Home ACTUALITE Areva, le Niger et l’affaire de l’« Uraniumgate »

Areva, le Niger et l’affaire de l’« Uraniumgate »

On le dit plus influent que le Premier ministre, Brigi Rafini, dont il a été le ministre de l’Intérieur et de la Défense avant d’occuper son poste actuel, aux Finances. Pourtant, depuis quelques semaines, Hassoumi Massaoudou vacille, alors qu’une partie de la presse nigérienne l’accuse d’avoir détourné des sommes d’argent issues d’une transaction d’uranium en 2011.

Une commission d’enquête parlementaire a été constituée et a débuté ses investigations. Le ministre devait y être entendu mardi 28 mars, tandis que les plus virulents de ses adversaires ont réclamé sa démission. L’homme conserve le soutien du président, Mahamadou Issoufou, et celui de son successeur à l’Intérieur, Mohamed Bazoum, le second personnage incontournable de la majorité présidentielle. Mais l’« Uraniumgate » – comme l’ont baptisé les journalistes nigériens – l’a bel et bien rattrapé.

En quelques jours, le groupe français va perdre pas moins de 101 millions de dollars

Au centre de l’histoire, que Jeune Afrique est en mesure de reconstituer grâce à des documents inédits, quatre ventes suspectes d’un même stock d’uranium, à quelques jours d’intervalle en novembre 2011, impliquant la Société du patrimoine des mines du Niger (Sopamin), Optima Energy, filiale libanaise d’un groupe basé en Suisse, Energo Alyans, une société russe fantôme, et Areva, le géant du nucléaire français, présent au Niger à travers la Société des mines de l’Aïr (Somaïr), Imouraren SA et la Compagnie minière d’Akouta (Cominak).

 

À cette période, le groupe français sait déjà que les prochaines années seront houleuses. Le scandale Uramin, qui lui fera perdre plusieurs milliards d’euros, est sur le point d’éclater. Et, quelques mois plus tôt, en mars, l’accident de la centrale nucléaire japonaise de Fukushima a fait dégringoler les cours du précieux minerai.

Pourtant, dans la semaine du 21 novembre, il se lance dans une gigantesque opération de trading portant sur quelque 5,5 millions de livres d’uranium U308, soit plus de la moitié de la production annuelle du Niger. À la clé : une perte nette de plus de 100 millions de dollars.

La société russe fait monter le prix 

Comment en est-on arrivé là ? Le stock est d’abord vendu par Areva UG (sa branche minière) à une société russe, Energo Alyans, pour 220 millions de dollars, soit 40 dollars la livre, 13 de moins que son prix moyen sur les marchés durant cette période. Energo Alyans revend ensuite la marchandise pour 302,2 millions de dollars, le 24 novembre, à Optima Energy, filiale libanaise d’une société suisse dont le conseil d’administration est présidé par Jean-Claude Meyer.

En quelques jours, la livre d’U308 vendue par Areva est donc passée de 40 à 54,95 dollars. Energo Alyans empoche une plus-value de 82 millions de dollars.

Rééxpédié au Niger

Arrive la troisième opération, pour laquelle Niamey est sollicité. Le 25 novembre, Optima revend sa cargaison à la Sopamin, pour 319,8 millions de dollars, soit plus de 58 dollars la livre, alors qu’elle n’est cotée que 53 dollars ce jour-là. En vingt-quatre heures, Optima réalise sur le papier un bénéfice de 17,6 millions de dollars. Sitôt l’U308 aux mains de la société nigérienne, Areva UG le lui rachète 320,65 millions de dollars. La Sopamin empoche 850 000 dollars, tandis que la filiale du groupe nucléaire français enregistre, au final, une perte de 101 millions de dollars.

Il voulait juste utiliser le nom de la Sopamin. Il m’a dit que le Niger gagnerait de l’argent

Selon un rapport interne, le manque à gagner « devait être compensé » par un « produit d’exploitation » positif chez Areva NP, une autre branche de la multinationale, spécialisée dans la construction et la commercialisation de réacteurs, et dirigée en 2011 par Philippe Knoche, aujourd’hui directeur général d’Areva. Au Niger, l’opération a été validée par Hassoumi Massaoudou.

