Accueil / ACTUALITE / COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU VENDREDI 27 JUILLET 2018

COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU VENDREDI 27 JUILLET 2018

Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, vendredi 27 juillet 2018, dans la salle habituelle des délibérations, sous la présidence de Son Excellence, Monsieur ISSOUFOU MAHAMADOU, Président de la République, Président du Conseil des Ministres.

Après examen des points inscrits à son ordre du jour, le Conseil a pris les décisions suivantes :

I.            AU TITRE DU MINISTÈRE de l’INTERIEUR, DE LA SÉCURITÉ PUBLIQUE, DE LA DÉCENTRALISATION ET DES AFFAIRES COUTUMIÈRES ET Religieuses.

Le Conseil des Ministres a examiné et adopté le projet de décret définissant le code d’alerte national.

L’article 7 de la loi n° 2017-06 du 31 mars 2017, déterminant les principes fondamentaux de l’organisation de la protection civile dispose qu’en cas de risque majeur ou de déclenchement d’un Plan d’Organisation de Secours (plan Orsec) justifiant d’informer sans délai la population, les services de radiodiffusion sonore et de télévision sont tenus de diffuser à titre gracieux, les messages d’alerte et les consignes de sécurité liés à la situation. Les opérateurs de téléphonie mobile concourent gracieusement, par les moyens appropriés, à l’information de la population.

Les obligations auxquelles sont assujettis les détenteurs de moyens de publication et de diffusion sont fixées dans un code d’alerte national défini par décret pris en Conseil des Ministres.

Le présent projet de décret a pour objet de définir le code d’alerte.

Le code d’alerte décline les mesures destinées à informer la population à travers la mise à disposition permanente d’information sur l’état de vigilance et définit les modalités de déclenchement de l’alerte, de diffusion des consignes de sécurité à la population par les services de radiodiffusion, de télévision et les opérateurs de téléphonie mobile ainsi que les modalités de fin d’alerte.

I. AU TITRE DU MINISTÈRE DES DOMAINES, DE L’URBANISME ET DU LOGEMENT.

Le Conseil des Ministres a examiné et adopté le projet de décret portant organisation du Ministère des Domaines, de l’Urbanisme et du Logement.

Suite au décret portant remaniement ministériel intervenu le 12 avril 2018, le Ministère des Domaines et de l’Habitat, est devenu Ministère des Domaines, de l’Urbanisme et du Logement.

Les attributions du Ministre ont été fixées et précisées respectivement par les décrets n° 2018-475/PRN du 09 juillet 2018, portant organisation du Gouvernement et fixant les attributions des Ministres d’Etat, des Ministres et des Ministres Délégués et n° 2018-476/PM du 09 juillet 2018, précisant les attributions des membres Gouvernement.

Aux termes de ces décrets, les attributions du Ministre des Domaines, de l’Urbanisme et du Logement intègrent, en plus des Domaines et de l’Habitat, les volets planification urbaine et aménagement urbain.

Le présent projet de décret est pris pour adapter l’organisation du Ministère au changement intervenu dans les attributions du Ministre.

I. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR, DE LA RECHERCHE ET DE L’INNOVATION.

Le Conseil des Ministres a examiné et adopté le projet de décret portant approbation des Statuts du Centre National de Recherche Scientifique (CNRS).

Le Centre National de Recherche Scientifique (CNRS) est un Établissement Public créé par la loi n° 2015-29 du 26 mai 2015 dans le but de doter l’environnement scientifique du Niger, d’une structure étatique qui permettrait, sur l’ensemble du Territoire National, la mutualisation de toutes les ressources financières et humaines disponibles, dédiées à la recherche scientifique.

Le présent projet de décret est pris conformément à l’article 7 de la loi portant création dudit établissement qui dispose que les statuts du CNRS sont approuvés par décret pris en Conseil des Ministres.

Il vise à doter le CNRS d’un cadre juridique lui permettant de mener à bien ses missions.

