Home ACTUALITE Atelier de validation : Plusieurs acteurs et structures nigériens, impliqués pour promouvoir les AGR et la création d’emplois pour les jeunes et les femmes de l’espace de l’Entente…

Atelier de validation : Plusieurs acteurs et structures nigériens, impliqués pour promouvoir les AGR et la création d’emplois pour les jeunes et les femmes de l’espace de l’Entente…

La secrétaire générale adjointe du ministère des affaires étrangères, de la coopération, de l’intégration africaine et des nigériens de l’extérieur, Mme Sani Nana Aicha a présidé le lundi 21 octobre dernier à Niamey, un atelier de validation de la stratégie de promotion d’Activités Génératrices de Revenues et Créatrices d’Emplois pour les jeunes et pour les femmes de l’espace de l’Entente.

L’objectif de cet atelier est de présenter au Niger le rapport issu d’une étude commanditée par le Conseil l’Entente. C’est M. Yaya Touré consultant en développement de projet et en finance, qui a présenté ce document en présence de plusieurs acteurs et structures nigériens telle que, Ministère de l’entreprenariat des jeunes, Ministère de l’Entreprenariat des Jeunes, Agence nationale pour l’emploi, Centre Incubateur des PME au Niger (CIPMEN), CARE INTERNATIONNAL NIGER, ONEF, etc. Au cours de cet atelier, les participants ont apprécié la stratégie de promotion d’Activités Génératrices de Revenues et Créatrices d’Emplois pour les jeunes et pour les femmes de l’espace de l’Entente.

Dans le but de promouvoir les activités Génératrices de Revenue et la Création de l’Emploi pour les jeunes et les femmes de l’espace de l’Entente, le Conseil de l’Entente a commandité une étude qui a concerné ses pays membres à savoir, le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Niger et le Togo. Cette étude consiste à élaborer une stratégie de promotion d’Activités Génératrices de Revenue et Créatrice d’Emploi.

Peu avant la présentation de ce document, Mme Sani Nana Aicha a décliné le contexte de cette étude. Selon la Secrétaire générale adjointe du ministère des Affaires étrangères, de la coopération, de l’intégration africaine et des Nigériens de l’extérieur, le Conseil de l’Entente a poursuivi des objectifs nobles. L’un des ses objectifs était le maintien de climat de paix et de sécurité propice au développement des Etats membres.

Cependant, depuis la reforme intervenue en 2011, d’autres objectifs ont été assignés à cet espace dont la mission du développement économique et sociale. Etant confronté à un certain nombre de réalité et des défis qui sont pour la majorité des défis de développement, le Conseil de l’Entente a jugé utile de commanditer une étude qui a concerné les cinq pays qui le compose, afin de voir dans quelle mesure les Etats membres vont adopter une stratégie commune prenant en compte la problématique de l’emploi des jeunes et des femmes à travers la création des activités génératrices de revenue. « Vous le savez déjà, a affirmé Mme Sani Nana Aicha, dans notre espace (particulièrement au Niger), la jeunesse représente une frange importante de la population. Et qui dit jeunesse, dit d’énormes potentialités développement, si la problématique de l’emploi est prise en compte. A travers cette étude qui a concerné les Etats Membre du Conseil de l’Entente, plusieurs problématiques permettant l’autonomisation des jeunes et aux femmes ont été prises en compte ».

Auparavant M. Yaya Touré a rappelé que, le Conseil de l’Entente, créé le 29 mai 1959, est une organisation intergouvernementale regroupant cinq pays de l’Afrique de l’Ouest.  La vision du Conseil de l’Entente est de « promouvoir l’employabilité des jeunes et l’autonomisation des femmes. Elle  est déterminante pour l’accélération du processus de développement et vecteur d’une paix durable, gage de transformation économique pour la sous-région ».

Les actions posées par le Conseil de l’Entente au cours des dernières années ont contribué à valoriser le potentiel économique des pays membres et à mettre en place un portefeuille de projets pour le développement communautaire et la dynamisation du tissu économique dans l’Espace Entente. Ces efforts seront poursuivis à travers cette stratégie et optimisés afin d’assurer le maintien des acquis et singulariser les actions autour du développement du capital humain notamment des femmes et des jeunes.

Dans ce sens, l’écart observé entre les résultats attendus des politiques publiques et le passage à l’action indique que dans l’Espace Entente la promotion d’activités génératrices de revenus et créatrices d’emplois, en particulier au niveau des femmes et des jeunes, est cruciale pour renforcer le dynamisme économique de la région. Le développement entrepreneurial apparait ainsi comme un levier important de soutien à la croissance des pays de l’Espace.

Selon le document présenté par M. Yaya Touré, la situation socio-économique des jeunes dans l’Espace Entente reste critique. Cette situation est marquée dans l’ensemble de l’Espace Entente par un niveau d’instruction très faible des populations et la précarité des emplois. Par ailleurs, l’inadéquation entre emploi et formation contraint plusieurs jeunes à exercer dans le secteur informel. Il ressort de l’analyse des données que l’absence ou l’insuffisance des stratégies d’insertion des jeunes et des femmes, l’indisponibilité de financements suffisants pour les projets entrepreneuriaux et le manque d’initiative des jeunes et des femmes constituent des causes majeures du chômage et de la sous-employabilité. La structure instable des économies reste un élément non négligeable sur tout l’Espace Entente.

S’agissant de la question liée à l’autonomisation des jeunes et surtout des femmes, elle) demeure une préoccupation majeure pour les politiques dans l’Espace. Celles-ci en particulier sont bien souvent victimes de formes diverses de discriminations socio-économiques. Face à ce constat, l’entreprenariat féminin apparait comme un instrument pour leur autonomisation et pour la réduction de la pauvreté.

Parlant de la situation du Niger, le rapport précise que la coopération Niger-Luxembourg reste un instrument important de la création d’emploi pour les jeunes et femmes au Niger. Parmi ces programmes, nous citons ; PROGRAMME NIG/017, Appui au Programme National de Formation Professionnelle et Technique et d’Insertion des Sortants (COOPERATION NIGER-LUXEMBOURG) (Observatoire National de l’Emploi et de la Formation Professionnelle (ONEFP, 2016).

Notons que trois axes stratégiques sont identifiés au grand bonheur des jeunes et des femmes  à savoir : ‘’le renforcement et la coopération des bonnes pratiques entre les différents  pays membres, l’élaboration des stratégies purement en destination des femmes et l’accompagnement des Etats membres à apporter des réponses et des plus-values dans la mise en œuvre de leurs programmes.

Par A. Aziz Ibrahim (Tamtam Info News)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Ligue 2 – France : 12 Africains champions ?

Alors que le Sénégalais Gana Gueye et que le Camerounais Éric-Maxim Choupo-Motin…