L’intermédiaire de Sopamin 

Pourtant, en novembre 2011, le ministre de Finances n’a officiellement aucun lien avec la Sopamin. Il vient de diriger la campagne présidentielle de Mahamadou Issoufou, dont il est devenu le directeur de cabinet à la présidence, avec rang de ministre. Néanmoins, c’est bien lui qui signe la transaction entre la Sopamin et Optima Energy et qui paraphe l’ordre de virement de 319 millions de dollars, effectué via BNP Paribas vers Emirates NBD, une banque de Dubaï.

Hassoumi Massaoudou intervient auprès de la Sopamin pour autoriser la transaction après avoir reçu un coup de téléphone de la part de Sébastien de Montessus. Aujourd’hui PDG d’Endeavour (du milliardaire égyptien Naguib Sawiris), ce dernier est à l’époque membre du directoire d’Areva et directeur de la filiale Business Group Mines. Lui-même aurait agi au profit d’Areva NP, qui aurait eu besoin d’un stock d’uranium dans le cadre d’un contrat.

« Il voulait juste utiliser le nom de la Sopamin. Il m’a dit que le Niger gagnerait de l’argent dans l’opération », confie le ministre. Il prend alors des dispositions auprès du directeur de la Sopamin, Hamma Amadou (à ne pas confondre avec l’opposant Hama Amadou). Officiellement, la culbute réalisée par la société nigérienne a été reversée à l’État.

Sept jours avant l’opération entre le Niger et Optima, Areva a donc tous les éléments du circuit en main

En tant que « banque de l’uranium » (le trading de combustible nucléaire étant particulièrement sensible, seules quelques sociétés dans le monde ont un agrément), Areva suit les opérations avec une attention particulière, notamment via Jean-Michel Guilheux, son vice-président à la division Uranium Sourcing and Supply Contracts. Celui-ci confirme, dans deux lettres adressées à Jean-Claude Meyer, le patron d’Optima Energy, les transferts de « la propriété des 5,5 millions de livres d’U308 » d’Energo Alyans à la société libanaise, le 24 novembre 2011, puis de celle-ci à la Sopamin, le lendemain.

Jean-Michel Guilheux se porte même garant du transfert des 319 millions de dollars de la Sopamin vers Optima Energy dès le 17 novembre, comme l’atteste un courrier adressé à la banque dubaïote Emirates NBD : « Le transfert de matériau à destination de et depuis Optima Energy est géré par UG MbH [filiale d’Areva à Francfort, en Allemagne, spécialisée dans le négoce d’uranium] », indique le document. Sept jours avant l’opération entre le Niger et Meyer, Areva a donc tous les éléments du circuit en main. Selon un autre document, le montage aurait même été précisément discuté dès juillet de la même année.

Le Niger déjà en surproduction à l’époque

« La Sopamin n’avait aucun intérêt à acheter de l’uranium à une société étrangère », estime un spécialiste de l’industrie extractive au Niger. Car, en 2011, elle ne parvenait déjà pas à écouler son propre stock, extrait de son sol, et a dû, d’ailleurs, recourir aux services d’Areva pour en commercialiser 556 tonnes (environ 1,2 million de livres). Une opération qui apparaît dans le bilan financier du groupe français. Pour Hassoumi Massaoudou, cette opération n’avait en fait « aucune matérialité. La Sopamin n’a ni acheté ni vendu d’uranium. Areva avait juste besoin de son nom. » Pour le ministre des Finances, « aucun dollar n’est sorti du pays » puisque la revente est intervenue dès le lendemain.

