Accueil / ACTUALITE / Assemblée nationale : Adoption de la loi sur le régime général des Etablissements publics à caractères scientifique, culturel et technique…

Assemblée nationale : Adoption de la loi sur le régime général des Etablissements publics à caractères scientifique, culturel et technique…

Le président de l’Assemblée nationale, SE Ousseini Tinni, a présidé hier à l’hémicycle de l’Assemblée nationale la poursuite des travaux de la séance plénière de la première session ordinaire au titre de l’année 2019 dite session des lois. La journée d’hier a été consacrée à l’examen et à l’adoption du projet de loi modifiant l’ordonnance n°2010-77 du 09 décembre 2010 portant régime général des Etablissements publics à caractères scientifique, culturel et technique. Les travaux de la séance plénière se sont déroulés en présence du commissaire du gouvernement, le ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’innovation, M. Yahouza Sadissou.

Le projet de loi modifiant l’ordonnance n°2010-77 du 09 décembre 2010 portant régime général des Etablissements publics à caractères scientifique, culturel et technique est examiné et adopté par les députés avec 135 voix pour, vingt huit (28) contre et (2) abstentions. Ce projet de loi est initié dans le cadre des réformes globales engagées par le gouvernement dans le secteur de l’Education, notamment dans le sous-secteur de l’Enseignement Supérieur. En effet, la législation en vigueur au Niger consacre l’élection des recteurs et vice-recteurs comme mode de gouvernance des universités publiques.

«A l’épreuve des faits, ce mode est apparu peu efficace pour l’atteinte des objectifs assignés aux universités publiques. Les responsables élus ne disposant pas toujours de l’autorité nécessaire dans la gouvernance de leurs entités et sont pris en otage par leur électorat», a expliqué le ministre en charge de l’Enseignement Supérieur.

«Le gouvernement est plus que jamais déterminé à imprimer les reformes dans les systèmes éducatifs et particulièrement l’Enseignement Supérieur. Notre système de l’enseignement supérieur est véritablement malade, nous avons la responsabilité de créer les conditions pour le remettre sur les rails pour l’intérêt de notre jeunesse. Cette loi qui vient d’être adoptée est le point de départ de ce vaste chantier de réformes», a-t-il dit.

L’adoption de cette loi peut amener des grincements des dents au niveau du Syndicat National des Enseignants Chercheurs du Supérieur (SNECS). Selon le ministre, il n’y aura aucune division entre la structure et le gouvernement parce que le SNECS est un partenaire privilégié.

« La loi est adoptée et nous sommes tenus à la respecter. Certes, le syndicat a d’autres points de revendication et nous allons l’appeler pour discuter des points qui n’ont pas fait l’objet d’adoption, notamment la question de leur droit statutaire en souffrance. Enfin, nous allons appeler tous les acteurs pour réfléchir sur les contours de ces réformes dont ils ne sont pas contre», a-t-il expliqué.

Par Seini Seydou Zakaria (ONEP)

À propos Administrateur

6 plusieurs commentaires

  1. Nous décideurs gondwanais étant très forts dans la contradiction (le Gondwana n’est pas dernier pour rien, dernier ça se mérite) avons décidé (c’est le cas de le dire):

    – d’augmenter les charges d’enseignement des enseignants chercheurs (doivent faire cours de 8h à 21h). N’ayant plus le temps de faire de la recherche, nous leur demanderons quand même à travers un contrat de performance de prouver qu’ils font (ont fait) de la recherche. Bref impossible n’est pas gondwanais, donc logiquement nous décideurs gondwanais ignorons ce mot. Au Gondwana, on peut enseigner comme une bête de somme et faire de la recherche; une bête épuisée peut « chercher » à dormir. Logique non?

    – de diminuer les salaires des enseignants chercheurs et de les payer en retard, cela est très motivant et justifie le contrat de performance car au Gondwana pour motiver, il faut « serrer ». Cela suscitera des vocations;

    -d’augmenter les avantages des députés très très performants du moins dans le référentiel gondwanais..

    – etc…

    Pour renaître, il faut mourir, et donc nous décideurs gondwanais, nous appliquons ce dogme.

