Home ACTUALITE Contribution de Djibril Baré à l’article « Amères vérités », « Si Djibo Salou doit être aidé de Mahamadou Issoufou, Mohamed Bazoum ne sera éliminé que devant la Cour constitutionnelle », du journal « Canard en turie du 02/09/2019…

Contribution de Djibril Baré à l’article « Amères vérités », « Si Djibo Salou doit être aidé de Mahamadou Issoufou, Mohamed Bazoum ne sera éliminé que devant la Cour constitutionnelle », du journal « Canard en turie du 02/09/2019…

M. le Directeur de Publication, j’ai l’obligation de vous rappeler que le Sage Amadou Hampâté Bâ a dit : « la parole écorche et coupe… Elle perturbe, guérit, rend malade et selon sa charge parfois tue net… » ? Vous avez parlé du Président Ibrahim Mainassara Baré dans l’article susvisé, vous me permettrez de contribuer à votre réflexion fort à propos dans la vie de la nation.

Pour défendre, je ne sais quelle cause, vous vous êtes cru obligé d’écrire, ce qui suit : « Une loi sur mesure,… il y’a de quoi pour que n’importe qui se croit investi d’un destin national… A la place de Mohamed Bazoum ou du général Salou Djibo, mettez un âne, il gagnerait aisément, sans quitter, un instant, son enclos.  Il s’agit de justifier par anticipation ce qu’on ne peut pas gagner à la régulière.

Il le sait mieux que quiconque puisqu’il sait que les choses se sont passées ainsi avec feu Ibrahim Mainassara Baré….». Et vous auriez pu poursuivre, les Nigériens, un peuple moutonnier, accepteront d’être dirigés par cet âne, après sa prestation de serment.


Si je comprends bien, voudriez-vous insinuer qu’en 1996, si à la place du général Baré, un âne s’était présenté, il aurait remporté les élections ? Ou alors parlez-vous des élections prochaines ? Voudriez-vous donc insinuer que le président Baré ou le général Salou Djibo sont des quidams sans aucun mérite ? Qui est alors cet homme providentiel au destin prédestiné qui a droit de vie et de mort sur nous, dès sa naissance ?

Je suis très curieux de le savoir. Ainsi donc, le parcours professionnel et politique des hommes, aussi élogieux soit-il, ne permettrait pas à un homme de se candidater à une élection, fut-elle présidentielle ? 


Retenez que Le Coran, le Livre Saint que nous partageons, rappelle aux hommes qu’ALLAH (SWT) Il est Seul détenteur du pouvoir en leur prescrivant la sourate : « Dis : O Allah, Maître de l’autorité absolue. Tu donnes l’autorité à qui Tu veux, et Tu arraches l’autorité à qui Tu veux ; et Tu donnes la puissance à qui Tu veux, et Tu humilies qui Tu veux. Le bien est en Ta main et Tu es Omnipotent ». [Sourate 3, Verset 26].


Je suis en devoir de vous rappeler que ce sont nos lois qui déterminent qui doit être candidat ou non et qui a remporté les élections ou non. Et les latins disaient « dura lex sed lex » (la loi est dure, mais c’est la loi). C’est pourquoi il est recommandé de se battre pour proposer et soutenir les lois qui servent votre cause, parce que personne ne le fera à votre place.


Dès lors, la problématique que vous posez à travers vos assertions est la suivante : quels sont les critères permettant de dire qu’un candidat va gagner les élections. Sont-ce les lois électorales, le charisme du candidat, son courage, les foules mobilisées qu’il draine lors des meetings, ses moyens financiers personnels ou ceux de l’Etat ?

Qu’est ce qui prédestine un individu à devenir candidat puis président élu ?

Le candidat Baré, on s’en souvient, réunissait tous ces atouts. En ce qui concerne le parti MNSD Nassara, qui était une création de son mentor, le président Kountché, sous la forme d’un mouvement transformé en un parti Etat par le président Ali Saibou, n’oubliez pas que le président Baré était de tous ces combats.