IV. AU TITRE DU MINISTERE CHARGE DES RELATIONS AVEC LES INSTITUTIONS.

Le Conseil des Ministres a examiné la proposition de loi modifiant et complétant la loi n° 2006-12 du 15 mai 2006, relative à la lutte antitabac.

L’avis du Gouvernement sur cette proposition de loi sera transmis à l’Assemblée Nationale, conformément au Règlement Intérieur de cette Institution.

L’ordre du jour étant épuisé, Son Excellence Monsieur le Président de la République a levé la séance.

Fait à Niamey, le 27 juillet 2018

À propos de l'Auteur

Le Secrétaire Général du Gouvernement ABDOU DANGALADIMA

À propos Administrateur

4 plusieurs commentaires

  1. Merci pour ce travail d’information.
    Il n’est pas long pour celui qui veut comprendre les problèmes de l’enseignement au Niger et je retiens ceci:
    . Mauvaise gouvernance dans le secteur
    . Non application des textes et règlements
    . Mauvais partage des Taches dans l’administration
    . Manque des compétences dans le secteur
    . Détournement du denier public.
    . etc. ….
    Mon frère c’est dans tous les secteurs , mais vous avez remplit votre mission celle de dénoncer. Nous tous devons le faire dans l’espoir que Dieu amènera nos Chefs à être plus justes envers les gouvernés amen!

