Home ACTUALITE Aujourd’hui l’ASECNA est solide et se porte très bien…

Aujourd’hui l’ASECNA est solide et se porte très bien…

L’hebdomadaire Jeune Afrique dans son édition du 23 au 29 juin 2019 a sorti un « brulot nauséabond » pour salir délibérément l’ASECNA et ses responsables.

Sous le titre « Exclusif – Sécurité aérienne : Les milliards envolés de l’ASECNA ». Dans ledit dossier, le magazine évoque notamment, un « vent de suspicion qui balaie actuellement plusieurs services et instances de l’ASECNA », « des sommes considérables…disparus, vraisemblablement détournées », une « gestion budgétaire catastrophique » de « l’absence de contrôle interne et de validation hiérarchique », « du règne des incohérences, aberrations et autres insuffisances »,« une absence d’outils de gestion fiables et modernes » et « des errements dénoncés sans effet depuis des années »

Ce pamphlet qui prend des aspects d’une enquête exclusivement à charge et un réquisitoire contre l’ASECNA est une attaque circonstancielle de l’Agence.

Sans donner une leçon d’éthique et déontologie à Jeune Afrique, nous pensons que ce genre de « scoop » ne doit pas uniquement se contenter des situations factuelles sorties de leur contexte ni se contenter des élucubrations  d’un agent décrit par cet article et qui serait prêt à falsifier les factures dues à l’Agence à son seul profit sous forme de « commission sur la non-facturation ».

Ces types d’agents indélicats ont été licenciés, poursuivis devant les tribunaux, et même emprisonnés. Pour être crédible, ce genre d’article doit être soutenu par la part de vérité des responsables de l’ASECNA.

L’Agence a certes traversé des moments difficiles notamment de 2013 à 2015 où ses comptes n’ont pu être certifiés pour des raisons essentiellement techniques avec l’introduction du PGI, mais aujourd’hui l’ASECNA est solide.

Pour preuve, la Direction Générale vient de signer, le 18 juin 2019 à Paris, les conventions de financement de cent (100) milliards de francs CFA avec l’appui de la banque panafricaine (ECOBANK), et la mise en place des garanties du prêt AFD de quarante milliards, bouclant ainsi les besoins du budget d’investissement du PSE 2018-2022.

Comme on le voit, l’Agence,  a une grande expérience de la gestion des fins de mandats du Directeur Général. Elle ne laissera pas divertir, de quelque manière que ce soit, de la mission si sensible de sécurité de la navigation aérienne que ses Etats membres lui ont confiée et que ses usagers attendent d’elle.

Par Namalka Bozari (Web Contributeur) Tamtam Info News

14 Comments

  1. De qui se moque t’on? Alors que JA affiche en premiere ligne le scandale de l’evaporation d’une treintaine de millions d’euros des caisses de ASECNA et voila que ces escrots nous vante ici une compagnie en pleine forme car geree par un adepte de la nebuleuse mafia rose qui a fini de tout saccager au Niger. Comme si l’ASECNA etait une de ces officines du guri que les amis de issoufou peuvent piller a volonte sans consequences. Reiveillez vous, ASECNA n’est pas NIGELEC ou SONIDEP mais une entite regionale qui va mettre la justice internationale a son profit pour tirer au clair ce qui s’est passe. Si le camarade militant de la mafia rose panique deja au point de payer des articles flateurs dans les medias a la solde du guri, alors il se met le doigt dans l’oeil. Il ferait mieux de mettre ses moyens a profits pour mettre de l’ordre dans ses dossiers car manifestement Hama Amadou n’a rien a y voir et la HALCIA deja aveugle n’y pourra rien.

    1. Bonjour
      Pourquoi vous voyez partout leGuri?. Qui vous Dit que l intéressé est toujours avec le Guri?
      Depuis sa prise de fonction il a coupé avec tous ceux qui l on soutenu. Il fait cavalier seul. Il n ecoute personne car se dit qu’il connaît tout.

    2. Devenez qui est le contrôle financier de l’ASECNA ?

      Sylvain Gourdin – Contrôleur financier

      Devenez qui est le PCA de l’ASECNA ?

