Ne ratez pas
Accueil / ACTUALITE / Comment améliorer la qualité de l’éducation au Niger ? « Quand on est pauvre, le Savoir est une arme »(Proverbe Nigérien)

Comment améliorer la qualité de l’éducation au Niger ? « Quand on est pauvre, le Savoir est une arme »(Proverbe Nigérien)

IMAGE D'ILLUSTRATION

IMAGE D’ILLUSTRATION

Au Niger, moins de 30% des enfants en âge d’aller à l’école (5 à 14 ans) ne sont pas scolarisés [en 2012 selon la Banque Mondiale]. En outre, ceux qui vont à l’école ne reçoivent pas une éducation de bonne qualité et n’acquièrent pas suffisamment les connaissances et les compétences dont le marché du travail a besoin. La faute revient essentiellement aux infrastructures inadaptées ainsi que le niveau « médiocre » d’une partie des enseignants.

Conséquence, un grand nombre d’élèves apprend peu de choses ; jusqu’à un tiers, voire plus, de ceux qui achèvent le cycle primaire ne maîtrise ni la lecture, ni l’écriture, ni le calcul. Et cela se répercute sur la suite de leur cursus. L e résultat catastrophique du BEPC 2014 reflète bien cette réalité.

On peut certes se réjouir des constructions de classes en cours, dont la plupart en matériaux définitifs. Mais une éducation de qualité ne se résume pas seulement en ces infrastructures. L’Etat doit miser davantage sur la formation du personnel censé transmettre le savoir. Puisqu’on aurait du mal à concevoir quelqu’un qui quitte le système éducatif sans véritable diplôme ou connaissances, ni (ou peu) de formation préalable, venir à son tour enseigner. Pourtant c’est ce qui se produit chez nous. Mais, cela n’est pas une fatalité puisque des solutions existent.

Dans son rapport intitulé [en anglais] Student Learning in South Asia (2014), la Banque mondiale a défini cinq (5) objectifs pour améliorer la qualité de l’éducation en Asie du

Sud. Des objectifs que nous jugeons transposables au Niger :

  1. 1. Placer les acquis scolaires au centre de la politique de l’éd Il faut pour ce faire définir des indicateurs des résultats d’apprentissage des élèves, suivre leur évolution et les utiliser ensuite  pour  guider  tous  les  aspects  de  la  politique  de  l’éducation, notamment le déploiement et la formation des enseignants, ainsi que l’allocation des dépenses publiques au profit de l’éducation.
  1. 2. Investir dans la nutrition des jeunes enfant Au Niger, les taux de malnutrition des enfants sont les plus élevés au monde, et la capacité d’apprentissage des enfants en pâtit. Les pouvoirs publics doivent veiller à ce que tous les enfants reçoivent une alimentation et des soins de santé appropriés, afin qu’ils aient de bonnes chances d’acquérir des connaissances. Une approche multisectorielle et transversale sera fondamentale pour y parvenir.
  1. 3. Améliorer l’efficacité et la responsabilité des enseig Le recrutement et le déploiement des enseignants doivent reposer sur des critères clairement définis, accompagnés de solides mesures empêchant la prise de décisions qui ne tiendraient pas compte du mérite. Il faut en outre assurer la formation initiale et la formation continue des enseignants, afin qu’ils appliquent les méthodes pédagogiques les plus récentes. Il importe aussi de mettre en place des structures de progression de carrière en fonction des performances, qui peuvent permettre d’attirer et de retenir les meilleurs.
  1. 4. Apporter un soutien adéquat à l’enseignement dans les premières années de scolarité. Pour aider la première génération d’élèves à réussir, les enseignants doivent être formés à améliorer l’apprentissage de la lecture au cours des premières années d’école. Il est également impératif de rationaliser les programmes scolair En attendant, des cours de rattrapage peuvent faciliter l’apprentissage des élèves en difficulté.
  1. 5. Promouvoir la contribution des acteurs non étatiques. Il convient d’encourager les acteurs non étatiques à participer à l’élaboration de solutions innovantes pour améliorer l’école, à la recherche de moyens permettant d’éliminer les obstacles à l’entrée, à la conception réfléchie de  partenariats  public-privé  et  à  l’utilisation  de  mécanismes souples mais efficaces pour accroître la responsabilité du secteur de l’éducation vis-à-vis des élèves, de l’État et de la société.

