Ne ratez pas
Accueil / ACTUALITE / Crise du système éducatif au Niger : Faut–il sauver le soldat Marthé ?

Crise du système éducatif au Niger : Faut–il sauver le soldat Marthé ?

Mr. Djibril Baré

Avant l’intervention du ministre commando Daouda Marthé, saviez-vous que pour les élèves :

90 à 96% des élèves du Cours Préparatoire (CP) ou Cours Moyen deuxième année (CM2) n’ont pas les seuils requis pour comprendre les enseignements de Français et Mathématiques.

50% des élèves de CP ne savent lisent à peine ….qu’une seule lettre de l’alphabet (sur 26 lettres) que 60% n’arrivent à lire que cinq lettres de l’alphabet français, Tandis que 11,5% des 72.000 enseignants des écoles primaires du Niger seraient d’un niveau très bas, selon une conclusion tirée des études internationale, nationale et locale menées relativement à la qualité de l’enseignement au Niger.

  • Et, cerise sur le gâteau, « certains des enseignants testés n’ont pas pu répondre à des questions auxquelles ont bien répondu des élèves qu’ils sont censés former. »

Le ministre ne nous a toutefois pas dit ce que ce test donnerait si on l’étendait à tous les niveaux d’enseignement, tous les systèmes et toutes les institutions du pays, les résultats seraient-il différents.

Le problème se pose quand le ministre propose que « le processus qui a conduit à cette situation a commencé « il y a plus d’une vingtaine d’années avec les crises économiques et les problèmes qu’ont connus les pays africains dont le Niger, ce qui les a amenés à réduire les budgets accordés à l’Education…. ». En concluant que c’est le niveau très bas de certains enseignants et leur manque de qualification qui est la cause de la baisse du niveau des élèves.

Pourtant, à l’avènement de la Renaissance, il était annoncé «… 2011, était l’heure « d’arrêter la liste des Républiques Gondwanaises », de suspendre le décompte des années perdues… Homme de principe, Mahamadou Issoufou est aussi réputé être un homme de parole…». Et les « Renaissants » n’avaient de cesse de rappeler régulièrement et sans retenue aucune, qu’en 5 ans de gouvernance de 2011 à 2015 ils avaient fait tout en toutes matières plus que tous les régimes qui se sont succédés depuis l’indépendance. Tout se passe comme si les « Renaissants » n’ont aucune responsabilité dans l’avènement de ce tsunami de notre système éducatif.

Alors questions :

1- Le ministre se rappelle t-il que l’ajustement que a commencé au Niger depuis plus de 30 ans au lieu de 20, suite à la chute des cours de l’uranium en 1981, avec au tout début l’Accord de confirmation annuel en 1983, puis le Programme d’Ajustement du Secteur des Entreprises publiques (PASEP) 1984-1986 suivi d’au mois 6 autres programmes ;

2- Le ministre se rappelle-t-il d’un bénéficiaire d’un gros cadeau de départ volontaire qui, sitôt parvenu aux affaires, avait accepté de signer avec les sociétés de la filière uranium en 1993 pour le compte de l’Etat du Niger une convention minière libellée en monnaie locale (Fcfa). Une dévaluation du Franc CFA de 100% quelques mois après en janvier 1994, a définitivement mis le Niger KO, et pour longtemps ? La Balance des biens et service déjà déficitaire en 1993, s’étaient dégradée en 1994 de 58,5 milliards de fcfa (120%), passant de -48,6 à -107, 1 milliards de fcfa soit -120% de 1993 à 1994 (BCEAO) ;

3 – Le ministre peut-il se rappeler des forces politiques qui, avant, pendant et après la Conférence Nationale Souveraine, avaient refusé l’application du programme d’ajustement structurel sans pour autant proposer des mesures alternatives, posture qui a eu pour effet d’accélérer la précarisation de l’économie et partant de la situation de l’enseignement ? Qui ne se souvient pas de(s) auteur(s) du slogan (orphelin ?) de 1992, « Taiwan ou le chaos » ?

4 – Le ministre se rappelle-t-il des partis et hommes politiques qui avaient politisé à outrance le corps enseignant, les élèves et étudiants pour en faire sa clientèle politique privilégiée dans le seul but de conquérir le pouvoir pour ensuite délaisser le secteur sitôt parvenus à leurs fins ?