      Jean François Desmazières – Président du Conseil d’administration

  2. Le destin aérien on le modifie s’il ne répond pas aux attentes digne de la législation du code de travail des employeurs présent ou futur de l’Asecna du moment que le choix de réserver ou pas des billets à la dernière minute revient toujours au migrants .Koudji kougané

    1. Pauvre Niger..
      Décidément rien ne semble pouvoir fonctionner normalement dans notre pauvre pays…
      Toujours des problèmes, des détournements, de la corruption.
      Et voilà la Braniger qui ferme, Orange qui plie bagage, les mines d’uranium qui ne rapportent plus rien..
      Qu’Allah nous guide enfin vers un peu plus de vertu

  3. bien dit Malloumi,
    comment dans une entreprise régionale d´une telle importance securitaire, d´une expertise de plus de presque 60 année, est-il possible de faire disparaotre « sans traces » plus de 30 millions d´euro???!!!!
    ce DG rose, « ancien » conseiller du président Issoufou, rend service à Air France à qui on ne facturait pas les frais prélevé par Asecna, on comprend pourquoi la france décore ce monsierur à paris

  4. De qui se moque t’on? Alors que JA affiche en premiere ligne le scandale de l’evaporation d’une treintaine de millions d’euros des caisses de ASECNA et voila que ces escrots nous vante ici une compagnie en pleine forme car geree par un adepte de la nebuleuse mafia rose qui a fini de tout saccager au Niger. Comme si l’ASECNA etait une de ces officines du guri que les amis de issoufou peuvent piller a volonte sans consequences. Reiveillez vous, ASECNA n’est pas NIGELEC ou SONIDEP mais une entite regionale qui va mettre la justice internationale a son profit pour tirer au clair ce qui s’est passe. Si le camarade militant de la mafia rose panique deja au point de payer des articles flateurs dans les medias a la solde du guri, alors il se met le doigt dans l’oeil. Il ferait mieux de mettre ses moyens a profits pour mettre de l’ordre dans ses dossiers car manifestement Hama Amadou n’a rien a y voir et la HALCIA deja aveugle n’y pourra rien.

  5. Bonjour
    Pourquoi vous voyez partout leGuri?. Qui vous Dit que l intéressé est toujours avec le Guri?
    Depuis sa prise de fonction il a coupé avec tous ceux qui l on soutenu. Il fait cavalier seul. Il n ecoute personne car se dit qu’il connaît tout.

  6. L’ASECNA compte, au 1er janvier 2015, un effectif de 5628 agents, dont :

    -> 3331 cadres, soit 59% ;

    -> 2997 agents d’exécution, soit 41%.

  7. Devenez qui est le contrôle financier de l’ASECNA ?

    Sylvain Gourdin – Contrôleur financier

    Devenez qui est le PCA de l’ASECNA ?

    Jean François Desmazières – Président du Conseil d’administration

  8. Intitulé :
    Arrêté n° 924 CM du 9 juillet 2013 portant nomination de M. Sylvain Gourdin, agent comptable de l’Etablissement public d’enseignement et de formation professionnelle agricoles de la Polynésie française
    (NOR : EPE1301471AC)

  9. Survol de l’espace aérien : Une affaire de fraude sur la facturation des redevances éclate à l’Asecna

    Au moins trois compagnies aériennes ont survolé l’espace aérien de sur la base de faux. Un fait assez grave. Alors que l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (Asecna) est en pleine tourmente, suite aux révélations de « Jeune Afrique », Libération révèle de nouveaux éléments qui révèlent encore l’ampleur de la mafia autour de la facturation des redevances de survol de l’espace aérien.

    L’Asecna avait indiqué aux compagnies aériennes, dans une décision en date du 19 novembre 2017, qu’elle a mis en place une nouvelle application de facturation de redevances de survol à terme dénommé Freda, qui implique un nouveau format de facture.

    Trois compagnies ont survolé irrégulièrement l’espace aérien sur la base de faux

    Elle précisait aux clients que les justificatifs de vols de ladite facturation seront, à partir de cette date, transmis par voie électronique à partir d’une adresse mail d’expédition clairement indiquée. Or, dans le cadre d’un contrôle, la direction des ressources financières (drf) a appris, par exemple, que la facturation adressée à la compagnie « ca », de code 3140, qui a survolé de manière irrégulière notre espace aérien, a été faite automatiquement, le 3 mai 2017, sur le site de la délégation de l’Asecna de paris (delp) et non sur le site dédié du siège. Plusieurs autres factures frauduleuses ont été débusquées sur la période allant de septembre 2015 à mai 2017. Au total, 21 survols sont en cause.