Le Projet Objectif-Savoir

Parallèlement aux pistes évoquées précédemment, nous avons développé un projet intitulé « Objectif-Savoir ». Celui-ci s’adresse à la communauté nigérienne établie à l’étranger: la Diaspora, et autre Bonne Volonté!

Il s’assigne comme objectif  de contribuer à redorer l’image de l’enseignement au Niger : rétablir  le  niveau  des  étudiants /scolaires  par  la  lecture  et  à  terme  améliorer  la réputation d’Universités/Ecoles Nigériennes.

Intérêt du projet

L’Education au Niger est confrontée, aujourd’hui, comme nous l’avons mentionné plus haut à deux problèmes majeurs : l’insuffisance des infrastructures adaptées (Classes, Laboratoires, Bibliothèques….) pour dispenser les cours dans des conditions optimales d’étude, et  la qualification  du  Personnel  enseignant. Et la baisse du niveau des élèves et étudiants pourraient s’expliquer par la conjonction de   ceux-ci,  auxquels  on rajouterait le   fait  que    la plupart  d’entre eux    se contenteraient uniquement  des  cours  qui  leur  sont  dispensés,  alors  que  certains matières  nécessiteraient un approfondissent.

La  raison?  Manque  de  volonté  ou  de moyens puisque moins d’un scolaire nigérien sur cinq (1/5) a accès aux bibliothèques et moins de 1/10  arrive   à se  procurer de bouquins. Sortir  l’Ecole  Nigérienne  de  l’ornière  serait  donc synonyme de  pallier  les  problèmes susmentionnés. Beaucoup diront que cela relèverait exclusivement du ressort de l’Etat [puisque l’Education est l’une des missions régaliennes]. Certes! Mais la Diaspora et nos riches compatriotes peuvent aussi apporter leurs aides sous diverse formes : contribuer financièrement à la construction des infrastructures. Et à défaut, ils peuvent se mobiliser pour  collecter/acheter  des  livres  à  destination  du  Niger.

Cette  deuxième  forme semblerait plus plausible et  plus efficace  pour  lutter  contre  l’ignorance. Si aujourd’hui notre pays peine  à se développer, à émerger et combattre  efficacement la faim, la pauvreté, c’est à cause de l’ignorance qui ne cesse de gagner du terrain. Alors que la construction des bibliothèques dans nos pays ou alimenter celles déjà existantes dans  les  Universités  ou Ecoles en bouquins : neufs ou d’occasion, à condition qu’ils soient lisibles et donc exploitables, contribuerait à changer cette donne et faire évoluer les mentalités.

Pour arriver à cette fin, une occasion de taille s’offre à la Diaspora, par exemple. Savait- elle  que  les  Bibliothèques  des  FACs  françaises,  belges,  pour  ne  citer  que  celles-là,

renouvellent partiellement chaque année leur stock de livres ? Et la plupart d’entre elles ne savent pas quoi en faire des versions  antérieures? Il suffirait juste d’approcher les responsables de ces bibliothèques, leur expliquer l’intérêt du projet. Nous sommes convaincus que ces responsables sont très réceptifs à ce genre d’initiative et faire des dons.

En outre, certains de nos opérateurs économiques excellent dans la distribution de dons en nature (sacs de céréales….) et en numéraire. Il serait louable qu’ils affectent une partie de leurs richesses dans l’achat du matériel informatique et/ou des livres à destination des écoles de leur choix.

Ainsi,  la mobilisation de l’Etat,  Diaspora Nigérienne  et économiques  permettrait de limiter   le risque du « naufrage » de notre système éducatif. Qu’Allah sauve l’Ecole Nigérienne!

