Home ACTUALITE Arrêtez le massacre…

Arrêtez le massacre…

IMAGE D’ILLUSTRATION

Des faits d’une extrême gravité se sont déroulés et se déroulent actuellement dans notre pays et au Nord du Mali. Sous le fallacieux prétexte de lutte contre le terrorisme et le jihadisme des groupes armés d’auto défense massacrent quotidiennement et tuent délibérément des composantes d’une ethnie. Devant ce carnage à la limite d’un génocide les représentants de cette communauté lancent un cri d’alarme. Terrifiant.

Déclaration de la communauté peule suite aux évènements tragiques survenus dans la zone Nord Tillabéry (Abala, Banibangou, Inatès, etc.)

Thème : Situation sécuritaire des éleveurs peuls au Niger

-Considérant l’attachement du peuple nigérien aux droits fondamentaux de l’homme ;

-Considérant larésolution 39/46 de l’Assemblée générale des Nations Unies du 10 Décembre 1984 adoptée à New York et ratifiée par le Niger le 05 Octobre 1998 notamment aux articles 1 et 2 de la convention contre la torture ;

-Réaffirmant que la discrimination entre les êtreshumains pour des motifs fondés sur la race, la couleur ou l’origine ethnique est un obstacle à la cohésion et à la coexistence pacifique quiest susceptiblede troubler la paix, la sécurité et la concorde entre les peuples vivant au sein d’un même territoire ou Etat ;

-Ayant à l’esprit les propos de l’anciensecrétaireGénéral de l’ONU, S.E M Koffi Annan qui soulignait je cite« il faut faire en sorte que le respect des droits de la personne humainedevienne une réalité pour chaque homme, chaque femme et chaque enfant » fin de citation ;

– Considérant la constitution du Niger, en ses articles 11 et 12 qui disposent que :

Art. 11.-« La personne humaine est sacrée. L’Etat a l’obligation absolue de la respecter et de la protéger ».

Art. 12 –« Chacun a droit à la vie, à la santé, à l’intégrité physique et morale, à une alimentation saine et suffisante, à l’eau potable, à l’éducation et à l’instruction dans les conditions définies par la loi.

L’Etat assure à chacun la satisfaction des besoins et services essentiels ainsi qu’un plein épanouissement.

Chacun a droit à la liberté et à la sécurité dans les conditions définies par la loi ».

-Profondément préoccupés par la stigmatisation de la communauté peule ;

Nous, communauté peule du Niger, notons avec amertume et désolation, que l’Etat du Niger s’est engagé depuis un certain temps à utiliser des groupes armés étrangers pour soit disant lutter contre les terroristes ; mais à notre grande surprise ces mercenaires s’adonnent à une extermination génocidaire de la communauté peule du Niger.

Comme nous avons interpellé le gouvernement et l’ensemble de l’opinion nationale et internationale lors de notre première déclaration en novembre 2016 et suite aux évènements macabres et meurtriers ayant débutésle 11 juillet 2017 commis par le GATIA de Elh Ag Gamou et le MSA de Moussa Ag Acharatoumane dont les autorités par finir ont reconnu la gravité et l’ignominie par laquelle ces derniers ont trompé et trahi le gouvernement dans la conduite de leur mission dont eux seuls connaissent le contenu. Cette opération ayant pris fin le 18 juillet 2017 est nommée : « AKAWAL »

Comme reconnues par les autorités en charge de la sécurité après des rencontres d’échanges avec des leaders suite à la déclaration du 26 novembre 2017 , leurs amis missionnaires du GATIA et du MSA se sont engagés dans un génocide de la communauté peule de la frontière du Mali jusqu’à Sokoto comme ils aiment le dire eux-mêmes en partant sur des principes de luttecontre le terrorisme aux côtés des états se prétendant être leurs alliés.

Cette occasion pour eux d’user de cette stratégie mensongère pour justifier leur vengeance contre la communauté peule du Niger qui entretenait une farouche guerre contre les daoussak depuis les années 1984 et jusqu’à l’avènement du MNLA qui puisait ses sources de survie sur les biens de la communauté peule transfrontalière qu’ils ont sévèrement affaiblie sous l’œil impuissante des Etats et j’en passe etc.…..

Pensant que le gouvernement a pris acte de ces crimes commis volontairement par ces mercenaires pour assurer la protection des citoyens et faire la distinction entre être terroriste et être peul et de songer à collaborer avec les filles et les fils de la communautépour la gestion de ce conflit, nous constatons le pire.

L’alliance GATIA, MSA, et autres intervenants dans le conflit nord du Mali devient une véritable machine d’extermination injuste et inhumaine des communautés du Nord Tillaberi et particulièrement les peules qui restent leur cible stratégique.

Avec cette couverture des forces du Barkhane du Maliau plus haut niveau, le GATIA et le MSA profitent pour se venger des antécédents des conflits communautaires ayant conduit à des confrontations meurtrières entre les peules pasteurs du Niger et les communautés Daoussak et Imgad du Mali et qui avait couté en cette période à leurs dont des proches des chefs de ces deux mouvements criminels.

