Home ACTUALITE Assassinat du Président Baré, l’heure de la vérité a sonné

Assassinat du Président Baré, l’heure de la vérité a sonné

9 Avril 1999-9 avril 2018, voilà aujourd’hui 19 ans que le Président de la République, Ibrahim Baré Mainassara a été froidement et lâchement assassiné par sa garde présidentielle sous les ordres d’un sinistre et lugubre personnage le Commandant Daouda Mallam Wanké .

19 ans de combat acharné de sa famille pour connaitre les raisons de cet acte inqualifiable. 19 ans de combat pour connaitre l’identité des véritables commanditaires. 19 ans de lâcheté et de cynisme d’une classe politique qui refuse catégoriquement la manifestation de la vérité.

19 ans de silence complice et de questionnement.

Pourquoi cette tragédie ? Qui est le véritable cerveau de ce carnage inhumain ? Qui tire les ficelles ?

A vrai dire l’assassinat du Président Baré, au-delà de son caractère ignoble, révèle la vraie face cachée de la classe politique nigérienne, des véritables sangsues prêtes à tout pour assouvir leurs intérêts mesquins et égoïstes.

Daouda Mallam Wanké n’a été que le bras armé d’une conspiration savamment orchestrée entre la classe politique nigérienne et des puissances étrangères.

En effet, à son époque le Président Ibrahim Mainassara Baré, patriote sincère, nationaliste convaincu, panafricaniste déterminé et tiers mondiste engagé gênait beaucoup de monde. Il avait brisé l’embargo imposé injustement à la Libye en se rendant par avion s’il vous plait à Tripoli qui était jusqu’alors sous embargo.

Il était fréquent à Abuja chez son frère et ami le Général Sani Abacha qui était mis au banc de la communauté internationale. Il s’est rendu à la Havane pour rencontrer le grand leader Fidel Castro. Il disait non à chaque fois à la puissance coloniale lorsqu’elle s’ingérait dans les affaires intérieures de notre pays et il avait commencé à installer progressivement les jalons d’un redécollage de l’économie nigérienne.

Cette façon de faire et la réussite programmée de ses actions tourmentaient le sommeil de ses ennemis.

Il fallait donc l’éliminer et comme le Commandant Daouda Mallam Wanké est un lâche et un assoiffé d’argent, la mafia locale et internationale l’a trop vite encadré pour accomplir la sale besogne.

Et depuis lors, toute la classe politique nigérienne s’est liguée pour empêcher par tous les moyens à ce que la vérité jaillisse. D’abord, ils ont mis des mécanismes dans les différentes lois fondamentales du pays pour amnistier les assassins et interdire toutes recherches par voie judiciaire afin que ce crime reste impuni. Ensuite ils ont mis le coude sur l’appareil judiciaire de notre pays afin de l’empêcher de jouer pleinement son rôle.

Cette complicité criarde cache beaucoup de choses, sinon le bon sens, la justice et l’équité exigent que tous les verrous soient sautés et que la justice fasse son travail sans entraves pour connaitre enfin les véritables auteurs co-auteurs et complices de cet acte odieux.

Aujourd’hui, les enfants du Président Baré ont grandi et ils exigent justice. Ils sont déterminés à remuer ciel et terre pour connaître la vérité. Aucune menace, aucune intimidation n’entamera leur volonté et leur soif de vérité et de justice.

Nous pensons qu’il est temps de laisser la justice faire son travail. C’est à la classe politique toute tendance politique confondue d’y contribuer. Il y va de son honneur et de sa dignité.

[author ]Namalka Bozari (Web contributeur) Tamtaminfo News[/author]

12 Comments

  1. Ce procès ne se fera pas de ci tôt. Toute la classe politique de sa génération est trempée jusqu’au cou. On connais les auteurs et complices de cette abominations. Il ne manque que les preuves et les aveux.

