Home ACTUALITE Au sommet extraordinaire de la CEDEAO du 30 mai 2021, sur la crise sociopolitique Malienne, la raison a beaucoup plus prévalu que la passion
ACTUALITE - DEFENSE - 3 juin 2021

Au sommet extraordinaire de la CEDEAO du 30 mai 2021, sur la crise sociopolitique Malienne, la raison a beaucoup plus prévalu que la passion

eabf7466-dfdc-4cdf-804d-6978bfc631fe

Au sommet extraordinaire de la CEDEAO du 30 mai 2021 à Accra , au Ghana, le  Mali a gagné une partie de la bataille engagée contre lui par la France. Le Colonel Assimi Goïta reste président de la transition vers un régime démocratique, un premier ministre civil sera nommé comme promis par le junte militaire.

La CEDEAO a appliqué son protocole d’accord additionnel qui interdit le changement de pouvoir démocratique sans passer par la voie des urnes , le Mali est donc suspendu des instances de la CEDEAO jusqu’à nouvel ordre.

La CEDEAO a décidé aussi d’accompagner la transition malienne d’une part et d’autre part,  a sollicité la communauté internationale d’accompagner également la transition vers un régime démocratique.

Les sanctions voulues par le président français Emmanuel Macron n’ont pas été prises contre le Mali.

En effet, la CEDEAO  a compris le véritable enjeux qui se dessine au Sahel, l’organisation sous-régionale a préféré appliquer ses  propres textes avec discernement en tenant compte des intérêts de la région ouest-africaine.

Donc en cas de changement du régime  démocratique par une autre voie autre  que la voie des urnes, les sanctions s’appliquent aux contrevenants.

La Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest, la CEDEAO a enfoncé une porte déjà ouverte, la junte militaire a déjà libéré le président Bah N’Daw et son premier ministre Moctar Ouane.
La junte a déjà dit avant d’arriver à Accra que les échéances électorales seront respectées .

Le président français, Emmanuel Macron, se devrait de soigner ses discours à l’adresse des chefs d’Etat africains.

Maintenant  que le sommet est clos, il appartiendrait aux  grandes puissances étrangères, de prendre des dispositions utiles pour  permettre aux nouvelles autorités maliennes issues du processus de la rectification du 28 mai 2021, de conduire à bon port la transition vers un processus démocratique consensuel.
Les intérêts supérieurs de l’Afrique de l’Ouest ont beaucoup plus pesé que les intérêts extérieurs à l’Afrique.

« L’ Afrique doit rester unie ou périr ! « 

C’est la CEDEAO et l’Afrique qui gagnent .

Par Issoufou BOUBACAR KADO MAGAGI.

Check Also

POINT DE PRESSE DE LA HALCIA : LES 234 MILLIARDS QUE LES PREDATEURS DES DENIERS PUBLICS NE VEULENT PAS RESTITUER A L’ETAT

Suite à sa vaste opération portant sur le contrôle des recettes internes de l’Etat, la Hau…