  2. La Brigade des Martyrs

    Chers internautes, veuillez nous excuser d’avoir utilisé cette plage pour transmettre notre message qui devrait logiquement vous concerner, en tant que Nigérin.
    Si nous avons mis du temps sans vous entretenir de ce que nous vivons pendant le règne pharaonique de notre arrogant ministre, c’est pour mettre à l’épreuve celui-ci qui affirmait être trompé et demandait pardon aux innocents Inspecteurs que vous êtes et dont il avait trainé l’image dans la boue. Plusieurs mois après rien ne nous prouve qu’il soit revenu à des meilleurs sentiments. Nous vivons toujours un calvaire indescriptible se résumant par :
    – le manque de considération et de respect à la corporation ;
    – le manque de moyens pour assurer le minimum ;
    – des travaux harassants improvisés auxquels vous êtes soumis à longueur de journées vous occasionnant parfois des dépenses sur vos maigres salaires ;
    – les menaces et insultes dont vous faites l’objet ;
    – Etc.
    Cher Inspecteurs, rendez-vous compte vous même que notre sort n’a pas changé car nous sommes toujours persécutés par ce maudit qui pour masquer ses carences se revêt de la robe d’arrogant et de vandale, qui manque de la moindre initiative, si maladroite soit elle afin de définir un plan de sauvetage de l’école Nigérienne toujours à la traine, mais il dispose de mille et une stratégies sataniques pour faire du mal aux inspecteurs sur la base des ragots et du faux, comme ce fut le cas de l’Inspecteur de Konni Osmane Chipkaou et de Toudjani Galadima affectés à N’Gourti ; de l’Inspecteur de Allakaye qui se trouve comme adjoint à Filingué ; de l’Inspecteur de Loga Kadri Kailou affecté comme adjoint à Keita, de l’inspecteur de Sambéra Bayta Mayaki relevé in extrémis; de l’inspecteur d’Ourafane brahim dit Général en résidence surveillé à Maradi; de l’inspecteur préscolaire de Mainé Soroa Boubacar Harouna projeté quelque part à Agadez, de l’Inspecteur franco arabe de Guidan Roumji qui ne se trouve nulle part, de Aboubacar Allassane oublié à Agadez pour ne citer que ceux-là. Tout dernièrement le Tout puissant Ministre a remercié par simple note de service un Directeur central nommé par décret parce que certainement c’est un inspecteur. Comment, face à ces humiliations sauvages et ignobles pouvons nos accepter votre pardon ? Jamais, jamais au grand jamais nous ne vous pardonnerons d’avoir vilipendé notre honneur. Figurez-vous que nous avons des familles et nous appartenons à des familles aussi, nous avons donc des personnes pour qui nous sommes chers et ce n’est pas parce que vous êtes Ministre que vos pensez être en droit de faire de nous ce que bon vous semble en violant allègrement les lois de la république. Si ce ne sont ces lois, de quelle force disposez-vous pour vous moquer de toute une corporation ? Aucune et vous savez très bien qu’il existe parmi ces inspecteurs qui sont plus nobles que vous, plus humbles que vous, plus honnêtes que vous, plus charismatiques que vous, plus intelligents que vous, même si vous vous êtes payés un doctorat plein de plagiat, etc. Ce que nous n’avons pas parmi nous ce sont des arrogants comme vous, des mal éduqués comme vous, des irrespectueux comme vous, des insolents comme vous et nous bannissons l’ethno centrisme comme mode de gestion de la chose publique. Nous sommes des agents de l’Etat et nous travaillons pour l’Etat, nous ne sommes pas vos esclaves, par conséquent nous exigeons que vous nous respectiez et que vous reconnaissiez nos valeurs. Il y en a parmi nous qui ont vu défilé plus d’une vingtaine de Ministres, mais idiot et ignare comme vous il y en a pas eu et peut être il y en aura pas. Kountché (paix à son âme) avait vraiment raison de fouiller jusque dans les origines de l’individu pour le nommer Ministre, car il ne peut pas naitre dans n’importe quelle famille un Ministre et vous en êtes la preuve convaincante. Nous sommes des êtres humains donc susceptible de commettre des erreurs car aucun être n’est parfait et si nous ne commettons que des erreurs, vous, vous commettiez de grossières fautes, parfois très lourdes et nous allons parmi ces multiples vous énumérer quelques-unes :
    – votre actuel SG et un de vos directeurs sont dans des situations irrégulières quand vous les avez fait nommer. C’est un acte extrêmement grave parce que vous avez trompé des conseils de cabinet et des conseils de Ministres au sein des quels ont siégé des personnes importantes comme le Président de la République, le Premier Ministres, des Ministres d’Etat et beaucoup d’autres personnes humbles ;
