Accueil / ACTUALITE / COMMENT SORTIR DE LA CRISE SCOLAIRE ET UNIVERSITAIRE

COMMENT SORTIR DE LA CRISE SCOLAIRE ET UNIVERSITAIRE

Tout groupe organisé ou toute bonne volonté qui se préoccupe réellement de cette crise doit œuvrer pour l’ouverture immédiate de négociations entre les deux parties concernées au premier plan.
Le choix de la fermeté du gouvernement et toutes les prises de positions extrêmes ne contribuent qu’à augmenter les tensions et à radicaliser la situation. « Casser» le mouvement de grève illimitée de l’USN par différentes pressions ou par l’usure ne serait pas une bonne solution.

Une entente après des négociations est toujours préférable et constitue une solution plus durable. L’ouverture impérieuse de négociations peut se faire suite à l’appel des parents d’élèves ou sous l’initiative du médiateur national, de l’association islamique ou l’injonction de la présidence de la république.

L’USN devrait lever son mot d’ordre de grève et les deux parties désigner des facilitateurs à choisir parmi les autorités morales de notre pays. On doit faire appel à la clémence ou indulgence du conseil de l’université de Niamey pour revenir exceptionnellement sur la décision d’exclusion des cinq étudiants. Le CD de l’USN doit accepter que la CASO soit restructurée pour exercer des activités strictement sociales, comme l’indique son sigle, en bannissant les pratiques de sévices ou de punitions contre un ou des étudiants.

Les sanctions pénales ne peuvent que relever de la justice et personne d’autre n’a le droit de prendre des mesures disciplinaires. Les enseignants au niveau des universités et instituts, prendraient l’engagement d’établir un calendrier ferme pour planifier les enseignements et achever l’année en cours.

Quant aux enseignants du secondaire et des écoles professionnelles et techniques, ils doivent assurer des cours de rattrapage tout au long du mois de mai, tous les après-midi.

Tout homme sensé, sait que l’effondrement de l’école c’est l’effondrement du pays et personne n’a intérêt à mettre en péril l’avenir des jeunes et de la nation. Tout enseignant a plaisir de transmettre ce qu’il sait et éprouve de la fierté et de la satisfaction quand ses élèves réussissent.

Opposer les apprenants et leurs enseignants est absurde et mesquin. L’instruction est nécessaire pour parfaire le développement moral et spirituel des jeunes et l’Islam nous enseigne que l’acquisition du savoir est considérée comme une obligation religieuse. Cette crise qui a trop duré peut et doit se régler impérativement par un dialogue serein et transparent.

Après le règlement de cette crise et l’organisation des examens de fin de l’année 2017-2018 le gouvernement devrait convoquer une conférence nationale de l’éducation pour « sauver » l’école nigérienne ou la ramener sur les rails. Il faudrait alors prendre le temps nécessaire pour examiner tous les maux qui se posent, sans complaisance, avec la participation de tous les partenaires de l’école (élèves, étudiants, enseignants, autorités pédagogiques et administratives, syndicats et associations) mais aussi la société civile, les partis politiques (majorité présidentielle et opposition) ainsi que des personnes ressources et des leaders religieux.

La conférence ou états généraux de l’éducation aurait pour but principal de dégager un consensus sur toutes les préoccupations et divergences concernant l’école. Il faudrait aussi revisiter la LOSEN, les structures consultatives en matière d’éducation et créer un fonds national de l’éducation.

À propos de l'Auteur

MOUSTAPHA LIMAN TINGUIRI Planificateur de l‘Education, Chef de Division Formations, Examens et Concours/DRES Zinder

