Home ACTUALITE Commerce: la ZLEC peut enfin se mettre en place, mais le plus dur reste à faire…

Commerce: la ZLEC peut enfin se mettre en place, mais le plus dur reste à faire…

Le Parlement gambien a approuvé mardi dernier l’accord sur la ZLEC, la zone de libre-échange continentale. Avec la barre requise des 22 ratifications nécessaires, la ZLEC peut officiellement entrer en vigueur. Elle sera donc lancée lors du prochain sommet de l’Union africaine, à Niamey en juillet. Mais le plus dur reste à faire car il faut désormais harmoniser les législations commerciales.

Avec le vote du Parlement gambien, plus rien ne s’oppose à la ZLEC. En juillet prochain à Niamey, les pays africains vont donc lancer officiellement cette vaste zone de libre-échange.

Si la ZLEC fait autant rêver les Africains, c’est qu’elle comporte une charge symbolique très forte en abolissant, au moins pour les marchandises et les hommes, les frontières héritées de la colonisation.

Au-delà de cette dimension politique, la ZLEC est, à terme, la promesse d’un vaste marché d’1,3 milliard de consommateurs et à plus court terme un bond du commerce intra-africain, qui pour l’instant ne dépasse pas 18% des échanges réalisés par les pays. Mais beaucoup reste à faire.

Il faut encore harmoniser les règles douanières, abolir les barrières tarifaires et non tarifaires. Un travail de titan, qui par exemple n’est toujours pas totalement effectif au sein de certaines unions régionales comme la Cédéao. Il faut aussi trancher la question sensible de la protection des marchés, que souligne le géant nigérian, l’un des trois pays africains à n’avoir pas encore adhéré à la ZLEC.

Abuja pèse actuellement le pour et le contre du traité de libre-échange, craignant de voir une déferlante de produits étrangers ruiner certaines de ses industries. Le Nigeria rappelle régulièrement que le libre échangisme prôné par l’OMC a dévasté son industrie textile.

Par RFI

4 Comments

  1. ce qui est sur dans le monde du marché de libre échange il faut s’avoir oser concernant les investissements de l’offre à grande échelle susceptible de couvrir les besoins présents + avenirs de la demande = Bonis économique = transparence des frontièr€$ douanières du berceau de l’humanité .
    Demande > offre = déficits de l’administration manag€ment des politiques commerciaux noir alors que des Km2 s’ennuient dans notre espace + temps .
    NB : l’économie progressiste de tout pays se justifie par l’écart temporaire des entrés + sorties $tratégiqu€ journalière et non mensuel ( Chine nous sert d’exemple palpable )

  2. AU LIEU DE:

    Cette antique Route de la Soie épousant les peuples africains sur l’historique >>>Transsaharienne<<>> Transsaharienne <<>>TRANSAFRICAINE<<>>TRANSSAHARIENNE<<< quittant sa dernière station-service à Agadès pour continuer jusqu’au bord du Lac Tchad à N’Djaména anciennement appelée Fort Lamy/Capitale du pays de l’imperturbable Idriss Déby Ithno; et, continuer jusqu’aux ports d’Asmara et Djibouti.

    Merci;