Donc il avait de solides attaches, et partant, des soutiens de taille. En ce qui concerne le quotient personnel d’un candidat, crucial dans une élection présidentielle, savez-vous qu’avant d’être candidat à cette élection de juillet 1996 , il avait choisi d’être Officier des Forces Armées Nigériennes (FAN) après l’obtention de son baccalauréat au Lycée National, Aide de camp d’un chef d’Etat, plusieurs fois Commandant d’une compagnie, Chef de corps de la garde présidentielle, premier Attaché militaire dans une Ambassade,  Ministre puis Ambassadeur, Conseiller Militaire d’un  Premier Ministre, chef de l’Etat, Chef d’Etat-major Particulier du Président de la République, Chef d’Etat-major Général des FAN, Président du Conseil de Salut National, Chef de l’Etat, Chef du Gouvernement. L’intéressé a cheminé pendant de longues années avec le général Seyni Kountché, le véritable créateur du MNSD auprès duquel il assuma de hautes charges qui fonderont sa légitimité en tant qu’homme politique.

Les candidats, opposés à lui à l’élection présidentielle de juillet 1996, avaient reconnu, dans une déclaration paraphée par la Cour Suprême, aux lendemains du coup d’Etat du 27 janvier 1996 qui les avait renversés, qu’ils avaient mal géré le pays et que les textes fondamentaux de la Républiques étaient inadaptés. Dès lors, le président Baré, qui avait reçu le blanc-seing de la communauté internationale, pouvait agir à sa guise.

Pourtant quand il a fallu leur demander de se retirer momentanément pour permettre d’assurer une transition politique, ils ont osé dire à l’unisson au général : « si on se retire, qui va diriger le Niger ».

Comme si, hors de ces leaders, il n’existait aucun autre homme apte à diriger le Niger. Une insulte en somme, à l’endroit de leur interlocuteur. Qui méritait une réponse. Voilà pourquoi, dans ses discours sur la condition des grands, le Philosophe Pascal avait jugé utile d’éduquer les futurs puissants en leur rappelant que leur détention du pouvoir tenait avant tout du hasard :

« Surtout ne vous méconnaissez pas vous-même en croyant que votre être a quelque chose de plus élevé que celui des autres […] Car tous les emportements, toute la violence, et toute la vanité des Grands vient de ce qu’ils ne connaissent point ce qu’ils sont ».

Mais qui est devenu ce qu’il est dans notre jeune nation, sans avoir bénéficié, au hasard des rencontres et des évènements, d’un ascenseur social ?

Je pourrais également vous poser la question de savoir qui peut se targuer d’avoir remporté à la régulière les élections depuis l’avènement de la démocratie dans notre pays et même avant sous le règne des partis uniques ? Qu’entendez-vous par gagner à la régulière des élections sous nos tropiques ? En tant témoin privilégié de l’Histoire de la jeune démocratie nigérienne, je pourrais vous révéler :

–       Qu’en 1993, le MNSD Nassara, dont l’ancêtre n’était autre que le parti Etat, ayant profité des moyens de l’Etat durant près d’une décennie, avait les atouts pour gagner les élections présidentielles. Mais les stratèges de ce parti choisirent d’effrayer le premier ministre de l’époque, le très rusé Cheiffou Amadou.

Il les fera perdre en parrainant une coalition dénommée Alliance des Forces du Changement (AFC). Pour l’anecdote, retenez qu’une bonne partie des urnes des militaires finiront dans le lit du fleuve Niger ;

–       Qu’en 1996, après le coup d’Etat, le MNSD Nassara, en tant que parti, avait le choix entre le statu quo et le général Baré. Tanja s’entêtera, le parti perdra à nouveau les élections ;

–       Qu’en 1999 à la faveur d’un assassinat perpétré par des gens pressés, avec une constitution souillée du fait d’une amnistie, ils gagneront les élections. Mais ils perdront logiquement le pouvoir en 2010, à la faveur d’un coup d’Etat, 10 ans après, du fait des égoïsmes des uns et des autres. Et le parti s’affaiblira à nouveau en se scindant en deux blocs antagoniques ;

–       Qu’en 2011, tous les deux (2) blocs de l’ex parti Etat, qui se regardaient en chien de faïence, tireront à boulets rouges sur le général Salou Djibo, chef de la transition, qui, à tout point de vue, pouvait être un allié objectif. Les deux blocs perdront les élections présidentielles et législatives par manque de solidarité et de stratégie.

