Accueil / ACTUALITE / Conférence de presse du Ministre, Porte Parole du Gouvernement : Poser les jalons d’une dynamique partenariale avec les médias

Conférence de presse du Ministre, Porte Parole du Gouvernement : Poser les jalons d’une dynamique partenariale avec les médias

Quelques mois après sa nomination comme ministre, Porte Parole du Gouvernement M. Abdourahaman Zakaria a jugé nécessaire de rencontre hier, 13 Août 2018, la presse nationale et les correspondants des médias internationaux pour une prise de contact à travers un échange interactif. Il a saisi cette occasion pour décliner les missions assignées à ce jeune département ministériel.

Il s’est aussi agi pour le ministre Zakaria de poser les jalons d’une dynamique partenariale avec les medias qui constituent un maillon indispensable pour informer l’opinion nationale et internationale sur les politiques publiques au Niger et promouvoir la bonne gouvernance dans un esprit de rédition de compte.

Dans un régime démocratique, la presse reste et demeure un maillon essentiel à travers le rôle qu’elle joue. En introduisant cette conférence de presse, le ministre, Porte Parole du Gouvernement M. Abdourahaman Zakaria a d’entrée de jeu qualifié les medias comme étant «ses premiers collaborateurs» au regard des missions qui lui sont assignées. En effet, il est important de remarquer que c’est la première fois au Niger que le porte-parolat du gouvernement a fait l’objet de la création d’un ministère à part entière. Autant dire que c’est une innovation dans l’ossature du gouvernement.

Cette innovation, a dit le ministre Zakaria a été possible grâce à la volonté du Président de la République. S’agissant des missions de ce jeune département, on peut retenir : la conception, l’élaboration et la mise en œuvre du suivi et de l’évaluation des politiques nationales en relation avec les ministères concernés dans le cadre de la communication gouvernementale.

C’est dire tout le caractère transversal ce département ministériel. Une des missions du porte parole du gouvernement est d’informer l’opinion publique ensemble avec les ministères en question sur les activités du gouvernement et donner le point de vue du gouvernement sur certaines questions. C’est à ce titre d’ailleurs que le porte parole du gouvernement est chargé de rendre public des décisions d’importance particulière prises par le Conseil des Ministres ou par le Gouvernement. Au delà, le ministre Porte parole du Gouvernement est appelé à porter à la connaissance de l’opinion nationale et internationale toute question ou tout événement d’importance majeure.

C’est pourquoi, le ministre Zakaria a estimé que pour accomplir ces missions, les medias sont incontournables.  » C’est vrai que je suis le Porte parole du gouvernement. Mais pour que ma parole aille loin, il faut que cette parole soit relayée par les médias », a relevé le ministre, Porte Parole du gouvernement avant de souligner un certain nombre de principes sacro-saints de la profession du journaliste.
L’éthique et la déontologie doivent être le guide du journaliste dans sa mission d’informer le public. Elles conditionnent le professionnalisme du journaliste. Par ailleurs, le ministre Zakaria a promis aux journalistes d’être disponibles pour travailler avec eux. Cette disponibilité sera sous-tendue par la transparence.  » Il n’y aura pas de sujet tabou pour peu que vous soyez animés par la volonté de connaitre ce qui se passe. Nos portes sont ouvertes.

Le gouvernement est là pour vous servir et au-delà servir nos concitoyens nigériens. Je suis le principal répondant de la presse au niveau du gouvernement. Et je reste disponible à vous livrer la vraie information, une information fiable. Je serais disponible à vous orienter vers la source de votre information et à vous faciliter l’accès cette information », a rassuré le ministre Porte parole du gouvernement.

En ce qui concerne la tendance au travestissement de l’information dans notre pays, le ministre Zakaria a précisé que la vie sociopolitique est minée par des anti-valeurs. «Il y a des spécialistes de la propagation des rumeurs ; des mensonges ; de l’intoxication ou toute autre manipulation de l’information. Pourquoi la presse laisse ce terrain à ces gens là pour travestir leur profession » s’est interrogé le ministre porte parole du gouvernement avant de souhaiter voir les hommes de medias corriger cette dérive en collaboration avec son département ministériel.

