Accueil / ACTUALITE / BIENTÔT UNE NOUVELLE FEUILLE DE ROUTE POUR ACCELERER LA CREATION DE LA MONNAIE UNIQUE DE LA CEDEAO

BIENTÔT UNE NOUVELLE FEUILLE DE ROUTE POUR ACCELERER LA CREATION DE LA MONNAIE UNIQUE DE LA CEDEAO

Une quarantaine d’experts en charge des questions d’intégration monétaire ont entamé, le 17 janvier 2018, à Abuja, au Nigeria, une réunion technique préparatoire de la réunion du Comité ministériel sur le Programme de la monnaie unique de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao).

Pendant trois jours, ils se pencheront sur les mesures idoines à prendre en vue d’accélérer la création de ladite monnaie. Ils examineront également différentes propositions avant d’élaborer un projet consensuel d’une nouvelle feuille de route à soumettre à la réunion du comité ministériel prévue en février 2018 à Accra, au Ghana.

A l’ouverture des travaux, le Commissaire chargé des Politiques macroéconomiques et de la Recherche économique de la Commission de la Cedeao, Mamadou Traoré, a rappelé que cette rencontre s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des instructions de la 4ème réunion de la Task force présidentielle pour le programme de la monnaie unique de la Cedeao, tenue le 24 octobre 2017 à Niamey, au Niger.

Les participants à cette réunion avaient demandé au Comité ministériel de se réunir dans un délai de trois mois pour proposer une nouvelle feuille de route en vue d’accélérer la création de cette monnaie.

  1. Traoré a saisi cette occasion pour faire le point sur les avancées enregistrées dans le processus d’intégration monétaire en 2017. Pour ce faire, il a noté la tenue des réunions statutaires des institutions régionales, l’organisation de la 5èmerencontre de la Task force et de la 1èreréunion entre le président de la Commission de la Cedeao, Marcel de Souza, les gouverneurs des banques centrales de la Cedeao et les directeurs généraux des diverses institutions chargées de la création de cette monnaie.

Ces acquis, a-t-il dit, ont marqué un tournant dans la mise en œuvre des chantiers de l’intégration monétaire au sein de la Communauté ouest-africaine.

Auparavant, le représentant du ministre des Finances du Nigeria, Aliyu Ahmed, directeur du département des Relations économiques internationales, a salué les progrès réalisés depuis le lancement du programme de la monnaie unique en 1987.

Il a indiqué que le Nigeria tient à la réalisation d’une union économique et monétaire au sein de la Cedeao. Toutefois, a-t-il précisé, l’intégration doit être conçue pour combler le fossé entre la vision et les réalisations tangibles.

« Si l’intégration monétaire n’est pas correctement engagée et pertinemment séquencée, elle pourrait aboutir à des résultats regrettables », a-t-il souligné.

Il a souhaité que les délibérations de cette réunion permettent de sortir du dilemme, et qu’une feuille de route appropriée permettant de résoudre les véritables préoccupations des Etats membres et conduisant vers le lancement de la monnaie commune de la Cedeao soit initiée.

Abuja, le 17 janvier 2018

À propos Administrateur

11 plusieurs commentaires

  1. LE NOM DE LA MONNAIE DOIT ETRE…… AFRI……POUR L AFRIQUE COMME POUR L EUROPE ILS ONT PRIS……EURO.

  2. Peut-on penser un seul instant que les 15 pays de la CEDEAO seront incapables de faire:
    – ce que le Maroc a réussi?
    – Ce que la Libye de Kadhafi a réussi?
    – Ce que tous les pays arabes ont individuellement réussi?
    – Ce que l’Iran même sous embargo a réussi?
    – ce que tous les pays du monde qui se respectent ont réussi ?
    Sauf à conclure que nous sommes des êtres incapables de disciplines, de rigueur.
    Sauf à conclure que nous sommes des êtres inférieurs.
    Et là c’est une autre histoire….