L’un des blocs se ralliera en catastrophe aux vainqueurs sur tapis vert avec la bénédiction du général. Tous les deux blocs seront à nouveaux tour à tour concassés au grand bonheur du Super Concasseur, qui n’en demandait pas tant. Et ce n’est pas encore fini ;

–       Qu’aujourd’hui, pour l’élection de 2020, ne tirant pas les leçons du passé, l’insulte tous azimuts est resservie y compris envers aussi bien, un devancier, inoffensif en terme de stratégie et censé avoir été l’ami de celui que vous défendez, que le général Salou Djibo qui a son mot à dire, dans une élection à deux tours quoi qu’on dise et qui a de la réserve dans la grande muette.

Le président Issoufou semble avoir deux fers au feu : Mohamed Bazoum et Salou Djibo. C’est sa stratégie. Les autres camps doivent s’unir pas se diviser.

 Sur les réalités de l’élection présidentielle de juillet 1996, sur laquelle vous basez votre analyse, il est utile de noter que :

       les candidats malheureux avaient commis l’erreur de réaliser des fraudes grossières, et s’étaient proclamés vainqueurs sur les médias dès le premier jour d’une élection prévue sur deux jours, ce, en violation du code électoral. Machiavel qui est l’auteur de leur livre de chevet, n’avait-il pas dit qu’ « Un prince bien avisé ne doit point accomplir sa promesse lorsque cet accomplissement lui serait nuisible, et que les raisons qui l’ont déterminé à promettre n’existent plus : tel est le précepte à donner.

Il ne serait pas bon sans doute, si les hommes étaient tous des gens de bien; mais comme ils sont méchants, et qu’assurément ils ne vous tiendraient point leur parole, pourquoi devriez-vous tenir la vôtre ? » Les candidats avaient voulu rusé avec le général Baré, et ils avaient perdu.

       et ce n’est qu’après avoir été débouté de tous leurs recours, que les candidats malheureux en 1996 décidèrent de se mettre dans la rue pour exprimer toute leur amertume, compréhensible du reste.

Pour conclure, retenez que « nul ne peut cacher les rayons du soleil avec ses doigts » et que si c’est écrit dans « Le Grand Livre » que Hama Amadou, sera président, il le sera. Si par contre il est écrit que c’est le général Salou Djibo ou votre serviteur, il en sera ainsi. De même il avait été écrit dans Le Grand Livre qu’Ibrahim Mainassara Baré serait président, il l’a été et vous n’y pouvez rien !

Salutations fraternelles !

Par Djibrilla Mainassara Baré – Economiste – Candidat à la présidence (Inch Allah !)

