Home ACTUALITE ARRESTATION D’ALI TERA AUX USA : L’INÉVITABLE DÉPORTATION DU ‘’ZORRO’’ NIGÉRIEN !

ARRESTATION D’ALI TERA AUX USA : L’INÉVITABLE DÉPORTATION DU ‘’ZORRO’’ NIGÉRIEN !

Quelques personnes essentiellement des membres de la famille d’Ali Téra et des militants du FA-Lumana (la formation politique pour laquelle il milite) ont manifesté Lundi à Winston Salem (Caroline du Nord) devant le bureau d’un parlementaire pour lui demander d’intercéder auprès de la Justice américaine afin d’éviter la déportation de l’intéressé vers le Niger où selon eux il risque la mort pour ses opinions politiques. Sauf que les ouailles du tristement célèbre Ali Marounfa doivent prendre leur mal en patience puisque son sort est désormais tributaire d’un juge fédéral.

Une demande qui a cependant très peu de chance d’aboutir car outre qu’Ali Téra est en situation irrégulière aux Etats-Unis depuis presque 25 ans, le prévenu a un mauvais casier judiciaire (bad criminal record). Ali Téra est un prototype de proie facile pour l’administration de Trump qui entend appliquer rigoureusement les lois et règlements sur l’immigration. Pour Washington, le Niger du président Issoufou Mahamadou est également un modèle de démocratie en Afrique, un pays sans prisonnier politique où la presse est libre et les droits constitutionnels garantis. Ce qui en dit long sur une éventuelle demande du Niger d’extrader cet indélicat apatride.

Que reproche-t-on à Ali Téra ?

M.Bryan Cox, le Directeur en Communication du Homeland Security Investigations (ICE), une unité spécialisée de la police américaine qui détient Ali Téra a pour l’instant refusé de détailler les charges qui pèsent sur lui pour des raisons d’enquête. Ce sera dit-il à un juge fédéral de l’immigration de décider de son sort, notamment une déportation ou extradition vers Niamey. Pour l’instant, on ignore en outre si le Niger a formulé une demande d’extradition du prévenu pour ses YouTube vidéos inflammatoires, ses incitations à la haine et à la violence et ses appels au renversement des institutions de la 7ème République. Selon une source non officielle, Interpol serait bel et bien saisi du dossier d’Ali Téra au moment fort de son terrorisme à l’encontre des autorités du Niger. Demande d’extradition ou pas, on se rappelle que Washington a décidé de renvoyer vers leurs pays d’origine les sans-papiers, prioritairement les criminels de la trempe d’Ali Marounfa, des gens qui constituent un danger public et une menace pour la sécurité du pays.

Un test de bonne foi de Washington en matière de lutte contre le crime organisé

Pour de nombreux observateurs, le dossier Ali Téra est un vrai test dans la coopération entre Niamey et Washington en matière de lutte contre le terrorisme et la criminalité organisée. C’est le moment disent-ils de démontrer que cette coopération n’est pas à sens unique. Les américains sont sur le point de construire au Niger une prison de haute sécurité. Il sera préférable qu’elle ouvre ses portes avec des criminels de la trempe d’Ali Marounfa estiment-ils, à la fois pour les crimes commis aux Etats-Unis mais aussi au Niger.

Mais attention préviennent certains compatriotes vivant à Greensboro (communément appelé petit Niamey) qui connaissent bien ce « trouble maker » (fauteur de trouble). « En vrai criminel Ali Téra n’a peut-être pas encore dit son dernier mot’’, préjugent-ils. Il se pourrait qu’il ne soit pas venu aux Etats-Unis avec un passeport nigérien, supposent d’autres. D’aucuns avancent déjà qu’il détiendrait un passeport Togolais ou Ghanéen !

Que risque Ali Téra ?

Trois (3) hypothèses se dégagent dans le dossier d’Ali Téra. La première hypothèse, ce que le juge fédéral d’immigration décide de lui accorder l’asile politique et régularise sa situation. Ce pourquoi justement ses proches se battent. Dans la seconde hypothèse, le justice refuse les arguments des avocats du prévenu et décide de le renvoyer vers son pays d’origine en se basant non seulement sur son mauvais casier judiciaire mais aussi sur le caractère démocratique du régime nigérien. C’est l’hypothèse la plus plausible. En fin, il n’est pas aussi exclu qu’Ali Marounfa fasse les frais de la coopération entre Niamey et Washington en matière de lutte contre le terrorisme et la criminalité organisée, un domaine chère aux américains. Dans tous les cas, le casier judiciaire de l’intéressé pèsera lourd dans la décision de justice.

[author ]Maaroupi Elhadji Sani (USA)[/author]

54 Comments

  1. Soyons sage dans nos propos. Ce Monsieur est certainement grossier, mais cela ne justifie pas ce qui lui arrivent. Jubiler du malheur de son frère n’est pas la bonne attitude cher frère et chère sœurs, j’espère qu’il retrouvera sa famille bientôt In Shaa Allah. Quant à ceux qui utilisent la force publique parce qu’ils sont au pouvoir ils doivent se méfier de ce dernier, car tout finira par disparaître un jour. Dieu leur a certainement donné ce pouvoir mais pas dans l’optique de régler des comptes à des opposants où d’opposants d’idée. Nul ne doit être inquiéter pour ses opinions, ceci est le principe de base de toute démocratie. S’il sont derrière ceci, cela prouve d’autre part leur faiblesse en quelque sorte. Pour répondre à ce Monsieur, ils doivent travailler pour l’épanouissement de leur concitoyens et montre à tout le monde qu’il a tort. Pourquoi s’inquiète lorsqu’on prétend travailler pour son peuple.