    • De laisser les enseignants chercheurs sans aucune couverture médicale, eux et leurs familles, en étant « performants » comme les députés, les ministres, les voleurs de tout acabit, comme nos enfants amis les petits de l’USN et autres UENUM abonnés eux aussi à la triche sur l’aide sociale, ils (les ensignants chercheurs) pourront espérer notre mansuétude.

      Qui dit que le Gondwana n’est pas un paradis?

  2. The Sahelian Storm

    Klyachko de cet avril 20, 2019 à 7:24; j’aimais te lire chaque fois qu’un article de ce genre, échoue sur la plage de Tamtaminfo; mais, là en ce cas, tu te lamentes.

    Dans sa fameuse chanson dédiée à Oumarou Dan Douna Na Gwandu Mijin El Zinder, dis-je, le défunt roi de la chanson traditionnelle du Nigeria, Elhadj Mamane Shata Katsina disait:

    « SAÏ WAWA, SAÏ MAHAOUKATCHI KÉ MANTCHÉ MAHWARI » => Que y as-tu compris?

    Revenant à la question traitée, légiférée par les sages Députés, ceux-là d’entre nos responsables Représentants à l’Hémicycle de l’AN, dis-toi que pour marcher, il faut nécessairement se lever et pour se lever, un enfant peureux de tomber n’en ose jamais; alors, il restera très longtemps entrain de trainer les fesses pour regarder ses courageux congénères qui ont osé, courir, sauter et même jouer. Dans la vie, il faut qu’il y ait un début et pour tout début, un courageux est très nécessaire.
    La sagesse ancestrale disait à propos du mielleux langage de l’imberbe: « LA BONNE PAROLE DE L’ENFANT EST COMME LE FEU DE PAILLE; C’EST LUMINEUX AU DÉPART MAIS DEVIENT TERNE ET SOMBRE EN PEU DE TEMPS ». Dis-je, j’ai entendu un des responsables des scolaires évacuer ses idées en faisant le parallélismes entre eux et ceux qui gouvernent aujourd’hui car selon lui, EUX AUSSI AVAIENT BRULÉ ET SACCAGÉ DES BIENS PUBLICS LORS DE LEURS MARCHES QUAND ILS ÉTAIENT À L’OPPOSITION. Or, il y avait son père parmi les casseurs des Églises et biens des chrétiens pendant la perfide marche anti-Charlie. À lui de savoir si les responsables politiques qui condamnaient les sages actions et réaction de SEM le Président Issoufou Mahamadou qui durement avalé cette pilule amère que lles idiots lui eurent administrée parce qu’il a compati à la bêtise humaine. Cela, doit-il continuer avec toute génération montante ou bien, impérativement s’estomper pour qu’il n’y ait plus jamais ça?
    Il est dit que l’on soit un sage guide des peuples qui conseille les bonnes en décourageant les mauvaises ou déconseille l’usage d’alcool; le mieux c’est d’aller près d’un bar où pilulent des soulards afin de voir les méfaits de cette boisson pour connaitre l’ampleur du dégât que cause cette boisson. Ainsi, convaincu, il pourra sans aucune erreur, affirmer l’effet de tout mauvais acte dévastateur que se cause l’homme afin de se l’éviter. JE M’ADRESSE AUX LECTEURS DOUÉS DE SENS ET DE RAISON qui puissent comprendre que des hommes sages ne répètent jamais les mêmes erreurs car, on touche les couilles d’un aveugle que la première fois; aux prochaines, il sait prendre les dispositions nécessaires pour que ça ne se répète plus.