Pour y arriver, il est nécessaire d’établir les conditions d’une bonne collaboration entre le Porte parole du gouvernement et les médias. « Un organe ou un media n’est crédible que quand il donne une information crédible, fiable et sourcée. Ne laissez aucune place à l’intox. Faites en sorte que les manipulateurs de l’information ne vous supplantent pas. Il faut faire en sorte que les Nigériens changent d’approche par rapport à l’information et à la communication», a dit le ministre Zakaria avant de souhaiter voir les medias contribuer au rayonnement du Niger sur le plan international. En effet ajoute-t-il, la crédibilité d’un pays peut être assurée en dehors de ses décideurs par un certain pan de la société. C’est le cas de notre sportif Alfaga.photo-de-famille.

A l’issue de l’exposé du ministre, la parole a été donnée aux journalistes pour poser des questions. Ces dernières ont porté pour l’essentiel sur le risque d’empiétement sur les missions du ministère de la Communication ; le sens de la collaboration ; le fait que la presse nationale est reléguée au second plan par rapport à une information d’intérêt national surtout en période de crise ; la suspension des places accordées aux medias privés lors des missions présidentielles etc. Le ministre Porte Parole du Gouvernement a répondu à toute les questions avant d’annoncer les couleurs d’un début de la collaboration qu’il souhaite amorcer avec les medias en rendant officiel un certain nombre d’informations. C’est ainsi qu’il a annoncé que du 14 au 16 Août 2018, le Président de la République, Chef de l’Etat S.E Issoufou Mahamadou est invité en Allemagne à une visite d’amitié et de travail par la Chancelière allemande Angela Merkel. Lors cette visite, les questions sécuritaires ; migratoires ; la coopération bilatérale et les questions multilatérales seront abordées.

Toujours selon, le ministre Porte parole du gouvernement, notre pays va recevoir du 15 au 18 Août prochain, la visite conjointe du Directeur exécutif du Programme Alimentaire Mondiale (PAM) M. David Beasley ; du Directeur du Fonds International pour le Développement Agricole (FIDA) et celui du Programme des Nations Unies pour l’Alimentation et de l’Agriculture (FAO). Cette visite fait suite à la récente mission effectuée par le Président de la République à Rome en Italie où toutes ces personnalités ont apprécié la politique du Niger en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle à travers l’Initiative 3N.

Enfin ajoute le ministre Zakaria, le président de la République sera en Chine du 29 Août au 4 septembre 2018, pour répondre à une invitation de la République Populaire de Chine au Sommet Chine-Afrique. « En marge de ce sommet, le Chef de l’Etat discutera des questions économiques liées aux intérêts de notre pays », a conclu le ministre Porte Parole du Gouvernement.

À propos de l'Auteur

Hassane Daouda (onep)

À propos Administrateur

16 plusieurs commentaires

  1. Mahamadou Issoufou fait exactement le contraire de ce que Diori Hamani et Seyni Kountché promouvaient c’est-à-dire éviter de nommer des nigériens sur la base de leur affiliation.

    Seyni Kountché nommait les nigériens de toutes les régions et qui n’appartenaient à aucun mouvement politique. On peut penser aux personnes suivantes : Tanja Mamadou; Moumouni Djermakoye Adamou Yahaya Tounkara; Annou Mahamane; Abdou Moudi; Brah Mahamane; Mamane Oumarou; Ari Toubo Ibrahim; Daouda Diallo; Hamid Algabid; Illa Maikassoua; Mahamadou Halidou etc…

    Ces chefs d’état, y compris les Ali Saibou, Mahamane Ousmane, Baré Mainassara etc…ne nommaient pas les membres de leurs familles, les enfants de leurs amis, leurs beaux-frères de leurs épouses.

    Mahamdou Issoufou a franchit toutes les limites de l’éthique et de la décence en matière de gouvernance et de gestion.

    La semaine passée, on parlait de la soeur et du beau-frère de Madame Betty Aichatou Habibou Oumani. Il y a 3 mois on assistait à la nomination de Abba Mahamadou Issoufou; il y a un an c’était le fils de Madame Boulama Aichatou Kané; et aujourd’hui c’est le fils de Madame Kadidiatou Abdoulaye Diori, sans compter les filles de Sanoussi Jackou.