6 Comments

  1. Mon grand cousin Djibril…. Toujours aux aguets, dès qu’on parle de Feu Président Baré… Exactement comme si la vie de la nation qu’il évoque ne trouve son sens que dans ces conditions. Voilà le socle de la subjectivité… Djibril parle… très bien même… Il est très cultivé et très percutant…Mais la subjectivité dans le raisonnement trahit toujours la productivité du raisonnement.. Comme disent les philosophes, la cohérence au niveau d’un discours n’est pas un critère suffisant de la vérité. Vous pouvez donc assommer tout le monde par la beauté de la rhétorique, tout en étant incapable de donner un fond soutenable à votre discours. Quand vous évoquez le fait que les politiciens reversés par votre frère Baré aient « reconnu, dans une déclaration paraphée par la Cour Suprême, aux lendemains du coup d’Etat du 27 janvier 1996 qui les avait renversés, qu’ils avaient mal géré le pays et que les textes fondamentaux de la Républiques étaient inadaptés » et que « Dès lors, le président Baré, qui avait reçu le blanc-seing de la communauté internationale, pouvait agir à sa guise», je répondrai que j’aurais bien voulu que tout cela se soit passée avant le coup d’Etat. Qui ne dirait pas la même chose dans les mêmes conditions ? Une déclaration faite dans ces conditions n’est pas marquetable, Djibril, avec tout le plaisir que j’ai à lire vos posts, pour ce qu’ils ont d’instructif, au-delà de toute autre considération. Quand le premier ministre Ibrahim Assane Mayaki annonçait la mort de Baré, suite à un accident malheureux, cela vous a-t-il suffi pour y croire ? Tous les Nigériens savent que c’était lui qui en avait fait l’annonce, mais personne ne lui en a voulu, y compris vous-même, Djibril. (Je n’ai jamais vu un seul paragraphe de vous, l’accablant pour avoir fait cette annonce, depuis 20 ans que vous êtes à la traque de ceux qui ont trahi Baré). Et pourquoi ? Parce que les mots venaient d’ailleurs, même si c’était lui qui les avaient prononcés. Si vous placez les politiciens dont vous aviez parlé dans les mêmes conditions, vous voyez clairement que la déclaration et la paraphe auxquelles vous faites allusion venaient aussi de qui vous savez. Ce sont les mêmes causes qui produisent les mêmes effets, dans les mêmes conditions. Comme dirait l’autre, « on peut tout faire avec les baïonnettes, sauf s’assoir dessus ». Si vous accordez du crédit à cette déclaration, vous devriez en toute logique croire à l’hypothèse de l’accident malheureux. Moi, qui ai l’esprit un peu plus libre que le vôtre, je ne crois ni à l’une, ni à l’autre.

  2. As salam aleikoum, c’est djermakoye qui avait dit  » A qui va t-on laisser le pays ?  » et le président bare lui a très très mal répondu.
    Les mêmes qui pensent comme djermakoye ont poussé Hassoumi a défié bazoum, la suite est connue.
    Et maintenant, ils claironnent que le soldat Salou est le favori du président Issoufou car il y’a un deal entre eux.
    Djibril vient de dire que le prince de Machiavel est leur livre de chevet et je vous laisse deviner la suite du feuilleton  » Niger, mon beau pays « 