À propos Administrateur

25 plusieurs commentaires

  1. Merci Mani pour votre contribution. En clair l’éducation, les valeurs, l’éthique ne sont pas innées mais acquises. On est déterminé non par les gènes mais probablement par ces derniers et l’environnement au sens large (environnement culturel..etc). La démission de la société en général et des parents en particulier, l’Internet, le culte de l’argent; ont produit en tout cas au Niger une génération cherchant la facilité: il faut posséder le dernier Samsung Galaxy sans avoir travaillé (par exemple à l’école pour un élève..).. »Dans le temps »,on cherchait à acheter les chaussures Weston mais « les gens » « travaillaient dur » à l’école, les AGs se déroulaient la nuit pour ne pas perturber les heures de cours, « dans le temps », la lecture était une passion absolue, l’amour était noble sans relents sexuels et pourtant on dansait le slow (corps contre corps..). Maintenant on assimile la liberté à l’animalité en postant des ébats indécents sur Internet. Pourtant seuls les animaux font ce « genre de choses » sans gêne devant tout le monde. Donc l’obsession d’apparaitre sur les réseaux sociaux pour être fait que certains sont devenus des animaux. Le bétail idiot hélas constitué surtout de jeunes est mené à l’abattoir car on lui a vendu la liberté animale.
    Pour revenir à ce que Mani disait, effectivement on peut tout reprocher aux dirigeants actuels, au noyau originel du PNDS (en tant que citoyen, je ne leur fais aucun cadeau et je les critique impitoyablement dans les fadas, je ne m’en cache pas. Image du spectateur assis tranquillement dans les tribunes et croyant tout connaître du match et qui critique et les joueurs et les entraineurs..); mais ils ont une qualité: ils ont été fidèles (ils ont été) à leur conviction, ils avaient une idéologie, ils avaient lu et surtout ils étaient fidèles (sont? sont trop?) à leur parti. Maintenant pour certains d’entre eux « Das Kapital » de Marx est devenu « Das KOudi », « Das Norou », « Das Wouri »..car il faut faire bouillir la marmite, climatiser la maison, redistribuer aux « parasites »..
    Ainsi j’étais étonné à l’époque où le PNDS semblait n’avoir aucune chance de venir au pouvoir de voir des personnes de ma connaissance militer dans ce petit parti marginal (je me disais comment peut-on perdre son temps comme ça?) Leur fidélité a payé même si c’est pour des choses profanes..etc

    Idem pour Monsieur Hama Amadou: à la conférence nationale, le bateau MNSD coulait de toutes parts, ça fuyait de partout, des hauts gradés de l’armée se jetaient à l’eau pour « prendre la tangente », lui était resté stoïque, au final les prochaines années au pouvoir peu ou prou ont été faites avec lui modulo des coups bas que les uns et les autres se sont faits (mais la politique n’est pas l’armée du salut, c’est un marigot peuplé de crocodiles du Nil impitoyables..).
    BREF POUR LES JEUNES: LA FACILITE PAYE SEULMENT POUR UN TEMPS, LA FIDELITE, LE GOUT DE L’EFFORT, LE SENS DE LA JUSTICE, LE RESPECT ABSOLU DU A L’INNOCENT, L’OBSSEION DE NE PAS ETRE INJUSTE…PAYENT.

