Accueil / ACTUALITE / INFOS + / Crise au MPN Kishin Kassa ; Et si le PNDS a raison…

Crise au MPN Kishin Kassa ; Et si le PNDS a raison…

yacoubaetatia2016Au lendemain des résultats des élections présidentielles et législatives de Février 2016, rares sont les nigériens qui n’ont pas été épaté par la prouesse du tout nouveau Mouvement Patriotique Nigérien porté par son jeune leader, Ibrahim Yacouba, vomi de façon peu agréable par ses amis roses six mois plus tôt. En effet, les nigériens étaient étonnement surpris non pas par la fracassante déclaration, mais surtout la teneur tonifiante, voire humiliante qu’annonce l’exclusion du DIRCABA de Issoufou Mahamadou, du parti présidentiel, à quelques mois des élections générales que connaitra le pays.

Cette exclusion perçue comme un cataclysme politique, c’est vite transformé en véritable opportunité pour l’ancien secrétaire général de syndicat national des agents de douanes qui hésitait encore à choisir son fief politique entre son Maradi natal et l’Arewa parental. A tort ou à raison, beaucoup de nigériens, en majorité jeunes et femmes, du pays comme de la diaspora ont senti cette exclusion comme une conspiration politique injuste à l’endroit de la jeune étoile et accordèrent leur soutien en adhérant rapidement et massivement à la nouvelle formation politique créée sitôt par l’ancien douanier.

Cela était compréhensible d’autant plus que l’ancien DIRCABA jouissait d’une grande popularité chez cette tranche des citoyens, qui lui reconnait sa générosité et son humilité. Mais pas seulement, beaucoup de nigériens croyaient que ce ‘’self-made-man’’ incarne la rupture d’avec les pratiques anti-démocratiques dont souffrent la plupart des formations politiques du pays ; notamment le népotisme, la dictature, la personnalisation, l’iniquité entre les militants,…en un mot la mal-gouvernance. La suite est connue de tous.

Le parti a aligné des jeunes candidats à l’image de son Président et engrangé un résultat relativement satisfaisant, à l’issu d’une campagne électorale magnifiquement réussie. La moisson est composée de cinq sièges au parlement dont 3 à Dosso, 1 à Maradi ,1 à Niamey ; avec 4,34% de suffrages recueillis au premier tour le classant 5eme parmi 15 candidats en lice. Cependant, cette sérénité s’estompe de plus en plus avec la participation de la jeune formation à la gestion de la cité après le 2nd tour.

En effet, si les militants et sympathisants ont accepté et toléré l’allégeance de leur leader à ses ennemis roses, beaucoup des voix s’élèvent pour dénoncer la gestion peu-orthodoxe du parti rouge et jaune. L’illustration la plus parfaite est les péripéties qu’exhibent le parti à Maradi avec le très médiatisé Elh Sani Attia. Pour rappel, cet ancien militant du PNDS Tarraya s’est vu bombardé 1er Vice-Président national du parti au soir du 1er congrès statutaire du parti tenu le 26 Décembre 2015 à Maradi, avant de se voir attribuer l’unique siège parlementaire du parti au titre de la région de Maradi, quoique emprisonné durant une bonne période de la campagne électorale.

Ceci est visiblement inédit, d’autant plus que le jeune homme d’affaires n’est jamais allé à l’école de’’ toubab’’ et ne dispose d’aucune expérience politique notoire. Fort de toutes ses consécrations l’honorable vice –président Attia gère le MPN Kishin Kassa Maradi à sa volonté personnelle au mépris de toutes les règles régissant la vie associative. Le fonctionnement de cette formation à Maradi est tout, sauf celui d’un projet commun dynamisant et mutualisant la diversité de ses membres.

Après avoir délégué et imposé les membres du bureau régional par’’décret’’ (dont lui seul connait le secret des profils utilisés) comme il aimait souvent le préciser, le Vice-Président s’occupe sans partage, de la gestion locale du parti en lieu et place de sa mission nationale ; au point d’effacer son bureau régional devenu une simple caisse de résonance. A juste titre, l’honorable intimide, manipule, humilie, écarte et écrase tout militant qui se hasarde à faire part d’une vision contraire à la sienne.

