité de ses positions, on doit dialoguer pour convaincre. Les déclarations et les communiqués répétitifs et rébarbatifs qui partent dans tous les sens peuvent être révélateurs d’une situation de désespoir et de tâtonnement.

La politique se nourrit de débats contradictoires. Il faut les faire avec honnêteté, civilité, civisme et patriotisme. Dans un monde devenu un village commun, les débats vont au-delà des frontières nationales et continentales et peuvent être suivis en temps réel. Pour convaincre, il faut user de la force des arguments et non des arguments de la force. Par conséquent, notre opposition doit dialoguer, si elle veut regagner la confiance de l’opinion. Elle a en son sein des hommes et des femmes raisonnables et valeureux capables de se déterminer.

De quoi l’opposition a-t-elle peur ? A quoi sert une opposition qui hésite à aller aux élections?  Il n’y a vraiment pas lieu de faire une tempête dans un verre d’eau. Elle doit se ressaisir, surtout que la main de la majorité est toujours tendue. Il y a des moments où il faut transcender les ententes subjectives et handicapantes entre partis et faire preuve de sursaut patriotique. Chacun de nous peut avoir son bord politique, mais le NIGER est notre patrie commune.

Par Zakaria Abdourahaman (Contribution Web)

4 Comments

  1. Bonjour,

    Ce que vous dites est certes vrai mais c’est la MRN même qui ne veut pas de ce dialogue et particulièrement le PNDS. De toutes les mandatures, le dialogue a prévalu et les CNDP ont toujours privilégié le dialogue avec le PNDS étant à l’opposition peuvent en témoigner les archives.
    Ne venez pas dire des choses que nul ne peut réfuter mais le problème c’est le PNDS qui est le plus grand comploteur de tous les temps et a peur justement d’une élection inclusive et transparente en cherchant coûte que coûte à perturber les congrès des partis, à s’ingérer dans la vie privée des citoyens et a violer la constitution.
    Un exemple la sortie médiatique de Sanoussi sur les différents reports des élections communales depuis 2016 et en remplaçant les maires élus par des délégués en violation flagrante des lois du pays. si vous changez un maire sur détournement il faut d’abord juger l’affaire et laisser aux conseillers de choisir leurs nouveaux délégués et non les imposer.

    Autre exemple, les partis des non affiliés et l’APR qui sont dans la même MRN ont demandé un nouveau chronogramme pour respecter la procédure d’organisation des élections, c’est encore le PNDS qui répond pour rejeter cette demande légale des partis, trouvez-vous ça normal que si un parti est minoritaire qu’il ne doit pas être entendu sur des faits avérés ou son droit constitutionnel?

    Cher Monsieur, la vérité triomphera toujours et tout finira par se savoir. Ton poste ne nous apprend pas des choses que nous connaissons déjà qui est de chercher un bouc émissaire alors même qu tous les maux du Niger sont d’origine rose. vous voulez la démocratie respecter autrui, respecter la contradiction, respecter la divergence d’opinion, accepter la confrontation des idées et non les arguments de la force en muselant tous ce qui ne pensent pas rose ou bonnet rouge.

    La bonne gouvernance voudrait que toutes les idées sont les bonnes et on en tire une synthèse acceptée par tous et s’assurer de leur cohérence dans la mise en ouvre. Donc créer les condition d’un CNDP juste et équitable et d’une CENI transparente et représentative de toutes les colorations politiques ou les décisions assorties sont la synthèse des contributions des membres et que le fichier électoral soit apposé par tous.
    Il n’est jamais trop tard pour bien faire et bien finir.
    Sachez que personne ne sera narguée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Check Also

Invitation du Collectif des Nigériens de la Diaspora (CND) à un Débat Public sur l’Application Zoom…

La campagne électorale pour les prochaines élections présidentielles commencera le 5 décem…