5 – Le ministre se rappelle-t-il qu’en 1993 et 1994, les salaires et traitements absorbaient la quasi-totalité des recettes fiscales nationales et que cette situation catastrophique des finances publiques avait abouti à la plus longue grève de l’histoire des syndicats des travailleurs du Niger de 52 jours ?

6 – Les ressources affectées au pléthorique personnel politique généré par la « Renaissance » (députés, ministres du gouvernement, ministres-conseillers, conseillers et autres chargés de mission) et les charges récurrentes qu’il entraîne, n’auraient t’elles pas permis d’impacter plus efficacement la qualité de l’enseignement ?

7- Le ministre a-t-il la certitude que les ressources générées par l’initiative PPTE de 2001 jusqu’en 2021 soit plus de 890 millions de dollars EU de réductions de dettes (près de 445 milliards de FCFA) accordés en contrepartie de l’application des mesures douloureuses de la FASR et qui devaient être affectées aux secteurs sociaux, l’ont été avec efficience ?

8 – Le ministre a-t-il entendu et réagi aux propos de Nouhou Arzika, acteur majeur de la Société civile, qui a affirmé que toutes les infrastructures (les scolaires incluses), ont été surfacturées depuis peu à au moins 30%.

9 – Quid des militants engagés par les partis comme contractuels de l’enseignement sans qualification en guise de récompense ?

10 – Pourquoi le ministre n’aborde-t-il pas l’abandon de la méthode PPO (Pédagogie Par Objectifs) par les gouvernements successifs depuis 2010instaurée suite à l’adoption de la Loi d’orientation du Système Educatif Nigérien (LOSEN) et appréciée des Enseignants au profit de l’APC (Approche Par les Compétences), puis très récemment l’APS (Approche Par les Situations) ;

11 – Le ministre a-t-il volontairement omis d’évoquer la non-application des mécanismes de contrôle de la qualité aussi bien des enseignements que des enseignants prévus par la Loi d’Orientation du Système Educatif Nigérien (LOSEN) ? Le ministre sait que les départs anticipée des enseignants à partir de la fin des années 90 a permis de générer des centaines d’écoles privées à travers tout le permis avec des promoteurs de qualité : son objectif initial. Et le saucissonnage des ministères en charge de l’enseignement qu’en pense-t-il en terme d’efficacité ?

Le ministre Marthé sait pertinemment que ce ne sont pas les seuls « énormes moyens financiers investis ces dernières années sans audit ou prise en compte de l’aspect qualitatif qui pourraient relever le très bas niveau des élèves. Dépenser pour dépenser, sans se soucier de l’efficacité de la dépense n’a jamais produit un bon résultat nulle part. Dans toute l’approche du ministre l’aspect qualitatif du système a été occulté. Il ne parle que des moyens mis à la disposition du système.

Imputer cette grave situation au seul « manque de qualification et aussi au très bas niveau chez certains enseignants » est certainement très court comme argument. Et la solution préconisée consistant à former ou « formater », les enseignants est tout aussi insuffisante. Au fait où en est-on avec l’audit de la très efficace HALCIA sur les enseignants contractuels dont la publication promise pourrait permettre de voir plus clair quant à la liste exhaustive des enseignants faussaires de diplômes aux vraies causes de la baisse de niveau et aux mesures à prendre pour y remédier.

Avec les précédentes réserves émises sur le diagnostic du mal qui ronge le système éducatif nigérien, saluons tout de même, le mérite du ministre Marthé qui aura eu le courage comme le diraient nos cousins ivoiriens de « poser la balle à terre », comme l’a fait avant lui le ministre de la Santé. Administrer une piqûre de rappel mémorable au chef de l’administration avec la plus grosse seringue du plateau, il faut le reconnaître, n’est pas à la portée donné à n’importe quel ministre, au nom de la célèbre formule du ministre démissionnaire, Jacques Chevènement, connue de tous : « Un ministre, ça f…. sa g…ou ça démissionne. »

Pour ce qui est du remède de cheval à administrer au malade en vue d’une solution idoine, il ne sera efficace que si les acteurs acceptent de jouer la transparence et d’en payer le prix : la chirurgie lourde consistant à amputer du corps malade, les branches mortes ou gangrénées pour éviter « la métastase ». Le ministre devrait garder en mémoire qu’en septembre 1998 le premier projet sectoriel du projet d’appui à l’enseignement de base du Groupe de la Banque Africaine de Développement (BAD), en conformité avec les orientations, dont l’objectif était le développement du secteur de l’éducation et de la formation au Niger.