    Comparer le Niger au Gondwana du cuisant Mamane de RFI n’est qu’une grossière erreur. SEM le Président Issoufou Mahamadou a donné les clés à SE le PM Brigi Rafini afin qu’il ouvre grandement tous les portails à ceux qui veulent aller chercher le savoir à l’extérieur ainsi que toutes les portes sont ouvertes à tous ceux qui intérieurement cherchent le savoir dans nos Écoles, Instituts et Universités afin de revenir ou venir prendre la relève dans la gestion de notre pays. A savoir qu’avec la mondialisation et l’accélération supra-rapide de la technologie; tout celui qui reste en arrière est abandonné à son sort. Par la magnanimité de SEM le Président Issoufou Mahamadou, des chantiers de dernières générations sont lancés tel que l’Aéroport International Diori Hamani qu’il a fait rénové à Niamey où des avions gros porteurs moyennes et longues distances peuvent atterir quand nous aurons aussi nos proppres appareils pour le Hadj et la Oumra appuyés des déplacements intérieurs et tant d’autres infrastructures dans nos capitales banlieusardes, les grands Hôtels 5 Étoiles, les chemins de fer interurbains et continentaux, nos propres navires, paquebots, bateaux qui accosteront dans nos ports; ce, en bonne relation avec nos pays voisins côtiers dont notre pays se procurera un lopin de côte pour son propre port afin d’accéder à la mer pour toute nos marchandises montantes et descendantes qui arriveront au Port sec de Dosso et; de là, les hommes d’affaires de chaque Région du Niger prendront leurs biens qu’ils chargeront dans des camions ou par voies ferroviaires internes auxquelles se relient des routes transversales…Hey, jeunes et autres inconséquents inconscients! Réveillez-vous d »e votre somnolence et retroussez les pattes de vos pantalons tout en pliant les manches de vos chemises. Ce n’est pas avec des marches de protestations que vous ne voudrez pas voir des expatriés venir vous enseigner, construire vos maisons, réparer vos voitures, entretenir notre réseaux électriques, routiers, ferroviaires, aéroportuaires ou donner des cours poussés dans nos facultés des différentes universités. Si vous l’ignorez; moi, je peux me permettre de marcher sur la langue de SEM le Président Issoufou Mahamadou qui, lorsqu’à cause d’insuffisance de connaissances, alors qu’il était Directeur technique de la Somaïr, se mordait le doigt en voyant ceux d’autres nationalités occuper des postes névralgiques des usines de notre uranium. Il a décidé de tout faire pour qu’un jour voir des nigériennes et des nigériens prendre eux-mêmes en charge, toutes les infrastructures nigériennes installées ou en voie d’installation en anticipant de préparer la jeunesse pour celles qui pourraient intervenir. CE QUE JE VOUS DIS ICI, NOUS A ÉTÉ DÉVOILÉE PAR NOTRE MAITRE ZAKSKAB QUI EN A FAIT UN LONG ARTICLE SINON UN RECUEIL RÉSERVÉ POUR L’OCCASION DES PROCHAINES CAMPAGNES ÉLECTORALES DE NOTRE FUTUR PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE; ET C’EN EST D’UN CAPITAL TRÈS UTILE.
    Lui-même Me Zakskab nous a assurés que la Politique ne peut être dans sa tasse de thé ni dans son terrain de prédilection; le sage SANOUSSI TAMBAROI JACKOU qui vient de présider le Congrès de son Parti PNA AL OUMA ce Samedi, le connaissait tel qu’il évite les jeux malsains de la politique. Mais, sachons, sachez que Dieu Allah (swt) aime notre peuple pour nous avoir indiqué et désigné SEM le Président Issoufou Mahamadou en guide de notre Niger et souhaitons que son successeur soit à sa hauteur d’esprit inventif, créatif et patriotique. Je convaincrai le frère Zakskab de remettre son recueil du futur de notre Mère-patrie afin que les nigériennes et les nigériens s’activent à se lever pour marcher d’un même pas vers une même direction afin d’arriver à la même destination heureuse du Bus-Niger dans ce pays en bonne voie de développement. Et, l’instant où notre concitoyen Zakskab propulse son cerveau à réfléchir afin de sortir de solution sur une question dans son domaine; certes, d’autres en mettront cent instants car MKM en savait mieux que quiconque. Une fois encore, réveillons-nous de notre somnolence, étudions sérieusement au lieu de brandir de faux diplôme pour accéder à des concours frauduleux tel qu’à la Douane où, des inconséquents parents riches avaient acheté la mort d’une douzaine de leurs propres enfants qu’ils avaient voulu forcer à surpasser sur la tête des enfants de pauvres. Même demain, si ça continue à ce rythme, Dieu Allah (swt) ne dort pas et ne cligne même pas d’œil afin qu’aucune erreur ne se glisse dans ses affaires. Étudions, étudiez et ne regardons pas dans le rétroviseur afin de nous éviter la vue de ceux-là qui, par leurs fautes interventionnisme, retardent la progression de notre pays. Un jour viendra que l’on confie de poste à des incapables qui, comme à l’aveugle qu’on propose deux yeux tout neufs, il rétorqua « J’EN VEUX PAS » car il sait qu’en dehors d’Allah (swt) il n’y a pas de médecins compétents au Niger, qui soit capable de l’opérer. Mais, le Niger n’est en aucune façon le Gondwana quand l’autre fois, on le savait, c’était à la tête de l’individu que l’on réussi ou échoue dans notre Unique Université UAM de Niamey. Les étudiantes étaient contraintes de corrompre charnellement leurs enseignants quand les fils à papa apportèrent d’enveloppes bombées de billets de banques au corps enseignant; d’où, ces formateurs e sont pas prêts de lâcher la bride à l’Etat pourvoyeur de fonds de fonctionnement de toutes les universités, Instituts et autres Centres de Formation à l’ancien et caduc régime général des Établissements publics à caractères scientifique, culturel et technique car, ça n’arrange qu’eux au détriment des parents pauvres et leurs enfants ainsi que du Niger qui ne fera que reculer dans son ensemble.

