Accueil / ACTUALITE / Bio-express de SEM. Tinni Ousseini, nouveau président de l’Assemblée Nationale : Une expérience solide dans les domaines de la gestion, de l’administration, de l’économie et des transports

Bio-express de SEM. Tinni Ousseini, nouveau président de l’Assemblée Nationale : Une expérience solide dans les domaines de la gestion, de l’administration, de l’économie et des transports

PANdosso2016Le nouveau président de l’Assemblée national, élu vendredi dernier, par 109 sur 118 députés avec 6 voix contre et trois abstentions est l’Honorable Tinni Ousseini du groupe parlementaire du parti au pouvoir PNDS-Tarraya. Il dirigera ainsi la Représentation nationale pour la durée de la législature qui est de cinq (5) ans.

Peu bavard, d’un air calme, SEM. Ousseini Tinni est né le 10 décembre 1954 dans le village de Tinoma (Boboye), dans la région de Dosso. Le nouvel élu au perchoir est diplômé de l’Ecole Supérieure de Commerce et d’Administration des Entreprises de Marseille (France). Il entama son parcours scolaire à Dosso où il effectua les études primaire et secondaire, avant de fréquenter le lycée Issa Korombé de Niamey où il décrocha son Baccalauréat de la série scientifique D. Il a ensuite poursuivi ses études à l’Ecole Supérieure et des Techniques Economiques et de gestion à Lomé (Togo).

Le nouveau président de l’Assemblée nationale détient une solide expérience dans le domaine de la gestion, de l’administration, de l’économie et des transports. Ainsi, de 2000 à ce jour, il a occupé plusieurs postes importants dans l’administration nigérienne dont le récent est celui de conseiller à l’Autorité de Régulation des Télécommunications (ART).

Il était administrateur de la Société Nigérienne d’Hydrocarbure, Directeur de Cabinet du Ministre des Transports, Secrétaire Général du Ministère de la Compétitivité Nationale et de la lutte contre la vie Chère. Il fut également, conseiller technique du ministre des transports, du Tourisme et de l’artisanat, président du comité de pilotage de la restructuration de la Société Nigérienne des Transports Nigériennes (SNTN) et président du comité de suivi et du contrôle de la gestion du guichet unique transit Niger.

L’honorable Tinni Ousseini était président du comité de pilotage de la réalisation du Port sec de Dosso. Il fut membre du réseau africain de régulation des activités économiques stratégiques qui a réalisé l’Etude des coûts des facteurs de production (eau, électricité, communication, transport). Il a été administrateur délégué provisoire de la compagnie de transport air Niger international, conseiller technique au ministère des transports et de la communication. Il a aussi occupé le poste de président du comité mixte bénino-nigérien de pilotage de la mise en concession de l’O.C.B.N.

(Organisation commune bénin-Niger pour les chemins de fer et les transports) avant d’être le directeur financier et comptable de l’Organisation.

De 1994 à 2000, l’honorable Ousseini Tinni, était respectivement ; Secrétaire Général du Ministère de l’Equipement, des Infrastructures et des Transports, il a participé à la mise en place de la caisse autonome de financement de l’entretien Routier (CAFER) ainsi que, la coordination et animation de 14 directions techniques comprenant ; la Direction Générale des travaux publics, la direction générale des Transports, la direction générale de l’Habitat et de l’Urbanisme, la Direction des Affaires Administratives et Financières et la Direction des études et de la programmation. Il a assuré la présidence du comité charge des négociations avec les partenaires Sociaux du Ministère de l’équipement, des infrastructures et des Transports. L’honorable Ousseini Tinni, représentait son ministre à plusieurs réunions ministérielles et Internationales.

Il avait à sa charge diverses études de faisabilité de projet d’infrastructures de Transport ; élaboration de dossiers et recherche de financement ; animation du séminaire sur la réorganisation du marche des Transports (Banque Mondiale). Il a en outre occupé le poste du Directeur Général du Conseil Nigérien des Utilisateurs de Transports Publics (CNUT). Il fut Administrateur Délégué de la Compagnie Maritime du Niger (COMANI). Il avait en charge de l’organisation à Niamey de la réunion de la CNUCED sur les facilitations et le transit entre les pays avec façade maritime et les pays sans littoral ; la négociation entre la Banque Mondiale et les conseils de chargeurs. Il a travaillé sur l’étude sur la mise en place d’un système de péage routier au Niger.

