Home ACTUALITE [Contribution] La mendicité et le CFA…

[Contribution] La mendicité et le CFA…

Mettre fin à la mendicité à Niamey,  c’est comme mettre fin à l’utilisation du FCFA, Il faut une monnaie d’échange nous le souhaitons mais ça vient pas like this.  Il faut un long processus de sensibilisation mais surtout, il faut  d’abord mettre en place une politique sociale inclusive pour améliorer le niveau de vie des couches les plus vulnérables et en finir avec les urgences de survie quotidiennes.

Nous savons tous que la misère entrave la dignité de l’homme partout où elle sévit, d’où la question de la  justice sociale nécessaire pour poser des bases saines pour le Niger de demain.Justice Sociale qui  reste un des vecteurs de développement durable, car réduisant les inégalités, mais aussi l’impécuniosité caractérisée, et favorisant le bien-être des populations. je ne parle pas là de ceux qui en font une activité lucrative, mais de ceux qui se battent pour la survie.

La rue n’est pas la place de ces enfants ni de leurs parents, sur ce point nous sommes unanimes, mais faudrait il d’abord trouver des endroits sécurisants et structurants pour leur donner une opportunité de forger leurs destins. Ils ont besoin et ont le droit de prendre le meilleur départ possible dans la vie. Cela passe par la satisfaction de leurs besoins primaires, par l’éducation, la sécurité, la santé.

Lorsqu’un enfant rate son train de depart il est indéniable que cela entraîne un coût élevé pour lui et pour la société.

Nous aurons tous à payer cette addition et elle est partie pour être très très salée.

Nous pouvons dans une synergie d’actions, mettre en commun des initiatives faisant intervenir toutes les parties prenantes : État, autorités religieuses, familles, société civile, ONG,  rédynamiser les zones  rurales pour éviter l’exode rural de familles entières qui se retrouvent en ville sans avoir les moyens d’y vivre de façon décente; Mettre en place une politique sociale inclusive pour améliorer le niveau de vie des couches les plus vulnérables et en finir avec les urgences de survie quotidiennes.

« Une société qui ne protège pas ses enfants, qui les éduque pas se ferme les voies de l’emergence »

Par Mme Maiga Halima (Contribution Web)

22 Comments

  1. Les mendiant mendient parce qu’ils sont pauvres, soit de bien de survie, soit d’esprit, soit de cœur. Dans tous les cas ils sont pauvres. Quoiqu’il est impossible de mettre une fin totale à la mendicité, il y a lieu d’examiner la situation par catégorie de mendiant.
    D’abord il ne faut pas trop vite généraliser pour lier le phénomène à la culture nigérienne.
    Dans aucune des cultures de ce pays la mendicité est bien perçue. Elle est, dans la majorité des cas un moyen de survie d’une infime partie des nigériens très vulnérables faute de soutien et solidarité familiale effective. A faire un recensement des mendiants à Niamey je doute qu’on puisse en trouver 1000 personnes ce qui est insignifiant comparée aux 5,3% des pauvres du pays vivant dans la capitale. Quelques 1.091.800 habitants si les données sont confirmées, même pas un 1 millième des pauvres de Niamey. On peut en déduire que c’est plutôt l’extrême vulnérabilité qui conduit ces gens là à franchir les barrières de l’esprit et du cœur . Personne, même un aveugle ne peut volontairement se mettre dans la rue ou exposer un parent handicapé à la risée voire la colère des nantis de la ville. c’est une question de force majeure pour la majorité écrasante.
    La communauté urbaine de Niamey ferait mieux d’entreprendre une étude sommaire et envisager un plan de contingence respectable et respectueux des valeurs humaines.
    S’agissant des nantis qui se sentent importunés par les mendiants, que chacun fasse son introspection pour faire la différence entre les pauvres mendiants et les pauvres de cœur afin de participeR avec courage à la recherche d’une solution sociale et institutionnelle. Par exemple faut-il créer un fonds privé permanent de solidarité pour recevoir et distribuer les contributions des citoyens nantis aux profits des très pauvres ?
    Cherchons ensemble une solution durable mais surtout bien réfléchie et magnanime.