    • Pardon the Sahelian storm tu es un salarié du net ? Juste par curiosité par ce que nous n’avons tous le temps de lire vraiment tes livres oups !!! tes posts

  3. Avant hier (jour de l’adoption de la loi sur les UPGs (Universités Publiques du Gondwana)) par l’assemblée nationale du Gondwana) a été un grand jour au Gondwana comme dirait ce très cher Mamane (que nous aimons tous car comme Nourou il met un peu de joie dans le coeur de tous les gondwanais). Ainsi comme au Gondwana, l’orgueil est de mise (ne rime pas avec démocratie), l’orgueil des pauvres, des gueux; le gouvernement gondwanais orgueilleux comme il se doit qui avait promis de ne pas reculer par rapport à cette loi, n’a pas reculé. Idem pour le Snecsg (Syndicat des enseignants chercheurs du supérieur Gondwanais). Ainsi comme au Gondwana, le ministre de l’enseignement supérieur ne connait presque rien de l’enseignement supérieur, et comme au Gondwana, la démocratie signifie je suis fort, je décide pour toi sauf si tu me fais peur même si tu as deux ans (USNG Union des Scolaires du Gondwana fait peur au pouvoir), le loi est passé, votée. Car au Gondwana, on est démocrate mais on ne négocie pas avec les partenaires sociaux, on réforme sans consulter (ou en consultant les amis), car au Gondwana, on négocie avec les enfants (USNG voir ci-dessus) mais pas avec leurs grands frères, pères, maîtres ou même grands pères que sont les enseignants chercheurs gondwanais. Avant hier donc était un grand jour car au Gondwana, comme personne n’aime personne (le peuple n’aime pas les dirigeants qui n’aiment pas le peuple, la société civile n’aime pas les enseignants qui n’aiment pas les enseignants chercheurs qui n’aiment pas toujours leurs étudiants qui les détestent,..etc), la loi qui signifie coercition pour les enseignants chercheurs, problèmes encore de moyens (salaires coupés, diminués, sans couverture médicale), « caporalisation » et transformations en profs de lycée (cours de 8h à 21h), cette loi donc adoptée fait “jouir” littéralement la population, qui applaudit bravo monsieur le ministre, bravo messieurs les politiciens, nous vous pardonnons vos détournements, vos injustices, vos indifférences par rapport à nos conditions, nos militaires morts, votre loi des finances 2018, celle de 2019. Vous nous comblez en accablant les enseignants chercheurs, merci députés oisifs, merci politiciens qui nous méprisent, qui nous “tapent dessus” (loi des finances), nous vous aimons, c’est “jouissif”, car au Gondwana le masochisme “y a bon”.