Ceci est insupportable et illégitime à l’endroit de certains militants avertis qui ne cessent de rappeler les circonstances de la création du parti. Des sources proches du parti, il semblerait que la plupart des structures communales du parti sont mises en places sous coupe réglée et ne répondent qu’au mot du tout-puissant vice-président. Ni même le Président national du parti. Pour tous ceux qui osent exprimer une opinion contraire, leur sort est mécaniquement un avertissement écrit, une suspension ou même une exclusion définitive prononcée unilatéralement, en contradiction flagrante avec les textes fondamentaux du parti.

A l’intérieur comme à l’extérieur du parti plusieurs militants et sympathisants pensent fort qu’Attia bénéficie d’un soutien inavoué du bureau politique national ; voir son Président lui-même. Sinon, comment comprendre que des avertissements, suspensions et exclusion soient dits et notifiés aux militants et dirigeants du parti avec ampliation au bureau politique national, sans que celui-ci réagisse officiellement pour rétablir l’ordre et la sérénité ? Selon nos informations, plusieurs responsables locaux ont écopé de ces sanctions notamment le SG départemental de Guidan Roumji, celui de la commune de Chadakori, le SG des cadres du parti, le président communal Maradi I, …

Le 06 juin 2016, le propre suppléant de l’honorable Attia à l’assemblée nationale s’est vu attribué un avertissement écrit via le soin du Sieur Dan Tonchi, le poulain le plus fidèle d’Attia. Le comble advenait le Samedi 09 juillet 2016 où le tout-puissant Attia prononça publiquement et sans pudeur la destitution du Président régional du parti, le nommé Elh Jano, le plus grand bailleur de fonds du parti sur le plan régional.

Un homme reconnu par sa tolérance, sa simplicité et son ouverture à l’égard des militants. L’honorable lui a bien notifie devant les participants que celui qui l’a placé au dit-poste et par conséquent, il le déchoit avec effet immédiat. Ce jour, l’honorable a reproché au Président régional la convocation d’une réunion régionale en sa qualité du président de bureau.

Chose incongrue, d’autant plus que les textes du parti lui confère cette prorogative. S’il est vrai que Elh Attia s’excelle à travers une haine affichée contre les intellectuels du parti, du moins ceux qu’il n’arrive pas à contrôler, il est néanmoins incompréhensible qu’il pousse son entêtement à vouloir diriger confusément et unilatéralement ce parti en contraction permanente des procédures en vigueur sous le regard impuissant du Président Ibrahim Yacouba.

Aujourd’hui, ce qui inquiète plus d’un militant à Maradi, c’est le silence passif du Président Ibrahim Yacouba face à cette dérive autoritaire répétitive qui jure d’avec le fondement de cette formation politique. Cela est d’autant plus remarquable que certaines figures de pointe du parti, comme le fidèle compagnon de 1ere heure de Ibrahim Yacouba, promoteur historique du parti ; le nommé Oumarou Yacouba Arjo, affichent de plus en plus de réserves vis-à-vis des activités du parti auquel ils ont tout donné pour assurer l’implantation regionale.

La déception était profonde le mercredi 07 septembre 2016 ou une mission du bureau national dirigé par le Président du parti Ibrahim Yacouba en compagnie de plusieurs responsables du parti et dont le Secrétaire général de conseil de sages du parti, le doyen Sabo Saidou ; s’est vu défiée et boycottée par l’honorable Attia qui a réussi à imposer son dictat à travers la confirmation de son poulain au poste du Président régional contre le candidat de ‘’Niamey’’ ( le gouverneur de Diffa Laouali Dan Dano) parrainé par la mission du Président.

D’ailleurs, plusieurs militants n’ont pas hésité de déplorer le laxisme du Président Ibrahim Yacouba qui assiste impuissant à leur mise en quarantaine de la marche du parti en cette veille des élections locales dont le scenario d’une débâcle électorale est très prévisible. Selon des sources proches du parti, le président s’était beaucoup soucié d’imposer le Gouverneur de Diffa comme le nouvel homme fort de la région, au lieu de créer les conditions d’un dialogue inclusif avec tous les acteurs de la crise que connait le parti.

Comme quoi une autre cassure vient d’être créée au plan régional avec cette insistance de Ibrahim Yacouba à imposer son candidat, du moins celui de ressortissants de Maradi vivant à Niamey que les autochtones ont toujours du mal à accepter la nomination au poste de Gouverneur au titre de la région pendant que les principaux acteurs et mobilisateurs des voix recueillies par le parti continuent à remuer les épreuves endurées lors de la campagne difficile entreprise.