Pour le ministre des Finances, « aucun dollar n’est sorti du pays »

En dehors de la Sopamin, le profil des autres sociétés intermédiaires pose question : aucune n’est précisément un spécialiste du secteur uranifère, même si, pour pouvoir intervenir sur ce marché, elles ont dû obtenir un agrément. Optima Energy, qui a certes travaillé avec Areva au Nigeria dans le cadre de la précommercialisation d’une centrale, est davantage active dans le domaine du pétrole, tandis qu’Energo Alyans est inconnue des traders que JA a pu solliciter.

Pis : selon une source au cœur du dossier, elle aurait totalement disparu peu de temps après les faits. Pour cette même personne, spécialisée dans l’intelligence économique, le schéma mis en place par Areva serait en fait « assez classique dans les montages frauduleux ».

La justice française sur le coup depuis 2015

À nos questions, Areva n’a pas souhaité répondre, mais précise que ces transactions font l’objet d’une enquête préliminaire et que la société se tient « à disposition de la justice française ». Quant à Optima Energy, elle assure que l’opération n’aurait pas abouti et qu’elle n’a en réalité enregistré aucune plus-value. « Les fonds reçus ont été intégralement renvoyés », indique la société.

La justice française a lancé des investigations dès 2015, via le Parquet national financier et la brigade financière de Paris, en parallèle de son enquête sur le scandale Uramin. Conduites pendant un temps par la procureure Ariane Amson, devenue en 2016 conseillère justice du président français, François Hollande, elles sont toujours en cours.

L’enquête se concentre actuellement sur la partie russe de l’affaire, et sur des soupçons de commissions et de rétrocommissions que ce montage pourrait avoir cherché à dissimuler en partie. Si les bénéficiaires ne sont pas encore clairement identifiés, le montant total est estimé à 120 millions de dollars environ, dont les 101 millions issus de l’Uraniumgate. De Paris à Niamey, l’affaire n’a pas fini de faire parler, et pourrait même trouver un écho outre-Atlantique : le FBI devrait être interpellé prochainement par des actionnaires américains qui s’estiment floués.

[author ]Par Mathieu Olivier (Jeune Afrique)[/author]

16 Comments

  1. Et si TOTO A DIT n’est pas nigérien qu’il cesse alors de profiter de tamtaminfo pour insulter les nigériens et Niger.
    S’il a honte d’être nigérien qu’il opte pour une autre nationalité de son choix.
    A bon entendeur…

    1. Quel bon entendeur !!

      SALAUD !!!

      Pourquoi ne fais tu pas taire TOTO A DIT…..

      DICKHEAD, tu le connais où la même ?

      Dégages la bas !

  2. Les nigériens n’aiment pas leur pays. Ils n’ont que leurs intérêts. Sinon, certaines choses n’allaient pas voir le voir. C’est le des gens comme Mounkaila Halidou qui se disent syndicalistes et qui bloquent l’école pour protéger des indélicats détenteurs de faux diplômes. Que Dieu nous garde. AMIN!!!

  3. 1. Pourquoi les mafias internationales s’installent-elles chez -nous?
    2. Mais parce qu’elles savent que les nigériens sont prêts à TOUT pour avoir des miettes
    3. Mais parce qu’elles savent que nous n’avons plus de repère
    4. Mais parce qu’elles savent que nous sommes un pays des gens désorientés
    5. Parce que, depuis longtemps le nigérien a perdu toute sa fierté
    6. Parce que le nigérien a perdu tout sens de la collectivité
    7. Parce que le nigérien ne croit plus à l’avenir
    8. Mais parce que le nigérien a perdu tout espoir
    9. Mais parce que le nigérien n’a plus d’attente
    10. Mais parce que pour le commun des nigériens « demain ça sera encore pire »
    11. Mais parce que le nigérien n’a plus d’espérance
    12. Parce que nous sommes devenus aveuglement cupides
    13. Parce que nous sommes prêts à vendre notre pays, notre honneur, notre avenir pour des miettes
    14. Mais parce que le nigérien n’a plus d’ambition ni pour lui-même, ni pour sa famille, ni pour ses enfants, ni pour son pays
    15. Pour toutes ces raisons notre pays n’est plus protégé
    16. Mais parce que nous passons le plus clair de notre temps à nous insulter et penser à notre pays n’est pas notre priorité.
    17. C’est pour toutes ces raisons que les mafias internationales pullulent dans notre pays
    18. Les mafias internationales savent qu’elles vont trouver des gens désarmés, désorientés, prêts à vendre TOUT, y compris leur pays pour avoir de quoi manzer
    19. Les mafias internationales savent que les nigériens ne s’entendent sur rien du tout.
    20. Même sur la nécessité de créer un meilleur avenir à leurs enfants…..

