Accueil / ACTUALITE / Culture: quels sont les objets d’arts volés et pillés au Niger pendant la Colonisation ?

Culture: quels sont les objets d’arts volés et pillés au Niger pendant la Colonisation ?

Le « Rapport sur la Restitution du patrimoine africain » remis il y a quelque jours au président Français Emmanuel Macron a établi l’inventaire de dizaines de milliers d’œuvres qui ont rejoint les collections françaises après avoir été volées, pillées ou achetées à bas prix pendant la période coloniale (1865-1960). On parle de plus de 45 000 oeuvres qui avaient quitté le continent durant cette période.

Plusieurs pays dont le Bénin, le Sénégal, mais aussi la Cote d’Ivoire ont demandé à la France la restitution des œuvres issues de leurs pays respectifs. Le Burkina Faso aussi. Selon Jean Paul Koudougou, secrétaire général du ministère Burkinabè de la Culture, Ouagadougou attend la restitution d’approximativement 1088 objets présents dans les institutions patrimoniales françaises.

Qu’en est-il de notre pays le Niger connu pour sa richesse culturelle? A-t-on un inventaire complet des objets d’art qui avaient quitté notre pays pendant la période coloniale? A ‘l’instar des autres pays africains, le Niger est-il prêt à demander la restitution de son patrimoine culturel volé et pillé pendant la colonisation? Y-a-t-il des dispositions particulières prises dans ce sens par le Ministère de la Renaissance Culturelle, Arts et Modernisation Sociale?  “ Pour réclamer à la France nos oeuvres, il faut d’abord en dresser un inventaire, il faut d’abord les connaître. Or à ma connaissance, ce travail n’a pas effectué dans notre pays” estime un expert interrogé sur cette question.

Il y a plus d’un an rappelle-t-on, le président français s’était engagé à restituer le patrimoine africain au continent. “Je veux que, d’ici à cinq ans, les ­conditions soient réunies pour des restitutions temporaires ou définitives du patrimoine africain en Afrique” avait notamment déclaré M. Macron lors d’un discours à Ouagadougou. Mais a Paris, cette decision ne fait l’unanimite car les musées français vont être vidés de leurs collections .

Aux dernières nouvelles, le gouvernement français  a fait marche arrière. « Notre objectif est très clair : les jeunes Africains doivent avoir accès à leur patrimoine, mais aussi à celui de l’humanité. Cela passe par des restitutions, mais aussi par des prêts, des dépôts à long terme, des expositions, des échanges d’ingénierie muséale. Il ne s’agit pas de vider les musées, mais de travailler étroitement avec eux sur l’objectif de faire circuler les œuvres », a dit le ministre français de la Culture, Franck Riester dans article de l’AFP qui cite un entretien avec l’hebdomadaire Journal du dimanche.

À propos de l'Auteur

Maaroupi Elhadji Sani

À propos Administrateur

7 plusieurs commentaires

  1. En dehors de cela, L’Europe en particulier la France a beaucoup de dettes envers les Africains.

  2. le Niger se doit de réclamer maintenant un progrès intellectuel afin de fouir pour de bon cette ignorance empiriques qui était la cause de la disparition de nos œuvre d’art.

    Des outils perfectionnés pour exploiter nos terres ainsi que les gisements méconnus qu’elles renferment.

  3. Nous exigeons le retour de nos 200 millards de CFA en attendant,

  4. La France tant enfin la main grâce a Macron quant à la restitution des œuvres d arts africain aux Africains,et nous traînons les pieds.et dire kil y a un ministère …de la Renaissance culturelle

  5. « Qu’en est-il de notre pays le Niger connu pour sa richesse culturelle? A-t-on un inventaire complet des objets d’art qui avaient quitté notre pays pendant la période coloniale? A ‘l’instar des autres pays africains, le Niger est-il prêt à demander la restitution de son patrimoine culturel volé et pillé pendant la colonisation? Y-a-t-il des dispositions particulières prises dans ce sens par le Ministère de la Renaissance Culturelle, Arts et Modernisation Sociale? »

    Au Niger nous n’avons pas le temps de penser aux œuvres d’arts. Nous sommes tellement plongés dans notre quotidien fait d’insulte, d’intrigues et de querelles intestines que nous oublions l’essentiel.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.