    – vous avez aussi abrogé des décrets par des notes de service malgré que certains législateurs et autres spécialistes de droit du travail aient attiré votre attention sur la gravité de votre acte, mais vous leur avez signalé que vous êtes membre du Présidium, et cela vous met au-dessus des lois ;
    – certaines directions qui constituent votre chasse gardée ont justifié plusieurs activités de plusieurs dizaines de millions sans les avoir exécutées concrètement avec votre complicité ;
    – vous êtes à la base du départ du contrôleur financier, nommé pour attester la régularité des marchés et autres dépenses des fonds PAEQ parce que celui-ci refuse de se plier à votre plan de racket de fonds destinés à l’éducation des enfants Nigériens ;
    – vous avez contraint le Directeur des Marchés Publics à démissionner par vos injonctions, votre mépris et l’insubordination de vos parents et complices qui foisonnent le Ministère parce qu’il est originaire d’une région dont vous haïssez à mort les cadres selon les informations que nous avons reçues, car notre association est apolitique et comprend tous les inspecteurs et depuis un moments les conseillers pédagogiques et les enseignants originaires de tous les coin du Niger.
    Et nous jurons sur l’honneur que si, après avoir vérifié ces informations, il s’avère qu’elles sont fausses, nous sommes prêts à nous dévoiler pour subir les rigueurs des lois.
    Dans les pays qui se respectent vous ne pouvez pas continuer à être Ministre lorsque vous trompez sciemment tout un exécutif en lui faisant examiner et statuer sur des faux CV (SG et un directeur central) à une assistance d’une si grande importance comme le Conseil des Ministres et le conseil de cabinet.
    Pendant que le Ministre s’acharne sur les Inspecteurs pour un tout ou pour un rien, ses parents qui ne sont pas inspecteurs se livrent à tous les abus, à titre d’exemple, le DREP de Niamey, le seul DREP non inspecteur pour des raisons que nous avons évoquées plus haut est constamment absent de son poste, il peut faire plusieurs mois sans y mettre pied sous prétexte qu’il est malade, mais dès qu’il apprend la disponibilité des fonds pour une quelconque activité, il guérit aussitôt et réapparait. Il restera tout le temps que durera cette activité et demeure en bonne santé parce que c’est lui qui gère. Mais dès que l’activité prend fin, il retombe malade et disparait, mais il ne s’est jamais inquiété. De plus la DREP de Niamey est la seule Direction au Niger qui prend en charge le paiement de ses contractuels et le Directeur serait impliqué dans des affaires très compromettantes (des fictifs en nombre inimaginables seraient identifiés), mais certaines considérations malheureuses aidant, notre Ministre a fait taire les enquêtes de la HALCIA dont nous exigeons et sans délai d’ailleurs la publication des résultats parce que cette opération a couté de quoi doter plusieurs DDEP de véhicules tout terrain.
    Ce même Ministre a débouté notre collègue Ali Gogé Dango de la Direction Régionale de Maradi pour absence non justifiée selon lui alors que l’intéressé a effectué le pèlerinage à la Mecque mais à un moment qui lui est cher, c’est-à-dire l’évaluation. De l’injustice criarde.
    Chers collègues, la haine verte qu’affichait Marthé en vers nous est sans commune mesure et s’il vous a hypocritement demandé pardon, ce n’est pas du fond de son cœur mais c’est parce qu’il se trouve sur plusieurs fronts et se rend compte lui-même qu’il ne dispose pas de compétences pour gérer ce ministère (les partenaires ne sont pas satisfaits de sa gestion, le gouvernement non plus, ainsi que les syndicats, associations et tout le monde).
    Le PSEF est un programme plus ambitieux avec plus de milliards que le PDDE ; mais comme ceux qui le pilotent, à savoir Marthé et son acolyte Ghali Abdoulkadir (ce crasseux qui nous a insulté à la réunion de cadre de Tahoua) sont jaloux que vous respiriez même l’air du Tout Puissant en plus forte raison vous voir changer d’habit, allez au pèlerinage à la Mecque ou vous marier selon la sounate du prophète (Paix et salut soit sur lui), il n’existe dans ce fameux programme ni construction de secteurs pédagogiques, ni constructions d’inspections, ni achats de véhicules et motos pour Inspecteurs et conseillers, encore moins les stages, voyages d’études et autres formations à votre intention pour la simple raison que ces actions allègeront vos vies et eux les démons sont contre comme si l’argent appartenait à leurs pères.