  2. Vous avez dit USN ?
    Vous avez dit Conférence Nationale Souveraine ?
    Certains sur ce site nous disent ceci : sans l’USN pas de Conférence Nationale souveraine.
    Deux questions :
    – Le fait d’avoir lutté pour la CNS donne-t-il le droit aux membres actuels de l’USN de faire ce qu’ils veulent ?
    – De quelle USN parle-t-on ?
    Certains (sur ce site) semblent nous dire que les militants (actuels) de l’USN peuvent faire ce qu’ils veulent parce qu’ils ont lutté pour l’avènement de la démocratie dans notre pays.
    Quelle stupidité?
    Regardons au moins ce qui se passe dans les pays voisins qui ont pourtant fait comme nous des CNS.
    Ces pays qui jadis envoyaient leurs enfants chez nous pour se former disposent aujourd’hui d’un enseignement supérieur stable et de très bonne qualité.
    Pourquoi accepter le règne de la pagaille chez nous ?
    Et puis quand on nous parle de l’USN et la Conférence Nationale Souveraine de quelle USN parle-t-on ?
    L’USN qui a fait la CNS ce n’est pas cette USN qui passe le plus clair de son temps à sifflet pour un oui ou pour un non en vue de jeter les enfants dans les rues.
    L’UNS qui a fait la CNS ce n’est pas cette USN qui, lors des manifestations casse tout sur son passage
    L’USN qui a lutté pour l’avènement de la CNS ce n’est pas l’USN actuelle qui ne connaît que le langage de la violence, de la vulgarité et des insultes
    Ce n’est pas cette USN des militants sans inscription et qui bénéficie gratuitement des œuvres universitaires (chambres, repas, soins de santé….)
    L’USN qui a lutté pour la CNS Ce n’est pas cette USN des étudiants qui insultent et agressent leurs professeurs
    L’USN qui a lutté pour la Conférence Nationale Souveraine:
    Ce n’est pas cette USN des étudiants qui se livrent aux chantages
    Ce n’est pas cette USN des étudiants qui s’adonnent aux viols
    Ce n’est pas cette USN des enfants qui disposent d’une salle de torture
    Ce n’est pas cette USN des enfants qui font 4 ans dans une même année universitaire.
    Vous dit UNS ?
    Vous avez CNS ?
    L’USN actuelle doit changer ou disparaitre. Pour changer elle doit s’inscrire dans la dynamique du progrès et du culte de l’effort….
    Le gouvernement actuel a le mérite de vouloir changer les choses en vue d’un assainissement de notre enseignement supérieur.
    Q’ALLAH aide et protège notre pays. AMEEEEEEEN !

  3. Non, la pagaille a trop durer.
    Si nous ne savons pas ce qu’il faut faire dans nons université regardons au moins ce que font nos voisins.
    Ces voisins qui jadis envoyaient leurs étudiants chez nous et qui n’osent plus le faire aujourd’hui.
    Et puis négocier ? Céder quoi?
    Faut-il continuer à donner à nos enfants le permis de torturer et de tuer?
    Faut-il continuer à donner à nos enfants le permis de faire la loi?
    Faut-il continuer à donner à nos enfants le permis d’insulter qui ils veulent quand ils veulent?
    Faut-il donner à nos enfants le permis de manger sans payer?
    Faut-il permettre à nos enfants d’installer un Etat dans un Etat?
    Une fois encore la pagaille a assez durer.

    A bon entendeur….

  4. Djafarou Maman Matto

    C’est vrai, un dialogue sincère est nécessaire pour venir à bout de cette crise qui n’a que trop durée, tout ça c’est beau. En revanche, tant que les parties à cette crise ne mettent pas leurs égos de côté et penser aux intérêts des uns et des autres, la solution ne tombera pas du ciel. Le fait que les protagonistes à leurs niveaux fixent de préalables avant de se mettre à négocier cache à peine le spectre de la mauvaise foi et une arrogance caractérisée. En effet, force est pour les parties de se mettre en tête qu’elles des personnes qui n’ont pas envie de voir leur avenir compromise. USN & SNECS, si vous refusez de trouver des compromis afin de reprendre les cours, vous serez tenus pour responsables devant Dieu et les Hommes. L’ÉCOLE EST L’AFFAIRE DE TOUS! PENSEZ Y.

    • Encore et encore, cet angélisme de mauvais aloi. Un individu se fait agresser verbalement et a failli se faire agresser physiquement par des individus « majeurs et vaccinés ». Des sanctions ont été prises dans les règles de l’art par l’institution en charge de ces individus. Sanctionner un fautif c’est être arrogant? Nous sommes dans quel monde? Au Gondwana dirait Mamane sauf que ce Gondwana là, c’est aussi Bangos du gabonais Patrick Nguema Dong avec des viols, des petits dictateurs..etc car ces pseudos étudiants (à peine 200 sur 20000) sont des voyous non inscrits pour certains. Plutôt que faire profil bas, ils ont agressé d’autres innocents (les employés du rectorat…). Bref au Gondwana, les porteurs de tenue et surtout la garde présidentielle et les étudiants sont au dessus de la loi. Par contre le défenseur de la masse (miltant de la société civile, militant honnête car dans cette confusion, on ne saurait dire qui est le vrai miltant..etc) lui n’aurait pas droit au dialogue. L’agressé physique (l’enseignant agressé) et ses agresseurs doivent dialoguer (j’hallucine). L’agressé (personne morale, rectorat et ensemble de particuliers..) et les agresseurs doivent dialoguer.
      Bref « A garra » (arrangement à la nigérienne) qui traduit une naïveté et un refus de fermeté, de rigueur.
      Par contre s’il s’agit de dialoguer sur les problèmes cpncrets (bourses en souffrance, problèmes académiques, débouchés…) des étudiants, à mon avis pas de problème, un dialogue s’impose.