Nous avons constaté que le MSA et le GATIA ont pu abuser de la confiance des responsables des forces internationales au Mali, qui à leur entendement pourront amener un plus dans la lutte antiterroriste.

Au contraire ces deux groupes ont leur propre ambition et dont certains de leurs objectifs sont déjà atteints avec les deux grandes opérations menées spécialement sur les peules dont celle de juillet 2017 « AKAWAL »

Des preuves sont réunies à travers plusieurs témoignages oculaires des victimes vivants et dans un rapport du chef de la division droits de l’homme de la MINUSMA présenté dans un point de presse le 12/04/2018 à Bamako.

De là, nous pouvons plus argumenter la thèse d’uncomplot d’extermination de la communauté peule entre le Mali et le Niger.

Si cela n’était pas leurs objectifs sur la couverture des états et des forces étrangères, pourquoi donc aucune collaboration n’a été tentée envers la communauté peule ? Ou même appelé ces fils ayant pris les armes non pour le terrorisme mais pour se protéger contre leurs ennemis de toujours à travers un dialogue qui ne fut jamais un souhait des autres ?

Quelle fut notre grande surprise ?

Durant la période du 30 mars au 07 avril 2018, plusieurs exécutions sommaires, des arrestations arbitraires, des viols, des pillages systématiques des biens, des tortures, des feux de brousse volontaires et des déportations des jeunes de la communauté peule se sont déroulées à ABOYOK (commune d’Abala), à Tafouguel (Banibangou), à Gassa, Sinagoder, aux campements de Bisso et Anné (Banibangou) par les groupes terroristes GATIA et MSA mais cette fois accompagnés de l’armée nigérienne et des éléments de BARKHANE qui eux ne participent aux opérations d’épuration de la communauté peule mais sécurisent la zone et laissent les bandits armés commettre leur forfaiture.

Ce qui nous amène à nous poser un certain nombre de questions :

Comment comprendre que dans un Etat de droit, des bandits armés viennent et commettent des exactions de tout genre au vue et au su des forces de défense et de sécurité et de l’ensemble des autorités ?

Ces criminels et terroristes sont- ils des mercenaires commandés pour une quelconque opération au Niger, donc soit, ils ont bénéficié de la complaisance d’une influence dont ils gardent l’anonymat ?

Pourquoi alors l’indifférence des FDS du Niger, de la MINUSMA et de BARKHANE vis-à-vis de ces actes criminels perpétrés par les éléments terroristes du Général Gamou et de ses alliés dans la zone ?

Ces bandits qui ont créé le chaos dans leur pays le Mali, veulent –ils créer la même situation au Niger ?

Au vue de cette situation, l’Etat du Niger peut-il se targuer d’être un Etat souverain ?

Voilà les quelques questions que se posent la communauté peule et l’ensemble des populations de la zone victimes des exactions de toutes sortes.

A ce niveau, il faut observer les points suivants

⇒ Qu’une mascarade s’est organisée avec le Général Elhadj Gamou et Moussa Ag Acharatoumane avec la complicité d’une puissance étrangère dont gardons l’anonymat pour éliminer la communauté peule ;
⇒ Que la souveraineté de l’État est remise en cause et qu’il appartient à chaque nigérien de se battre pour la faire respecter et sauvegarder.
⇒ Que l’ensemble des communautés sont arrêtées mais ce sont que les membres de la communauté peule qui sont systématiquement tués ;

Il faut aussi rappeler que ce ne pas une première fois que ces bandits armés et leurs chefs s’en prennent à des membres de la communauté peule. C’est le cas en 2013 et en 2017. Ces groupes ont mené leurs opérations dans un esprit de vengeance.

Le bilan de ces attaques est malheureusement lourd :

☞ La mort de plusieurs centaines de personnes ;
☞ Plusieurs milliers d’animaux et biens matériels emportées par les assaillants ;
☞ Des viols sur des femmes ;
☞ Des arrestations arbitraires et des déportations des jeunes ;
☞ Des tortures ;
☞ Des feux de brousse volontaires dans toute la bande de la frontière malienne ;
☞ Etc. ;

En conséquence, mesurant la gravité de cette succession d’événements et les conséquences que pourraient avoir certaines déclarations sur l’unité nationale, la communauté peule du Nigerrend la déclarationdont la teneur suit :

☞ Exigeons une enquête indépendante et juste pour éclairer l’opinion nationale et internationale sur le cas de violations graves des droits humains (art 99 Protocole Additionnel 2 de la convention de Genève de 1977) ;
☞ Exigeons le départ sans conditions de toutes ces forces criminelles du territoire national ;
☞ Condamnons vivement toutes les attaques terroristes perpétrées dans le mondeparticulièrement au Niger et présentons nos condoléances aux familles des victimes ;
☞ Demandons à ce que des poursuites pénales soient engagées contre les bandits armés,criminelsdu GATIA et du MSA notamment Elh Ag Gamou et Moussa Ag Acharatoumane, des responsables de BARKHANE et des FDS du Nigerqui ont participé aux exactions pour crimes contre l’humanité ;
☞ Condamnons fermement l’attitude partisane decertaines autorités du Niger ;
☞ Lançons à l’ensemble des communautés de la nation à prendre à bras le corps cette situation pour une consolidation de la paix au Niger
☞ Mettons la communauté nationale et internationale en témoin sur des conséquences graves que peuvent engendrées cette situation contre une communauté de la nation.