    Pour votre information, nous avons discuté avec des spécialistes de montage, de pilotage, de suivi et d’évaluation de projets et programmes, ils nous ont affirmés qu’ils n’ont jamais vu un programme avec autant d’insuffisances tant dans sa conception que dans sa mise en œuvre comme le PSEF. Ces spécialistes se sont mêmes amusés à nous faire des comparaisons avec des programmes des pays de la sous-région, mais c’est regrettable et révoltant. Le PSEF est un programme contre les Inspecteurs, donc contre le Niger mais qui sert un groupuscule d’individus. C’est dommage parce que c’est de l’argent passé par la fenêtre.
    Les inspecteurs et les Conseillers Pédagogiques sont ceux qui sont avec les enseignants, c’est vous qui connaissez leurs compétences et leurs appétences, par conséquent, c’est vous qui connaissez ce dont ils ont besoin comme formations, mais Marthé qui ne veut pas perdre de vue tout franc injecté dans le système, instruis ses complices dont beaucoup n’ont jamais géré une école ou enseigné au primaire d’élaborer les outils de formation, parfois dans la précipitation et dont les contenus sont aux antipodes des besoins réels de ces enseignants. On ment ensuite pour dire que c’est une réussite. Au moins ayez pitié de ces millions d’enfants Nigériens dont vous compromettez sciemment l’avenir.
    Cher collègues Inspecteurs, nous avons été très satisfaits de votre comportement face à un désordre bien organisé appelé programme d’urgence. Ne dites rien par rapport à cette confusion même si c’est pour faire avancer le système, ces incapables ne vous comprendront jamais et penseraient que vous leur sabotez les actions dont on sait d’office qu’elles sont vouées à l’échec. La manière dont ce Ministre est rentré de plein fouet dans la médiatisation d’une syllabation très mal préparée laisse à penser et à se poser la question de savoir si Marthé à réellement enseigné. S’il a enseigné, il a enseigné quel niveau et quand sinon il aurait dû ne pas traiter d’invention géniale cette comédie. C’est ce que chaque contractuel, même sans formation initiale pratique dans sa classe quotidiennement et chaque Inspecteur ou Conseiller du Niger pouvait faire mieux que ce vous chantez monsieur le Ministre. Suivez-les dans leur euphorie suicidaire.
    Un autre problème qui se pointe à l’horizon c’est le transfert de compétences, sous couvert de quoi notre bonhomme veut nous ridiculiser et nous exposer faute de pouvoir nous redéployer comme ses victimes (enseignants). Faites en sorte que vous soyez au-dessus de la mêlée, c’est-à-dire, faites tout ce que les partenaires vous demandent de faire sans enfreindre aux lois. Constituez une famille avec vos enseignants et vos conseillers pédagogiques, car vous avez le même ennemi. Vous n’êtes pas obligé d’injecter votre salaire dans la gestion de l’inspection ou du secteur pédagogique. Travaillez lorsque vous avez les moyens et restés dans vos bureaux au cas contraire. Sachez que ce transfert n’a jamais été préparé et traine de graves conséquences sur le système éducatif nigérien qui a déjà du plomb dans l’ail. Dans tous les cas nous vous tiendrons régulièrement informés des conduites à tenir face à ce saut dans l’inconnu, car assistant à la réunion des Maires à Agadez dans ce cadre, notre Ministre a été dans l’incapacité de répondre aux questions que ces Maires ont voulu lui poser par rapport à ces transferts. Après son exposé que l’assistance avait jugé trop confus, notre monarque leur avait dit qu’il n y a pas de questions. Ne s’est-il pas rendu compte qu’il a faire à un public dont les participants ne sont pas ses subordonnés ou se moque-t-il du premier Ministre qui a parrainé la réunion ? Dans l’un comme dans l’autre cas, Marthé doit se montrer poli bien qu’il cache par son refus de répondre aux questions des principaux acteurs de ces transferts son insuffisance notoire et sa tare congénitale à conduire et gérer un débat, et par-dessus tout ce ministère.
    Heureusement que les autres Ministres ont accepté les questions et en ont bien répondu à la satisfaction générale des participants.