    1. Rectification.
      IL y a eu une erreur de calcul du nombre de pauvres de Niamey. Le vrai chiffre pourrait être autour de 487000 personnes. Toutes mes excuses. L’objectif est d’inciter à la recherche de solution sur mesure . merci.

  2. La mendicité au Niger c’est avant tout un état d’esprit.
    On parle toujours des mendiants qui sont sur les coins de routes et carrefour, mais on oublie toujours ceux qui sont dans les bureaux et qu’on rencontre dans la vie de tous les jours.
    Aujourd’hui au Niger des que tu demande un service, meme si c’est ton droit , on s’empresse de te demander quelques billets, quand tu as un peu , ne serait ce que ce dont tu as besoin pour subvenir au besoin de ta famille , les gens ne font que tendre la main…..
    Et j’en passe, les exemples sont tellemnt nombreux.
    Donc nous devons forcement depassé cet état d’esprit d’assisté de tous les jours….

    1. vraiment je suis d’accord avec vous, et chose curieuse, c’est que, ce sont surtout les mendiants du bureau qui tuent et retardent plus ce pays….ils ne feront jamais leur travail que lorsqu’ils sont motivés par de l’argent….si moi je dois choisir entre ces mendiants de la rue et les mendiants du bureau déguisés en bureaucrates, je choisirai les mendiants de la rue sans hésiter…..

      et la solution pour réduire cette mendicité, le gouvernement l’a, il doit impérativement être en mesure d’investir dans le sociale, l’éducation, il faut une justice sociale et une égalité des chances…..tant que tout cela n’est pas réunis, le nombre de mendiants dans nos rue augmentera……..vous ne pouvez pas passer tout votre temps (8ans) à gérer le pays de façon clanique, alliés, parents, amis en laissant très souvent les domaines importants et espérer une vie en rose pour soigner l’image du pays pour un sommet UA de quelques heures, ce n’est pas possible chers guristes

      si les programmes 3N et éducation gratuite jusqu’à l’age de 16 ans ont bien été dirigé, on allait voir moins de mendiants dans nos rues….le programme 3N aurait permis à ces gens de rester dans leurs villages et le programme d’éducation aurait gardé tous ces enfants en classes…..

  3. Bien dit, ma sœur! Mais, il reste cette question de l’honnête en soi et probité de chacun. Quoi?

    Au temps du sage Baba Tandja Mamadou dont le fuyard fit cloisonné par des individus acquis à sa politique antisociale, donc devenu inaccessible à plus forte raison lui émmettre des idées propres à faire participer tous les citoyens de ce pays à la construction nationale de par l’apport de chacun; alors que naissaient les groupes des Soldats Libres et Soldats de la Liberté sous le commandement de l’intrépide Ag Adès Issilin Bahaushen Misra; Batassayé Jikan Aggo avait souligné l’exemple des infatigables hommes du sage Empereur Hiro Hito succédé par le puissant Aki Hito dont le trône est aujourd’hui occupé par l’imposant Naru Hito sous la conduite du gouvernement de l’indomptable PM Shinzo AABÉ. Il était clair que ce peuple du Soleil Levant est tant travailleur que discipliné au point où vous ne verrez jamais des mendiants dans les rues de Tokyo, Kyoto, Kobé, Nagazaki ou ailleurs; car, à chaque citoyen nippon, est prévu une tâche à lui conçu afin d’être utile à sa communauté (sa patrie) et à soi-même. Aux postes de filature ou tri des graines récoltées, PERSONNE D’AUTRE N’EST EMPLOYÉ QUE DES INFIRMES DE MEMBRES INFÉRIEURS quand on sait que la finesse et précision des doigts de femmes, leur octroie exclusivement les postes de poses de composants électroniques sur circuits imprimés roulant en chaine. Rares sont les accidents de circulation chez ce peuple aussi sage que des fourmis et travailleur comme des abeilles. Jamais, vous n’entendrez les pleurs d’un enfant ou un adulte crier en interloquant ou interpelant quelqu’un. Quand malencontreusement, vous perdez votre porte-monnaie ou les clés de votre studio à la gare de Shinjuku, dans le métro de Tokyo ou l’interurbain Shinkensen; rassurez-vous de le retrouver si toutefois vous donnez les repères de l’endroit où vous avez perdu vos biens car des employés à charge de la municipalité sont placés à des points précis des rues pour noter sur un calepin, tout ce qu’ils ont ramassé et remis à un service qui vient les répertorier, enregistrer et gérer jusqu’ à la présentation des pièces justificatives du propriétaire qui les récupère free/gratis. Toute cette narration est pour rassurer nos gouvernants qu’ils peuvent bien créer les conditions on ne peut plus claires, d’utiliser tous les mendiants attestés par des médecins qui leur délivre un document d’invalidité à telle ou telle tâche moyennant le salire qui leur évite la mendicité.