C’est le cas notamment des plusieurs candidats à la députation sous bannière du parti. Si certaines opinions commencent à évoquer le scenario d’une complicité entre le Président et son 1er vice, les plus superstitieux nourrissent la thèse d’un possible envoutement du 1er par le 2nd. En tout cas, l’honorable vice-président Elh Sani Attia continue à faire la pluie et le beau temps contrôlant sans pitié les règnes du parti à Maradi.

Le SG départemental du parti au titre de Guidan Roumji, par ailleurs candidat aux dernières élections législatives a payé le prix de son entêtement à dénoncer la mauvaise gestion du parti en se voyant écroulé à la prison civile de Maradi pour une plainte déposée par l’honorable Attia relative à des échanges malveillants dans un groupe social (Whats app) traitant des questions de fonctionnement du parti. Le pauvre candidat malheureux est resté une dizaine de jours sous mandat dépôt, sans aucune réaction de quelques personnalités du parti à la grande satisfaction de l’honorable vice-président national du MPN qui s’est satisfaisait d’avoir démontré une fois de plus la suprématie de son pouvoir.

A présent cette situation vraisemblablement inédite affecte sérieusement les nouvelles adhésions au parti aux couleurs de cube maggi. Car beaucoup de sympathisants affirment attendre de voir l’issu de cette crise pour croire a la rupture prônée et y adhérer. Selon un jeune médecin, il serait actuellement suicidaire pour tout intellectuel qui se respecte de militer à MPN KK Maradi pour la simple raison que les 1er cadres, compagnons du Président au début de l’aventure, ceux cerveaux et artisans de l’installation et la vulgarisation du parti sont devenus des dindons de la farce ; regardant des opportunistes leur ravir la vedette.

D’autre part, à la lumière des 1eres nominations au titre du parti, certains militants reprochent au bureau politique national de se tailler la part belle avec

le Président national : ministre des affaires étrangères ;

le 1er vice-président : député national au titre de la région de Maradi ( il faut préciser que toute la région a amené 30639 voix sur un quotient électoral de 27290);

le 2e vice-président :ministre délégué aux mines ;

la présidente des femmes : ministre déléguée à l’aménagement du territoire ;

le vice-président au titre des cadres : directeur de cabinet du ministre des affaires étrangères ;

le secrétaire général :Directeur de cabinet du ministre déléguée à l’aménagement du territoire ;

le directeur de campagne adjoint :Gouverneur de la région de Diffa.

C’est fort de ce constat que nombreux observateurs commencent à affirmer que les pontes du PNDS auraient prédit certaines de ces situations au point de refuser toute responsabilité à Elh Sani Attia au sein des structures dirigeantes de leur parti au titre de la région. En tout état de cause, le Président Ibrahim Yacouba doit rapidement fait montre d’une vraie stature d’homme d’Etat pour sauver son bateau afin de répondre a l’interrogation de plus en plus persistante et pertinente de certains observateurs qui se demandent comment Ibrahim Yacouba dirigerait efficacement et sereinement le Niger alors qu’une simple crise d’ego est en train de balkaniser son parti au niveau de Maradi.

D’ailleurs cela commence déjà à faire tâche d’huile dans d’autres régions comme Tahoua et la récente défection d’un groupe de militants de Niamey.

Ne pas le faire donnera une fois encore raison aux analystes qui croient comme fer que l’essentiel et l’utile de son projet politique est l’Arewa. Maradi n’est point une préoccupation, ni un enjeu pour Yacoubia. Le cas échéant, le PNDS aurait encore raison…

À propos de l'Auteur

Salifou. Y (Contribution Web) Tamtam Info News

À propos Administrateur

22 plusieurs commentaires

  1. Mun gani bamou godé ba

    Le Niger, mon Niger, chaque fois que j’aperçois une lueur d’espoir et que je tente de m’en approcher, je me rend finalement compte que ce n’est qu’un mirage. Que Dieu veille sur nous, sur notre pays ainsi que tous les autres pays musulmans. AMINE.

