Accueil / ACTUALITE / Conférence de presse du ministre des Transports sur les travaux de modernisation de l’Aéroport international Diori Hamani de Niamey : Des éclairages sur le contrat entre l’Etat du Niger et la Société SUMMA

Conférence de presse du ministre des Transports sur les travaux de modernisation de l’Aéroport international Diori Hamani de Niamey : Des éclairages sur le contrat entre l’Etat du Niger et la Société SUMMA

Depuis quelques temps, différents commentaires tendant à faire croire à l’opinion nationale qu’une partie de l’aéroport international Diori Hamani de Niamey a été vendue à une société Turque, circulent dans les médias sociaux et les débats publics. Pour couper cours, à ces « fake news », le ministre des Transports M. Mahamadou Karidio a animé hier matin, une conférence de presse au cours de laquelle, il a donné des informations détaillées, crédibles et saines sur le sujet.

En effet, le projet de modernisation de l’aéroport international de Niamey est un objectif ambitieux que s’est fixé le programme de Renaissance acte II dans le domaine du transport aérien. Cette conférence de presse s’est déroulée en présence de plusieurs cadres centraux du ministère et des responsables de l’Agence Nationale de l’Aviation Civile (ANAC).

A l’entame de ses propos, le ministre des Transports, M. Mahamadou Karidio a indiqué que l’Etat du Niger et la société SUMMA, une société turque ont signé le 06 mars 2018, un contrat de Partenariat Public Privé (PPP). S’agissant des négociations ayant abouti à la signature de ce contrat, le ministre Mahamadou Karidio a précisé qu’elles ont débuté en 2016, entre les Représentants du Ministère des Transports, des structures techniques rattachées (Agence Nationale de l’Aviation Civile (ANAC-Niger), Activités Aéronautiques Nationales du Niger (AANN)), du Ministère des Finances, du Ministère des Domaines, de l’Urbanisme et du Logement, des Experts de la Cellule d’Appui au Partenariat Public Privé (CAPPP) et les responsables de la société SUMMA. « C’est dire qu’elles ont été menées de bout en bout dans un esprit de transparence et cela dans l’intérêt du Niger »,  a-t-il déclaré.

Ainsi dans le cadre dudit contrat, l’Etat a confié à SUMMA qui accepte, la conception, le financement intégral du projet, la réalisation, l’exploitation et la maintenance des infrastructures de l’Aéroport International Diori Hamani de Niamey ainsi que sa participation à la gestion de l’assistance en escale. La rémunération du délégataire (société SUMMA), a dit le ministre sera faite sur la base d’une quote-part des redevances aéronautiques et non aéronautiques issues de l’exploitation aéroportuaire de l’Aéroport International Diori Hamani de Niamey. En outre, au terme de ce contrat de Partenariat Public Privé, le délégataire (société SUMMA) rétrocédera en bon état de fonctionnement l’ensemble des infrastructures entrant dans le cadre dudit contrat, au délégant (Etat du Niger) sans aucune contrepartie.

De la consistance des travaux à réaliser, leur durée, leur coût et la durée de la concession

Les travaux à réaliser dans le cadre de ce Contrat de Partenariat Public Privé, sont entre autres la construction et l’équipement d’une nouvelle aérogare passagers à deux niveaux (R+1) avec un accès d’un niveau à un autre à travers des escaliers mobiles « escalators », escaliers fixes et par ascenseurs ; la rénovation de l’ancien terminal avec un centre médical et un centre directeur des opérations d’urgence ; la construction d’une nouvelle aérogare fret ; l’extension de l’aire de stationnement avec au moins dix (10) nouveaux postes de stationnement gros porteurs et construction de voies de circulation ; le prolongement de la piste de huit cents (800) mètres ;

la rénovation des chaussées aéronautiques et le renforcement de l’aire de mouvement actuelle ; la construction d’une voie de circulation parallèle à la piste pour relier les deux (02) premières réalisées ; la construction et l’équipement d’un nouveau pavillon présidentiel disposant d’une aire de stationnement pour deux avions gros porteurs, d’un parking automobile et d’une voie d’accès dédiée depuis la RN1 ;  l’aménagement des salons officiels (ministres, députés et diplomates). Le coût de l’investissement de l’ensemble de ces travaux, il est évalué en HT/HD/HTVA à 154 millions d’euros soit environ 101 milliards FCFA, y compris les frais financiers, d’études, de suivi, de contrôle et de la garantie décennale.

Quant à la durée, le contrat de partenariat public privé est consenti pour une durée de trente (30) ans. Cette société à qui, revient la lourde tâche d’exécuter ce contrat n’est pas à présenter. Elle a eu à démontrer son expertise dans plusieurs pays tels qu’en Russie ; Tunisie ; en Roumanie ; en Guinée Equatoriale ; au Sénégal ; Congo ; Rwanda et en Turquie

Le sort du personnel et des structures actuelles de l’Etat en charge des activités aéroportuaires

Le ministre des transports a rassuré que l’emploi de ce beau monde sera sécurisé. « Un tel investissement ne peut se réaliser sans que l’Etat ne veille à la sauvegarde des emplois des travailleurs du secteur de l’aviation civile qui seront affectés par la mise en œuvre de ce contrat », a expliqué le ministre Karidio. C’est pourquoi des dispositions ont été convenues entre l’Etat et le partenaire stratégique SUMMA qui est tenue de reprendre intégralement le personnel relevant des services délégués, à la date de transfert de gestion dans les conditions au moins égales à celles existantes. Ceci pour dire que ledit contrat ne compromettra pas l’existence et le fonctionnement normal des structures actuelles de l’Etat en charge des activités aéroportuaires qui continueront à assurer les missions de service public à elles assignées.

Cette signature de contrat est intervenue pour satisfaire à l’un des objectifs majeurs du ministère des Transports, celui de mener des actions autour de deux axes stratégiques que sont la modernisation du système et la diversification de l’offre de transport. C’est dans cette optique que le Gouvernement a engagé les actions comme la reprise des pistes et aérogares d’Agadez ; de Tahoua et de Maradi ; la modernisation de l’Aéroport International Diori Hamani de Niamey. Par ailleurs, le ministère des Transports poursuit d’autres objectifs notamment la poursuite de la mise aux normes des aéroports internationaux de Zinder et d’Agadez ; la création d’un Hub cargo à Maradi ; l’extension de la piste de Diffa ; une meilleure efficacité des transports aériens au Niger. Elle vise aussi à moderniser et augmenter la capacité de la plateforme mise en exploitation le 18 février 1972.

À propos de l'Auteur

Hassane Daouda (ONEP)

À propos Administrateur

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.