    Ainsi au Gondwana, avant hier a été un grand jour car après le vote de la loi sur les UPNGs, “les poules auront des dents”, dès demain ou dès après la nomination des recteurs : les campus seront magiquement fonctionnels, deviendront immenses; la FAST sera Caltech, la fac des lettres Columbia ou Sorbonne, la fac de médecine Karolinska..; d’immenses domaines avec verdure, moyens, des labos d’astrophysique, de langues, de bibliothèques faramineuses à faire pâlir de jalousie la bibliothèque du congrès américain, surgiront de terre. Les labos de chimie, de biologie moléculaire, d’histoire, seront au top. En effet au Gondwana, malgré les “moyens considérables comme un thermomètre par physicien et chimiste, une boîte de craie par enseignant, une rame de papier pour l’école doctorale ..”, “ils” ne produisent rien, sont derniers. Car dès demain (après le vote de cette loi), il y aura suffisamment de salles de cours, d’amphithéâtres, d’informaticiens, de techniciens..etc. Car au Gondwana malgré les moyens considérables (0 francs pour les voyages d’études alors qu’au sén&gal, tout le monde en a droit..), ils sont derrière les sénégalais et autres au Cames, car au Gondwana malgré 0 moyen considérable ils sont premiers (Samuellah, Alou, Talfi,..). Ainsi au Gondwana on « les » obligera a prendre les recalés du Bac et à leur donner des diplômes et alors le Niger renaitra.

    Avant hier a été un grand jour au Gondwana. Dès demain à l’heure de Facebook où même Sissi ne réussit qu’au prix de la transformation de l’Egypte en une immense prison à ciel ouvert, on caporalisera les enseignants chercheurs gondwanais (ils doivent faire cours de 8h à 21 heures sans préparation, sans corriger, concevoir les exercices, délibérer..), et on leur demandera en plus de faire de la recherche. Avant hier a été un grand jour car on leur fera faire cours de 8h a 21h sans salaire, sans frais médicaux.

    Oh gouvernement merci pour cette punition faite aux arrogants enseignants chercheurs..Merci le Gondwana est un paradis. Merci en attendant demain notre tour car nous gondwanais nous aimons la « chicotte » (loi de finances, prix du carburant..).

    Avec cette réforme, les universités gondwanaises attireront les enseignants chercheurs gondwanais de la diaspora et du monde. En effet les conditions gondwanaises sont exceptionnelles (pour les masochistes car le Gondwana fait ce que personne n’a fait: exploiter la niche des enseignants chercheurs gondwanais et internationaux masochistes pour les attirer au Gondwana); ces conditions sont donc: fonctionnement 0, salaire coupée, cours de 8h à 21h, 0 temps pour la recherche,…pas de logement de fonction, labo théorique (au tableau), campus de merde, bibliothèques inexistantes, interdiction de faire cours ailleurs alors que tout enseignant chercheur peut être « visiting teacher » et insultes, bashing dans les fadas,..avec de tells conditions, le gouvernement gondwanais ne peut espérer qu’une renaissance prochaine des UPNGs.
    Bravo.

  4. BATASSAYÉ JIKAN AGGO & Le subconscient de Hankourawa

    Maïgaskiya ya na taré da Allah (swt).

    Les hommes sont souvent complices de leur propre descente aux enfers. Ne voyons-nous pas chaque jour que Dieu fait, l’on condamne les Partis politiques comme des boutiques à vendre tout au plus offrant? Qui n’a pas condamné d’une façon ou d’une autre, l’attitude des politiciens qui créent des formations politiques souvent avec leurs seuls membres de famille (femmes, enfants et quelques proches parents) sans siège fixe; le tout tenu dans un sac à main en se disant « PARTI POLITIQUE » qui ne peut aligner son moindre conseiller local ou député (rien que pour le déclarer Non Partant) dans la course; en réalité, tous ces insignifiants partis politiques furent créés soit en satellite ou pour s’amarrer au vainqueur afin de chaque fois, le chanter pour l’affaiblir dans son sincère élan de bien faire. C’est pareil avec la multitude des Sociétés Civiles ou Syndicats tout comme ce qui se passait avec l’ancien système qui a fit couler beaucoup d’ancre provoquant ainsi, le naufrage de l’Enseignement Supérieur et ses moult bouleversements tant estudiantins que des enseignants au SNECS où des réformes globales engagées par le gouvernement dans ce sous-secteur quand ne fut consacrée l’élection des recteurs et vice-recteurs comme mode de gouvernance des universités publiques.