    Mon oncle m’a dit qu’autrefois à l’usine de décorticage de l’arachide de Tchadaoua de l’indomptable républicain Sani Maïgoshi Ministre des Postes des Télécommunications et de l’Économie Numérique; il n’y a aucune fille ou femme qui chôme quand elles sont appelées pour leur régularité aux positions de tri des graines quand leurs maris occupés à la mise en sac, fermeture pour être rares à aller ailleurs chercher du travail. Or, un des fondateurs de l’ONG « Alliance d’Appui au Développement des Énergies Renouvelables et Réseau d’Accès Rural – ADER & RAR, a dit:

    « IL N’Y A PAS DE PEUPLE PARESSEUX, MAIS DES HOMMES (et femmes) NON MOTIVÉS ».

    C’est évident que SEM le Président Issoufou Mahamadou assisté de SE homme des Oasis le PM Brigi Rafini, font de leur mieux pour créer les bonnes conditions situationnelles d’un Niger bien assaini et remis au prochain successeur de Na Hadjia Aïssata et Dr Lalla Malika en 2021.

    Mais, il faut que chacun s’y mette pour qu’il n’y ait plus des « Birg Birg Salar Koura et Atchaba Kabukabu » qui, dans leur erreur de la jeunesse, pour avoir les 45F du ticket de l’unique Cinéma à Maradi de SA Ali Zaki, chaque soir ils prenaient de morceau de bois et avançaient chez le généreux Ibra Lundi, en béquillant comme des mendiants. Et, une fois qu’ils eurent la nouvelle pièce de 50F donnée à tout mendiant présent, c’est au premier tournant qu’ils jetèrent le bâton pour courir en comptant les 17 lampadaires de la seule rue goudronnée conduisant de Hili’n Sarki jusqu’à El Tombola d’où ils s’assuraient de ne rien manquer de la musique de James Brown, Otis Reading, Jimy Hendrix, Johnny Haliday… l’actualité aux publicités de prochainement sur cet écran et le début des deux films du jour. C’EST DIRE QUE L’ILLÉGALE MENDICITÉ EST AUSSI VIEILLE QUE LE COMMERCE CHARNELLE CHEZ LES FEMMES PROSTITUÉES ». Il y a du très simple comme du très compliqué pour endiguer cet indécent métier. Tous nos encouragements aux autorités de nos municipalités pour le STOP À LA MENDICITÉ.

  4. De grâce Monsieur,les nigériens ne sont pas des fainéants.Ils ne sont pas aussi bizarres.N’usez même pas du superlatif absolu. Au cas où ils le seraient, vous n’auriez pas un tel niveau d’instruction qui puisse vous permettre de leur donner tous ces qualificatifs.

    1. Il faut en finire avec CED financements francaises dans les projets de developpement des structures des pausa africains. Mais quand est-ce que led gouvernants africains reussiront á comprendre totes CES fourberies du gouvernement francais dont les objectifs sont clairs á tout le monde….

      Faut alors passer par une Revolution africains sanglantes pour arriver á faire comprendre aux soi disants gouvernants africains que nous voulons prendre notre destin en main et qu’on a plus besoin ni d’aide,ni d’intromission occidentale dans les affaire s africaines..