    Nous sommes allés dans les meilleures universités du monde et sorti avec de nombreux diplômes très solides. En plus nous avons acquis des expériences de travail très solides et nous sommes valorisés et respectés dans nos pays d’accueil.

    MAIS JE PEUX VOUS DIRE QUE C’EST FRUSTANT DE VOIR CE NÉPOTISME, CE BAARA-BAARA à outrance. Ce manque de vergogne de Mahamadou Issoufou de créer des classes sociales fondées sur les affiliations est l’une des pires choses auxquelles nous assistons.

    Ce qui est encore plus frustant c’est de savoir que ces enfants qui avaient fréquenté les CEG et Lycée de Niamey n’étaient pas les meilleurs et même étaient en dessous de la moyenne. Même ce minable Baccalauréat, ils l’ont échoué et ont dû le reprendre à nouveau. Ce sont ces médiocres qui nous passent par dessus nos têtes. C’EST ÉCOEURANT

    • Mais ces enfants dont vous avez mentionne sont au Niger, pourquoi ne venez-vous pas au Niger, peut-etre que vous auriez aussi un poste. On ne peut pas faire tu patriotisme a distance mon cher. Rentre au bercaille et on travaille ensemble….

    • Monsieur « Ça suffit » en voulant combattre ce que tu qualifies d’injustice tu nous fais découvrir nous autres observateurs ce que tu est et défends réellement; ce n’est plus les Nigériens des années 75/80 que ton cher KOUNTCHE a infantilisé pendant tout son règne, nous sommes en 2018 c’est à dire à une trentaine d’années de cet épisode sombre de l’histoire des Nigériens. Tu veux nous faire croire que tu regrettes KOUNTHE, ALI SAIBOU, BARE, TANDJA mais pas MAHAMANE OUSMANE. Mais c’est normal parce que tous ces gens ont fait la même chose jusqu’à ce jour fatidique du mois de mai 2007 quand un puissant premier ministre (plus puissant que son président TANDJA) tomba en disgrâce et avec lui tous ceux qui avaient mis sous coupes réglées l’Etat et ses démembrements en disposant à volonté des richesses nationales et particulièrement des finances publiques. Et bien monsieur « Ça suffit » c’est terminé, il faudrait bien que vous appreniez à l’accepter toi et tes semblables. Vous vous croyez plus malin que les autres en dissimulant toujours votre combat d’arrière garde derrière de fallacieux prétextes d’injustice, de népotisme, favoritisme etc … Et pourtant en 2010 quand une meute de politiciens s’en est pris aux nominations faites par la junte au pouvoir, qu’est ce que SALOU DJIBO leur a répondu hein? Si tu n’étais pas au Niger demandes à ceux qui étaient sur place. En fait le président ISSOUFOU n’est que l’arbre qui cache la foret, on connait votre vrai problème et rassurez vous que vous ne tromperez plus personne, le temps vous le confirmera. D’ici là continuez à insulter, calomnier, médire etc….

    • TON KOUNTCHÉ EST UN ETHCENTRISTE DEGUISÉ …………..IL FAUT ALLER ETUDIER L’HISTOIRE COMMENT IL A FAVORISER SON ETHNIE DANS L’ARMÉE, LA DOUANE, A LA DGI ET LES PAIERIES DE TOUT LE NIGER………………..DANS TOUS LES SERVICES DE L’ETAT, ON AVAIT AFFAIRE A DE LA RACAILLE.
      JUSQU’A AUJOURDHUI LE NIGER SOUFFRE DE TOUT CES INCAPACABLES QUE VOUS CITÉ
      LEUR SEULE IDÉOLOGIE, C ETAIT LE VOL.
      ENSUITE CEUX LA QUE TU CITES S’ILS N’ONT PAS NOMMÉ LEURS ENFANTS OU PROCHE……….ILS ONT VOLÉ L ARGENT POUR ENRICHIR LEURS FAMILLES.
      VERIFES WIKILEAKS SUR LE DETOURNEMENT QUE TANDJA A FAIT ET VERSER CA SUR LE COMPTE DE SON FILS AUX USA.
      PEUX TU LA FAMILLE DE ALI, ELLE A FAIT QUELLE COMMERCE DANS SON HISTOIRE POUR LE FILS DE ALI SE RETROUVE AVEC PLUS DE 31 MILLIARDS………….COMMENT A T-IL FAIT POUR AVOIR CET ARGENT?
      IL FAUT QUE VOUS VOUS REVEILLEZ, C’EST FINI LE COLONIASME ETHNIQUE.
      NOUS L AVONS ACCEPTÉ PENDANT DES ANNÉES JUSTE POUR SAUVEGARDER L UNITÉ DE NOTRE PAYS.