    Il est clair à n’en point douter chez les sincères citoyens qu’il fallait changer la donne obsolète devenu caduque avec la mondialisation sous l’enjambée technologique qui fit passer notre pays par dessus le fossé numérique auquel, les anciennes têtes et leur ancien système ne peuvent être de mise ni en vigueur (pour preuve à noter l »enquiquinement de ces anciens tant du cadre des enseignants que des administrateurs qui sont restés malvoyants de l’avenir du pays et sa jeunesse prompte à les remplacer mais pas bien préparée à assurer la bonne relève). Hypocrisie des uns, anciennement enracinés aux différents postes pour faire écrouler tout en refusant toute possibilité aux jeunes diplômés de monter ou ignorance des conséquences aux actes par eux posés?
    En tout, reconnaissons le titanesque travail effectué par ce fils de MADOBI, dis-je, le MESRI YAHOUZA SADISSOU qui n’a vu et ne voit que le Niger et sa jeunesse quand il s’est efforcé à démontrer la Raison du Gouvernement qui trouva mieux de changer le système peu efficace pour l’atteinte des objectifs assignés aux universités publiques quand on sait et reconnait l’effet magnétique dangereux des ondes ultraviolettes sur la santé des enseignements supérieurs et leurs apprenants qui en pâtissaient. C’est démontré par parallélisme aux gagistes situations des pseudos partis politiques, SC et Syndicats qui constituent des barre-à-mine dans l’engrenage du moteur de la nation quand les responsables élus par leurs collègues dans nos Universités, ne disposant pas toujours de l’autorité nécessaire dans la gouvernance de leurs entités et sont pris en otage par leur électorat; tel l’a expliqué l’Indomptable Yahouza Sadissou Madobi Ministre en charge de l’Enseignement Supérieur. Le gouvernement étant resté plus que jamais déterminé à imprimer les reformes dans les systèmes éducatifs et particulièrement l’Enseignement Supérieur du fait que notre système de l’enseignement supérieur est crucialement malade, il est tout à fait normal au Gouvernement de l’Homme Bleu du Désert, Ninja Blanc de l’Aïr, l’Eau limpide ses Oasis – SE le Ministre Brigi Rafini sous l’égide de SEM le Président Issoufou Mahamadou qui a pris l’engagement de remettre un Niger assaini à son successeur, de prendre la responsabilité de créer les conditions pour le remettre sur les rails dans l’intérêt de notre jeunesse par et pour cette loi qui vient d’être adoptée comme point de départ de ce vaste chantier de réformes. Il est clairement raisonnable au Gouvernement de faire comprendre aux septiques que; « CE QUI ÉCHAPPE DE LA MAIN N’EST PLUS DANS LA MAIN » pour dire « Même ta famille placée sous les soins des malveillants, ne peut te revenir propre, bonne et saine ». Autrement, confiez vos filles aux serviteurs du fuyard et vous les récupérerez devenues des prostituées qui ne vous serviront plus jamais à l’utilité de la famille ni à la communauté. SINON, POURQUOI LA PLUS PART DES ANCIENS ÉTUDIANTS TEL L’HOMME DE PUB AMADOU SAÏDOU NOURA, AVAIENT CARTOUCHÉ TANT D’ANNÉES À L’UAM POUR NE SORTIR QU’AVEC DES BARBES BLANCHIES CAUSÉES PAR LA LASSITUDE ET LA MISÈRE?

    L’adoption de cette loi n’a qu’à amener des grincements des dents au niveau du Syndicat National des Enseignants Chercheurs du Supérieur (SNECS), il n’y aura aucune division entre la structure et le gouvernement parce que le SNECS est un partenaire privilégié et les étudiants doivent être les premiers à épouser cette Loi adoptée par les collègues du pragmatique PAN Ousseïni Tinni assisté de dignes femmes et hommes de la hauteur d’esprit de l’inconditionnels stratège mécanicien Tarayyiste, dis-je, le 1er Vice-président Iro Sani ou le républicain Alkach de MPR Janhuria et les autres. Tous nos encouragements aux très Honorables Représentants du peuple; ceux-là mêmes qui se couchent les derniers pour se lever les premiers afin de s’enquérir du peuple s’il s’est bien réveillé le matin de chaque jour qu’Allah (swt) fait. À bon entendeur, salut!

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.