Toujours dans son parcours, professionnel, l’Honorable Tinni Ousseini avait de 1987 à 1994 occupé des postes de responsabilité comme ceux de Directeur financier et comptable, directeur des services financiers de l’organisation commune Bénin/Niger des chemins de fer et des transports (OCBN). Il a participé à élaboration du plan d’entreprise de l’OCBN (rénovation de la voie et du matériel roulant) et le plan de redressement de la comptabilité et du contrôle de gestion.

Il avait participé au séminaire sur la restructuration des entreprises organisé par la caisse française de développement et à l’élaboration de dossiers et recherche de financement Banque Mondiale et agence française de développement. Le nouveau président de la l’Assemblée nationale avait également occupé plusieurs postes de chef de service de 1983 à 1987 dans les Ministères de tutelle où il a travaillé.

Dans son parcours politique, il est militant engagé de premières heures du Parti Nigérien pour la Démocratie et le Socialisme (PNDS-Tarayya). Il a dirigé plusieurs structures du parti au niveau international que national. L’honorable Tinni Ousseini est marié et père de quatre enfants.

À propos de l'Auteur

Seini Seydou Zakaria(onep)

À propos Administrateur

5 plusieurs commentaires

  1. Cette lettre est tout simplement destinee a provoquer une polemique sterile et des bavardages longs et inutiles. Issoufou cherche a gagner du temps. L’opposition ne doit pas le suivre. Elle doit tout simplement faire ce qu’elle a a faire.

  2. La tête d’un traître. Il ne représente ni l’intérêt de Dosso, ni de l’Ouest dans son ensemble et encore moins du peuple nigérien en étant en service commando pour Issoufou l’ennemi numéro 1 de l’Unité nationale. Il est comme Seydou Diarra ou Mamadou coulibaly en service commando pour Gbagbo l’ennemi du Nord. Gbagbo a divisé, divisé , divisé, divisé puis divisé les gens du Nord mais enfin de compte même les traîtres du Nord ont fini par se ressaisir et tous les fils du nord ont créé leur Rebellion pour enfin libérer la Côte d’ivoire du syndrome hitlérien de Gbagbo qui se trouve acuellement à la CPI.La seule chose qui vaille aujourd’hui à défaut de chasser Issoufou par la rue c’est une Rebellion en bonne et due forme par tous les moyens. La solution rapide et souhaitable c ‘est de voir la COPA chasser au moyen de la rue Issoufou comme la Rue ivoirienne a chassé Guéi.

    • un citoyen lorsqu’il est élu ce n’est ni pour servir une ville ( Dosso) ni pour servir une région (l’ouest)!
      La mission du citoyen élu, c’est de servir son pays en ENTIER, sans distinction de région, d’ethnie, d’opinion politique, de religion, de sexe !
      Le responsable d’un poste doit est impartial, juste et se baser sur la compétence pour conduire sa mission.

      Un conseil pour toi.. je propose de revoir tes idées en tant que citoyen. ces genre d’opinions sont celles qui saignent l’Afrique et la détruise à jamais!

  3. #7 Citoyen52 25-03-2016 21:08
    La tête d’un traître. Il ne représente ni l’intérêt de Dosso, ni de l’Ouest dans son ensemble et encore moins du peuple nigérien en étant en service commando pour Issoufou l’ennemi numéro 1 de l’Unité nationale. Il est comme Seydou Diarra ou Mamadou coulibaly en service commando pour Gbagbo l’ennemi du Nord. Gbagbo a divisé, divisé , divisé, divisé puis divisé les gens du Nord mais enfin de compte même les traîtres du Nord ont fini par se ressaisir et tous les fils du nord ont créé leur Rebellion pour enfin libérer la Côte d’ivoire du syndrome hitlérien de Gbagbo qui se trouve acuellement à la CPI.La seule chose qui vaille aujourd’hui à défaut de chasser Issoufou par la rue c’est une Rebellion en bonne et due forme par tous les moyens. La solution rapide et souhaitable c ‘est de voir la COPA chasser au moyen de la rue Issoufou comme la Rue ivoirienne a chassé Guéi.

  4. Mâcha Allah. J’espère qu’il sera aussi compétent et responsable que cette biographie express le suggère.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.