Accueil / ACTUALITE / COMMANDANT MARIAMA DJIKA: Médecin de l’Infirmerie de la Gendarmerie nationale

COMMANDANT MARIAMA DJIKA: Médecin de l’Infirmerie de la Gendarmerie nationale

COMMANDANT  MARIAMA DJIKA

COMMANDANT MARIAMA DJIKA

Aller ou ne pas aller ? Comment répondre à cette énigmatique question à plusieurs inconnues qui me turlupine l’esprit depuis que j’ai appris que la Gendarmerie nationale comporte en son sein une femme offi cier et de surcroît médecin de profession. C’est-à-dire que les échos qui me sont parvenus avant de me déplacer pour m’entretenir avec cette jeune femme commandant, me révélèrent un bourreau du travail qui n’a point de répit lorsqu’il s’agit de faire son devoir face aux malades.

C’est l’une de mes riches et remarquables ren- contres dans ma carrière de journaliste. Pour la première fois, je me trouvais en face d’une nigérienne imbue des valeurs et des principes sacro-saints du patriotisme et du civisme. On aurait dit le retour d’un nationalisme invétéré des années de la seconde guerre mondiale. Vivre et mourir pour son pays ! A chaque phrase, à chaque refrain, toujours la même litanie, la même obsession inébranlable toujours avec une conviction qui résiste à toute épreuve. « Il n’y a pas meilleur métier que de défendre son pays ». Un rêve d’enfance qui se concrétise pour se muer en une véritable vocation pour Marie selon les intimes. Le béret vert soigneusement placé avec l’insigne de la Gendarmerie nationale (service des santés des Armées) décorant judicieusement ses épaules, cette native de la famille royale de Chadakori (Maradi) âgée de 38 ans seulement, a tout pour convaincre : le sourire, le charme, l’élégance, l’assurance, l’intelligence, la classe et même l’autorité.

COMMANDANT  MARIAMA DJIKA

COMMANDANT MARIAMA DJIKA

Très connue pour sa discrétion et sa modestie, c’est en réalité la Télévision nationale qui l’a révélée au public à l’occasion de la 19ème édition de la journée nationale de la femme du 13 Mai de chaque année. « Son parcours justifi e son ascension », expliquent un infi rmier de la boîte et cette élève gendarme en fi n de formation qui révèle que « Marie a été un exemple pour moi quand la première fois, lors du concours de recrutement, je la croisais parmi les encadreurs de l’école ». Après un Bac D en poche décroché en  France en 1994, elle intégra la faculté de médecine de l’Université Abdou Moumouni de Niamey avant d’obtenir en 2004 son doctorat d’Etat en médecine. Et un an plus tard, le destin la convia à un concours lancé par la Gendarmerie nationale (le Ministère de la Défense Nationale) pour le recrutement d’officiers médecins. Elle fut retenue au nombre de quatre(4) candidats admis dont 2 fi lles. Ce qui la conduisit malgré les obligations conjugales à intégrer la prestigieuse école des offi  ciers du centre d’instruction de Tondibiah (EFOFAN) pour 7 mois de formation militaire.

« C’était comme un rêve. C’est toujours bon de se sacrifi er pour son pays » insiste encore la jeune capitaine qui fi t ses premières armes dans ce nouveau corps, d’abord au Centre d’Instruction de  Tondibiah en tant que médecin dudit centre, ensuite une mission de 7 mois au titre des nations unies à Abidjan (RCI). Aujourd’hui, cette épouse, mère de 3 enfants se dit à l’aise avec un mari compréhensible qui la soutient sans cesse dans son métier. « Il est une chance pour moi. Je bé- néfi cie toujours de sa compréhension. A la maison, je remplis mes tâches comme toute bonne épouse. Je vaque à mes obligations conjugales en faisant la cuisine et la corvée quotidienne pour mes enfants… ». Au bureau, Commandant Djika est sur tous les fronts : consultations, administration. Elle conseille, guide, instruit entre plusieurs garde-à-vous de ses subor- donnés, des hommes et des femmes.