    Selon les nouvelles révélations de Libération, sur le site de la delp, il a été aussi constaté la présence de plusieurs autres factures de deux compagnies qui ont aussi survolé irrégulièrement notre espace aérien. Elles ont pour code iata (codes attribués par l’Association internationale du transport aérien aux différentes compagnies aériennes), « Va », basée à Moscou (facturée en février 2016 pour la période du 01/11/2015 au 31/12/2015) et « sal » basée à Khobar (Arabie saoudite), facturée en mars 2016 pour la période du 01/12/2015 au 31/12/2015.

    « Il y a une forte présomption de malversations »

    « Il y a une forte présomption de malversations », assène la direction des ressources financières en conclusion de son rapport obtenu par Libération. Et effectivement, rien que pour les factures frauduleuses de ces trois compagnies, qui semblaient agir en connaissance de cause, 213,765 millions de Fcfa ont été volés. Si la complicité de ces trois clients, bénéficiaires de cette mafia, semble établi c’est que l’Asecna avait invité les compagnies à lui indiquer d’une part toutes informations reçues d’une adresse autre que le nouveau mail dédié à la facturation et, d’autre part, de ne pas prendre en compte toute information provenant d’une adresse mail différente. Ce message a d’ailleurs été publié dans le site internet de l’Asecna, pour dire que même les compagnies qui ne l’ont pas reçu ne pouvaient pas l’ignorer. Le problème est qu’il est difficile d’établir clairement un préjudice provisoire puisque toutes les factures suspectes ont été complètement supprimés du serveur à partir du 15 mars 2018.

    Les fonds volés planqués dans le compte d’une société écran à Conakry

    Il n’en fallait pas plus pour que l’Asecna porte plainte contre X devant le doyen des juges d’instruction de Dakar pour escroquerie mais aussi intrusion dans un système informatique. D’après Libération, la destination des fonds détournés via cette manœuvre frauduleuse a été finalement identifiée. En effet, une partie des montants en cause a été virée dans le compte bancaire numéro 001029401599001 ouvert à Ecobank Conakry au nom d’une société écran dénommée GGc alors que l’Asecna ne dispose ni de représentation ni d’activité dans ce pays. Il est clair que les compagnies aériennes qui procédaient à des virements dans le compte de GGc ne pouvaient pas ignorer, une fois de plus, qu’elles agissaient pour le compte d’une mafia interne. Pire, plusieurs factures irrégulières portaient la signature d’Assane Bibata Tiémoko alors chef du département des Finances. Or, cette dernière est partie à la retraite avant de rejoindre son pays d’origine, le Niger, sans apporter des éclairages sur cette sombre affaire. Pour autant, l’affaire a fini de faire des victimes au sein de l’Asecna qui tente par tous les moyens de gérer son image écornée.

    Un cadre traduit devant le conseil de discipline et licencié

    Selon Libération, Denis Mampandry Ousmane Sylla a été discrètement traduit en conseil de discipline puis licencié. Responsable de la planification financière et de la facturation jusqu’en 2017, ce dernier a été d’ailleurs entendu, courant mai 2019, par le doyen des juges de Dakar en qualité de témoin. Face au magistrat, Sylla n’a pas manqué d’égratigner le conseil de discipline. Des sources proches renseignent que ce financier avait demandé au conseil une démonstration de ce qu’on lui reprochait d’autant que les manipulations ne pouvaient être faites, selon lui, que par un expert en informatique. Pire, il a ajouté que son implication était impossible puisque l’unité centrale de son ordinateur avait été saisie par l’Asecna suite à sa suspension et qu’il ne pouvait donc pas « écraser » les fausses factures. Ce qu’il a d’ailleurs fait constater par voie d’huissier. Malgré ses explications, sylla a été viré et il ne serait pas le seul dans son cas. En attendant que la justice fasse la lumière sur cette rocambolesque affaire qui a fini de pourrir l’atmosphère au niveau du siège, il convient de signaler que toutes les factures émises puis « écrasées » portent la signature du même pseudo : « test ».

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU VENDREDI 23 AOÛT 2019…

Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, vendredi 23 août 2019, dans la salle habitue…