    • TON KOUNTCHÉ EST UN ETHCENOTRISTE DEGUISÉ …………..IL FAUT ALLER ETUDIER L’HISTOIRE COMMENT IL A FAVORISER SON ETHNIE DANS L’ARMÉE, LA DOUANE, A LA DGI ET LES PAIERIES DE TOUT LE NIGER………………..DANS TOUS LES SERVICES DE L’ETAT, ON AVAIT AFFAIRE A DE LA RACAILLE.
      JUSQU’A AUJOURDHUI LE NIGER SOUFFRE DE TOUT CES INCAPACABLES QUE VOUS CITÉ
      LEUR SEULE IDÉOLOGIE, C ETAIT LE VOL.
      ENSUITE CEUX LA QUE TU CITES S’ILS N’ONT PAS NOMMÉ LEURS ENFANTS OU PROCHE……….ILS ONT VOLÉ L ARGENT POUR ENRICHIR LEURS FAMILLES.
      VERIFIES WIKILEAKS SUR LE DETOURNEMENT QUE TANDJA A FAIT ET VERSER SUR LE COMPTE DE SON FILS AUX USA. ( DEMANDE JULIENS ASSANGE LE FONDATEUR DE WIKILEAKS QUI REVELÉ L INFO)
      PEUX TU ME DIRE LA FAMILLE DE ALI SAIBOU, ELLE A FAIT QUELLE COMMERCE DANS SON HISTOIRE POUR QUE LE FILS DE ALI SAIBOU SE RETROUVE AVEC PLUS DE 31 MILLIARDS………….COMMENT A T-IL FAIT POUR AVOIR CET ARGENT? ET LE FILS DE HAMA AUSSI ?
      IL FAUT QUE VOUS VOUS REVEILLEZ, C’EST FINI LE COLONIALISME ETHNIQUE.
      NOUS L AVONS ACCEPTÉ PENDANT DES ANNÉES JUSTE POUR SAUVEGARDER L UNITÉ DE NOTRE PAYS.
      NOUS VOULONS LE MÉRITE
      S IL YA ETHNOCENTRISME AU NIGER, C EST VOS PROCHES QUI L ONT INSTALLÉ
      LA PREUVE EST VOILA VOUS N ARRIVER PLUS A DIGERER LE FAIT QU UN HAUSSA SOIT PRÉSIDENT
      C EST HONTEUX POUR VOUS FRANCHEMENT

    • Si le BAC est minable pour vous, alors vous ne valez pas plus que celui que vous doigtez., en plus vous m’étonnez ! Votre BAC est comment si réellement vous l’avez obtenu par le travail ?Ayez du respect à l’égard des enfants du peuple désirant obtenir le bac. Quelle arroguance de votre part. Relisez vous . « Nous sommes allez dans…pays d’acceuils » . Sans rencune !

