Home ACTUALITE Assainissement de la gestion de la chose publique: des criminels financiers bientôt dans les geôles !!!

Assainissement de la gestion de la chose publique: des criminels financiers bientôt dans les geôles !!!

L’opacité a caractérisé, durant plusieurs décennies, la gestion de la chose publique par des ‘’apprentis sorciers’’ de la manigance et du tripotage des chiffres pour gruger les finances publiques et instaurant ainsi une véritable association de malfaiteurs. En ces temps du démarrage d’un véritable chantier d’assainissement de la gestion des biens publics, la Halcia sous l’impulsion du Président de la République et via son nouveau locatairea bouclé plusieurs dossiers d’enquête dont les concernés seront bientôt mis devant leurs faits accomplis.

La Haute Autorité de Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HALCIA) a été mise en place la HALCIA par décret n°2011-219/PRN/MJ du 26 juillet 2011.La création de la HALCIA procède de la volonté du Président de la République à combattre la corruption et les infractions qui s’y assimilent à savoir les détournements des deniers publics, la concussion, le trafic d’influence, les abus de biens sociaux, les atteintes au code des marchés publics, entre autres…

Le Président est investi des prérogatives les plus étendues pour agir au nom de la Haute Autorité de lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées dans ses rapports avec les tiers. Les membres de la HALCIA sont assistés par une cellule Investigation, composée d’officiers et d’agents de police judiciaire. Les membres de la cellule Investigation travaillent sous la direction des commissaires instructeurs.

De par les dispositions de l’article 3 du décret précité, la HALCIA a pour missions de suivre et d’évaluer le pro gramme gouvernemental de lutte contre la corruption, de recueillir, centraliser et exploiter les dénonciations et infractions dont elle est saisie pour des pratiques, faits ou actes de corruption et d’infractions assimilées, de mener toutes études ou investigations et proposer toutes mesures juridiques, administratives et pratiques de nature à prévenir ou juguler la corruption, de diffuser et vulgariser les textes relatifs à la lutte contre la corruption, d’identifier les causes de la corruption et proposer aux autorités compétentes des mesures susceptibles de les éliminer dans tous les services publics et parapublics et d’accomplir toute autre mission à elle confiée, par le Président de la République.

Lors du Conseil des ministres du 05 décembre 2017, la Halcia a été renforcée dans ses compétences et attributions avec plusieurs projets de décrets pour harmonier et sécuriser les activités de cette institution de lutte contre la corruption et ses corollaires directement rattachée à la présidence de la République.L’adoption du présent projet de décret vise à mettre le personnel de la HALCIA dans les conditions optimales de travail eu égard à la mission assignée à la structure. Il vise également à mettre en place un dispositif de protection pour toute personne (té- moin, victime, dénonciateur, expert ou autres) dont la protection est nécessaire à l’occasion d’une procédure judiciaire ou extrajudiciaire, sur les faits de corruption ou d’infractions assimilées.

Au Niger, les détournements des deniers publics sont devenus monnaie courante.

Les dirigeants des établissements publics, sociétés d’Etat, des ministères, des entitésdécentralisées et délocaliséesse livrent aisément à un pillage systématique des ressources communes, pendant longtemps, et sans en être inquiétés à cause des certaines considérations politiques ou sociales.

Il existe des banques, par inadvertance, commerciales exerçant sur le territoire nigérien qui grugent ou dilapident les maigres ressources de l’Etat avec la complicité de certains individus avides de gain facile. Dès son arrivée à la tête de l’institution, le nouveau Pré- sident de la Haute Autorité de Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HALCIA) n’est pas allé des mains moites pour s’attaquer aux dossiers déjà en cours d’enquête malgré certains extrêmement sensibles avec des imbrications tentaculaires.

Monsieur Gousmane Abdourahamane, connu pour son pragmatisme et sa fermeté dans l’application stricte des règles et procédures est à pieds d’œuvre pour boucler les multiples dossiers de cas de corruption et de détournement de deniers publics dont certains sont déjà transmis aux servicescompétents pour suite. Pour rappel, l’actuel Président de la HALCIA avait dirigé la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) en mai 2010 pendant la dernière transition dirigée le Conseil Suprême pour la Restauration de la Démocratie (CSRD).

Le mois de janvier de l’année 2018 constituera le point de départ d’une vaste opération d’assainissement de la gestion publique où beaucoup de dossiers, mêmes ceux antérieurs de plusieurs années, seront bouclés et les auteurs, coauteurs et complices seront sévèrement sanctionnés pour les forfaitures commises.

( A suivre) !

[author ]Dan SARKI (LE PIEDESTAL N° 08 )[/author]

18 Comments

  1. pourtant la voie lateritique de la pharmacie bassora au camp de garde a etè facturèe a cinq cent millions(5000000000)par un ex-conseiller municipal en 2017 alors que il n a rien fait comme travaux;et il a etè payè integralement.la preuve il a faillit que le genie millitaire reprend le pasement de cette voie lateritique en novembre 2017.ou allns-nous?

  2. G mm pas besoin d lire ton charabiya,parsk g sais ke c d la moquerie envers les nigeriens,ki ne connai pas ghousmane dans c pays,lega ki etait imcapable d gerer la ceni lors des elections truquees d 2010 ki a amene c desastre d issoufou charlie chien francais au pouvoir,ton ghousman ne k’un chien d chasse d franco nigeriens Salou general d la honte et issoufou,ils l’ont recompence c tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Les hommes politiques nigériens doivent avoir pitié des citoyens nigériens lambdas et de notre cher pays qui nous a tout donné.

Les défis, securitaires , alimentaires, et les inondations, nous imposent un minimum de re…