    Dans le cadre de transfert de ces compétences, il a créé une centaine d’inspections, cela lui offre une autre occasion d’humilier les Inspecteurs qui se trouveront dans l’obligation de faire le travail de plusieurs personnes, dont celui d’agent de saisie et informaticien, de planton, de manœuvre, de gardien, etc. Ces créations montre à plus d’un titre que les Directions du ministère de Marthé de servent à rien, car hier il a créé des inspections dans des communes qui en compte déjà (Niamey compte huit inspections pour cinq communes), aujourd’hui, il brandi le critère de : une commune, une inspection. A quoi sert alors la direction de la programmation ? A moins que le transfert ne soit improvisé et expérimenté dans la précipitation. Pauvre Niger. En raison de cinq enseignants par inspection (les textes en ont même prévu beaucoup), il faudrait quatre cents enseignants pour doter ces inspections d’un minimum de personnel pour faire fonctionner convenablement le service, ce qui est impossible d’autant plus que notre Ministre, qui méconnait son ministère exige des matricules plus anciens que quatre-vingt-dix mille et plus pour être au bureau, alors qu’il ne sait que dans beaucoup d’inspections, il ne y avoir des matricules plus anciens que quatre-vingt-dix mille et plus. Mettez à contribution votre statisticien, vous aurez une idée plus claire de l’ancienneté de vos enseignants titulaires.
    Par rapport à l’évaluation PASEC, il pense faire évoluer le pays de la dernière place dans le monde à un rang plus honorable. Il ne faut jamais lui donner cette chance, dans tous les cas il ne fait rien qui puisse faire changer le classement du pays. Fermez vos yeux sur tout ce que les enseignants auraient à faire de bon comme de mauvais, car toutes les actions entreprises par ce Ministre et quelques voyous de ses directeurs tendent à vous opposer entre vous et évitez cela. Ne vous faites pas du mauvais sang pour celui qui n’a aucune considération pour vous.
    Certes nous ne pouvons pas désigner celui qu’on devrait nous nommer comme Ministre, mais on ne peut non plus pas nous imposer celui qui n’a aucun respect pour nous.
    Nous sommes déterminés à nous battre pour nous faire respecter si la pléthore de syndicats reste muette et indifférente face à toutes les humiliations que les enseignants subissent au quotidien.
    On nous fait travailler comme des esclaves aux heures supplémentaires (PMAQ), sans aucuns francs et avec des menaces. Nous sollicitons pour une fois les syndicats de nous aider en portant plainte à la justice contre les travaux forcés au moins au nom de leurs militants que nous sommes. Les pays qui sont en tête suite à l’évaluation PASEC ne connaissent pas et ne connaitront jamais PMAQ. Ce sont des tricheries pour détourner l’argent du peuple.
    Aux évaluations des classes de CM2, chaque école est devenu un centre et les enseignants surveillent, corrigent gratuitement sous pression et avec des menaces associées d’insultes. Dans quel pays somme-nous ? Pour qui se prend Marthé ? pense-t-il que la qualité s’obtient par des menaces ? Non, et il le saura bientôt.
    Nous lançons un appel au Président de la République, au Premier Ministre chef du gouvernement et au Président du parti au sein duquel milite Marthé une fois de plus que le seul service qu’il puisse rendre aux Nigériens, c’est de débarrasser le système éducatif nigérien des tâtonnements de Marthé. Quoi qu’il en soit, nous ne l’aiderons jamais à réussir et que les milliards investis le seront inutilement.
    Qui votre Ministre peut-il convaincre qu’il œuvre pour la qualité de l’éducation ? Personne, car nous défions quiconque de nous dire un seul acte posé par ce ministre qui tend vers la qualité de l’éducation. Le combat pour la qualité de l’éducation passe par des actes concrets et non par des discours creux ou des correspondances qui se contredisent les unes les autres. Si réellement la qualité de l’éducation au Niger tient au cœur des responsables au plus haut sommet de l’Etat, il ne peut jamais y avoir une direction chargé du curriculum alors qu’aucun des agents n’a reçu une formation sur le curriculum, pourtant le pays en a formé plusieurs qui circulent dans les rues de Niamey comme des badauds, car leurs places sont occupées par ceux qui ont des parents dans les rouages du Ministère et nombreux s’y maintiennent pas par profil mais en tirant parfois sur les ficelles ethno régionalistes, rarement politiques.