      Je crois que la Revolution est en marche en afrique, la vie ou la mort nous vaincrons (sankara)

      1. Les financements ne sont pas uniquement français, ils sont chinois, allemands, américains, turcs, etc. Il faut également tourner le dos à toutes ces nations ?? Et le Niger crèvera…

  5. Ma sœur j ai pas pris parole dans ta mouche comme on dit chez nous.
    L homme fain n a point de dignité et la mendicité au Niger a des formes multiples,
    Il y a la mendicité religieuse traditionnelle ( les talibets)
    Il y a la mendicité sociale ( les handicapés et autres démunis sociaux)
    Et il y la plus grave et la plus tolérée qu est la mendicité intelicto-politique ( les hommes politiques, les journalistes alimentaires, les juges aux intestins fragiles…) la liste est longue.
    Il y a des hommes politiques qui font sauce de tous les régimes et bien ceux là s ils pas été à l école c est eux qui devaient occuper la deuxième catégorie de mendicité.

    1. C’est une bonne analyse avec des propositions pertinentes pas difficiles à mettre en œuvre si la bonne volonté existe .

  6. En réalité  » mendier  » est verbe qui se conjugue inconsciemment dans la vie quotidienne de tout les jours dans toute les sociétés du moment qu’il est l’instrument + art stratégique du système etconomiq mondiale . Les populations vulnérables n’ont pas besoin de politique de sensibilisation qui nécessite une lignées des processus mais plutôt des aides humanitaires en temps réel afin qu’ils pussent rejoindre leur villages respectifs dans l’optique de faire bon usage de ses dons perçus ( numéraire + nature ) sur les champs de familiaux de cultures qui en sommes les bases primordiaux de l’immortalité industriel + économique de toute nation = résolution de l’équation du dépeuplement rurale .
    Les enfants qui continuent d’aérer dans les villes malgré eux pour faute d’injustice sociale , ne vont pas croiser les bras pour jouir des bienfaits internes du pays lorsque la cloche du destin sonnera à leur porte ..ils se forceront pour ramener la gloire au pays sans troubler les puissances externes = Laissons le temps au temps …un jour l’on se rappellera de sa vie passé et se mettre à sourire comme un Last king .

    NB : la société civile big respect …témoin du temps passé + réel

  7. quand le sage désigne la lune ;l idiot regarde le doigt ; retirer les enfants de la rue c est une décision a saluer :c est pour que vous gagnerez l estime du monde entier et rendre la capitale propre

  8. Bonjour à tous,

    La plupart des mendiants au Niger, comme dans la sous région et même dans certains pays d’Asie sont des nigériens. Il faut se le dire, les nigériens sont fainéants, ils n’aiment travailler et ils veulent avoir tout.

    Le nigerien est tres bizarre, dès qu’il y a un probleme, un ennui en face, il se permet de jetter tout sur Dieu, c’est Allah, c’est le sort. Les gens n’utilisent leurs cervelles pour sortir de la pauvrété.

    Allah a muni l’homme du cerveau, c’est pour qu’il en fasse usage pour resoudre ses problemes.

    Cette mendicité a en fait plusieurs formes. Presque chaque famille nigerienne a son lot de mendiants, je m’excuse de le dire, mais il faut de fois dire certaines verités. Dans chaque famille, il y a ces gens qui sont des eternels assistés alors que le pays regorge de besoins.
    Il y a beaucoup de metiers que le nigerien dans son ego demesuré ne veut pas faire. Ce sont les etrangers qui font la plomberie, la menuserie, les vulcanisateurs, etc…

    1. Sans oublier que ce réseau de mendiants est souvent un réseau de prostitution surtout en dehors du Niger, y compris les coins de la Mecque et Madina.

  9. Mme Maiga, merci pour votre contribution. Cependant, je ne suis pas d’accord sur certains points. A mon avis l’Etat doit utiliser les moyens forts pour faire comprendre à bcp que c’est pas un métier : la mendicité. Dans certains pays de la sous région, il y a plus de mendiants nigériens que les autochtones. Des nigériens empruntent des avions pour aller en Egypte, soudan, Centrafrique……. pour mendier. C’est un problème culturel.

    Les gens se basent sur mauvaise interprétation de la religion pour ne pas travailler et passer le temps à mendier.

    C’est une culture à changer. Et j’espère que l’Etat ne le fait pas à cause de UA 19.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Lettre ouverte à l’ex pensionnaire du Lycée National Issoufou Mahamadou sur les souvenirs provoqués par l’inauguration de l’Hôtel du Ministère des Finances

Cher grand-frère, L’inauguration, le jeudi 15 octobre 2020 à travers une cérémonie officie…