    • Je ne sais pas quelle conception tu as de la réussite:
      – la monnaie marocaine est menacée et de toute façon elle est liée au dollar et à l’euro.
      – l’Iran est dans une grave crise économique (avec beaucoup de manif.contre la vie chère)
      Quant à la Lybie et aux pays du Golf, quand il y des pays comme eux avec des milliards de barils de pétrole sous les pieds et quelques millions d’habitants, il n’est pas difficile d’être riches.
      mais ce n’est pas vraiment notre cas.
      Du coup la réflexion du Nigeria me paraît très importante: « Si l’intégration monétaire n’est pas correctement engagée et pertinemment séquencée, elle pourrait aboutir à des résultats regrettables », Autrement dit: le remède pourrait être pire que le mal…

      • « Si l’intégration monétaire n’est pas correctement engagée et pertinemment séquencée, elle pourrait aboutir à des résultats regrettables »
        Mais je n’ai nulle part dit qu’on doit aller à l’aveuglette.
        Mais la vie est ainsi faite. Il y a chaque fois des difficultés à surmonter.
        Je dis simplement que nous devons commencer. Nous n’avons d’autres choix que de nous prendre en charge.
        Nous sommes capables d’avancer comme les autres peuples.
        Si quelqu’un pense que nous sommes incapables de faire comme les autres, c’est une autre histoire.
        Quant aux problèmes même le dollar (la monnaie de la première économie du monde) en rencontre.
        Toutes les monnaies du monde, même celles des pays développés font face aux menaces. La preuve chaque jour elles fluctuent, elles baissent ou elle remontent.
        Mais on doit pas refuser de se lever pour marcher parce qu’on a peur de tomber.
        Sinon on restera assis toute sa vie..

  3. Il se raconte que c’est à des occidentaux que nos responsables ont confié l’étude de la faisabilité de notre monnaie.
    Je souhaite que cela soit faux.
    Sinon à quoi servent tous ces économistes africains?
    Sinon avec un tel complexe d’infériorité autant dire que l’Afrique mettra du temps à se prendre en charge.

    • Je rejoins la nécessité que les africains se prennent en charges et fasse le boulot.

      Mais arrêtons ces commentaires d’infériorités de manière si facile.
      Ce ne peut être lié que aux dirigeant pas au peuple.

      Pour ton info en ce qui concerne le Niger on a des entreprises compétentes qui postulent a des appels d’offres mais le gouvernement préfèrent donner au étrangers.

      Donc non j’ai aucun ou de supériorité.

      Arrêtons toute relations de toute nature avec la France afin éradiquer éventualité de penser a cela.

      Le Niger a besoin d’oublié la France pour réussir.

      Comment peut on faire un relation a égale avec un pays qui vous a considérer comme du bétails, vous a violé, et continue de vous considérez comme acquis?

      On parle la langue du Violeur.
      Chaque Nigériens qui naît et qui est éduqué fait honneur à la langue de l’offenseur de ces ancêtres.
      Notre hymne nationale est écrite par dans sa la langue.
      Attention écrite aussi par un français.
      Le nom même du pays na de sens pour personne.

      Enfin bref des commentaires assez radicales mais véridiques
      Pour construire qlqchoses à long terme la base doit être solide.

  4. C’est une bonne idée, elle est toutefois très risquée et il ne faut pas en attendre des miracles.
    Une monnaie qui devient totalement indépendante est cotée chaque jour en bourse par rapport à l’économie des pays concernés.
    Si l’économie est mauvaise, la monnaie se dévalue et les étrangers avec des monnaies fortes peuvent tout acheter facilement alors que les habitants des pays à monnaie faible deviennent encore plus pauvres.
    Il faudrait donc que nous soyons gouverné par des gens vertueux qui veulent développer leur pays.
    alors trouvons les vite…Sinon…

  5. Folklore inopportun de l’Elite. Le tout n’est pas d’accélérer la création d’une nouvelle monnaie mais plutôt d’accélérer la vitesse à laquelle la monnaie actuelle attérit dans les poches du citoyen lamda…

  6. attention! allez doucement pour aboutir surement quand vous aurez bien étudié et compris l’importance de cette monnaie unique. sinon il serait judicieux de renoncer à ce projet et continuer avec le FCFA pour les francophones. votre problème c’est la mauvaise gestion de la chose publique. élisez des bons gouvernants et dressez vous contre eux au moindre dérapage. suivre la gestion du jour au jour. faire des lois rigides et bien pensées pour conduire vers un développement certain.

    réveillez vous car la mauvaise gestion c’est cela la misère en Afrique!

  7. Si ce n est pas pour faire adopter le FCFA comme monaie unique de la CEDEAO alors toute autre conclusion serait vouee a l echec. Jamais Watara et ses amis ne laisseront les francais perdre leur main mise sur nos economies
    Au lieu de faire des seminaires sans sens autant aller agir sur d autres domaines ou c est possible . on revindra sur la monnaie quand on aura des dirigeants decides a liberer la zone UEMOA de la main mise francaise

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.