  2. On peut pas gerer un parti avec un esprit reactionnaire,de trahison, de complot du contour, au paravant la jeunesse nigerienne prend IY un jeune leader capable d apporter un chamgememt pour le niger un exemple Et porteur d espoir pour la jeunesse.mais helas tu te laisser emporter par un vulgueur atiya un homme sans foie ni loi,un leader qui fait reduire et bloquer le taux d adhesion du parti a cause de son compertement. Ib tu es dans l obligation des prendre des mesures sur le general atiya ton miitant le plus aiser du parti si tu es soucieux de l interet du parti et la bonne marque de l image du parti,si non le votour va t enlever les yeux et laisser le cadavre au charongnare

  3. En tout cas c est vraiment ridicul.la plus grosse erreur c est de donner tous les pouvoir à un seul individu et les autres militant ne font que l obéir.A lui seul, il a le droit de nomer qui il veut exclure qui il veut voire enfermer qui il veut dans de le même parti.je suis vraiment désolé mais on ne peut en aucun cas évoluer avec cette allure.

  4. Nous qui voulons venir attendons de voir! Allah ya kiyayé.

  5. article honteusement tendancieux qui sent la griffe d’un règlement de compte.

  6. Brigade des martyrs

    Nous rappelons à tous les inspecteurs qui auront à prendre part à cette maudite réunion des cadres centraux et déconcentrés de leur ministère, c’est-à-dire le MEP/A/PLN/EC de ne jamais prendre la parole après les interventions dont nous présageons d’office ratées de ces voyous d’Etat appelés cadres centraux tapis dans notre ministère qu’ils font sien. En effet, les conclusions de ces assises sont d’ores et déjà scellées longtemps avant, aussitôt le thème identifié. Vous n’êtes là que pour légitimer un vol savamment organisé, car à cette réunion de deux jours, il sera dégagé plusieurs dizaines de millions de FCFA, dont une grande partie de cette somme ira dans les poches de qui vous savez. Figurez-vous que rien n’a changé dans ce ministère, à l’exception de la tête, et là aussi quel changement ? Tous vos ennemis sont encore là, ne vous laissez jamais tromper par leurs sourires hypocrites. Ils ont toujours les mêmes intentions : vous détruire, détruire vos foyers, vos familles, vos vies, etc. Boycottez donc intelligemment cette réunion inutile et sans objet, une réunion dont les conclusions n’ont jamais fait l’objet d’une mise en application. N’oubliez surtout pas que ce sont ces occasions que certains imbéciles comme le complexé BARMOU SALIFOU, le crasseux de GHALY ADAM ABDOULKADER, le hautain de MAMAN GARBA, le faux prince de SIDIKOU GADO SABO se saisissent pour vous humilier. Vous taire serait mieux, d’autant plus que parler serait inutile, parce qu’ils (ces directeurs centraux) mentiront copieusement dans leurs communications, ils diront avoir fait ce qu’ils jamais tenté même de faire, ils manipuleront dangereusement tous les indicateurs qui sont tous au rouge pour les porter au vert, etc. Or, en intervenant, vous direz concrètement tous les problèmes qui minent notre système, parce que vous les connaissez à fond et vous les vivez dans vos chairs. Et dire la vérité reviendrait selon eux à les contester, pour cela, lorsqu’ils auront à réagir à vos vérités pourtant évidentes, c’est pour vous insulter. Ils ne songent qu’à l’argent, rien que l’argent. C’est ce qui leur fait penser qu’ils peuvent faire le travail des autres après avoir été très nuls dans leurs propres domaines. Un autre ennemi, et pas des moindres des inspecteurs est le DG de l’ENI de Maradi. C’est le plus grand fourbe de tout le système, ce n’est pas étonnant puisqu’il est, dit-on de basse classe et serait une propriété d’une famille arabe de N’Nguigmi. Il a vendu plusieurs inspecteurs à sa protectrice Mme Ali Mariama. Il a réussi à lui décrocher un témoignage de satisfaction de la honte, parce qu’ ‘il disait que ce sont les responsables qui l’on demandé, alors que c’était un grossier mensonge. C’est pour service rendu parce qu’elle a fermé les yeux à ses odieuses malversations. Nous exigeons l’annulation pure et simple de ce témoignage qui ne nous engage pas et la visite de HALCIA pour lui.

  7. il est bien bien vrai que IY est classé 5ème aux élections Présidentielles 1er tour. il faut se rappelé qu’il doit cette place aux discours SANKARISTES( humiliant voire insultant contre les ROSES) qu’il tenait aux différents meetings à l’intérieur du pays donnant ainsi à la jeunesse nigérienne une lueur d’espoir de se défaire de l’ancien système. son adhésion au parti ROSE a fait couler beaucoup de salive au sein même du parti CUBE MAGGI. Il a trahi beaucoup d’esprits. Mais………… ce n’est pas grave 2021 viendra Incha Allah. VOUS SEREZ SURPRIS.

