Accueil / ACTUALITE / Atelier de dissémination du concept Sites d’Apprentissage Agricole (SAA) : Encadrer et outiller les jeunes entrepreneurs ruraux

Atelier de dissémination du concept Sites d’Apprentissage Agricole (SAA) : Encadrer et outiller les jeunes entrepreneurs ruraux

Un atelier de dissémination du concept Sites d’Apprentissage Agricole (SAA) organisé par le Projet de Développement des Compétences pour la Croissance (PRODEC) à travers le Fonds d’Appui à la Formation Professionnelle et à l’Apprentissage (FAFPA) a débuté aujourd’hui, à l’hôtel OASIS de Niamey.

Cette session entre dans le cadre de la  mission du PRODEC  visant à  contribuer à la formation professionnelle agro-pastorale et à l’émergence des jeunes entrepreneurs ruraux.

L’objectif de cet atelier est d’informer et sensibiliser les acteurs sur le dispositif des sites d’apprentissage agricoles, leur fonctionnement et les opportunités. C’est le Directeur Général du FAFPA M. Abdou Lawal Djerma qui a présidé la cérémonie d’ouverture en présence du Directeur National du PRODEC M. Aoula Yahaya, et plusieurs invités.

Dans son allocution, le Directeur Général du FAFPA, M. Abdou a rappelé que le Niger est un pays à forte potentialité agricole. Ce secteur occupe 80% de la population rurale. Ainsi, l’agriculture et l’élevage représentent incontestablement les mamelles capitales de l’économie du Niger. Cependant, l’insécurité alimentaire demeure un défi majeur et gagne de plus en plus du terrain dans le monde rural.

Pour palier cette situation, le Gouvernement nigérien a mis en place un dispositif de modernisation et de transformation du monde rural à travers l’utilisation de techniques culturales modernes, l’accès à l’eau et aux chaines de valeur des productions agro-sylvo-pastorales.

En effet, dans le cadre de l’appui au sous-secteur de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle (ETFP), l’Association Internationale de Développement (IDA Groupe de la Banque mondiale) et l’Etat du Niger ont signé, le 7 juin 2013, un accord de financement pour la mise en œuvre du Projet de Développement des Compétences pour la Croissance PRODEC (partenaire potentiel du FAFPA).

Pour rappel, le Fonds d’Appui à la Formation Professionnelle et à l’Apprentissage (FAFPA) est un établissement public à caractère social. Il a pour mission de contribuer à la mise en œuvre de la politique du gouvernement en matière d’enseignement et de formation professionnelle et technique (EFPT), notamment dans les domaines de la formation professionnelle continue, qualifiante, par apprentissage, de l’orientation, de l’accompagnement et de l’insertion professionnelle.

Le Directeur National du PRODEC M. Aoula Yahaya a annoncé que le PRODEC a eu un financement additionnel qu’il veut ouvrir au secteur de l’agriculture et au secteur de la formation professionnelle en général. « Nous allons faire une large ouverture au secteur de l’agriculture. Et ce dans ce sens que nous avons imaginé un concept d’apprentissage agricole qui sera mis en œuvre dans des communes du Niger» affirme M. Aoula Yahaya.

S’agissant de l’Apprentissage Agricole, 1017 jeunes dont 428 femmes, soit 42;08% sur une cible de 1000 bénéficiaires ont été formés durant la première phase du projet. Les métiers concernés par ces formations sont: la transformation agroalimentaire, la dépouille, l’embouche, l’aviculture et la pisciculture. De par les résultats de l’enquête de suivi des bénéficiaires réalisée par le FAFPA, 6 mois après l’apprentissage agricole, 45% des bénéficiaires sont occupés et 28 % sont en cours d’installation à leurs propres comptes.

Dans le souci d’améliorer la pratique et pour des résultats plus structurants, et au vue des leçons de la première phase, il a été décidé de modifier la stratégie d’intervention, en s’inspirant de l’expérience menée par SWISSCONTACT depuis 2012 dans les régions de Maradi et Dosso à travers les Sites Intégrés de Formation Agricole (SIFA). C’est ainsi qu’il a été retenu la création de 10 Sites d’Apprentissage Agricole (SAA), à raison de 2 sites par région ; dans les régions de Zinder, Diffa, Agadez, Tahoua et Tillabéry ; zones non couvertes par les interventions de SWISSCONTACT.

Peu après la cérémonie d’ouverture, le processus du  choix des communes, de contenu et transmission des dossiers de demande de création des SAA, des mécanismes de fonctionnement des SAA, et le dispositif de maitrise d’ouvrage délégué entre le FAFPA et les communes bénéficiaires des SAA ont été expliqués aux participants.

Notons que les SAA sont des structures s’inscrivant dans la parfaite logique de la décentralisation à travers une approche participative et inclusive de tous les acteurs. Ils fonctionneront sous le contrôle direct des collectivités locales dans le cadre d’une convention de délégation avec le FAFPA et seront gérés par des comités de gestion COGES, animés par les organisations de producteurs.

À propos de l'Auteur

Abdoul-Aziz Ibrahim Souley (Tamtam Info News)

À propos Administrateur

Un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.