      Il y a une infantilisation des étudiants, une confusion entre des majeurs (étudiants) et des mineurs (lycéens et collégiens ou élèves du primaire) à l’égard desquels une indulgence s’impose (indulgence totale à l’égard des élèves du primaire par ex).

      Bref il faut un dialogue entre un violeur et sa victime
      entre un tueur et sa victime (dialogue entre un vivant et un mort)…

    • Négocier quoi?
      Négocier la poursuite des tortures dans nos université?
      Négocier la poursuite des viols dans nos universités?
      Négocier la poursuite de la pagaille dans nos universités?
      Négocier la poursuite de la casse?
      Négocier la poursuite de l’indiscipline,
      Négocier a poursuite des chantages?
      Négocier la poursuite de l’insolence?
      Et puis quoi encore?
      Non ayons le courage de de dire que les choses doivent changer dans nos universités si réellement nous aimons notre pays.

  5. Un lien sur le journal « le monde » nécessiterait une modération? Tamtaminfo censure…?

  6. Bravo! L'USN a remporté la bataille pour clairvoyance. Pour les âmes bien nées la sagesse n'atteint point le nombre d'années!

    C’est une bonne attitude de s’arrêter et de faire le bilan d’une lutte. C’est faire preuve de sens de responsabilité. Cela montre que l’avenir est prometeux pour le Niger. C’est ça le leadership. Un vrai leader réfléchit toujours pour qu’il ait un lendemain meilleur! J’invite le pouvoir politique et tous les hommes politiques de prendre l’exemple de l’USN. L’UNS a tenu bon alors que leurs aînés les enseignants n’ont jamais réussi à fédérer leur force pour défendre leur droit. Quelle jeunesse digne! Qu’Allah protège et guide l’USN et ses leaders sur le droit chemin et celui de la victoire. Vive l’USN Uni!!!

    • Remporter la bataille contre qui? Contre leur propre pays? Contre l’Etat du Niger? Contre leurs parents? Contre leur professeurs?
      Quel pays!
      L’avenir du Niger avec ses enfants toujours dans les rues?
      L’avenir du Niger est-il prometteur avec des enfants qui violent, torturent, escroquent?
      Prendre l’exemple de l’USN dans le viol, la torture, le chantage, la pagaille, le désordre?

  7. C’est lamentable comme proposition. Si l’Usn n’a pas existé il n y aurai pas de Conference nationale. C’est l’Usn dans son organisation actuelle qui a conduit , encadré les mouvements sociaux qui ont conduit le Niger vers la democratie. .le Ccld . Tous ces acteurs qui sont en lutte contre l’ Usn etaient autour de son Comité Directeur de l’ époque pour organiser la lutte contre le pouvoir d’exception. C’est ingrat. Dans tous les cas les scolaires reclament seulement leurs droits. C’est vraiment ingrat.