  8. Mon Niger!!! où vas-tu avec nous ?
    ses politiciens…

  9. Il y a tellement d’impunité au Niger au point où on se demande si un jour le Niger redeviendra le grand Niger. Mais Dieu est la, quand on profite sur le dos du peuple, Dieu ne pardonne pas.

  10. La lecture de cet article m’inspire 2 reflexions/conclusions:
    1. Absence totale de leadership de la part de IY alors que le leadership est vital pour un homme qui aspire a diriger.
    2. le caractere mort-né du MPN. Un parti politique nouveau et qui cherche a s’agrandir et s’elargir ne peut reussir dans la pagaille et le desordre au sommet. Il faut un chef, ouvert au dialogue, consensuel mais ferme sur le respect des textes. IY n’est apparemment pas ce chef. Conclusion l’oisillon s’est deja casse les deux ailes avant l’arrivee du mechant renard.

  11. ha ha ha ha !!!! ils devraient l’exclure du parti, le chasseur chasser

  12. En fait, la tête du parti comme vous le voyez profite seul. Eux on prit la décision de rejoindre le pouvoir, malgré l’humiliation de notre President. Nous les militants on regarde, mais le moment venu on va agir in sha Allah. Dieu regarde, il va nous départager.

    Le partage des postes:

    Le Président national : ministre des affaires étrangères ;

    Le 1er vice-président : député national au titre de la région de Mardi ( il faut préciser que toute la région a amené 30 639 voix sur un quotient électoral de 27 290);

    Le 2e vice-président : ministre délégué aux mines ;

    La présidente des femmes : ministre déléguée à l’aménagement du territoire ;

    Le vice-président au titre des cadres : directeur de cabinet du ministre des affaires étrangères ;

    Le secrétaire général :Directeur de cabinet du ministre déléguée à l’aménagement du territoire ;

    Le directeur de campagne adjoint :Gouverneur de la région de Diffa.

    • Vous vous attendiez a quoi cher militant? Ils sont tous pareils. Ils ne viennent pas pour servir, mais pour se servir. Si vous ne l’avez toujours pas assimile, alors tournez le dos a la politique et perseverez ans votre metier. IY, BM, IM, HA, SO,…, sont les multiples faces du meme couteau.

  13. Au debut MPN avait un avenir, mais maintenant il n’en a pas. A Maradi, c’est le desordre total. Les textes du partis sont bafoués. La première erreur du parti, c’est la nomination du vice president national Attiya. Ce dernier le dit haut et fort que ces decisions ne peuvent pas être changées , ni par le président du parti, ni par le bureau national. Les preuves sont là, l’exclusion des plusieurs dirigeants du parti par Attiya parce qu’ils partagent pas les mêmes idées, l’incarceration d’un militant à la prison civile de Maradi par le même Attiya. Pire, une reunion s’etait déroulée à Maradi juste avant la fête, en présence des plusieurs membres du parti, surtout la présence du président Ibrahim Yacouba. L’objectif de cette reunion c’est la nomination du coordinateur régional du parti. Ibrahim Yacouba veut Dan Dano à ce poste, lui Attiya veut voir Tassiou Laouali, je vous assure c’est Attiya qui a triomphé.

  14. Ce crise se passe dans tout les partis politiques, surtout pour un début, nous sommes tous des apprentis politiques et Incha Allah ça va s’arranger

  15. ou sont ceux qui le proposait parmi les ministrables aux finances?

    • S’il devient ministre des finances les Attia et autres vont vendre notre pays. En plus il est simplement un douanier qui est la ou il est à la faveur de la politique. Ou est la différence entre un Ibrahim Yacouba et l’actuel DG de la Douane Assoumane? Eux tous se sont servis à la douane sur le dos du Niger. A 41 ou 42 je sais pas comment Uaciuba a put avoir toute cette fortune? Comment?

  16. Le Niger n’a aucun avenir avec c Ibrahim Yacouba…Mais bref nous sommes au Niger tout le monde est présidentiable…

  17. bonjour chers lecteurs, laissez les gens parler, le MPN KIISHIN KASSA sera un grand parti au Niger Incha Allah, car après les élections législatives et présidentielles, ce parti est en train d’enregistrer d’adhésion massive partout au Niger

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*