Les pistes de solutions envisagées pourraient être entre autres :

–          Un diagnostic sans complaisance de l’ensemble du système impliquant tous les acteurs concernés appuyés par des spécialistes de tous les bords, je précise bien de tous les bords ;

–          La dépolitisation du système éducatif et son adaptation à l’environnement socio culturel en privilégiant une approche qualitative du système en usant du benchmarking (comparaison par régions, par pays par zones africaines) pour une efficience maximale, le système étant évaluer africain voir mondial ;

–          L’introduction des langues nationales dans les premières années d’initiation puisque le procédé a fait ses preuves dans certains pays comme le Sénégal ;

–          L’allocation d’une part importante du budget à la hauteur des efforts à fournir pour la refondation de notre système éducatif et non pas d’un simple rattrapage d’un retard quelconque ;

–          La prise de mesures législatives en renforçant la LOSEN en vue de sévir contre les récalcitrants et autres pollueurs du système (faux diplômes, absentéisme, enseignants fictifs, etc…).

Car, ne l’oublions pas, la première richesse d’un pays, ce sont ses hommes.

Dans les années 60 quand on entendait s’exprimer Diori, Boubou, Kaziendé, Noma Kaka, Souleymane Ly ou Mai Maigana, on se demandait si un jour on pourrait devenir ministre ou même directeur dans le pays Niger, tellement leur langage était châtié.

Aujourd’hui avec les nouvelles valeurs mises en avant par nos compatriotes, sûr qu’ils attribueraient plus le prix Nobel d’économie ou de Sciences politiques ….à Zakai plutôt qu’à PHD Maiyaki ou Sanoussi Jackou.

À propos de l'Auteur

Djibrill Baré Economiste – Auditeur – Membre de l’IIA (Institute of Internal Auditors) Militant de l’Ecole Publique – Fils d’Instituteur, né et grandi dans une Ecole Publique

À propos Administrateur

33 plusieurs commentaires

  1. Djibril Baré est juste nostalgique du régime de son grand frère. Dans toutes ses sorties, il fait des crochets pour dire des choses sur Issoufou. Sinon comment comprendre le rapport entre le montant reçu par Issoufou pour son départ volontaire et la condition actuelle du système éducatif nigérien. Moi j’aurais même voulu qu’il nous dise exactement le montant reçu par Issoufou et son salaire mensuel avant son départ. Comme cela le montant sera examiné non pas sur une base absolue mais sur une base relative. Car à l’entendre parler c’est comme s’il a fallu vider tous les comptes de la société pour le départ volontaire d’Issoufou. Vous aviez fait votre temps avec vos « choses ». Critiquez objectivement les autres n’est pas mauvais. Mais le mal est qu’en dépit du fait qu’il veuille se faire passer pour un professionnel, pas une seule fois il n’a eu à dire une seule chose mal faite sous leur régime. C’est toujours de la politique.

  2. Et toi tu mérites quoi ? Un faux diplôme ou quoi ?

  3. toi djibril barè tu mérites d être fessè ;;;;;;;;;