  3. Al Hamdu lillah dirent les Soldats Libres, les Soldats de la Liberté et leurs intrépides compagnes dont leur ensemble fut totalement pris en charge par une bonne volonté aux fins d’effectuer le Hadj 2019 auquel, ils ont adressé des prières et remerciements auprès d’Allah (swt) propres à l »amour qu’Il a magnifié, magnifie et magnifiera sur sa Sublime Créature Bien-aimée en la noble personne du Prophète Mohamed (rsaws) Messager Envoyé pour guider l’humanité sur le droit chemin.
    – REMERCIONS LE CRÉATEUR DE LA CRÉATION POUR NOUS AVOIR CRÉÉS DES HUMAINS CAR SI, DE SA VOLONTÉ, IL NOUS A CRÉÉS DES ANIMAUX OU DES CHOSES INERTES, AVONS-NOUS UN TRIBUBUNAL PRES DUQUEL ALLER NOUS PLAINDRE ?
    – REMERCIONS LE CRÉATEUR DE LA CRÉATION POUR NOUS AVOIR FAIT PARTIE DE LA OUMMA DE L’ENVOYÉ MOHAMED (rsaws) CAR, S’IL NOUS A FAIT PLACÉS DANS UNE AUTRE OUMMA, NOUS N’AURIONS PAS ÉTÉ DES CROYANTS DU JUSTE MILIEU – LA OUMMA MUSULMANE – CELLE-LA MÊME QUI RESTERA SUR LA DROITE DE L’INTERCESSEUR AU JOUR DU VERDICT FINAL DE CHACUN ET DE NOUS TOUS SUR NOS ACTES ET ACIONS FAITS DANS CE BAS-MONDE ÉPHÉMÈRE. Retenons bien ce passage tel l’a bien notifié le Me ZAKSKAB embrassant la Ka’aba quand il dit :
    « Ô, Dieu de ce noble monument vers lequel Tu nous a recommandé de tourner la face pour T’adresser nos prières ; aujourd’hui, par ta Volonté et suivant ton appel, me voilà ton serviteur face à ta Ka’aba de n’importe quel côté de laquelle je peux T’adorer eet Tu m’entends ».
    « Ô, Dieu de ce noble monument vers lequel Tu nous a recommandé de tourner la face pour T’adresser nos prières ; de par la lucidité d’esprit dont tu m’a doté, j’ai su être l’un de tes serviteurs qui te demande de Bénir la Oumma de tes croyants partout qu’ils soient dans ce monde. Ô, Dieu de ce noble monument vers lequel Tu nous a recommandé de tourner la face pour T’adresser nos prières ; il y a longtemps que je méditais sur le statut naturel des mères poule et pintade auxquelles, furent inter changés les œufs qu’elles couvaient lorsque j’ai remarqué que les poussins de la poule ne suivaient que la pintade et ceux de cette dernière ne suivaient que la mère-poule où chacune ne protègent que ses rejetons couvés. J’ai aussi pensé à Tarzan qui, tout nourrisson et survivant d’un accident d’avion dans une forêt africaine, perdit ses parents avant d’être élevé par une mère-gorille qui le vit grandir avec des faits et geste tel un gorille et qui, défendant sa famille des gorilles, combattit des humains venu le chercher et le sauver. Alors, m »ditons bien le comportement de ces oisillons-poussins que j’ai compris, quant à l’esprit de l’homme semblable au liquide qui épouse la forme du récipient qui le contient. Ainsi, les menteurs sont nés des menteurs, les voleurs sont issus des voleurs, les trompeurs, escrocs, arnaqueurs, assassins, criminels…etc, sont du groupe des mauvais quand tel l’a dit le chanteur zindérois ALI ATCHIBILI/ les propres avec les propres ; les vilains avec les vilaines – quand tes bons serviteurs, ô Dieu, sont l’émanation de tes serviteurs pieux. Ô, Dieu Allah (swt) maintient-nous sous ta protections dans le droit chemin et protège notre pays, nos dirigeants cotre tous les ennemis physiques et abstraits tout en descendant la prospérité sur notre peuple.
    Des Journalistes prévaricateurs et autres pervers crépusculaires du printemps des mercenaires de la plume, il y a près de quinze années et en 2010 au Niger du temps de Mahamane Kassoum Moctar alors Ministre de la Communication du sage Baba Tandja Mamadou comme sous l’intrinsèque régime CSRDiste du soldat Salou Djibo ; alors les Soldats Libres et Soldats de la Liberté combattaient les journaleux et autres soldats de fortunes à la plume et micro médiatiques qui n’ont rien appris de bon à l’IFTIC pour animer les colonnes de leurs articles concoctés au salon des politiciens apatrides en racontant leurs bobards tels des vampires sortis des morgues. Sous les conseils de nos frères et amis ZaksKab, Tarana Bamaradatché, la Dossolaise, Adila Yar Tassaoua, Tarana Maï Houra (Donou Koyo) qui ont motivé le jeune Ministre Mahaman Kassoum Moctar à initier la Nuit de la Presse qui aboutit à la Liberté de la Presse dans notre pays où SEM le Président Issoufou Mahamadou fut le tout 1er Chef d’État à signer la fameuse « Montagne de la Table » protégeant et défendant les journalistes.