À propos de l'Auteur

Adamou Louché Ibrahim (Web Contributeur)

À propos Administrateur

20 plusieurs commentaires

  1. Moi ce qui m’aquiete beaucoup aujordhui dans le systeme educatif,ma question elle suivante ça sert à quoi de former les gens pendant trois ans sans recrutement??? grouvernement a privaliger les recrutements.

  2. Bah je ne sais quoi dire surtout après avoir lu les commentaires précédent, Mais il y a une question que je me pose et que j’aimerais tous vous posé….. Comment voulons nous que notre système éducatif aille mieux si nous passons notre temps à nous lamenter et à critiquer nos dirigeants? Ils ne sont pas parfait notre Pays va mal mais si nous regardions autour de nous? nous avons l’essentiel………. Vous vous demandiez qui suis je? que voudrais je dire? juste vous dire que certes la motivation vient de l’extérieur mais nul ne peut faire de nous quelqu’un si nous n’avions pas eu envie de devenir ce quelqu’un….. Très cher Nigérien et Africain si nous avions la force et le courage de critiquer sans hésitations nos dirigeants ou extraire les aspects négatifs ou positifs de notre système éducatif, je suis sûr que nous pouvons avoir ou nous avions déjà la forcer nécessaire pour nous motivé nous même et changer tout ce qui est changeable, …… JE NE SUIS QU’UNE ENFANT ISSU DES PARENTS DIVORCER DES L’AGE DE 5 ANS…. J’AI GRANDI DANS UN VILLAGE DE LA COMMUNE RURAL DE TAJAE… J’AI SUBI PAS MAL DES ÉPREUVES DANS LA VIE MAIS CELA NE M’A PAS EMPÊCHÉ DE FAIRE PARTIT DE LA PREMIÈRE PROMOTION AU PRIMAIRE MÊME SI C’ÉTAIT D’ABORD SUR LES NATTES ET SOUS LES HANGAR, JE SUIS A PRÉSENT UNE JEUNE FEMME DE 23ANS ET JE POURSUIS MES ETUDES A L’IFAENF (INSTITUT DE FORMATION EN ALPHABÉTISATION ET EDUCATION NON FORMELLE) UN INSTITUT OU J’ÉTAIS D’ABORD ORIENTÉE ET UN ENDROIT TOUT A FAIT A MOI OU JE ME SENTE BIEN DANS MA TETE ET DANS MA PEAU J’AURAIS MA LICENCE INCHA ALLAH CETTE ANNÉE ET CE N’EST QUE LE COMMENCEMENT DES RÊVES…….. JE SUIS SUR QUE VOUS AVIEZ; VOUS POUVEZ OU VOUS FAITES MIEUX QUE MOI….JE SUIS ACTUELLEMENT EN CLASSE LA POSE EST TERMINÉE ET JE VOUS DIS COURAGE NIGÉRIEN, AFRICAIN ET TOUS CEUX QUI VEULENT ALLEZ DE L’AVANT….. SURTOUT AYEZ FOI EN ALLAH COMPTER SUR VOUS MÊME ET CHANGEONS ENSEMBLE CE QUE NOUS CROYONS MAL? PAS PARFAIT? ERRONÉ? ….BREF TOUT CE QUE NOUS VOULONS ET POUVONS

    • Tu as bien dit la verité.
      Courage en nous de pouvoir ameliorer le systeme educatif au Niger et en Afrique.

    • Veuillez m’excuser chez camarades, comment moderniser l’éducation nationale, école nigérienne c’est le faite de savoir lire et écrire le français tout simplement, mais pas savoir à produire quelques choses. Plus 60% de la population nigérienne vive dans les villages, ce que je dis dans ce cas, il faut que mon président doit investir dans l’agriculture pour que nos parents auront une production importante. L’agriculture est le facteur clé de développement de tout pays. Si les paysans ont beaucoup récolté, ils sont obligés d’inscrire leurs enfants à l’école

