Home ACTUALITE BILLET : DE LA RENAISSANCE CULTURELLE…

BILLET : DE LA RENAISSANCE CULTURELLE…

Le ministre de la Renaissance culturelle, des Arts et de la Modernisation sociale, porte-parole du gouvernement, M. Assoumana Mallam Issa
Le ministre de la Renaissance culturelle, des Arts et de la Modernisation sociale, porte-parole du gouvernement, M. Assoumana Mallam Issa

Depuis plus d’un an, les Nigériens sont censés être dans le mouvement de la Renaissance culturelle dont l’un des crédos est le changement de comportements, l’abandon des habitudes qui nous tirent vers le bas, une conception progressiste de notre société fondée sur le progrès… Non, personne ne sent encore les lignes qui bougent comme si la Renaissance culturelle est plutôt un simple gadget destiné à faire impression ou tout au plus une démarche virtuelle qui n’a rien à voir avec nos préoccupations du moment.

Interrogeons certaines pratiques officielles comme les cérémonies officielles au départ et au retour du président de la République des visites à l’extérieur.Imaginez le grand monde qu’il faut mobiliser pour cela : les présidents d’institutions de la République, les membres du gouvernement, les membres du cabinet du président de la République, les autorités régionales, les chefs des Forces de défense et de sécurité. Ils sont tenus d’aller à l’aéroport. Quand c’est un aller-retour, c’est au moins l’équivalent d’une demi-journée que toutes ces autorités perdent dehors. La même chose se passe lorsque le pays reçoit un chef d’Etat étranger.

Il en de même lorsqu’il y a une activité officielle où il est exigé que le palais des congrès soit rempli. On fait venir des gens qui n’ont rien à y voir. Tout juste un décor humain. Ainsi, ils abandonnent leurs activités professionnelles, le temps de la cérémonie officielle.

On apprend que des ministres reportent des réunions parce qu’il faut être à l’aéroport ou au palais des congrès. La conséquence, c’est que des dossiers souffrent du fait de ces cérémonies officielles si ce ne sont pas des interminables réunions qui prennent le dessus. Dans son discours d’investiture, en 2011, le président de la République a insisté sur la gestion du temps, cette denrée importante que nous gaspillons sans nous rendre compte. Or le temps qui passe ne revient jamais.

Tiémogo Bizo

[author ]Source: NIGER INTER[/author]

7 Comments

  1. Moi je me pose toujours une question par rapport à tout ce dispositif de sécurité présidentiel. La question est la suivante: En quoi est -il nécessaire pour un président s’il est démocratiquement élu de mettre autant de distance avec son peuple? Il devrait rien craindre si il ne se reproche rien!

  2. Le changement d’attitude ne coûte pas le moindre sou pour sa mise en oeuvre par les services de l’état, bien au contraire, cela générerait même des économies !!

    Mais le sommet de l’état, pourtant à l’origine de ce discours ambitieux, est étrangement absent pour montrer l’exemple… Est-ce si étonnant ?

  3. Vous avez oublié tous les citoyens Lamda qui sont immobilisés -parfois des heures- et tous les commerces qui sont fermés sur tout le trajet du cortège présidentiel (qui ressemble à une division des blindés partant en guerre)
    Imaginez les désagrément pour ces pères et mères de familles qui sont bloqués comme des bêtes en attendant le passage de toutes ces autorités.
    Imaginez les pertes qu’occasionne cette pratique aux commerces qui sont obligés de fermer sur tout le long du trajet.
    C’est vraiment lamentable!!!!

  4. Sans aucun parti pris, le ministre Assoumane (malgre son relatif jeune age car 50 printemps c’est la moitie d’un siecle quand meme) qui paraissait etre tres pondere mais aussi plein d’ambitions (c’est pas interdit) est brusquement scotche dans une sorte d’immobilisme apres la pourtant tres bonne initiative d’hommage a Diori Hamani. Il y a tellement de figures du passe medieval, recent..etc a qui rendre hommage, de pratiques culturelles perdues a sauvegarder..que la tache est immense et surtout le plus grand chantier est effectivement celui des mentalites (chieurs et jeteurs de merde au propre comme au figure, commerce anarchique et occupation des trottoirs,..forniente,..) a changer,..etc. Bref sans doute, le ministre Assoumane doit etre pris dans la dure realite des « nouveaux petits ministeres » parfois sans locaux, sans textes, sans le sou, snobes par les finances et qui passeront finalement leur temps a faire des textes pour s’organiser; sans la garantie que le prochain president garde ce ministere important ou pas.

  5. Merci cher journaliste Bizo pour ton eclaircisement.

    ca c’est doute l’une des raisions poru la quelle nous pays est en encore dernier de la planete .
    Un presidemt qui passe la majeur partie de son temps a voyager et aucun des ses conseillers ne peuvent le convaicrent a dimunier ses deplacement initules.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Hama Amadou à Niamey…

L’ancien président de Lumana Monsieur Hama Amadou est arrivé cet après-midi à Niamey en co…