    • Oui elle (l’USN) a été utile un moment donné mais les temps ont changé et on est dans un régime ou disons une ère « démocratique ». En effet malgré toutes les dérives imputables aux démocrates
      successifs du temps de leurs gestions respectives; leurs régimes sont sans comparaison avec le régime d’exception.
      Par exemple au temps de ce dernier, cette crise aurait été réglé en 24h en conseil de ministres car le blocages n’existaient pas. De même en ces temps là, on n’aurait pas permis à une frange de la population de bloquer la circulation en temps normal (pas lors d’une marche..) pour le passage de ses bus avec
      obligation pour tout le monde de se soumettre à ses desiderata. Bref le fond du problème est que l’USN d’antan est maintenant un problème qui empêche à l’école nigérienne de fonctionner nonobstant les problèmes et les responsabilités de l’Etat.
      Donc permettre le maintien de ces structures, de ces quasi milices serait définitivement le recul de ce pays qui sera (et qui est déjà) sans masse critique de cadres valables à l’international, sans poids dans les organisations régionales..etc Il sera définitivement un pays de va-nu-pieds prompts à l’insulte et l’invective (plus facile que d’analyser, de proposer) partageable entre les puissances occidentales, le Tchad, ..etc
      Si comprendre que l’école est un domaine trop important pour qu’on plaisante avec est difficile, alors que la récréation continue, qu’on continue à « siffler » ad aeternam », maintenons les choses en l’état et le Niger sera un pays émergeant avec ces enfants et jeunes politisés à outrance, ayant oublié les vertus de l’ambition par le travail et al morale. En effet ici même j’ai lu « effaré » des choses du genre (si le disciple est maudit, le maître aussi, le maître est-il son père?), ce qui traduit un manque criant de références morales. Or tout le monde sait que le père est un maître symbolique, le maître un père symbolique..etc. Au final “premier, cela se mérite” et “dernier aussi cela se mérite”, alors maitenons la pagaille permanente mais si demain le Pnud classe le Niger comme dernier des derniers, que personne ne se plaigne.
      Sur un autre plan, mon inquietude est la perte totale des valeurs morales et des repères sur fond de confusion et de fausseté perverse. Ainsi un individu a faille être agressé et sans honte par haine pour une corporation ou un régime, on oublie l’essentiel: personne n’a le droit de s’en prendre physiquement à un individu qui ne lui a rien fait. Cette perte de valeurs morales se voit aussi sur le web, les réseaux sociaux et autres. La terrifiante diatribe de Ali Tera contre le president du Niger en est un exemple et celle parait-il d’une autre dame en Belgique. On peut reprocher au president mille choses mais pas l’insulter comme cela a été fait. Et si quelqu’un doit l’insulter, ça serait le fils de Baré ou de Hambali ou de Salou Souleymane..etc mais ils ne le font pas par éducation. On peut reprocher à Hama mille choses mais l’insulter comme certains le font..Etc C’est inacceptable. Idem pour les autres hommes politiques. C’est peut-être le seul pays au monde où cela se passe comme ça. Je n’ai jamais vu ni entendu dans un débat en France quelqu’un s’en prendre à la mère ou au père de quelqu’un… C’est d’une grossièreté, d’une animalité (j’insulte les animaux car eux cherchent à manger) inouïe.

    • Arrêter de justifier l’injustifiable.
      Parce qu’on a lutté pour la conférence nationale;
      – on a donc le droit de faire la loi
      – on a donc le droit de créer des organisations parallèles de chantages, tortures, de viols et d’assassinats
      – on a donc le droit de créer un Etat dans un Etat.
      Et puis sommes- nous les seuls à avoir organisé une CNS?

  8. Salutation à tous. Les réflexions, les états généraux, les colloques, les fora et j’en passe il y en a eu tellement sur le système éducatif. Dans la pratique c’est l’éternel recommencement. La responsabilité de la déliquescence de notre système éducatif est collégiale: l’Etat, les politiciens, les enseignants chercheurs, les syndicats des enseignants, les parents, les étudiants, les élèves bref chacun des acteurs est coupable, car ne jouant pas pleinement sa partition pour que l’école marche.
    Quelles solutions envisagées?
    Voyons ci qui pour nous incombe à deux acteurs:
    – L’Etat:
    1 – il doit s’assumer et trouver une solution durable et non de circonstance. La CASO de part sa configuration actuelle doit être dissoute et circonscrire l’USN uniquement sur l’aire universitaire;
    2 – créer les conditions d’étude et de stabilité autant que faire se peut: infrastructures, manuels, régularité des bourses et allocations …….. ;
    3 – créer un système de suivi évaluation des comportements, des prestations des enseignants chercheurs. Nous avons l’impression que certains d’entre eux plus préoccupés par les activités politiques et extra universitaires que par l’encadrement des étudiants. Ces derniers sont combien à vouloir soutenir ou produire en vain des mémoires, faute d’encadreurs qui n’ont pas leur temps.
    – Les politiciens: Œuvrons ensemble pour le rayonnement de notre école. L’ambition d’un parti politique est d’accéder au pouvoir. Faudrait il le faire sur des bases saines. Les coups bas et autres intrigues que vous posez risquent de se retourner un jour contre vous. L’école appartient à nous tous.

