Home ACTUALITE Ce que nous pensons de l’appel à un sursaut national patriotique de certaines élites nigériennes à l’endroit des citoyens nigériens
ACTUALITE - Politique - 3 février 2021

Ce que nous pensons de l’appel à un sursaut national patriotique de certaines élites nigériennes à l’endroit des citoyens nigériens

banner4

Chaque homme a sa façon et son style de voir les choses. Si tous les nigériens pensent de la même façon, c’est qu’il y a d’autres qui ne pensent pas , qui ne réfléchissent  pas  !

Cet appel à la façon et au style, de nos grands intellectuels, bien que venu tardivement, est une bonne initiative, car il n’est jamais trop tard pour mieux faire.

 Il peut être aussi intitulé, les élites nigériennes face à leurs responsabilités, dans l’histoire,  devant le peuple souverain du Niger.

Cet appel lancé par les praticiens de droit , les avocats, les anciens magistrats, les praticiens de la gestion administrative de la cité, les administrateurs civils, ancien premier ministre, anciens ministres, des spécialistes de la transmission du savoir, les universitaires, les enseignants-chercheurs, les journalistes et les acteurs de la société civile, se devrait d’être pris au sérieux et faire l’objet d’un  examen approfondi par les pouvoirs publics en vue de discuter avec ces élites , pour mieux  prévenir que guérir .

Pendant des années ces élites observaient les dites  dérives, n’ont rien dit, c’est seulement à la veille de élections présidentielles du deuxième tour qu’ils se réveillent de leur profond sommeil, pour lancer un appel à un sursaut patriotique national pour sauver notre pays de graves périls !

Dans cette  pétition, qui nous ai parvenue en plusieurs copies, plusieurs fois,  signée par une centaine d’intellectuels nigériens, il est bien mentionné  que les principales causes de graves périls qui guettent le Niger sont les suivantes  :

« ● l’affaiblissement des Institutions en charge de la vie démocratique de notre pays dont certaines comme la Cour Constitutionnelle et la CENI ont perdu aux yeux de l’opinion nationale leur crédibilité et leur indépendance.
● l’instrumentalisation et la politisation marquées de l’Administration ;
● La misère généralisée, la mise à mal de l’unité nationale, de la cohésion sociale et du vivre ensemble ;
● la paupérisation des masses populaires pendant que la classe politique continue de faire de l’Etat ses mamelles exclusives ; Cette vision d’Etat-mamelles la porte à tous les compromis malsains et autres compromissions ;
● les menaces sécuritaires persistantes malgré l’importance des ressources financières allouées et la présence des forces armées étrangères ;
● le lourd tribut payé par les forces de défense et de sécurité et les populations civiles du fait des attaques terroristes dans l’indifférence générale ;
● la transformation progressive du territoire nigérien en plaque tournante des trafics en tout genre, notamment, celui des armes et de la drogue ;
● le pillage et gaspillage des ressources, la corruption, l’impunité et l’injustice généralisée ;
● le bâillonnement des libertés publiques,
● l’abandon des secteurs de développement à la base (éducatif et sanitaire) ;
● La panne de dialogue politique n’ayant pas permis un consensus sur la mise en place de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) et l’élaboration des textes consensuels devant conduire à des élections honnêtes et équitables ;
● la quasi-absence du contrôle citoyen marqué par l’affaiblissement des organisations de la société civile susceptibles de servir de contrepoids à des pouvoirs politiques de plus en plus oppressifs et faisant impunément main basse sur les ressources publiques ;
● la démission de certaines couches socio-professionnelles traditionnellement considérées comme le rempart contre l’arbitraire et la défense de la démocratie ;
● le silence coupable des élites ;
● la marchandisation de la vie politique tant dans les relations entre acteurs politiques que dans les relations acteurs politiques et citoyens ;
● l’exploitation éhontée de la misère et de l’ignorance des populations à l’occasion des consultations électorales ;
● la mainmise de plus en plus évidente des intérêts extérieurs sur le devenir de notre pays l’exposant à un risque de perte de sa souveraineté ;
Indignés par les proportions grandissantes de la délinquance électorale sans précédent caractérisée par l’achat des consciences et des cartes d’électeurs et le braquage des urnes ayant laissé un goût amer à la démocratie nigérienne . »

Ils incitent tous les citoyens épris de justice et de paix à s’engager dans ce mouvement qu’ils viennent de lancer , de soutenir l’idéal de la défense des intérêts de notre pays.

Ils sont désireux de : «  voir le second tour de l’élection présidentielle se dérouler dans la liberté, la transparence et l’honnêteté garantissant l’intégrité du suffrage du peuple. »

La problématique qui se pose ici :
 pourquoi c’est seulement la veille de ces élections présidentielles du deuxième tour , que nos élites constatent qu’il  y a dérives dans la maison ?
Certains d’entre elles ont eu  à organiser des élections générales constitutionnelles, décriées par une partie de la classe politique, pourquoi à l’époque, ils n’ont pas pu prendre des dispositions utiles, diligentes, pour éviter ces dérives, qui ne datent pas aujourd’hui, selon ma compréhension du manifeste ?

Nous sommes d’accord qu’il faudrait s’investir pour une organisation des élections présidentielles démocratiques du deuxième tour, dans la transparence et dans l’honnêteté.

Il serait souhaitable que certains praticiens de droit , éclairent davantage nos lanternes sur certaines dérives de droit constatées en vue de nous permettre de mieux nous positionner, nous outiller,  dans ce noble combat de la défense de la démocratie  .

Il serait aussi hautement souhaitable, que les leaders du lancement de cet appel au sursaut patriotique pour sauver la patrie, prennent des dispositions utiles  pour rencontrer les responsables politiques et administratives du pays,  en vue de leurs faire part de leur constat amer  et de leurs inquiétudes légitimes, que nous partageons. Peut être une solution heureuse serait trouvée.

Les inquiétudes soulevées par nos élites doivent faire l’objet d’un grand partage avec toute les  couches Socioprofessionnelles et la classe politique , du Niger , pour trouver une solution consensuelle acceptable par tous.

 La sérénité, la quiétude sociale, la cohésion sociale, l’unité nationale,  doivent être  subordonnées à l’organisation des élections démocratiques, libres, crédibles, transparentes et honnêtes.

 Nous pensons qu’il faudrait une écoute mutuelle  à tous les niveaux,  dans  notre société .
Si les élites agissent ainsi , ce qu’il ya anguilles sous roches, il faudrait les écouter pour bien comprendre les choses .

C’est le  Niger qui gagne !

Par Issoufou BOUBAR KADO MAGAGI.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Check Also

La Banque mondiale approuve trois importantes opérations en faveur du développement économique et social du Niger

Selon un communiqué de presse du Ministère du Plan, le Conseil d’Administration du Groupe …