    Il existe aussi des Inspecteurs titulaires des diplômes de planification, gestion de politiques éducatives, mais aucun n’est à la DEP.
    Les titulaires des diplômes d’Ingénierie de la formation que le pays a formé à grand frais, qui sont censés être mis à l’épreuve en leur confiant la gestion des ENI et les structures de formations sont laissés à leurs propres sorts, car les postes qui leurs conviennent sont soit ethnicisés, soit ayant fait l’objet de clientélisme, mais jamais politisés parce que nombre de titulaires de ces diplômes sont aussi politiques.
    Honnêtement de qui se moque-t-on lorsque Marthé dit chercher la qualité mais s’évertue à exclure l’élite la plus expérimentée et la plus diplômée du système.
    La qualité s’obtient en travaillant intelligemment, en mettant à contribution toutes les compétences de pays, elle ne s’obtient pas par miracle monsieur le Ministre. Vous aurez dû prendre des leçons auprès des pays qui ont réussi ce pari, au lieu de leur demander comment ils ont fait, car vous avez plus de compétences qu’eux et que ces pays, dans un passé récent s’inspiraient de nos initiatives, un passé où chaque cadre restait dans sa sphère de compétence (les cadres de l’alphabétisation à l’alphabétisation, les cadres du technique dans l’enseignement technique, les cadres du premier degré dans le premier degré, les cadres du second degré dans le second degré, etc.).
    Notre crainte c’est que les autres corps socio professionnelles comme les finances, la santé, l’agriculture, l’élevage, l’hydraulique, etc. ne puisse connaitre des baisses de rendement par ricochet à votre sauvage redéploiement. Imaginez un cadre, époux d’une enseignante ou inversement qu’on affecte à plusieurs dizaines voire centaine de kilomètres de son foyer. Cette famille se trouve plongée dans un dilemme et à choisir entre deux situations regrettables : soit la femme va avec les enfants, soit elle va seule et laisse ses enfants. Pensez-vous Monsieur le Ministre que les deux époux auront la conscience tranquille pour servir dignement ce pays ? Non.
    La personne humaine est sacrée, la famille aussi, et c’est constitutionnel. Il est dit aussi dans cette constitution que l’Etat doit assurer le plein épanouissement de chaque personne. Les membres d’une famille dispersée sont-ils épanouis ? Non. Vous n’êtes pas un Ministre chargé des affaires matrimoniales, il existe dans quel pays ? Ce n’est pas une raison pour vous de désorganiser les familles des Nigériens alors que l’Etat a créé les conditions afin que vous viviez sereinement avec la vôtre, dans un bâtiment haut de gamme, avec une multitude de chambres climatisées, un personnel qui s’en occupe, des moyens roulants et sous haute protection.
    La féminisation de l’enseignement et la pléthore des enseignants dans les grandes villes sont des phénomènes mondiaux et le Niger est le dernier pays à les vivre, mais aucun de ces pays, même non musulman n’a pris une mesure aussi satanique que celle vous avez prise. Vous êtes un impie et soyez sûr qu’ALLAH ne laissera jamais cette faute impunie.
    Avez-vous oublié que le parti qui vous a nommé Ministre n’est pas arrivé au pouvoir par un coup d’Etat ? C’est un mandat qui a une fin et il finira. On a du supplier les gens pour voter ce parti qui a fait de vous Ministre. Même si vous n’avez été d’aucun apport à sa victoire (parce qu’il n y a pas dix personnes qui vote le parti à cause de vous, vous devrez au moins faciliter la tâche aux humbles personnes qui remuent ciel et terre pour solliciter la confiance des uns et des autres. Vous aurez dû mesurer les conséquences de vos actes car il n y a pas une famille, au Niger que vous n’avez pas fait pleurer. Demain, vos gens seront sur le terrain pour solliciter encore la confiance du peuple que vous avez martyrisé avec leur complicité en vous gardant comme Ministre. Votre tour pour pleurer viendra Incha ALLAH. En le gardant comme Ministre, nous comprenons très bien votre message et nous vous répondrons dans moins de trois ans, par nos voix.
    Soyons serein et la lutte continue.

    • Mon frere, merci pour tout l’effort que vous mis pour ecrire ce long message, mais franchement il faudrai etre un avocat pour lire tout cet ecrit. Les gens n’ont juste pas le temps pour ca, desole. La prochaine fois essayer d’ecrire tout au plus le tier de ce que vous avez presente. Merci.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.