  3. BREF L’ECOLE NIGERIENNE A BESOIN D’UNE GRANDE ANALYSE. LES MOTS QUI LA BLOQUE SONT NOMBREUX.

  4. djibrilla dit abli

    je suis parfaitement d’accord de ce que vous dites.
    personnellement je pense que c’est la faute à nos dirigeants parce que ils ne soucient jamais de leurs citoyens, ils ne pensent qu’à eux quand les élections s’approchent, une fois arrivé chez eux ils feront toujours des fausses promesses.
    Que Dieu nous éloigne de ceux qui ne veulent pas à qu’on progresse

  5. BOUAMOUTALA SAMBA ANOUAR JODEL GIVNER

    En afrique d’une maniere generale, plus precisement au Congo- Brazzaville le systeme scolaire est confronte a des multiples difficultes que nous pouvons enumere comme suit
    -manque d’enseignants qualifies ,des manuels et des programmes scolaires inadaptes et ne repondent pas aux effectifs, des effectifs qui ne repondent pas aux capacites d’accueils, des salles de classes plethoriques, des affectations qui devraient etre faite par la direction de la planification sont faites par les conseillers des ministres tout en privilegiant l’ interet ethnique ou l’appartenance politique, des notes qui sont attribues aux apprenants sur la base des faveurs sexuels, le manque de preparation des enseignants voila grosse modo l’etat de l’ecole au congo, la corruption

  6. LES MAUX QUI MINENT L,ECOLE NIGERIENNE PRENNENT LEUR SOURCE DEPUIS LA MISE EN PLACE DU NOUVEAU PROGRAMME! KE JE JUGE VRAIMENT TRES MAL. L,ANCIENNE METHODE DE SYLLABATION,K NOUS AVIONS HERITEE DEPUIS L,INDEPENDANCE SONT LES MEILLEURS!POUR TROUVER UNE SOLUTION A CE MAL !RAMENER L,ENCIEN PROGRAMME!UTILISER LES BOUKINS COMME:LA FAMMILLE BODA;MAMADOU ET BINETA,AFRIQUE MON AFRIQUE;!!!!!!!!!!!!!!!!!K DIEU SAUVE NOS ENFANTS DE CE MAL.AMEN!

  7. Adali na gari nakowa

    Dans cette marche, l’éducation ne marchera jamais au Niger, car la Ministre étant nulle, elle s’est entouré des cadres techniques dont la plupart sont du secondaire. Dans aucun pays du monde on n’a vu un directeur technique, nommé pour apporter des solutions aux multiples problèmes de l’éducation qui n’a jamais servi dans ce secteur même une seconde de sa vie. Pire , même au secondaire , ces cadres on développé des prestations médiocres. Ceux qui les préoccupent, c’est la recherche du gain facile. Parce les bailleurs de fonds investissent au primaire, il faut qu’ils accourent pour se faire fortune, sur l’autel du sacrifice de plusieurs milliers d’enfants nigériens qui sont les derniers au monde selon les enquêtes du PASEC. 4 ans de perdu pour l’enseignement primaire. Ce qui est choquant, c’est que personne ne dit rien pour arrêter cette descente aux enfers.

  8. Il faut que nos dirrigeants refusent d’amener leurs enfants a l’ecole privees.Cela va les interpeller de greves repetitives des contractuels qui reclament leurs salaires.On doit faire une analyse peu pousser des maux qui attaquenl notre systeme educatif.

    • Jagno Gnalli Rabi

      Si les dirigeants amenaient leurs école dans des écoles privées sa serait pas mal ,mais le pire ils envoient leurs enfants dans des pays étrangers pour avoir une bonne éducation alors que nous les enfants nigérien sont la à souffrir avec un manque des professionnels qualifiés et en quantité. sa m’étonne de voir que maintenant on travaille plus avec la famille boda dans les école ce qui fait que le niveau des élèves est très bas
      Et l’insuffisance du matériels .que Dieu le tout puissant nous vient en aide et qu’il fait que nos dirigeants changent

  9. zakir tu as tout dit apparemment. merci de ta louable contribution.