  2. Une fois encore, ce combat devrait être fait immédiatement après les assassinats du 9 avril 1999. Malheureusement il manquait des combattants parce que certains ont préféré mettre leur argent et leur vie à l’abri.

  3. La dignité et l’honneur dont parle cet article ne sont nullement présents au sein de la classe politique nigérienne. Une classe sans classe, une classe qui se caractérise par tous les maux que vous pouvez imaginer.

  4. kokaji meme au temps de wanké les gens ont lutté seulement une certaine classe politique a parainné et encadré les assassins en faisant feu de tout bois , à l »époque les gens croyaient à tout ce qu’ils disaient pour légitimer l’assassinat jusqu’à ce qu’ on les découvre à l’exercice du pouvoir « aché aché » donc la lutte pour rechercher la vérité va continuer que tu le veuilles ou pas , si comme tu dis tu tiens à ton pays , conseilles à tes amis de faire en sorte que justice soit rendu

    1. Non, les quelques combattants qui sont restés sur place ont clairement dit que c’est un assassinat.
      Souvenez-vous. Et Wanké a lui-même dit qu’il a constaté tout le monde avant d’agir (partis politiques, société civile, syndicats…) avec aussi l’aval des grandes puissances.

      Malheureusement beaucoup de gens mieux placés pour prendre la tête du combat avaient jeté l’éponge.
      C’est bien après que nous avons compris qu’ils étaient venus avec BAARE pour chercher de l’argent. Essentiellement… Et ils en eu. Et aujourd’hui ils reviennent gesticuler.
      La subversion ne passera pas.
      A bon entendeur….

  5. Bonjour,

    La classe politique nigérienne n’a jamais eu de dignité, encore moins de l’honneur. Certains complices sont toujours aux affaires, donc tout naturellement ils feront tout pour que ce crime reste impuni, pour ainsi parler du monde d’ici bas.
    La dignité et l’honneur dont parle cet article ne sont nullement présents au sein de la classe politique nigérienne. Une classe sans classe, une classe qui se caractérise par tous les maux que vous pouvez imaginer.
    L’assassinat du President Baré a été l’oeuvre d’un complot aussi bien national qu’international….

    Et le jour ou les hommes et les Djinns seront devant le Très Haut, ce jour là sera très durs pour les mecreants et les comploteurs. Et ce jour là, c’est un jour solennel, le jour des comptes, le jour de la grande perte, le jour ou tous les secrets seront devoilés, le jour de la rétribution…chacun trouvera son compte…qu’il soit bon ou mauvais…

  6. 1. Certaines paroles nous reviennent encore à l’esprit.  » babou goudou, babou ja dabaya » disait le regretté Alio monde rural à la première réunion du RDP qui a suivi la mort de BAARE.
    2. Malheureusement les nigériens qui ont les premiers engagé ce combat étaient trop seuls pour réussir.
    3. Pourquoi?
    4. Mais parce que tous ceux qui ont largement profité du régime de BAARE pour s’enrichir ce sont courageusement cachés avec leurs moyens.
    5. Finalement pour ce combat trop de temps a été perdu.
    6. Une question et une seule :
    7. Ceux qui gesticulent aujourd’hui derrière les enfants étaient où quand il s’agissait de croiser le fer avec les assassins, au temps de Wanké?
    8. Aujourd’hui nous disons aux uns et aux autres ceci :
    9. Nous tenons à notre pays.

      1. On a touché au point sensible de ceux qui veulent se cacher derrière les enfants du PR BAARE pour atteindre leurs objectifs personnels.
        Nous le savons déjà : défense de la mémoire de BBARE n’est alibi.
        Une fois encore, ce combat devrait être fait immédiatement après les assassinats du 9 avril 1999. Malheureusement il manquait des combattants parce que certains ont préféré mettre leur argent et leur vie à l’abri.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Nécrologie : le Président Tandja Mamadou n’est plus…

Inna lilahi wa inna ilaihi rajioune. Inna lilahi wa inna ilaihi rajioune. Inna lilahi wa i…