Home ACTUALITE Cérémonie de signature des accords de financement au Ministère du Plan Environ 47 milliards de FCFA pour le financement d’un projet multinational

Cérémonie de signature des accords de financement au Ministère du Plan Environ 47 milliards de FCFA pour le financement d’un projet multinational

Cérémonie de signature des accords de financement au Ministère du Plan Environ 47 milliards de FCFA pour le financement d’un projet multinational d’interconnexion électrique. La ministre du Plan, Mme Kané Aïchatou Boulama et le Représentant résident de la Banque Africaine de Développement (BAD), M. Nouredine Kane Dia, ont procédé hier matin, dans la salle de réunion dudit ministère, à la signature des accords de financement du Projet Multinational d’Interconnexion Electrique Nigéria-Niger-BéninBurkinaFaso (WAPP).

Cette cérémonie s’est déroulée en présence du ministre des Finances, M. Massoudou Hassoumi, de la ministre de l’Energie, Mme Amina Moumouni, du Secrétaire général de la NIGELEC et de plusieurs invités.

Dans l’allocution prononcée juste après la signature des documents, la ministre du Plan s’est réjouie d’abord de l’ouverture effective du bureau de la Banque Africaine de Développement au Niger dont le Repré- sentant résident vient d’être accrédité. Ce rapprochement de la BAD auprès des pays partenaires vise selon Mme Kané Aïchatou Boulama à renforcer le dialogue politique et à améliorer l’exécution du portefeuille.

Le montant total du financement de ce projet dont les accords ont été signés, est de 62,5 millions d’Unités de Compte (UC), soit environ 47 milliards de FCFA. Ce montant est composé d’un don de 9 millions d’UC, d’un prêt FAD de 26 millions d’UC et d’un prêt FAT de 27,5 millions d’UC. « Ce projet consiste principalement à la construction d’une ligne d’interconnexion en 330KV entre le Nigéria, le Niger, le Bénin et le Burkina Faso » a expliqué la ministre du Plan.

Des activités connexes à la construction des infrastructures de transport d’électricité sont aussi prévues notamment l’électrification des localités situées dans un rayon de 5 Km de part et d’autre de la ligne. Au Niger précise-t-elle, trois (3) sections de nouvelle ligne à 330KV traverseront le pays, entre la frontière avec le Nigéria et le futur poste de Gorou Banda à Niamey, entre ce poste et la frontière avec le Burkina Faso et entre le futur poste à Zabori et la frontière avec le Bénin.

Ce projet interviendra dans une zone à cheval sur les régions de Dosso, de Tillabéry et de Niamey qui comptent une population de 6.175 000 habitants. Il s’inscrit dans une initiative régionale de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), permettant de construire à terme un vaste marché d’échange et de partage de surplus de production d’énergie. Il s’inscrit dans la droite ligne du PDES 2017-2021 dont l’objectif est de porter le taux national d’accès à l’électricité de 22% en 2021 avec un accent particulier sur le milieu rural dont le taux va être multiplié par 10.

Avec cette deuxième intervention pour le secteur de l’énergie, a souligné la ministre du Plan, la BAD montre combien l’électrification de l’Afrique figure bien parmi ses priorités. De ce fait, elle s’inscrit résolument dans la logique de la réalisation des Objectifs de Développement Durable (ODD) pour lesquels l’accès à l’énergie constitue une des conditions indispensables. Le projet permettra d’améliorer dans sa zone d’intervention le taux d’accès à l’électricité et contribuera à réduire de manière significative la disparité entre le milieu rural avec moins d’un pour cent (-1%) d’accès à l’électricité et le milieu urbain qui dispose d’un taux de 50%.

La composante électrification rurale impulsera ainsi le développement de petites industries rurales comme l’agro-industrie et stimulera les activités économiques, en particulier dans les métiers de soudure, le pompage de l’eau, la recharge des batteries de téléphones mobiles, la vente de la glace par l’utilisation des congélateurs et réfrigérateurs. Mme Kané Aïchatou Boulama a en outre réitéré, au nom des autorités du Niger, toute leur gratitude aux responsables de la Banque Africaine de Développement pour leur constante disponibilité et les diligences faites dans la préparation, dans un bref délai, de cet important projet multinational.

Pour sa part, le Représentant Résident de BAD au Niger, M. Nouredine Kane Dia a indiqué que l’accès à l’électricité est un axe majeur du PDES 2017-2021 du Niger et aussi l’une de cinq (5) grandes priorités de son institution. « C’est pour matérialiser cette volonté commune et leurs engagements communs de favoriser l’accès à l’électrification que la BAD et la République du Niger ont décidé de cofinancer le projet d’interconnexion électrique qui permettra de favoriser l’intégration et la création d’un marché régional de l’électricité dans la sous-ré- gion » a précisé le représentant résident.

Pour le cas du Niger, a souligné M. Nouredine Kane Dia, il s’agit de renforcer significativement l’accès à l’électricité en particulier dans les zones rurales mais aussi de favoriser la compé- titivité de l’économie nigérienne. Dans le cadre de la préparation de leur prochain document de straté- gie pays, la Banque Africaine de Développement s’engage selon M. Nouredine Kane Dia, à intensifier dans les années à venir, son appui au secteur de l’énergie à travers une initiative très importante pour le président de la BAD et pour laquelle une mission au Niger est envisagée au mois d’avril.

[author ]Aïchatou Hamma Wakasso (ONEP)[/author]

3 Comments

  1. Plus d’un an que les travaux de l’interconne xion entre la SORAZ et les villes de Zinder , Maradi,Malbaza sont terminés et depuis c’est le statu quo.

  2. Hummmm. moi je n’ai pas compris grand chose. De ces quatre pays Niger, Nigeria, Bénin et Burkina, qui sont tous déficitaire en énergie électrique, qui va produire le surplus à commercialiser entre les quatre?
    Le Nigeria produit l’électricité, mais pas suffisant puisque Bouhari cherche depuis son arrivée à augmenter la capacité de production. Bénin partage une unité de production électrique avec le Togo et c’est basé au territoire Togolais. Burkina est alimenté par la Cote d’Ivoire plus une centrale solaire nouvellement installée. Le Niger se débrouille avec le Nigeria, Gorou Banda (je ne sais pas si ça marche), Tchiro et peut être un jour avec Kandadji.

  3. C’est bien d’avoir le financement de la BAD pour ce projet intercommunautaire. SVP, évitons de placer des incapables pour piloter le projet volet Niger. Le Ministère de l’Energie regorge plein de talents qui peuvent mener à bien ce projet. Sinon, ça sera une honte pour le Niger et les autres pays vont bien exécuter leur portion et avoir la confiance de la BAD.
    Prière de ne pas déshonorer le Niger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Présentation des nouveaux matériels et équipements de contrôles, suivie d’un exposé de la stratégie de régulation des communications et de la poste 2020-2030: L’ARCEP se dote d’une nouvelle stratégie de régulation ambitieuse

Les responsables de l’ARCEP ont présenté hier matin à l’hôtel Bravia de Niamey, leur docum…