Home ACTUALITE BOA Niger, des chiffres et des grincements de dents

BOA Niger, des chiffres et des grincements de dents

BOA-NIGER

Qu’est ce qui se passe à la BOA Niger ? Pourquoi ce remue ménage ? Pourquoi le personnel de cette institution bancaire d’habitude si professionnel et respectueux de l’éthique des banquiers est sorti subitement pour demander le scalp de deux responsables de la BOA ?

Et pourtant, les chiffres sont là, incontestables, la BOA Niger est l’une des premières banques au Niger et elle est bien cotée sur le plan international.

D’après les documents en notre possession, pour le premier trimestre de l’année en cours, par exemple, son bénéfice a affiché une progression de 9,8% pour s’élever à 2,239 milliards de FCFA contre 2,039 milliards de FCFA au 31 mars 2017. La Bank of Africa (BOA) Niger a réalisé au cours de l’année 2017, un bénéfice de 7,284 milliards FCFA, soit 684,421 millions de plus que l’année 2016. Ce résultat positif est le fruit d’un travail professionnel et d’un management de qualité. En effet, le total bilan de la filiale nigérienne de la BOA au terme de l’exercice 2017, est en hausse.

Il est passé de 286,739 milliards FCFA en 2016 à 294,499 milliards FCFA en 2017.

Malgré les contingences socio-économiques du moment, la BOA Niger fait un travail remarquable.

L’année passée, la BOA Niger a collecté 157,531 milliards FCFA auprès de sa clientèle contre 145,332 milliards FCFA durant l’exercice 2016. Les charges sur les opérations financières se sont établies à 4,065 milliards FCFA en 2017 contre 580,143 millions FCFA en 2016.

Les opérations financières ayant évolué, les intérêts et charges assimilés ont fait de même. Ils sont passés de 6,499 milliards FCFA en 2016 contre 6,884 milliards FCFA en 2017.

La BOA qui est une filiale du groupe marocain BMCE Bank, démontre par ses performances que lorsqu’on agit avec professionnalisme et sens de responsabilité, les résultats sont au bout de l’effort, balayant d’un revers de main, cet esprit défaitiste de certains qui rejettent leur contreperformance à des considérations farfelues et grotesques.

Pour réaliser une telle performance, il a certainement fallu un bon leadership et l’implication d’un personnel aguerri qui croit et adhère aux objectifs assignés à la banque.

C’est pourquoi, nous pensons que ce qui se passe aujourd’hui, c’est-à-dire cette sortie musclée d’une partie du personnel qui reproche entre autres à deux responsables, leur incompétence, leur mépris vis-à-vis de la clientèle et du personnel, leurs comportements sulfureux et anachroniques.

Certains agents de la BOA Niger  sont très remontés contre le « climat tendu » qui règne depuis plusieurs mois et qui a conduit à « l’exaspération du personnel sur le comportement des dirigeants de la banque ».

Le Procès Verbal de la réunion qui liste l’essentiel des griefs du personnel contre certains dirigeants de la banque est révélateur du climat malsain  qui y règne et doit impérativement interpeller tout un chacun.

Une banque, c’est d’abord la discrétion et le travail bien fait. Etaler ses linges sales dans la rue n’honore ni cette banque ni son personnel.

Il faut qu’il ait un sursaut des uns et des autres, un dépassement de soi pour régler le plus tôt possible cette mésentente qui risque d’avoir des conséquences énormes sur la performance de la Banque.

S’il s’avère vrai que des responsables au plus sommet de la Banque ont commis des impairs ; il faut créer un cadre d’échanges plus discret et efficace urgemment. Mais s’il ne s’agit que de simples règlements des comptes entre individus, la banque doit en tout temps privilégier le dialogue social afin de mieux instaurer un climat social apaisé.

[author ]Namalka Bozari (Web Contributeur) Tamtam Info News[/author]

6 Comments

  1. Boa bénéficie de ses clients mais le clients ne bénéficie de la boa des faux rdv chaque années tout clients égale au clients du respect svp le boa

  2. « C’est pourquoi, nous pensons que ce qui se passe aujourd’hui, c’est-à-dire cette sortie musclée d’une partie du personnel qui reproche entre autres à deux responsables, leur incompétence, leur mépris vis-à-vis de la clientèle et du personnel, leurs comportements sulfureux et anachroniques ».
    Cette phrase est dépourvue de sens. Il faut soigner un peu ta façon d’écrire, mon frère. Il n’y a pas que le côté scandaleux de tes écrits qui intéresse les gens, mais bien la façon de rapporter les faits aussi.
    « S’il s’avère vrai que des responsables au plus sommet de la Banque ont commis des impairs ; il faut créer un cadre d’échanges plus discret et efficace urgemment ».
    « S’avérer vrai « est un pléonasme. Ta ponctuation est aussi à revoir. C’est une virgule qu’il faut à la place de ton point-virgule.
    Prends soin, dans tes écrits, à ne pas induire tes jeunes frères et soeurs internautes en erreur.

    1. Mon frère,

      Avant de donner des leçons de grammaire, tu devrais d’abord soigner ton propre français. En effet, on ne dit pas « à ne pas induire en erreur », mais « de ne pas induire en erreur ». Le français est une langue étrangère que les Français eux-mêmes ont du mal à écrire correctement, à plus forte raison les Nigériens dont le système scolaire s’est effondré depuis longtemps et qui sont les moins bons de tous les francophones quand il s’agit de parler cette langue. Chaque matin je lis plein de fautes dans les discours du Président et du Premier ministre. Discours qui sont pourtant vus et revus, corrigés et recorrigés avant d’être donnés à lire. J’en lis encore plus sur les pages Facebook des enseignants-chercheurs nigériens, y compris les profs de philo, les profs de français, etc. Parce qu’on leur a donné des diplômes de complaisance pour flatter leur ego, il étalent publiquement leurs insuffisances les plus criardes. Ils n’ont pas pas un niveau assez élevé pour se rendre compte qu’ils écrivent mal, très mal, la langue de Molière. Quant au charabia débité à longueur de journée par des gens comme toi, n’en parlons pas. Je te prie donc de te débarrasser de ces obsessions liées à la bonne orthographe ou à la grammaire correcte. Nous avons tous des insuffisances dans ce domaine, à commencer par moi-même, qui te parle. Nous devrions plutôt enseigner nos propres langues au lieu de continuer à nous ridiculiser tous les jours.

  3. Le plus grave c’est que même pour un prêt scolaire ou tabaski qui avant sont accordés en 72 heures sont passés de plus d’une semaine à un mois . Pire après avoir passé longtemps à attendre on te demande de reprendre la demande. je leur conseille de voir la copie avant qu’il ne soit trop tard.

  4. un personnel competent et acceiullant mais le noeud du probleme ce que a la BOA ya des patrons et autres agents qui decouragent et penalisent les clients domiciliès a la banque en faveur des USURIERS et c est ce qui a fait que beaucoups de clients ont quittès la BOA ;voila la situation stressante que vit les les fonctionnaires domiciliès a la banque .un USURIER peut mobiliser des caissieres et caissiers jusqu a 20h et 21 h ;il faut que ce usurier soit satisfait avant que le client ait ses jettons restants; souvent les cheques sont meme anti-datès par les usuriers et les caissieres font passèes ces cheques voila la situation stressante que vit les certains clients de la banque.nous en appellons aux patrons de la banque de revoir cette situation .l usure est condamnè par l ISLAM ET PAR LA LOI .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Des Caméras Partout À Niamey !

Encore un buzz mettant en scène des cas de vols filmés ! A peine une dizaine de jours aprè…