  9. Quand on instrumentalise les étudiant à des fins politiques, on finira inéluctablement par arriver à cette situation de crise.

    Les anciens étudiants à la tête de ce pays en savent quelque chose, ils savent ce qu’ils ont crée et sur lequel ils n’ont aucune maîtrise.

    Le PR a reçu les étudiant suite à la mort d el’étudiant Bagalé. Il a fait quoi de sérieux ensuite ?!!
    Si à un si haut niveau de l’appareil de l’Etat, Issoufou et ses copains n’arrivent pas à gérer l’école Nigérienne, que fait-il attendre d’eux de la gestion d’un immense pays comme le Niger ?

    Vous verrez, certaines universités régionaux vont être mis sur les rails car en region on est en terrain conquis, mais les autres ! allez-y voir

    Certains disent que les étudiants sont indisciplinés, Et alors ? Ce n’est pas parce que ton enfant est indiscipliné qu’il faut laisser son éducation ou l’ignorer !
    Il faut les encadrer, faire les états généraux de école Nigérienne, voir comment on peut aider les étudiants à s’organiser. s’investir pour qu’une grande partie trouve des écoles ailleurs (ce n’est pas les bourses étrangères qui manquent, c’est plutôt m’état qui ne s’investit pas assez). Il y’a eu des bourses jamais attribuées et périmés au Ministère des affaires étrangères : par pure méchanceté des fois !!!

  10. Vos propositions M.Tinguiri sont guidées par de bonnes intentions mais ne permettent de résoudre le problème de la crise scolaire et estudiantine au Niger.Il ne s’agit pas de s’asseoir autour d’une table de négociation et de dialoguer.Dans quel pays au monde a t on vu une association d’étudiants être un État dans l’État s’ériger en milice,violenter ,torturer,impunément au mépris des lois de la Republique? Savez-vous qu’il a y eu des meurtres au campus restes impunis? Savez-vous que des filles ont été violentées et même violées?Savez- que la Caso dispose d’une salle de torture appelle Dojo?Savez-que chaque mois l’USN preleve 1000f par mois pour chaque étudiant soit cent vingt millions par an si compte seulement dix mille étudiants boursiers?Savez-vous que l’ancien SG de l’Usn a construit une villa pendant qu’il était étudiant?Savez- vous le nombre d’agressions ont été enregistres contre des enseignants?Connaissez-vous le nombre de jours de grève dus aux étudiants?Connaissez-vous un seul pays au monde ou les étudiants ont une situation semblable a celle de l’Usn au Niger?
    C’est l’intérêt national qui exige que pour une fois le Gouvernement trouve une solution définitive a la crise scolaire/Pour cela il doit impérativement:
    -dissoudre l’Usn dans sa structure actuelle incluant mineurs(lycéens et collégiens) et adultes(étudiants)
    -autoriser la créations de nouvelles associations regroupant uniquement des étudiants
    -fermer le restaurant universitaire et favoriser l’émergence de commerces prives de restauration sur le campus
    -confier le transport des etudints aux compagnies privées de transport en les subventionnant au besoin
    -reserver les chambres en cite universitair aux étudiants de première et deuxième année boursiers issus de famille pauvre
    -revoir les critères d’attribution des bourses en la réservant aux enfants des familles pauvres et en excluant les enfants de fonctionnaires et de commerçants
    -instituer pour les étudiants boursiers des années bourses( cinq années bourse pour toutes les formations sauf en médecine ou elles seront portées a huit
    Ce sont ces mesures seules qui peuvent permettre de redresser notre système éducatif si nous sommes soucieux de l’avenir de notre pays