    1. En réalité nous sommes tous des voyous et nous n’aimons pas notre pays. Un exemple; comment expliquer qu’on trouve pas un consensus pour sauver notre école, c’est à dire nos enfants?

  4. Les trouvailles de l’escroquerie mafieuse contre le Niger commencent à prendre forme….
    120 millions de dollars de commissions et de retrocommissions à des bénéficiaires qu’il faut remonter et identifier…… Voisin passes ta calculatrice à TOTO A DIT pour évaluer 120 millions $.font combien même en FRANC CFA…..

    $120.000 000 X 600 (+/-) s’elevent à = .TIC…. TIC.. TIC……

    72 000 000 000 ……. 72 milliards CFA ??????

    CHIEEEEEEEEEEEEE……. PPPPPPOOOOOOOOOOOOO…….. OLEEEEEEE HHH…….. Aux VOLEURSSSSSSSS…..

    BIEN NORMAL avec ces types de vols pour que TOUT REDEVIENNE …TAPCHI……. DOUET…..

    Seulement la patience est une vertu à celui qui sait attendre…..

    Ou bien TOTO A DIT…. Le dit antinational…. a menti supposés Nationaux…..

    Waouille…. Waouille….. 72 milliards à justifier….. YA DRAHHH DEY……

    1. “SILENT WEAPONS FOR QUIET WARS”

      “A silent weapon system operates upon data obtained from a docile public by legal (but not always lawful) force. When the government is able to collect tax and seize private property without justification, it is an indication that the public is ripe for surrender and is consenting to enslavement and legal encroachment.”
      « War is therefore the balancing of the system by killing the true creditors (the public, which we have taught to exchange true value for inflated currency) and falling back on whatever is left of the resources of nature and regeneration of those resources. »
      “Until such energy dominance is absolutely established, the consent of people to labor and let others handle their affairs must be taken into consideration, since failure to do so could cause the people to interfere in the final transfer of energy sources to the control of the elite. It is essential to recognize that at this time, public consent is still an essential key to the release of energy in the process of economic amplification. Therefore, consent as an energy release mechanism will now be considered.

    2. Dis nous d’abord si tu es nigérien. Car un jour tu as laissé plané le doute sur ta nigérienneté.
      Après on va continuer les débats.

      1. DEBAT avec qui?????

        Qui veut perdre son temps avec un couillon… Crétin comme toi….

        D’ailleurs quelle perte de temps……. MÊME…

        1. Et TOTO A DIT se refuse à glisser dans une discussion de bas étage de… ‘nigérienneté » ….ET…. / … OU…..

          Il aime et demeure rester le CITOYEN DU MONDE…

          1. TOTO A DIT et son espèce sont toujours comme ça: des insultes rien que des insultes et des idées négatives.
            Tout citoyen du monde a une nationalité.
            Et si TOTO A DIT n’est pas nigérien qu’il cesse alors de profiter de tamtaminfo pour insulter les nigériens et Niger.
            A bon entendeur…

          2. Si Tout citoyen du monde a une nationalité…….TOTO A DIT se percevant comme un CITOYEN DU MONDE….. sans frontière…. Without border…… a toutes les dites nationalités et a le droit de dire partout…. De mettre sa bouche Partout…..
            Et comme tu sembles avoir un problème avec cela…. C’est TON PROBLÈME pas son problème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Hama Amadou à Niamey…

L’ancien président de Lumana Monsieur Hama Amadou est arrivé cet après-midi à Niamey en co…