Home ACTUALITE Conférence de presse du ministre de l’Intérieur, Alkache Alhada sur les violences survenues à Niamey: Nous n’accepterons jamais que des pyromanes sapent les fondements de notre Nation.
ACTUALITE - CONTRIBUTIONS - 26 février 2021

Conférence de presse du ministre de l’Intérieur, Alkache Alhada sur les violences survenues à Niamey: Nous n’accepterons jamais que des pyromanes sapent les fondements de notre Nation.

eabf7466-dfdc-4cdf-804d-6978bfc631fe

Deux (2) morts, 468 personnes interpellées et plusieurs instigateurs des violences activement recherchés dont le chef présumé a été nommément cité par le Ministre de l’Intérieur, il s’agit de l’opposant Hama Amadou. D’après des sources dignes de foi, sa résidence principale a été encerclée hier par les forces de l’ordre, mais comme à son habitude, il a réussi pour le moment à échapper aux mailles des filets.

Le ministre Alkache Alhada n’a pas mis de gants pour indexer le politicien pyromane, qui a galvanisé les foules et mis de l’huile sur le feu dès avant le début de la campagne électorale. Il a rappelé la déclaration de Hama Amadou du 29 août 2020, lorsqu’il demandait ‘’de créer une alternance avant la tenue des élections de décembre 2020’’. Alkache Alhada s’est posé la question de savoir, comment peut-on créer une alternance avant les élections, autrement que par la force, par un coup d’Etat.

Poursuivant sa démonstration d’un complot savamment orchestrée pour déstabiliser les institutions de l’Etat, le Ministre Alhadé a ressorti déclaration faite par Hama Amadou, lorsqu’il disait que si sa candidature à la présidentielle n’est pas validée par la Cour Constitutionnelle, ce qui était arrivé au Mali, arrivera au Niger. Et comme tout le monde le sait, il y a eu un coup d’état militaire au Mali. C’est cela son souhait a ajouté le ministre de l’Intérieur.

 En effet, son agenda était de créer les conditions d’une insurrection, pour que le Niger se transforme en Mali, or, a dit, le M. Alkache Alhada il a ignoré que le contexte n’est pas le même. Le Niger est profondément attaché à la démocratie et ne se laissera pas piéger par ce genre de propos va-t-en-guerre.

Poursuivant sa démonstration, le ministre Alkache Alhada n’a pas manqué de rappeler les propos nauséabonds et irresponsables tenus par le Néron de la politique nigérienne lors d’un meeting à Téra, qui résonnent comme un appel au meurtre.

Ce genre de propos ont été tenus par l’intéressé, durant toute la campagne électorale et pire il a appelé ses « moutons de panurge » à faire le distinguo entre le candidat noir et le candidat blanc.

Ces propos racistes et xénophobes dignes des racistes blancs au temps de l’apartheid en Afrique du Sud ont été tenus devant une foule en liesse par le Messie de malheur.

Le ministre a souligné que c’est la première fois, au Niger, « qu’un homme politique tient des propos aussi abjects qu’inacceptables en termes de xénophobie, de racisme et qui tendent à opposer blanc et noir au Niger ».

Pour le ministre de l’Intérieur, de la Sécurité publique, de la Décentralisation et des Affaires Religieuses et Coutumières, M. Alkache Alhada, force restera à la loi et elle s’appliquera à tous dans toute sa rigueur.

Le bilan des violences survenues s’établit pour le moment à deux (2) morts et d’importants dégâts matériels. 468 personnes ont été interpellées et d’autres instigateurs de ces violences, en fuite, sont activement recherchés par la Police Nationale.

Parmi les deux morts, on déplore, la mort du garde rapproché de M. Seyni Oumarou qui a été alors qu’il défendait le domicile du  Président Seini Oumarou que des excités voulaient brûler et le second mort serait un malade d’épilepsie, qui aurait succombé après avoir piqué une crise.

Il y a aussi les destructions d’infrastructures publiques et privées, des menaces et des intimidations des citoyens par ceux-là qui se disent démocrates, par l’entremise des jeunes gens.