    • Je pense c’est au Niger seulement ou les enseignants de l’universite sont au dessu de l’Etat c’est ca le vrais probleme (histoire de gros diplome). C’est le meme syndicat des enseignants de l’universite qui a remis en cause d’un Etat pour la simple raison qu’on les a pas avise. (l’histoire de creation des nouvelles universites en 2010)
      Je ne vois pas un mal en dialoguant autour d’une meme table entre les acteurs de la crise.

    • Belle analyse

    • C’est lamentable comme proposition. Si l’Usn n’a pas existé il n y aurai pas de Conference nationale. C’est l’Usn dans son organisation actuelle qui a conduit , encadré les mouvements sociaux qui ont conduit le Niger vers la democratie. .le Ccld . Tous ces acteurs qui sont en lutte contre l’ Usn etaient autour de son Comité Directeur de l’ époque pour organiser la lutte contre le pouvoir d’exception. C’est ingrat. Dans tous les cas les scolaires reclament seulement leurs droits. C’est vraiment ingrat.

      • Ayant lutter pour la CNS l’USN peut donc devenir un Etat dans un Etat.
        Quelle stupidité?
        Regardons au moins ce qui se passe dans les autres pays qui ont pourtant fait des CNS.
        Pourquoi accepter le règne de la pagaille chez nous ?
        Et puis c’est quelle USN qui a fait la CNS?
        L’USN qui a lutté pour la Conférence Nationale Souveraine:
        Ce n’est pas cette USN des militants sans inscription
        Ce n’est pas cette USN des étudiants qui se livrent aux chantages
        Ce n’est pas cette USN des enfants qui s’adonnent aux viols
        Ce n’est pas cette USN des enfants qui disposent d’une salle de torture
        Ce n’est pas cette USN des enfants qui font 4 ans dans une même année universitaire.

  11. Cher Liman,

    Revenir exceptionnellement sur l’exclusion des étudiants impliqués dans la tentative d’agression d’un enseignant serait l’exception qui confirme la règle. En effet il y a deux ans il me semble ou 3 ans, le recteur de l’université de Tahoua avait démissionné suite à l’annulation d’une décision du rectorat de Tahoua d’exclure des étudiants de la dite institution (étudiants ayant exercé des violences sur l’une de leurs camarades). Par conséquent, revenir sur cette décision signifierait qu’un étudiant (majeur, parfois même marié) serait au dessus de la loi commune, un quidam genre membre de la société civile qui exercerait des violences ou qui s’adonnerait à des meetings interdits serait arrêté mais pas un étudiant. Deux poids deux mesures.
    Bref l’erreur monumentale serait encore une fois d’éteindre l’incendie en laissant le foyer (à l’origine de l’incendie) intact. Et alors cela signifierait que lla récréation, une récréation qui dure depuis 23 à 25 ans, continuerait.
    Les lycéens et les collégiens et ceux du primaire doivent s’adonner à leurs études; les étudiants doivent se « syndiquer » mais avec des dirigeants inscrits régulièrement et ayant au moins la licence, un CNOU remanié, un campus purifié où la racaille serait éliminée, les mauvaises herbes brûlées au napalm..etc.
    QUANT A L’ETAT, ON OUBLIE UNE CHOSE: IL DOIT AU MOINS GARANTIR LA BOURSE AUX ETUDIANTS BOURSIERS ET L4AIDE SOCIALE EXPURGEE DES ABUS DE TOUTES SORTES.