  4. HABA KOUMA tu permets ?
    Martyrs ? Vous dit martyrs ?
    1. Mais de quels martyrs parle –t-on ?
    2. Martyr pour martyr cessons donc de martyriser notre pays
    3. Martyr pour martyr cessons de martyriser notre système éducatif
    4. Martyr pour martyr cessons de martyriser nos enfants
    5. Cessons d’envoyer nos enfants dans les rues pendant que les enfants des autres pays sont en classe en train de se former
    6. Cessons donc d’encourager les années blanches dans notre pays au moment où tous les pays de la sous-région ont déjà mis leur système éducatif à l’abri des conjonctures politiques
    7. Arrêtons de blaguer avec l’avenir de nos enfants.
    8. MARTYRS ? VOUS AVEZ DIT MARTYRS ?
    9. Pour l’heure ce sont nos enfants qui sont les martyrs.
    10. Pour l’heure les seuls vrais martyrs ce sont nos enfants
    11. Le seul vrai martyr c’est le Niger
    12. Le vrai martyr, le seul vrai martyr c’est ce pays dont les enfants sont incapables d’agir ensemble pour construire l’avenir, leur avenir
    13. Le seul vrai martyr c’est ce pays, immensément riche dont les enfants, par médiocrité, par manque de scrupule, par leur haine réciproque viscérale, par lâcheté, par égoïsme restent dans la zizanie, dans les insultes
    14. Le seul vrai martyr réellement c’est le Niger, pays maintenu dans la misère, le sous-développement par les comportements de ses propres enfants.
    15. Ce Pays condamné par ses propres enfants à demeurer dernier de toutes les nations du monde en termes du développement c’est-à-dire en termes de revenu, de santé et d’éducation.
    16. MARTYRS ? VOUS AVEZ DIT MARTYRS ?
    17. Donc les plus hautes autorités du pays ont décidé d’agir dans le domaine éducatif
    18. Mais que constate –t-on ?
    19. Des insultes qui fusent de partout
    20. La traditionnelle zizanie qui refait surface
    21. Les accusations qui se multiplient
    22. Finalement pour certains, l’important ce n’est pas le débat sur le système éducatif
    23. L’important ce n’est pas le débat posé sur le comment faire comme les autres : assurer une meilleure éducation à nos enfants
    24. MARTYRS ? VOUS AVEZ DIT MARTYRS ?
    25. Pour certains l’important ce n’est pas l’avenir des enfants du Niger
    26. Pour certains l’important ce n’est plus sortir notre système éducatif de son délabrement
    27. Pour certains ce qui est important c’est la zizanie
    28. Pour certain l’important ce sont les insultes, c’est insulter nos dirigeants. Mais pourquoi ? Mais parce qu’ils sont dirigeants ?
    29. Pour certains l’important c’est de voir notre pays tourner en rond
    30. Pour certains l’essentiel c’est de voir notre système éducatif sombrer davantage
    31. MARTYRS ? VOUS AVEZ DIT MARTYRS ?
    32. Mais pourquoi donc continuer à martyriser un pays, un système éducatif déjà martyrisés ?
    33. Mais pourquoi tout cet esprit destructeur ?
    34. La réponse la plus probable à ces interrogations c’est la conquête du pouvoir
    35. Et on le sait déjà : chez nous tous les coups sont permis dans la lutte pour le pouvoir
    36. Chez nous, l’avenir de nos enfants ne compte pas quand on cherche le pouvoir
    37. Faut-il donc que chacun d’entre nous attende que nos oncles, nos grands-pères respectifs soient aux affaires avant d’appuyer la mise en œuvre des réformes structurelles qui urgent pour sauver notre ?
    38. NON NON NON MILLE FOIS NON
    39. L’inconscience doit avoir des limites
    40. Le manque d’honnêteté doit avoir des limites.
    41. Arrêtons donc la confusion
    42. Les nigériens n’attendent des sauveurs
    43. Les nigériens savent que c’est à eux de sauver leur pays collectivement
    44. Ce gouvernement a mis le doigt sur le vrai problème.
    45. Ce n’est pas la peine de spéculer
    46. Aidons- le pour avancer
    47. Cessons de lui mettre les bâtons dans les roues.
    48. Marthé a posé le vrai débat.
    49. Agissons avec lui, avec le gouvernement pour sauver ensemble nos enfants de cette situation dont nous sommes collectivement responsables.
    50. Dans cette optique chaque minute de retard c’est une éternité
    51. Chaque minute de retard nous approche du chaos
    A Bon entendeur….

    • HABA KOUMA le blabla c’est bien, mais tu proposes quoi ?
      tout ce qu’un observateur neutre comprend c’est que manges dans la marmite du gury.
      Donc changes de discours pour être compris.
      Notes Bien : Un ministre de l’enseignement primaire seul (il yen a deux autres) ne peut pas seul avoir la solution du problème de l’enseignement au Niger.