Cependant, malgré son statut social, elle ne perd pas de vue la situation des femmes rurales dont elle partage le quotidien, notamment  lorsqu’elle rend visite aux parents au village : « J’ai en tout une pensée particulière vers la femme rurale qui se prend diffi cilement en charge en cultivant son lopin de terre ». Sa plus grande joie dit-elle, c’est sa formation militaire, son regret étant de perdre un malade comme à tout bon médecin. Et pour atténuer la souff rance des femmes, son ambition est de se spécialiser en gynécologie afi n de réduire le taux de mortalité qui est élevé et de sauver des vies. La commandant-médecin Mariama Djika déteste le mensonge, la paresse et l’hypocrisie.

À propos de l'Auteur

G.M. ( Jeunesse Info N°115 )

À propos Administrateur

17 plusieurs commentaires

  1. Felicitations ma soeur que Dieu vous garde. Voici une bonne nouvelle a lire . THanks

  2. Tout d ‘abord chapeau au journaliste qui a une belle plume….c’est agréable de lire des articles bien soignés comme celui-ci…Quant à La bonne dame , tous mes encouragements et je prie Dieu qu’elle fasse des émules dans la gente feminine du pays…

  3. du courage pour cette digne femme du Niger et je souhaite que d autres femmes puisse leur emboiter le pas particulièrement dans le domaine que veut spécialiser du courage sœurs

  4. merci grande soeur; le pays est fiere de vous; car tu appartient a la nation;

  5. Mes encouragements à la dame de fer, elle merite plus que ça. c’est un bon exemple pour nos filles. Que dieu t’assiste et te protège. Ameen.

  6. bravo pour les nigériens, certains fils et filles de ce pays ont la notion du patriotisme, du courage pour cette jeune dame

  7. Tu fais honneur a ton pays grande soeur.Je te souhaite longevite et plein de succes.

  8. c est tres grave pr le niger un seule femme colonel et puis sur les 17 millions les femmes representent plus de la moitié quelle honte pour vous
    dernier du monde

    • kollo44
      oui une seule femme colonel sur 17 millions, honte plutôt aux hommes machos qui ont du mal à voir des femmes évoluées, c est dommage mais la mentalité des hommes représentent un obstacle à l’émancipation des femmes.

  9. Mes respect mon cdt,c’est une honneur pour toute l’institution,vous gerez bien votr tache qui ait confié a vous.Felistation mon cdt que dieu vous aide,et,vous donnez de plus une bonne foi,qui n va pa vous conduire dans l’erreur.merci!

  10. Une Compatriote,
    Sacro Saint….
    J’ai jete des fleurs a une Bongno Miri. Toute blaque a part, je ne retire rien de ce que j’ai ecris precedemment. Je suis indulgente.

    Desolee, Bongno Miri n’est pas sorti dans le message precedent.

  11. Une Compatriote,
    Sacro Saint….
    J’ai jete des fleurs a une ! Toute blaque a part, je ne retire rien de ce que j’ai ecris precedemment. Je suis indulgente.

  12. TOUS LES ENCOURAGEMENTS A CETTE COMPATRIOTE QUI MÉRITE RESPECTS… A TOUTES LES FILLES QUI FREQUENTENT LES BANCS DE L’ECOLE JE LEUR CONSEILLE VIVEMENT DE PRENDRE EXEMPLE SUR CETTE BAGOBIRA….. QU’ELLES METTENT LA BARRE UN PEU HAUT…PAS SEULEMENT INFIRMIERE , ENSEIGNANTE, C’EST BIEN MAIS….

  13. Une compatriote,
    Felicitations mon Commandant! Vous etes dans la bonne voie. Si j’ai un conseil a vous donner, restez toujours vous meme. Il n’y a rien de mieux que l’humilite!
    Si c’est le Pays qui vous tient a coeur, comme je l’ai compris, eloignez vous de ces politiciens au risque d’assombrir vos ideaux. Desolee de dire les choses Terre a Terre, mais c’est une verite qui se degage au fil des ans. Bonne continuation. Grand merci pour votre devouement.

  14. Je l’encourage vraiment Que le bon Dieu l’accompagne pour son destin et courage pour la suite de cariere malgrer que ce ne pas facile mais on peut s’y mettre et se retrouver avec de resultat ……..

  15. Bon vent Mme et du courage

Répondre à Abass Annuler la réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*