    • Tout à fait d’avis avec votre analyse, notamment celle relative à l’exclusion. Comment un » homme censé », comme l’écrit l’autre, va demandé au Conseil de se « déculotter » face à des étudiants qui pensent déjà « être supérieurs » à leur enseignants. L’état peut trouver une autre inscription audits étudiants dans une autre Université même hors du Niger. C’est cela la responsabilité ! il faut arrêter de mentir aux étudiants!!!!
      « Bref l’erreur monumentale serait encore une fois d’éteindre l’incendie en laissant le foyer (à l’origine de l’incendie) intact. Et alors cela signifierait que la récréation, une récréation qui dure depuis 23 à 25 ans, continuerait « 

  12. mon planificateur allons seulement . Dans cette situation il y a apparemment quelques choses qu’on ne nous dit pas . Je m’explique avez vous vu une fois que c’est les enfants qui courent à gauche et à droite pour dire nous voulons le dialogue et que le gouvernement de son coté en réponse dit négociation après levé du mot d’ordre . pourquoi ne pas aller au négociation qui dans le pire des cas ne peut prendre plus d’une semaine si vraiment chacun fait du problème le sien . pourquoi celui qui est à la commande ou qui a la destiné du peuple fuit le dialogue ? ALORS qu’il lui revient normalement de courir à gauche et à droite pour trouver la solution car c’est à lui d’éteindre le feu .

  13. Bonjour,

    Un très bon article en effet. D’autre part, il va sans dire que nous sommes en train de perdre les pédales en banalisant cet epineux probleme de l’ecole nigerienne. Au moment ou tous les autres pays de la sous region et meme du reste du monde sont en train d’avancer, nous, nous sommes en train de nous entre-tuer, de saborder l’avenir de notre pays. Nous manquons cruellement d’une intelligence collective, un but collectif et une vision collective. Nous nous tirons pas une seule balle dans les pieds, mais plusieurs balles dans les pieds. Nous sommes la risée des autres pays qui ont même connu la guerre dans un passé proche et qui nous dépassent de loin maintenant, le Rwanda en est un parfait exemple.
    Il faut que nous nous posions les questions suivantes:
    1. A quoi servent les interminables grèves ?
    2. A quoi jouent les élèves et étudiants ?
    3. A quoi jouent le gouvernement ?
    4. A quoi jouent les parents d’élèves et d’étudiants ?

    Ci dessous mes propositions:

    1. Créer une agence de régulation de l’enseignement supérieur, que je vais dénommer ARES, toutes les grandes écoles et universités installées au Niger doivent contribuer à hauteur de 2% de leur chiffre d’affaires
    2. Créer un conseil national de l’éducation CNE, ce conseil va élaborer les politiques et stratégies de l’éducation sur un plan quinquennal indépendamment de qui serait au pouvoir.

    3. Créer fonds dédié à l’éducation et à l’enseignement supérieur sous la tutelle du premier
    4. Revaloriser les salaires des enseignants et faire de cette fonction un emploi noble.
    5. Mettre en place des programmes de recyclage des enseignants
    6. Interdire aux élèves de l’école primaire et ceux du collègue d’etre syndiqués, ils seront représentés par leurs parents.

    • OUi, Nigérien, il faudrait surtout que tous les acteurs s’engagent sincèrement. Vous avez oublié de citer  » LES POLITICIENS », ils doivent faire l’effort d’épargner l’école pour l’intérêt bien compris du NIGER! Car, à la vérité, ils sont les acteurs les plus importants. En effet, presque tous les nigériens raisonnent en « politicien « et le pauvre Niger est divisé en 2 blocs § il faut au moins un consensus pour épargner l’école qui se meurt depuis quelques décennies sous la gestion des responsables de ces deux Blocs !!!!!

    • Il faut il faut…trop de reformes tuent les reformes.c est ce genre de reforme a la con experimentee presentement a tillabery ki enfonce les eleves.forcer les eleves a venir le mercredi soir,les weekend est suicidaire.ils viendront fatigues en classe et risk de somnoler.leurs maitres pareils(a cause des corvees infligees a la maison)surtout les filles.l essentiel c est d avoir une classe disciplinee ki suit le cours et un maitre motive c est tout! rien ne sert de precipiter un cours.je sais de quoi je parle.un programme peut meme ne pas etre acheve’ .l essentiel est k les eleves apprennent la base.la preuve, ils sont au programme d urgence

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*