  2. MOUMOUNI ISSOFOU ALKA HADI ADER

    VOILA UNE ANALYSE SUR LE TRAVAIL DE LA NOUVELLE CELLULE DE COMMUNICATION DU GÂTEUX ISSOUFOU
    Les discours à la nation du président de la République ont toujours été critiqués non sur des bases objectives et pour cause : ils étaient ternes et sans goût. Ses communicateurs, mêmes venus de Harvard, si tels sont les techniques par lesquelles on nous les célèbre comme des incomparables, alors, ils sont hors de leur époque, à mille lumières de ce siècle. Mais l’on peut un peu se réjouir que certaines critiques, la fameuse cellule en a tenu compte, pour éviter aux Nigériens ces bilans laborieux et vaniteux d’acteurs politiques narcissiques, bilans exprimés tant au passé composé qu’au futur simple de l’indicatif pour nous ressasser ces réalisations à coups de chiffres tout à fait discutables, ou même, rebondir sur des promesses qui restent à tenir mais qui ne peuvent pourtant empêcher de cultiver quelques fiertés artificielles, se pavanant dans le peuple comme ceux qui auraient réalisé en trois ans seulement ce qu’aucun autre n’a réussi en cinquante années d’indépendance. Il en est ainsi par exemple, lorsqu’en d’autres temps, dans l’euphorie d’un pouvoir qu’on découvre au hasard, on n’arrête pas de dire aux Nigériens que le train a sifflé au Niger, alors même que, de la date de finition de « l’ouvrage historique » par laquelle on voulait emballer tout un pays à aujourd’hui, aucun Nigérien, même des VIP, n’ait été invité à prendre un billet du train, pour se rendre dans la capitale des Djermakoye qu’on voulait ainsi bluffer. La Renaissance est victime de ses roublardises, de son manque d’humilité et de ses arrogances. Elle aime jouer sur les apparences.

    Mais, comme le dirait un prof sur une copie d’élève, lorsqu’on a écouté ce discours, l’on est encore tenu pour l’apprécier de n’avoir que la même formule qui veut encourager l’autre à croire qu’il peut y arriver avec un peu de volonté : « peux mieux faire » est une note objectivement valable pour ce speech. Un discours à la nation, n’est pas un discours pour dire au peuple que tout va bien, ou du moins, qu’on a fait ceci et cela et patati patata. Au contraire, il s’agit d’un moment à saisir pour faire comprendre à un peuple que l’on a conscience de ses problèmes, de ses préoccupations et par le courage de les reconnaître et de les aborder, on aura réussi à apaiser des hommes, en leur faisant comprendre qu’on est sensible aux difficultés de leur existence.

    Et c’est pour cela qu’un discours est forcément thématique. Et c’est en fonction de la conjoncture, qu’on choisit un thème phare qu’on peut faire suivre par deux thèmes secondaires. Dans le cas d’espèce, sensément, c’est la situation de l’école aujourd’hui très préoccupante qui devait être le point de mire de cette « conversation » avec le peuple. Il s’agit de dire qu’on en est très préoccupé, mais sans limiter sa perception du problème à des plaintes et à la désignation de boucs émissaires ce qui friserait le fatalisme, mais à montrer tout l’engagement politique et national indispensable qu’il faut autour de ce problème pour, ensemble, sauver un système éducatif qui est aujourd’hui à terre. C’était le meilleur cadeau à faire aux Nigériens, notamment en leur disant toute l’attention du gouvernement sur une telle préoccupation qui ne saurait être que « le gouvernement est instruit » à trouver les solutions idoines à la crise scolaire. En effet, au-delà de la simplification présidentielle, le problème de l’école nigérienne est beaucoup plus profond et beaucoup plus complexe et ce à tous les paliers du système, du primaire au supérieur. Un discours doit en saisir la problématique certes, mais c’est dans les faits qu’on peut régler le problème. Cependant, au lieu de ce discours pragmatique, de mots creux, on est encore resté dans le domaine de la démagogie et de l’offensive de charme en direction de partenaires extérieurs dont les préoccupations obnubilent Issoufou qui veut tant leur plaire.