  2. Ca ne reste que les autres ethnicistes de Loumana qui ne souhaitent que du malheur au Niger. Des gens comme Pedro et Hama Amadou. Loumana est tout simplement un parti des badauds, mal éduqués, coureurs de jupons, etc…

  3. Contrairement aux gens de LUMANA nous ne devrons pas être contents quand un malheur frappe un compatriote, fut-il un adversaire politique.
    Aucun nigérien ne doit donc être content de ce qui arrive à Ali Téra.
    Nous souhaitons donc un bon dénouement de cette affaire.

  4. Pauvre Ali Téra. Et pendant ce temps, celui pour quil il a lutté à savoir Hama Amadou se la coule douce dans les suites hôtelières parisiennes.
    Comme quoi au LUMANA les grands mangent les petits.

  5. Les TOTO A DIT qui souhaitent des malheurs à notre pays ne perdent rien à attendre;
    comme Ali Téra, tous ceux qui ont haine de notre pays finiront par payer.

    Les malheurs qu’ils souhaitent au Niger finiront par tomber sur eux.
    A bon entendeur….

  6. 😱😱😱😱TOH ???? 😭😭TOH ??? 😱😱

    Comment les CHEFEILLONS africains ont failli Kadaffi….ont trahi le Guide..

    Comment aurait on pu sauver le Guide Libyen..

    Quelle revelation !!

    La révélation choc de Gadio sur l’assassinat de Kadhafi

    Une phrase, une seule, et Mouammar Kadhafi serait encore en vie. Et il aurait peut-être fêté ses 65 ans le 19 juin. Il ne serait certainement pas à la tête de la Libye, mais quelque part dans un pays africain pour profiter de ses vieux jours, sous son turban d’exilé.

    En 2011, alors que la guerre en Libye fait rage et que son régime est au bord du chaos, Kadhafi accepte de se retirer. Pour s’exiler. « Il était d’accord de quitter la Libye avec des conditions », révèle l’ancien ministre des Affaires étrangères Cheikh Tidiane Gadio sur le plateau de l’émission Opinion (Walf Tv).

    Il fallait d’abord convaincre les Américains qui, à leur tour, pourraient freiner le Président français Nicolas Sarkozy et l’Otan, qui étaient engagés à fond dans la bataille. Gadio fait ses valises et traverse l’Atlantique.

    « Je suis allé aux États-Unis et j’ai négocié difficilement, rembobine celui qui fut ministre des Affaires étrangères sous Wade pendant onze ans. Ils m’ont dit qu’ils sont d’accords, mais à condition de l’envoyer (Kadhafi) au Venezuela. Je leur ai dit qu’il n’ira pas au Venezuela ni nulle part, il va rester et mourir en Afrique. »

    Pendant ce temps, les chefs d’État africains tenaient une réunion à Addis-Abeba, en Éthiopie, sur la Libye. Les États-Unis saisissent la balle au bond. Ils font savoir à Gadio que si les homologues de Kadhafi soutiennent sa démarche et acceptent de mettre dans une résolution la phrase suivante : « Nous exigeons l’arrêt de la guerre et l’ouverture de négociations », ils valideront la solution de sortie de crise. Kadhafi sera épargné.

    Cet élément de langage ne figurera pas dans la résolution des chefs d’État africains. Pour des raisons que l’ancien chef de la diplomatie sénégalaise n’a pas dévoilées. « La guerre a continué et Kadhafi a été assassiné », regrette Gadio, qui se remémore cet épisode des relations internationales le cœur gros, avec la forte conviction que certains présidents africains sont en partie responsables de la mort de l’ancien guide libyen.

      1. Tu as dit verite dey…aussi vrai que celui qui disait….:

        Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n’est pas victime mais complice. ..
        Pourquoi donc se plaindre ??

    1. Pauvre TOTO A DIT il n’est pas loin de soutenir que ce sont les africains qui tué Kadhafi et non les Sarkzy.
      Une question que cherche donc TOTO A DIT à travers sa diversion?
      Le premier traitre c’est bien l’ancien président du Sénégal, A. WADE qui a été jusqu’à Benghazy avec Karim son fils pour narguer et insulter Kadhafi, Tout ça pour encourager les Sarkozy dans leur sale besogne.
      Ce ministre sénégalais refuse de dire cela. Avec l’aval de TOTO A DIT?

      1. Non contrairement aux nigériens comme TOTO A DIT les sénégalais n’insultent pas vulgairement leur président, ni leur pays. Ce ministre sénégalais sait ce que WADE a fait pendant la crise libyenne. Mais il n’en fait pas cas.

      2. If you weren’t a congenital NUMSKULL you should comprehend that TOTO A DIT didn’t say it but was just report it the statement of a former senegalese Secretary of State ,who was an active actor of the negotiation with the Americans…..If you contest his statement why not challenge Cheikh Tidiane Gadio in a public debat ?

        What TOTO A DIT have to do wirh this additional information provided by this guy.

        BUT TOTO A DIT seems to forget A Jackass remains a dumbass …and for good.

        Et qui disait la meme que
        Le crétin se reconnaît à son goût pour les exactitudes inutiles. 

        Et Vieux CON benet !!

        1. TOTO A DIT a lui-même démontré que les sénégalais, contrairement à certains nigériens n’insultent pas leur pays, n’insultent pas leur président.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Nécrologie : Maman ABOU de la NIN n’est plus !

Mamane Abou, PDG de la Nouvelle Imprimerie du Niger et directeur de publication du journal…