Accueil / ACTUALITE / Dans le panier de la renaissance culturelle ! Ministère de la renaissance culturelle : l’initiateur du concept donne du ton !

Dans le panier de la renaissance culturelle ! Ministère de la renaissance culturelle : l’initiateur du concept donne du ton !

La renaissance culturelle a commencé à prendre forme. Enfin ! Le récent forum de validation de ce que sera le concept a été un déclic pour le Ministre Assoumana Malam Issa. Comme le dit un dicton populaire, il n’est jamais tard pour bien faire. Cette redéfinition du programme de la renaissance culturelle nous ré­ conforte dans notre position d’affirmer que la renaissance culturelle vise très loin, au­delà de toutes les activités folkloriques.

Le concepteur du concept a voulu donner au Niger, un nigérien modèle à travers cette politique. Le pays étant mis sous coupe réglée depuis plusieurs années par des fonctionnaires avides de richesse et spécialisés dans les détournements et les fausses factures, il fallait mettre en place un mécanisme solide qui aboutira à la confection d’un nigérien patriote, débarrassé de toutes les tares.

Le pays est soumis à une corruption générale et une dépravation des mœurs dangereuse qui menacent sa survie en tant que Nation. Devant des témoins, les chefs traditionnels dépositaires de nos valeurs ancestrales, le Président Issoufou Mahamadou a rappelé à Assoumana Malam Issa sa mission première, celle d’aider les autres départements ministériels à mettre en place des politiques à même de sauver le pays.

Aujourd’hui, le Niger fait face à des menaces de tous ordres. Sur le plan sécuritaire, pour réussir à garder le pays dans la paix et la sé­ curité, il faut un nigérien nouveau, celui­là qui portera l’idéal du patriotisme dans son cœur, débarrassé de tous les préjugés rétrogrades. L’intérêt du pays doit primer sur toute autre considération.

Le changement de comportement et de mentalité est l’un des maux dont souffre le Niger pour amorcer son développement socio­ économique, politique et culturel. En effet, pour sortir le pays de l’ornière et être parmi les grandes Nations, il faudrait adopter une véritable métamorphose de nos attitudes en faisant la promotion de bonnes valeurs (l’unité nationale, la cohésion sociale, la culture du patriotisme) mais aussi de combattre les contres valeurs (le clanisme, le tribalisme, le régionalisme, la corruption, etc.).

Le Président de la République Issoufou Mahamadou ambitionne, à travers la renaissance culturelle, entre autres, d’apporter un changement de mentalité de la part de chaque nigé­ rien. Pour éviter la crise qu’a connue la société occidentale, le Président Issoufou se veut réaliste :

« La modernisation que nous voulons pour le Niger, c’est la cohésion et la stabilisation de la cellule familiale cimentée par la solidarité qui bannit la paresse, l’oisiveté, la mendicité et la mentalité d’assisté. Nous devons tout faire pour éviter la crise de la famille que connaît l’occident où les parents ont démissionné devant leurs responsabilités et où les enfants abandonnent leurs parents dans des asiles, les condamnant à une mort sociale en attendant leur mort biologique».

La politique de la renaissance culturelle dépasse de loin cette conception qu’avait voulu lui donner son ministre de tutelle. Pour réussir à atteindre les objectifs assignés à la renaissance culturelle, le concours de tous les départements ministériels est fondamental.

C’est au sein de notre administration que se développe la corruption à grande échelle et force est de reconnaître que les fonctionnaires de l’Etat constituent la crème de cette administration. En mettant en œuvre cette politique, il est nécessaire de revoir les procédures de nominations des cadres. Le mérite et la compétence doivent guider le choix politique. Le Président Issoufou donne une orientation au Ministère de la renaissance culturelle à travers ce bout de phrase :

«Les réussites des démocraties modernes sont liées à la force de l’État et leurs échecs à ses faiblesses. Sans être exhaustif, permettez­moi de citer quelques faiblesses de nos institutions, qui constituent un obstacle à la modernisation politique, donc aux capacités de mobilisation collective : la faible capacité de l’appareil judiciaire, la corruption, la faible capacité à lever l’impôt, les menaces des organisations terroristes et criminelles, les replis identitaires notamment le communautarisme, la mauvaise compréhension du rôle des partis politiques et de la société civile, la vaste étendue du territoire avec des zones à faible densité de population ».

Avec ces mots, le Ministre Assoumana Malam Issa a désormais un gros lièvre, les diffé­ rents ministères au sein desquels sont logées toutes les pourritures inimaginables. Il reste que les moyens matériels, financiers et humains doivent être mobilisés pour réussir ce pari de changer les nigé­riens.

À propos de l'Auteur

Ibrahim Amadou (LE HERISSON N°170)

À propos Administrateur

2 plusieurs commentaires

  1. Bonjour à tous,

    Monsieur le ministre,

    Vous avez beau élaboré tous les concepts, toutes les procédures et autres mesures, vous n’aurez pas le résultat escompté tant que vous memes et les autres membres du gouvernement ne vivent pas par leurs valeurs enoncées ou decrites dans ces documents.
    Le president de la republique, le gouvernement et la classe politique doivent etre les porteurs du flambeau, les roles modeles à suivre par leurs comportements quotidiens.
    Le bon exemple doit venir de la tete du pays, donc cette renaissance culturelle doit d’abord commencer au sein de votre gouvernement.

    • Je suis tout à fait d’accord avec vous. L’exemple doit venir d’en haut pour que les autres suivent. Il faut servir de modèle et les autres seront obligés de revoir leurs comportements.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.