      • En demandant ce que je propose que montres ton aveuglement par la haine.
        Toi tu manges dans les mans de qui? Tu pyromane te lâche sans doute;

  5. Marthe, comme tu est un grand pédagogue, n’est-il pas plus pertinent de commencer a évaluer les compétences et le niveau des membres du gouvernement et institutions qui nous dirige avant de penser aux pauvres enseignants qui ne coute pas grand chose a l’Etat et que vous n’arrivez même pas a payer?
    STP, soumet cette proposition au PM et PRN

  6. La brigade des martyrs

    Monsieur le président, nous sommes au regret de vous annoncer une fois de plus que nous, enseignants du primaire en général et inspecteurs de l’enseignement de base en particulier sommes navrés que vous soyez sourds à nos appels, ceux de vous voir agir pour le bien –être du Niger et des Nigériens en débarrassant le ministère de l’enseignement primaire de ce nul et incompétent ministre appelé Marthé et ses conseillers de malheur en tête de qui se trouve démon de SIDIKOU GADO SABO actuellement en ballade inutile dans le pays, un personnage sans honte, sans vergogne et sans scrupule aucun, secondé par le menteur de Maman Garba qui , à l’entendre parler, PESTALOZZI et ZAZZO les plus grands pédagogues de l’histoire n’auraient pas mieux fait que lui dans le domaine de l’éducation. A cette liste, il faut ajouter ALIOU, l’as des sots (DES AS SOTS), chargé des courses des membres de la famille des ministres en charge de l’enseignement primaire d’hier à aujourd’hui et la toute confuse DFIC, rentrée dans la danse au dernier moment et qui tente aveuglement de garder son poste par une soumission et allégeance totale au roi Marhé, une place qu’elle n’a jamais méritée sur tous les plans. Ce clan de faucons crée déjà des mécontents au sein du ministère et que la batail est désormais âpre entre les forces occultes qui entourent le Ministre, mais qui malheureusement ne lui donnent que de mauvais conseils comme par exemple « comment détourner les fonds alloués à l’éducation des enfants Nigériens » de son entourage, ce sont les mieux écoutés. La deuxième catégorie est composée de ceux qui sont soucieux de l’avenir du Niger et qui sont pleins d’initiatives tendant à améliorer la qualité de l’enseignement. Ces conseillers, aux intentions nobles sont diabolisés parce que Mathé ne pense qu’à s’enrichir et que la qualité de l’éducation qu’il chante à tout bout de chemin n’est que sur ses lèvres mais jamais au fond de son cœur. Amasser de l’argent est l’unique et le seul objectif de ce ministre qui a compris qu’il n’a aucune capacité à diriger ce noble ministères, et pour vous divertir monsieur le Président il s’est imaginé des stratégies, celles de : provoquer les inspecteurs, provoquer les autres ministres en charge de l’éducation, provoquer les parents d’élèves, provoquer les enseignants et le voilà au paroxysme de ses incessantes provocations en provocant les syndicats d’enseignants. Comment dans cette situation peut-on avoir la qualité lorsque, au sein d’un même ministère les acteurs et les responsables ne se saluent même pas tellement que les divergences ont atteint un degré où il est impossible d’atteindre un quelconque objectif, en tout cas pas avec un personnel divisé ? Monsieur le président, faites commanditer une enquête discrète, vous comprendrez que Marthé est aujourd’hui le ministre le plus corrompu du Niger et que les quatre (4) diables qui l’entourent sont respectivement deuxième, troisième, quatrième et cinquième. Pour preuve, il a rédigé lui-même une correspondance interdisant les directeurs centraux d’aller en mission, et pour mieux suivre sa mise en application, il s’arroge les prérogatives de signer les ordres de missions de cette catégorie d’agents. Les intéressés ayant compris le monsieur, ils l’ont trouvé à la maison avec une importante somme d’argent, une infime partie de la moisson que leur procurent ces missions dont la plupart des cas le nombre des jours les taux officiels de traitement sont exagérément rehaussés. Il arrive même qu’une personne soit en mission dans plusieurs localités, voire plusieurs pays différents et les mêmes jours. Votre ministre depuis ce jour n’a jamais rien dit par rapport à cette correspondance qui n’a été appliquée une seconde (nous vous montrerons ladite correspondance dans notre prochaine édition). C’est ce type-là, monsieur le président qui traite les inspecteurs de voleurs et les enseignants d’incompétents, le ridicule ne tue vraiment au Niger.
    Nous avons solliciter votre excellence il y a quelque mois de cela de faire changer de portefeuille à Marthé pour nous mettre à l’épreuve lui et nous et vous verrez qui sera le premier à avoir de problèmes, si vous ne pouvez pas le débarquer carrément de votre gouvernement et au cas où vous pensez qu’on peut atteindre quelque chose de bon avec lui. Sinon, nous lui avons promis de le faire échouer par tous les moyens. Aujourd’hui encore, nous réitérons nos vœux de vous voir agir pour sauver notre pays que nous savons que vous aimez beaucoup en dessaisissant ce Marthé de l’enseignement primaire et ses acolytes que nous n’aimons plus voir dans notre système. Autrement il ne faut pas compter sur nous pour relever le défi de la qualité tant souhaitée. Il n’est pas possible de travailler avec des gens qui n’ont aucun respect pour vous.
    Aux syndicats d’enseignants, nous les soutenons jusqu’au sacrifice ultime.
    Aux enseignants, nous leur demandons de rester sereins et prêts pour d’éventuels combats en vue de faire échec aux voleurs de l’argent destiné à éduquer les enfants nigériens.
    Aux Conseillers pédagogiques et inspecteurs de ménager beaucoup les enseignants en fermant les yeux sur tout ce qu’ils font, surtout que vous êtes privés de tous les moyens pour faire fonctionner au strict minimum vos services.
    Aux parents d’élèves de sortir de leur mutisme pour imposer au président de la république de sauver l’avenir nos enfants en chassant les voyous d’Etat hors de notre système, l’intérêt de tout le Niger en dépend.
    A toutes et à tous les Nigériens, sans distinction aucune de nous soutenir à sauver ce pays d’une descente aux enfers certaine.