  3. Chers amis lecteurs en ligne, méprenez moins, les longs commentaires qui ne font qu’éclairer mieux pour ne demander que vos critiques éducatives, instructives et constructives. C’est toujours une petite étincelle qui ouvre la porte à toute créativité chez les gens doués d’intelligence. Ne fabrique un moteur que le bon apprenant qui assimila parfaitement les cours de mécanique au Lycée Technique de Maradi ou au Centre Kalmaharo de Niamey. Pour un bon étudiant de l’UAM c’est de sortir un livre de son domaine à la FAC quand un bon chercheur passe plus de temps pour une œuvre de son invention que les heures d’enseignement dispensé dans les salles de cours. N’en déplaise aux détracteurs même s’ils travaillent au CNI quand ne sont pas chargés de filtrer et couper nos posts, nous diront ce que nous savons de bienheureux à l’Afrique en général et au Niger en particulier ; même si ceux-là sont au service de nos ennemis. Nous leur disons alors de prier avec nous en demandant Allah (swt) de nous accorder la longue vie et la très bonne santé pour qu’ils assistent à l’avenir de notre pays dans un « MIEUX-VIVRE-ENSEMBLE » radieux et épanouissant n ce Bas-monde.
    Il est à n’en point douter que le monde ne s’est développé qu’à travers le puissant moyen fédérateur des hommes qu’est l’échange par le commerce sur les grandes routes antiques qu’Allah (swt) a Lui-même tracées sur la planète Terre, permettant ainsi aux hommes de se reconnaitre. L’heureuse nouvelle situationnelle du développement de l’Afrique passe par la ZLECaf qui aujourd’hui, par la grâce et l’engagement du Parlement gambien, peut enfin se mettre en place, malgré le plus dur qui reste à faire.
    Tel l’a écrit dans un des ses Articles, ZaksKab disait: « Tous les échanges passent mondiaux par les Routes commerciales quand les hommes s’y rencontrant en se brassant, arrivent à se connaitre pour s’accepter et s’aimer les uns des autres en effaçant les lignes des frontières ».
    De nos jours où ce monde est devenu un village planétaire, seuls les primitifs et ceux qui portent encore leurs dents de lait (n’ayant jamais quitter les camisoles de leurs génitrices), se croient différemment au-dessus des autres humains. La science et la technologie ayant montré que tous les hommes sont égaux à la seule différence de la couleur de la peau qui dépend de la zone géographique d’habitation qui reçoit plus ou moins de la mélanine; il n’y a que dans les échanges que les humains peuvent se différencier des animaux. Pour y arriver, il suffit aux hommes d’accélérer des rencontres tout en s’échangeant les idées et les produits pour se faire valoir au développement durable et la Paix dans le monde sur les grandes voies de communication et de l’information:
    – La Route de la Soie dont la ressuscitation est tant prônée par le grand Empire du Milieu d’où la source arrosera toute la Chine pour traverser la Russie, l’Europe en croisant la Routa en Syrie pour tout l’Orient avant de bifurquer au Maghreb où embrasser la Transsaharienne qui quitte l’Atlantique Nord pour arriver aux ports du Nigeria, Ghana avant d’atterrir au Cap en Afrique du Sud où l’Inde amarre ses bateaux. Cette antique Route de la Soie épousant les peuples africains sur l’historique Transsaharienne à partir de Dakar/Sénégal ou Nouakchott/Mauritanie pour traverser tout l’Espace de la CDEAO en arrosant les pays du Sahel membres de la ZLECAf avec une grande Gare à Tassaoua/Région de Maradi.Niger où croiser la préhistorique Transsaharienne quittant sa dernière station-service à Agadès pour continuer jusqu’au bord du Lac Tchad à N’Djaména anciennement appelée Fort Lamy/Capitale du pays de l’imperturbable Idriss Déby Ithno; et, continuer jusqu’aux ports d’Asmara et Djibouti.
    En rappel, vraiment beaucoup reste à faire dans cette grande entreprise qui n’est pas impossible avec des grands hommes clairvoyants, visionnaires et engagés pour la mise en œuvre du programme de la monnaie unique de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest et également la nouvelle feuille de route pour l’accélération du processus. La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) activiste du projet de monnaie unique dont l’ivoirien Alassane Dramane Ouattara, Nana Akufo-Addo du Ghana, Mahamadou Issoufou du Niger et Muhammadu Buhari du Nigeria s’étaient réunis le 21 février 2018, à Accra/Ghana et examinèrent la mise en œuvre du Programme de la monnaie unique de l’espace ; c’était à Kigali devant le Président en exercice de l’UA, SEM Paul Kagame Président du Rwanda, des Chefs d’État et de Gouvernement, le Président de la Commission de l’Union africaine SE Moussa Faki Mahamat, les Commissaires de l’Union africaine et Chefs d’entreprises que SEM l’infatigable Issoufou Mahamadou Président de la République du Niger et Champion de la Zone de Libre-échange Continentale africaine (ZLECA) discourut et réussit à obtenir la signature de presque le nombre requis des metteurs en place de la Zone de Libre Echange Continental en Afrique. QUI DIT MIEUX? Le Niger et les nigériens ne souhaitent et espèrent qu’avoir un bon élève du Professeur à l’Université de la Démocratie pour succéder à ce fils de Dandadji na Hadjia Aissata et Dr Lalla Malika. Qu’on le veuille ou pas, qu’on le dise ou non, que l’on soit conservateur ou novateur; SEM Issoufou Mahamadou reste et demeure l’incontestable, l’incontesté, l’irremplaçable mais successible Président du Niger. Merci.

  4. harmoniser les législations commerciales = l’entrée + sortie = économie personne morale = ZLEC est la seule façon pour l’Afrique + Occident d’avoir un équilibre consensuel voir idéologique dans les prestations des échang€$ réciproques politiques à forme confondus sur les black stades .
    Torah : <> = libre troc + négoce – vol – imposition

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Editorial : Repenser La Sécurité Collective !

On dit souvent qu’à «chacun ses problèmes dans la vie». On pourrait y ajouter aussi qu’à c…