    Un discours à la nation parle à la nation ! Lorsqu’on s’adresse à la nation, on parle des sujets qui l’intéressent le peule, qui touchent à son quotidien. Or, dans le cas de ce que la Renaissance nous sert, ces problèmes de la réalité des Nigériens sont occultés, pour mettre la lumière sur des sujets qui n’intéressent pas forcément les citoyens du pays. La précarité ambiante, avec cette loi de finances qu’on combat aujourd’hui encore, les libertés publiques, la cohésion nationale aujourd’hui gravement ébranlée, la démocratie et les élections, sont entre autres sujets, pour lesquels, le président gagnerait mieux à se faire écouter avec intérêt. C’est ainsi que dans cet autre discours qui ne peut tenir compte de critiques objectives, l’on ne retrouve que les mêmes lieux communs : terrorisme, migration, dividende démographique qui sont des sujets abordés non pas pour les Nigériens mais à des partenaires étrangers qu’on continue à vouloir séduire, pour leur faire croire qu’on est le meilleur allié qu’ils puissent trouver sur le continent et qui connait bien leurs centres d’intérêt. Par exemple, lorsque le président parle de la dividende démographique, les Nigériens, ne savent même pas de quoi il parle, car depuis qu’il est au pouvoir, personne ne saurait dire ce qu’il a concrètement fait, notamment pour contrôler les naissances et empêcher qu’il n’y ait plus de naissances et se prévaloir ainsi d’avoir réussi, là également ce qu’aucun autre n’ait pu réussir. Pourtant, même le régime de Kountché, avant lui, avait mieux fait que lui dans le domaine, notamment par rapport à la contraception et à l’interpellation des mentalités relativement aux enjeux démographiques. Peut-être, ont-il signé en catimini des textes, aujourd’hui non vulgarisés, de peur de les brandir en face d’Ulémas qui restent sur leur pied de guerre ; textes qu’ils pourraient avoir montrés à leurs partenaires, pour justifier qu’ils agissent avec volontarisme sur les questions démographiques. La vérité est qu’au Niger, faire des enfants n’est pas encore une affaire de textes. On peut sans doute tromper Macron avec, surtout quand on se rappelle qu’il se satisfaisait tant de son homologue nigérien, lui qui se veut tant antinataliste, pour saluer son engagement, à se battre avec courage contre la fécondité des femmes de son pays, peut-être même, allant jusqu’à interdire des mariages précoces. Or, depuis quand a-t-on vu une brigade enquêter sur l’âge des filles qui se marient dans le pays presque toutes les semaines ? Dans le discours, on a même entendu le président avancer des statistiques dont on ne nous dit pas la source, c’est-à-dire l’étude qui les aurait produites ; chiffres selon lesquels, il y aurait un recul remarquable de la fécondité dans le pays, comme pour faire un autre clin d’œil à Macron qui attend de bons résultats sur ce sujet qui le préoccupe. Lorsque quelqu’un a choisi de ne pas faire des enfants, et qu’un autre fait le choix d’en avoir, pourquoi en vouloir à l’un ou à l’autre. C’est un faux débat. Cela ne convainc personne car ces problèmes ne sont pas les nôtres. Les politiques natalistes, démographiques ont toujours divisé les démographes et les politiques et chez nous, le discours impérial, ne peut nous trancher le débat pour imposer sa philosophie qui correspond à ses propres défis qui ne sont pas forcément les mêmes que les nôtres. Car après tout, cette question a aussi un sens : notre sous-développement, n’est-il pas le fait aussi de notre sous-peuplement ? Et les Nigériens, n’en déplaise à la Renaissance, continuent dans l’ignorance de ce discours trop optimiste à faire des enfants y compris les plus pauvres, en l’occurrence ces mendiants que l’on croise au détour des rues des villes, flanqués d’enfants, si ce ne sont des jumeaux, devenus des « objets » de légitimation de leur métier.