    • 1. Quels martyrs ?
      2. Arrêtons de blaguer avec l’avenir de nos enfants.
      3. Pour l’heure ce sont nos enfants qui sont les martyrs.
      4. Pour l’heure les seuls vrais martyrs ce sont nos enfants
      5. Le seul vrai martyr c’est le Niger
      6. Le vrai martyr, le seul vrai martyr c’est ce pays dont les enfants sont incapables d’agir ensemble pour construire l’avenir, leur avenir
      7. Le seul vrai martyr c’est ce pays, immensément riche dont les enfants, par médiocrité, par manque de scrupule, par leur haine réciproque viscérale, par lâcheté, par égoïsme restent dans la zizanie, dans les insultes
      8. Le seul vrai martyr réellement c’est le Niger, pays maintenu dans la misère, le sous-développement par les comportements de ses propres enfants.
      9. Ce Pays condamné par ses propres enfants à demeurer dernier de toutes les nations du monde en termes du développement c’est-à-dire en termes de revenu, de santé et d’éducation.
      10. Donc les plus hautes autorités du pays décident d’agir dans le domaine éducatif précisément et que constate –t-on ?
      11. Des insultes qui fusent de partout
      12. La traditionnelle zizanie qui refait surface
      13. Les accusations qui se multiplient
      14. L’important ce n’est pas le vari débat
      15. L’important ce n’est pas le débat posé
      16. C’ n’est pas l’avenir de nos enfants
      17. L’important ce n’est plus sortir notre système éducatif de son délabrement
      18. L’important c’est la zizanie
      19. L’important ce sont les insultes
      20. L’important c’est de tourner en rond
      21. Faut-il donc que chacun d’entre nous attende que nos oncles, nos grands-pères respectifs soient aux affaires avant d’appuyer la mise en œuvre des réformes structurelles qui urgent pour sauver notre ?
      22. NON NON NON MILLE FOIS NON
      23. L’inconscience doit avoir des limites
      24. Le manque d’honnêteté doit avoir des limites.
      25. Arrêtons donc la confusion
      26. Les nigériens n’attendent des sauveurs
      27. Les nigériens savent que c’est à eux de sauver leur pays collectivement
      28. Ce gouvernement a mis le doigt sur le vrai problème.
      29. Ce n’est pas la peine de spéculer
      30. Aidons- le pour avancer
      31. Cessons de lui mettre les bâtons dans les roues.
      32. Marthé a posé le vrai débat.
      33. Agissons avec lui, avec le gouvernement pour sauver ensemble nos enfants de cette situation dont nous sommes collectivement responsables.
      34. Dans cette optique chaque minute de retard c’est un éternité
      35. Chaque minute de retard nous approche du chaos
      ALLAH protège notre pays de nos médiocrités
      ALLAH guide nous avec Ta Lumière Divine

