Home ACTUALITE CDS RAHAMA : ABDOU AMANI POUR SUCCEDER A ABDOU LABO ?

CDS RAHAMA : ABDOU AMANI POUR SUCCEDER A ABDOU LABO ?

Il n’est un secret pour personne : La mythique Convention pour la Démocratie et le Socialisme (CDS – Rahama), fondée dans les années 90, n’est plus ce qu’elle était. Victime de tous les complots et les accidents politiques, elle a été au fil de son parcours, délestée des ses cadres et figures les plus emblématiques dont la plupart, dirigent aujourd’hui d’autres formations politiques.  C’est le cas de Sanoussi Jakou, Cheffou Amadou et récemment Salou Gobi et Mahamane Ousmane, l’inamovible président pendant plus de vingt     ans, pour ne citer que les plus connus.

Mais chose miraculeuse, le parti aux couleurs vertes, lui a survécu, grâce principalement à la constance et à la fidélité de certains militants à ses idéaux  fondateurs. Abdou Amani, actuel ministre du gouvernement, chargé du Développement communautaire et de l’aménagement  du territoire, fait parti de ce groupe d’irréductibles qui sont restés « accrochés » au parti, malgré les multiples soubresauts et tentations politiques. Il occupe actuellement dans le bureau politique national le poste de Président national par intérim, depuis qu’Abdou Labo ait été frappé par la justice « d’incapacité à diriger », suite à l’affaire dite des « bébés importés » dans laquelle il a été reconnu coupable.

Aujourd’hui, à l’aube du prochain congrès pour le renouvellement des structures du parti qui se tiendra le 21 septembre prochain, l’espoir de tous les militants du CDS de Maradi et du Niger, repose sur ce « fidèle parmi les fidèles », pour une raison bien simple : Non seulement il est le cadre le plus connu des militants de l’intérieur du pays, pour avoir séjourné à Agadez, Tahoua, Dosso, Tillabéry pendant longtemps, mieux il est l’un des rares, sinon le seul qui dispose encore d’une base politique avérée. Il en a donné la preuve éclatante le samedi 31aout dernier, lors de la tenue des assises de « la Délégation régionale de Maradi » à Mayahi, son village natal qui, ce jour-là, a connu une véritable « marrée verte », d’après les commentaires des médias locaux et régionaux.

Mais le chemin d’Abdou Amani pour succéder aux illustres du CDS Rahama, n’est pas sans embuche. Devant lui se dresse des camarades tout aussi ambitieux que déterminés, à l’instar d’Aboubacar Madougou de la délégation de Dosso qui, lui aussi voudrait être investi président du CDS Rahama au congrès du 21 septembre prochain.

« Là-dessus, il n’ya pas de feu », nous a déclaré Y, un militant du parti qui requiert l’anonymat. « L’article 48 des statuts de notre parti est clair : Il faut justifier de 10 ans d’appartenance au parti et avoir exercé deux mandats dans le bureau politique national. Actuellement, seul Abdou Amani remplit ces conditions ».

Malgré les tentatives de ses adversaires pour modifier cet article qui leur barre la route, un Abdou est en passe de succéder à un autre au CDS Rahama. Avec en prime une grande rupture de paradigme dans la gouvernance du parti, car Abdou Amani est un enseignant émérite, ouvert, discipliné et décomplexé, contrairement à ses prédécesseurs « ingénieurs » plus hermétiques et inaccessibles.

Par Kaougé Mahamane Lawaly, Le Souffle de Maradi.

Check Also

Commémoration De L’armistice : Le Ministre Katambé Promet De Resoudre Les Problèmes Des Anciens Combattants Et Anciens Militaires Relatifs À Leurs Doléances Société…

Il y a de cela exactement un siècle et un an qu’a été signé, à Versailles en France,  l’ar…