Face à ces faits très graves, lançons un vibrant appel à l’endroit du Président de la République,Musulman de confession, Chef de l’Etat, et garant de l’unité nationale pour que des dispositions idoines soient prises afin de mettre fin à cette situation qui n’a que trop durée ;

Vive l’unité nationale

Vive le Niger

Fait à Niamey le 29 AVRIL 2018

[author ]LA COMMUNAUTE PEULE DU NIGER[/author]

Le MSA attaque les éleveurs peulh le vendredi 27 Avril 2018 au nord Ekrafane :Bilan 44 morts La liste des 35 morts identifiés

1. Talo Ousmane 2. Namata Talo 3. Hina 4. Boureima Hina 5. Rebo Igguel 6. Ousmane Igguel 7. Manou Damago 8. Abdou Manou 9. Badé Manou 10. Bandji Modalo 11. Hantsi Kourméri 12. Oumarou Malam 13. Idrissa Gossi 14. Altiné Gossi 15. Oldi Djangnou 16. Gorel Dan Maza 17. Gaya Ngoulba 18. Pero Goma 19. Dotia Bello 20. Boubacar Bassambo 21. Kadiri Bassambo 22. Issa Mailaya 23. Moussa soumaye 24. Binguel Baba Kocké 25. Moussa Djangnou 26. Abdou Altiné 27. Amadou Djeydo 28. Hamadou Idrissa 29. Daoullé Godjé 30. Djombidjari 31. Pero Kassa 32. 1er fils de kodadjo 33. 2ème fils à Kodadjo 34. Le fils à Djouldé 35. Le fils à Fada

9 Comments

  1. Aujourd’hui ils sont menacés par les Touaregs, les peulhs crient au génocide. Partout dans le monde, le peul est le premier à attaquer, malheureusement la contre attaque des autres communautés, c’est le cas aujourd’hui des Touaregs, a été blessante pour eux. Les peuls doivent balayer devant chez eux, c’est-à-dire sensibiliser les jeunes peuls à ne pas se prendre aux autres communautés. Malheureusement, il y a certaines associations bien connues, dites associations de développement avec des gros financements, cultivent la haine contre les autres communautés sous le regard complice des autorités. Pis, les enquêtes menées suite aux différentes rixes communautaires n’ont jamais connu de suite favorable. N’est ce reste que dire c’est une telle communauté qui est fautive et sanctionner les auteurs. L’Etat doit regarder le rôle flux de certaines associations dites de développement.

  2. Les Peulhs et les touareg partagent beaucoup de valeurs et généralement s’estiment réciproquement .Ces deux peuples sont victimes de leur mode de vie d’éleveurs dans les Etats du sahel irresponsables .Les trois grandes sécheresses de 1968, 1973 et 1985 ont décimé leur cheptel sans un plan de reconstitution et les Etats du Sahel n’ont jamais déclaré l’état d’urgence dans leurs zones pour les secourir .Démunis leurs fils , pour leur survie , se sont révoltés contre l’Etat c’est le cas des touareg au Niger et au Mali ,deviennent mercenaires une partie pour les Peuls dans les rangs de MUJAO au nord Mali lors de l’occupation par des faux jihadistes et aujourd’hui ces mêmes peulhs et une partie de touareg se trouvent enrôlés dans le rang de DAECH au sahel.Les éléments de DAECH s’attaquent aveuglement aux populations civiles désarmées qui sont protégées par les mouvements politique MSA et GATIA qui restent dans la tradition touaregue qui ne s’attaquent qu’aux combattants armés et non aux civils

  3. Cela prouve que la solution des troubles de ces bandits armés ne peut provenir qu’entre nous pays concernés. Je possède des stratégies qui peuvent éradiquer ces. fléaux.

  4. Bonjour,

    Si tels sont les faits relatés dans cette déclaration, il faut peut etre une commission d’enquete pour faire la lumière sur cette tragedie.
    D’autre part, la communauté peule n’est pas aussi « clean » et les autres communautés auront surement beaucoup de choses à dire.
    Je pense que l’essentiel, c’est de mettre de coté nos differends, faisons des efforts toutes les communautés confondues pour la paix et la quiétude dans notre pays.

  5. Il faut aussi dénoncer les crimes commis par les bandits armes peulhs de la zone de Toukounous qui viennent de tuer 8 sédentaires des villages de Rounfou,Tanfadara et Margou dans la commune de Filingue

  6. Dénoncez la violence d’ou qu’elle vienne. celle des autres communautés sur ses peules et celle des peules vis à vis des autres communautés (qu’il ne faut pas aussi nier) et priez Dieu pour qu’il descende la paix et sa miséricorde sur notre pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

À propos de l’arrêt N°06/CC/MC du 28 juillet 2020

Cette démarche de l’assemblée nationale est inopportune . Il semblerait que tous les…