La maison de notre confrère, Moussa Kaka, journaliste correspond de RFI qui a été brûlée, non pas par des enfants de 13 ou 14 ans mais plutôt par ceux qui les ont envoyés. Tamtaminfo apporte tout son soutien au confrère et condamne avec véhémence cette façon rétrograde de vouloir accéder au pouvoir par tous les moyens.

Au-delà des enfants pilleurs manipulés, les personnalités politiques à l’avant-garde de cette insurrection sont responsables des pillages des boutiques, des stations-services et elles en assumer toutes les conséquences.

D’après le Ministre Alhada, une évaluation sera faite et les fauteurs de troubles et autres instigateurs payeront. « Tous les actes qu’ils ont posés sont des actes répréhensibles, les auteurs, co-auteurs, complices, instigateurs des violences, de l’intérieur comme ceux de l’extérieur, par ce qu’il y a des gens qui les ont même financés, tous vont répondre devant la loi. Des dossiers sont en préparation et ils vont payer ».

Il a enfin indiqué qu’ils n’accepteront pas que ‘‘les efforts du Niger, qui est bien lancé dans le processus démocratique et dans le renforcement des Institutions républicaines, soient annihilés par des personnes, sans foi ni loi’’.

Lors de cette conférence de presse,  M. Alkache Alhada a indiqué que les jeunes, qui composent essentiellement les émeutiers, ont été poussés par certains responsables politiques.

Comment peut-on expliquer que le candidat Mahamane Ousmane, lui-même ait opté pour la voie légale en choisissant de recourir à la cour constitutionnelle pour d’ éventuelles revendications, mais que ceux qui disent le soutenir, eux, choisissent la voie de la violence.

Notre pays est un pays de grand brassage et ce brassage a été hérité de longue date et les Nigériens ont assumé cette histoire, à travers notamment des relations ancestrales, qui ont permis aux uns et aux autres de vivre en symbiose et en parfaite harmonie, sur la base des valeurs humanistes, solidaires, auxquelles s’attache le peuple nigérien et qui fondent le Niger.

Nous n’accepterons jamais que des pyromanes sapent les fondements de notre Nation.

Par Ibrahim Aghali (Contribution Web)

5 Comments

  1. 1/4 de siècle avant vous, il y avait un homme ultra puissant à cette place qui s’appelle Idi Ango Omar qui avait tenu des propos aussi chocs que vous, à l’égard de l’opposition dont Mahamadou Issoufou faisait partie, qui d’ailleurs avait beaucoup morflé à l’époque.
    Posez la question à votre malfaisant Mahamadou Issoufou pendant ses périodes de galère, de la traversée du désert, il fût alors le chassé mais aujourd’hui le chasseur.

    Où est donc Idi Ango aujourd’hui ?

    Demain personne ne saura ce que Alkache Alhada deviendra, et nous vous mettrons face à votre arrogance notoire.
    Demain, vous serez sur le banc des victimes car la roue tourne. Ainsi va donc la vie.

    Remuez un peu vos méninges pour vous préserver d’un retour violent de la manivelle.
    Que vous le veuillez ou non, que vous soyez les plus machiavéliques ou pas, ce jour viendra Alkache, pour vous et vos acolytes.

  2. Espèce d’andouille, il fallait juste organiser un scrutin libre et transparent.
    Vous pensez de nos jours que la population avalera vos couleuvres? Des taux de participation à 103% – 99,6%…. à Tahoua. Sachez que vous croiserez le fer avec déshonneur.

    Plutôt que de chercher un bouc émissaire, ressaisissez-vous!
    Après ce hold-up honteux, croyez-vous, vous la couler douce? Vous allez inéluctablement embraser le Niger à cause de vos manœuvres irresponsables, malhonnêtes et indignes.

  3. Monsieur le Ministre
    C’est qui nous ? Vous n’êtes que des simples citoyens.
    Faut aller doucement.
    Ne pensez pas que vous avez la force avec vous.
    Nous, nous avons pitié de notre pays, sinon 1 seul jour tu ne le passera pas où yu es.

    NE PENSES PAS QUE CEUX QUI ONT PERDU LE POUVOIR SONT MOINT INTELLIGENTS QUE VOUS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Check Also

Incendie à l’école primaire Pays-Bas Talladjé : la première dame au chevet des victimes

La Première Dame, Hadjia Hadiza Bazoum Mohamed accompagnée d’une très forte délégati…