  10. Le début de l’analyse est très pertinente mais la solution finale est très simpliste!
    La propostion est certes louable mais ne pourrait apporter des resultats que dans un système educatif qui fonctionne, qui ne manque que d’outils d’apprentissage.

    Le système éducatif du Niger s’ est pratiquement effondré par le désintéressement progressif de nos politiques. En effet, le mal de l’école nigerien est tres profond, il touche l’âme même de l’institution. Je suis certains, si Mahamadou issoufou est né ces dernières années, à cause de la situation des ecoles dans les villages, il aurait moins de 2% de chance d’obtenir le brevet et entre 0 et 1% d’obtenir le bac. Donc, enfant issu d’une famille pauvre d’un village reculé, il n’aura pratiquement aucune chance de diriger le Niger. Cette statistique s’ applique à l’ensemble des enfants des villages, pourtant constituant la grande majorité de la population. Pour preuve, de plus en plus, ces dernières années n’arrivent à l’université que les enfants des villes, et là aussi ceux des fonctionnaires qui peuvent prendre en charge l’éducation de leurs enfants. L’ecole, à cause de sa destruction irresponsable par les autorités nigeriens depuis de nombreuses années, n’est plus cet outil d’équité et d’ascension sociale pour les fils des pauvres paysans du Niger comme l’etaient les parents de la plupart de nos dirigeants. Quelle ingratitude en vers cette structure fantastique à l’origine de leur ascension sociale et en vers le niger qui a mobilisé les maigres ressources des pauvres pour leur reussite.

    Les infrastructures et les outils didactiques (classes, livres, ordinateurs…) seulement n’apporteront pas de resultats tant que la machine reste toujours gripper! Par consequent, pour redresser la situation il faut:
    – Dans un premier temps, revoir la formation des formateurs et sur tout les niveaux, notamment en mettant un accent particulier sur le primaire et le secondaire. Cela en formant des enseignants compétents et qui aiment le metier comme l’etiez nos braves enseignants qui partaient même dans les champs pour nous ramener à l’école;
    – Deuxièmement, valoriser le métier de l’enseignant par un traitement salarial conséquent, avec comme objectif a très moyen terme la fin du volontariat dans le secteur;
    – Troisièmement, redinamiser l’administration pour une gestion efficiente de la carrière des enseignants;
    – En fin, disposer des infrastructures et outils pédagogiques adaptés et en quantité.

    Le plus gros echec du Niger se mesurera dans les prochaines années par le degré d’effondrement de son système éducatif qui si nous ne prenions garde aura dans le long terme des conséquences irrémédiables sur la survie même du pays, au delà de la question de son développement.

    • Parfaitement d’accord avec votre analyse. J’ai été tenté un instant de croire que la proposition faite à la fin de cet article était un début de solution, peut-être par son caractère altruiste et la simplicité par laquelle on pourrait facilement doter plusieurs écoles d’outils pédagogique (livres, ordinateurs, etc.) de qualité. Mais, la vérité est que le mal est plus profond. Même, si j’aimerai toujours qu’une solution est à porter de main, que quelque part il suffit pour faire avancer les choses que des personnes comme vous et moi se mettent en avant sans passer par les politiciens, sans les fanfaronnades qui vont avec!

    • Zakir,

      Bonne analyse, sauf que c’est par manque d’emplois qu’on accepte le metier. Aujourd’hui, personne ne veut enseigner parceque ya rien n’a volé. On court toujours derriere la place qui nous permettra de voler ou de trouver certaines facilités. Aujourd’hui, tout ce qui embrasse l’enseignement n’ont pas l’amour de ce metier. Les fils à papa sont dans des ecoles privées à cout elevé. C’est normale, parceque les ecoles publique sont pour les enfants des pauvres. Que sa marche ou pas, les enfants des pauvres n’ont pas a avoir un poste pour travailler dans les années à venir. Ainsi la politique de nos dirigeants.

  11. C’est facile d’accuser l’autre. Nous sommes tous coupables.

  12. c est la faute aux parents qui ont demissionner devant l education de leurs enfants

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.