    • Rien, absolument rien que des affirmations, sans preuves.
      Comment un vrai musulman peut -il attaquer quelqu’un de manière aussi gratuite.
      Tout simplement pour faire mal.
      Et rien, absolurent sur la question de fond.
      Il n’y a qu' »au Niger qu’on rencontre un tel degré d’inconscience sur des question aussi vitale.

  7. mettre les gens qu’il faut a la place qu’il faut c’est ça l’idée. Au niger on aura toujours des problèmes qui ne trouverons jamais de solution tant qu’on appliquerai pas cette règle.

  8. Foulani

    1. J’ai l’habitude de te lire. Sans être toujours d’accord ;
    2. Mais c’est l’une des rares fois où tu n’as pas été objectif.
    3. Contrairement à ce que tu dis, Marthé a les qualités pour être ministre de l’éducation nationale.
    4. Évitons de faire en sorte que la haine nous ferme les yeux et nous empêche de voir l’essentiel.
    5. Pensons à ALLAH notre Créateur..
    6. Pensons au Niger et à son avenir.
    7. Dans ce pays, vrai ou faux, nous nous traitons tous de voleurs, nous traitons nos dirigeants de voleurs, tous nos dirigeants de tous les noms d’oiseau.
    8. Qui est voleur qui ne l’est pas ?
    9. Moralité à ce rythme nous ne pourrons rien faire ensemble.
    10. Car je suis un voleur, tu es un voleur, il est voleur, nous sommes voleurs, vous êtes voleurs, ils sont voleurs…
    11. Que faire dans ce cas? Rien.
    12. Et nous tournons en rond.
    13. En un mot nous risquons de rester là où nous sommes.
    14. Dans tous les pays du monde il y a des voleurs.
    15. Mais dans ces autres pays on ne jette pas les bébés avec l’eau de bain
    16. Dans ces pays on n’attend pas que des prophètes prennent le pouvoir pour avancer
    17. Au Niger la haine réciproque nous empêche d’avancer.
    18. Le débat, une fois encore est de savoir comment sauver notre système éducatif.
    19. Si chacun veut attendre que son parent soit au pouvoir pour agir dans le bon sens, ça va être la catastrophe pour notre avenir.
    20. Nous ne pouvons pas être tous présidents,
    21. Pour le moment c’est Issoufou qui est président,
    22. Alors prions qu’il n’échoue pas. Sinon c’est le Niger qui aura échoué
    23. Nous ne pouvons pas être tous ministre de l’éducation
    24. Pour le moment c’est Marthé qui est Ministre de l’éducation
    25. Faisons en sorte qu’il n’échoue pas. Sinon c’est encore le Niger qui aura échoué, c’est-à-dire nos enfants….

  9. Un mort ne ferait il pas mieux que issoufou ? Au moins notre argent et les biens du Niger en France et aux USA seront épargnés.

    • Pauvre ANDILO
      Un conseil:
      Evite des idées négatives. A force de souhaiter la mort de quelqu’un tu risques de trébucher sur ta propre mort.

      ALLAH protège nous de la haine
      ALLAH protège notre pays de nos médiocrités
      ALLAH Fais de nous les instruments de Ta volonté.
      AMEEEEN!

  10. De toute façon toutes les idées convergent vers le même objectif: assurer un enseignement de qualité et non de quantité.

    • Les deux. Avec l’étendue de notre territoire il nous faut encore 5 à 10 fois plus de nigériens pour avancer vers le progrès.
      Exemple avec 800 000 KM2 le Nigeria fait 10 fois plus d’habitants que le Niger.
      Ayant de grosses ambitions. C’est ALLAH qui est le meilleurs de donateurs

  11. Vous avez dit politisation?
    Nous y sommes déjà.
    Comme quoi l’inconscience n’a pas de limites dans notre pays.
    Voilà pourquoi les autres avancent quand nous reculons.
    Nous ne pouvons faire consensus sur rien du tout
    La preuve même créer un avenir pour nos enfants nous amusent.
    ALLAH protège le Niger de nos médiocrités

  12. Faites comme Djibril; il a sans doute dit ce qu’il pense mais a fini par proposer.
    Une fois encore la question est vitale et urgente.
    Et s’il y une question sur laquelle nous devons plancher sans arrière-pensées c’est celle-ci.