    Nous ne cessons de répéter que le métier du Journaliste fut cette noble responsabilité des grands hommes et femmes qui ont accompagné tous les Saints Prophètes d’Allah (swt), disons, les apôtres scribes et Compagnons qui ont succinctement relevé les faits et gestes dans leurs calepins afin de rédiger et compiler les Saints Versets constituant les Saints Livres divins et la Tradition du Prophète Imam des prophètes, guide de l’humanité qui nous a fait connaitre la Lumière du Saint Coran.
    Nos guides religieux doivent enseigner ce qui fut d’Allah (swt) quant au Rububiyya des gens du Prophète Adam jusqu’au Prophète Noé/Nouh ; la Kabalé du Prophète Patriarche Abraham/Ibrahim ; le Zabour de David/Daoud et Salomon/Souleymane ; la Thorat de Moïse/Moussa ; l’Évangile du Messie Jésus/Issa fils de Marie/Mariama. Ainsi, à chaque Prophète, son Livre pour son peuple.
    CE N’ÉTAT QU’À L’AVÈNEMENT DE L’ISLAM EN LA VENUE DU PROPHÈTE MOHAMED (rsaws) MESSAGER ENVOYÉ POUR GUIDER L’HUMANITÉ TOUT ENTIÈRE QU’ALLAH (swt) EUT RÉUNI TOUS SES LIVRES SAINTS DANS UN SEUL ET UNIQUE VOLUME APPELÉ LE SAINT CORAN.
    Ne devons-nous pas remarquer et relever que ce Saint Livre Divin s’est adressé aux vrais croyants Juifs, sincères Chrétiens et fidèles Musulmans sous trois groupes d’humains où il y eut évoqué le cas exclusif des « Az-Zalimunes », puis les « Al Munafiqunes » et à la fin, ce fut, est et sera le temps des « Al Fassiqunes » où seuls le divertissement, le sexe, les jeux, la musique, la tromperie, le mensonge et le chaos seront de mise? Prions Allah (swt) afin qu’Il nous maintienne sur le droit chemin avec tous les pays amis des musulmans, particulièrement, SEM l’intrépide Ambassadeur Eric P. Whitaker des États Unis d’1mérique qui, pendant que nous étions dans le « Miqatti » sur le Mt Arafat, cet Honorable diplomate a eu la bonne et sage idée de rendre visite au Cheick Diabiri Ismael, Président de l’Association Islamique du Niger, et présenter au nom du gouvernement des États-Unis les vœux de bonne fête au peuple musulman du Niger. Qu’Allah (swt) le récompense pour son geste si noble et place son peuple sur le chemin de ceux qui n’ont point encouru la Colère ou le Courroux d’Allah (swt) le Seigneur des seigneurs, Juge des juges au Jour de la Rétribution. Amen !
    « Heureuse sera l’âme de celui qui aime le bien pour l’amour du bien ». Là où les autorités d’une société, un peuple, une nation ou le monde entier, honorent et protègent la Religion d’Allah (swt), c’est Allah (swt) Lui-même qui protège les dirigeants de ces milieux contre tout mal des méchants.
    Au Niger, nos autorités du gouvernement conduit par l’Homme bleu du Désert le Ninja Blanc de l’Aïr SE le PM Brigi Rafini ainsi que nos sages représentants à l’Hémicycle présidé par SEM le PAN Ousseïni Tinni avec à leur tête SEM le Président Issoufou Mahamadou assisté de nos nobles 1ères Dames Hadjia Aïssata et Dr Lalla Malika; toutes ces personalités ont prouvé être l’émanation de dignes et sages nigériens pour avoir élever si haut l’étendard de l’Islam en revivifiant l’âme des suivants sur le chemin conduisant le bus-Niger vers le Land of Peace de notre plein épanouissement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Pose de la première pierre, pour la construction du Pipeline Niger-Bénin par le Président de la République Issoufou Mahamadou…

Le Président de la République, Chef de l’Etat, Issoufou Mahamadou  a lancé officielle…