    L’autre sujet qui est au cœur du camouflage dans ce discours qu’on a entendu ce soir du 2 août, concerne les élections. Là également, il ne faut pas se leurrer : la Renaissance pense qu’elle peut se jouer de tout le monde, tellement elle devait être plus intelligente que tous. A quelques jours du lancement du MCC au Niger, il fallait faire comprendre et notamment à l’Amérique qui ne cache pas ces derniers temps, sa vive préoccupation par rapport aux libertés civiles, aux droits humains, à la démocratie, au trafic de drogue entre autres, que le régime en a saisi la leçon, pour compter sur elle, pour ne jamais s’écarter des principes de bonne gouvernance. Or, une cérémonie de lancement, en soi, n’est pas une garantie et c’est Jeune Afrique qui donnait les raisons : « Le programme compact Niger, financé à hauteur de 437 millions de dollars par les Etats-Unis, [est] une aide pourtant surveillée de près par plusieurs sénateurs américains ». Il se trouve que parmi les préoccupations exprimées par l’Amérique que son ambassadeur au Niger, à la suite d’une audience à la présidence du Niger, a du reste confirmées, pour rappeler directement au président nigérien et sans détour, tout l’intérêt que son pays accorde au respect de certains principes Or, en écoutant ce que le président a dit autour des élections, on comprend là également qu’il n’écoute personne. Pourtant, ce problème des élections lié à l’état de la démocratie, fait partie des préoccupations du partenaire américain. Mais alors qu’a-t-il dit dans son discours à propos des élections ? Rien de précis. En substance, on peut résumer sa pensée sur le fait qu’il reste vaguement engagé à organiser des élections transparentes et inclusives dans le pays, volonté assortie de cette petite expression : « dans le respect des textes du pays ». Or, ces textes qui gèrent ces élections et qui consacrent l’exclusion, alors qu’il parle d’élections inclusives, constituent une des pommes de discorde avec son opposition. Comment peut-il organiser des élections crédibles, quand la CENI est entièrement constitués d’hommes acquis à la cause de son système, ce que des gens qui ont jusqu’ici composé avec lui, ont fini par décrier pour prendre leurs distances vis-à-vis de sa gouvernance. Cette volonté vague et douteuse d’organiser des élections propres n’aura eu de mérite que de passer sous silence, les questions essentielles : le dialogue politique nécessaire autour de tous le processus, notamment en ce qui concerne le CNDP, la CENI et la loi électorale. Dans le discours que l’on a entendu, Monsieur le Président, faisant semblant qu’il n’y a aucun problème par rapport à ces questions pourtant très sensibles et incompressibles, aura délibérément choisi d’escamoter ce qui est le plus essentiel. Ces élections, on ne peut pas les organiser pour un clan et c’est pourquoi, il est impérieux d’arrêter le cirque et d’écouter ceux qu’on croit être une minorité. Cet entêtement ne peut qu’être improductif pour le régime, et il finira par se casser la figure en optant pour le jusqu’au-boutisme suicidaire.

    Comme on le voit, qu’il s’agisse de l’école, de la loi de finances carrément tue dans ce discours, des élections, le président a choisi de faire l’omerta sur de graves préoccupations, croyant pouvoir ruser avec tous, pour mettre en lumière des sujets qui ne sont pas tant les nôtres.

  3. Le chien aboie la caravane passe…tout compte fait il a toujours été un mercenaire du PNDS. Pauvre zakaria alcoolique tu es, alcolique tu seras

    • LES INSULTES ET LES SALLES MOTS N’AVANCERONS CE PAYS. AYEZ PARDON LE COURAGE D’APPRECIER LE FOND, LE CONTENU D’UNE IDEE POUR DEBAT SINCERE ENTRE NIGERIEN DANS UN ESPRIT DE TOLERANCE ET DE RESPECT MUTUEL. OEUVRONS POUR QUE CE SITE SOIT UNE REFFERENCE D’ECHANGE D’IDEE ET NON DES INSULTES.

  4. LA CREATION DE CE MINISTERE EST INTERVENUE AU MOMENT LES RESEAUX SOCIAUX TENDENT A OCCUPER L’ESPACE MEDIATIQUE ET AU PERIL D’UNE INFORMATION SAINE.
    INSTAURER UN PLANNING HEBDOMADAIRE DE RENCONTRE AVEC LES MEDIAS SERAIT UN ATOUT CE QUI PERMETTRA AUX NIGERIENS D’AVOIR UNE INFORMATION SAINE A TRAVERS DES MEDIAS TOUTES TENDANCE CONFONDUE. ET AINSI TOUTE INFORMATION ERRONEE EN SIMPLE MOT NE PASSERA PAS.
    LONGUE VIE S CETTE INITIATIVE QUI NE FERA QUE RENFORCER LA DEMOCRATIE.

    • Bien sur tant que l’info ira dans le sens GURI ….Arretez vos idioties svp

    • Tu perds ton temps à raisonner des attardés mon frère, ils ne connaissent que le langage de la grossièreté et de l’insulte, ils sont nés comme tels et si veux les ramener à la raison, devient vulgaire comme eux et tu verras.

  5. On aura tout vu et tout entendu dans cette gestion bordelique du pays par la meute du guri.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.