  13. Le Ministre n’a acusse personne, il pose un diagnostic, au lieu de vous en prendre a lui, il faut juste faire de proposition pour ameliorer les choses. On connait tout l’historique qui a conduit a cette situation, mais on a jamais pense avent les evaluations realize par le Ministere que le niveau des enseignat et des eleves etait si mauvais. Nigeriens apprenez a accepeter les evidences au lieu de toujours vous complaire dans un attitude iganrde de vaine justification ou j’allais dire gesticulation. le Constat est la!! trouvons les solutions c’est cela qui estle plus important.

    • Vous avez raison.
      Mais vous connaissez les nigériens. Nous préférons toujours détruire que de construire.
      Et c’est toujours plus facile de détruire que de construire.

  14. Restons positifs
    Pensons à nos enfants
    Évitons les insultes
    C ‘est trop sérieux.
    Pensons à notre pays.
    Aidons celui qui est là en le félicitant pour ce qui est de bon et en faisant de critiques et des propositions constructives
    Nous avons trop perdu du temps. Et le Ministre actuel a l’avantage de poser le débat,

  15. Né et grandi dans une école privée

     » Un ministre, ça ferme sa gueule. Et si ça veut l’ouvrir, ça démissionne!  »
    Cette citation serait attribuée au ministre de la recherche et de l’industrie (1982-1983) sous Mitterrand, JEAN-PIERRE CHEVENEMENT et non JACQUES Chèvement.
    Djibril Baré, il faut aller réviser ton histoire de l’actualité française!

  16. Le Dr Marthé fait du mauvais sang pour rien. Le niveau scolaire était trop bas depuis de longues dates. Vous trouverez dans toutes les administrations du Niger que plus de 60% des cadres supérieurs ne savent pas rédiger des rapports. Aux lycées et dans les universités des élèves et étudiants qui ne savent pas rédiger des lettres et des mémoires. Mr le Ministre vous programmez tester les enseignants, il faudrait d’abord tester les examinateurs, les Inspecteurs, les conseillers.

    • Honnêtement nous ne pouvons pas accuser le pouvoir actuel d’être seul responsable d’une situation aussi structurelle que celle de notre système éducatif.
      Le faire c’est faire, une fois encore la même chose que pendant toutes ces années: la politique politicienne.
      Remercions Marthé pour avoir osé.
      Saluons son courage d’avoir osé
      Encourageons le pour encore mieux faire.
      Prions ALLAH pour qu’IL lui donne la force et la lumière de mieux faire dans l’intérêt de nous tous..
      Ce sont nos enfants qui gagneront
      C’est le Niger qui gagnera
      Une fois encore c’est de l’avenir de notre pays qu’il s’agit.

      • Mais le problem est que Marthé le fait pour detourner le fond qui est déjà mis dans ce cadre par le bailleur. Il le fait pas pour le bon sens du developpement de la structure educative. Si nous voulons etre Claire, quelle competence a Marthé pour occupier le poste du minister de l’education?????? Que Dieu nous sauve, ameen

      • Je crois que Djibrill n’a pas accusé le pouvoir actuel, il dit que la crise date de plus de 30 ans et non 20 ans et que le plus grave est la convention minière signée en FCFA en 1993 par Issoufou après un cadeau de départ reçu en 1991

  17. Belle analyse. Et de très bonnes propositions de sortie de la crise.
    Mais il nous faut, une fois encore éviter ce qui nous a toujours retardés à savoir le fameux principe de « ce n’est pas moi le responsable, c’est le voisin » et le fait de mettre la politique dans tout.
    Cessons de chercher le pouvoir sur les cadavres de nos enfants
    Agissons comme les sénégalais qui ont mis leurs système éducatif à l’abri de la politique politicienne
    Reconnaissons que la situation est trop grave pour nous mettre à nous insulter

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*