Accueil / ACTUALITE / DANS UNE DEMOCRATIE LE PEUPLE NE SAURAIT ÊTRE UN ADVERSAIRE DU GOUVERNANT

DANS UNE DEMOCRATIE LE PEUPLE NE SAURAIT ÊTRE UN ADVERSAIRE DU GOUVERNANT

Une loi est votée par le parlement au nom du peuple et pour son compte.  En tant qu’humains, il est fréquent, en afrique surtout, que le vote des parlementaires soit en déphasage avec les préoccuptions du peuple, on en tient compte dans une démocratie agissante pour que la loi protège l’intérêt général.  l’erreur est huamine dit – on mais y persévérer n’a rien d’humain.

Nos honorables députés avaient voté à chaud, la loi de finances 2018, il leur revient, suite aux premiers effets néfastes de cette loi sur les populations, à froid, de renverser la source de l’injonction pour faire en sorte que le gouvernement retourne à l’AN pour une loi rectificative à même de rétablir l’équité fiscale et le caractère social de notre République.

Aujourd’hui, le débat est clos, les problèmes soulignés par la société civile, document à l’appui, n’étaient pas une vue de l’esprit, ce sont des préoccaptions réelles.

En fustigeant la hausse sauvage des prix de transport, de transfert d’argent et des abonnements télé et en anonçant unilatéralement le gel des tarifications déclarée abusives, nonobstant la libéralisation en vigueur dans notre pays, le gouvernement a, malgré lui, donné raison à la société civile.

il lui appartient, juste, en tant que gouvernement d’un Etat de droit de tirer les leçons en vue de prendre en compte les préoccupations et détresses des citoyens dans une loi rectificative.

C’est vrai, certains esprits continuent à échafauder des théories absurdes et anti – démocratiques, la dernière étant de faire croire que la loi de finances 2018 est un support de souverainté financière de notre pays. Il est important de leur rappeler, pour un passé très récent, en 2017, les ressources extérieures représentaient 34,45% des prévisions budgétaires totales alors qu’elles représentent 37,55% des prévisions budgétaires totales dans cette loi de finances 2018 qui promeut les inégalités sociales. En quoi, la loi de finances 2018, est – elle caractéristique d’une quelconque souverainté financière ?

Notre pays a suffisamment des problèmes (sécurité, école, etc.) pour que le gouvernement se fasse divertir par les adeptes de l’antagonisme avec les citoyens qui ne savent pécher que dans des eaux troubles. Notre pays n’a pas besoin des problèmes supplémentaires résultant des effets de la loi de finances 2018 qui ne sont qu’au commencement car le pire est à venir, la nouvelle tarification de l’électricité n’est toujours pas effective et le plein effet de la loi de finances 2018 s’envisage probablement en mars.

Les deux rencontres du gouvernement avec la chambre de commerce semblent être un signe de fébrilité gouvernementale car quel est le poids d’une décision de la chambre de commerce sur les commerçants dans un pays qui consacre la libéralisation des prix ?

Personne ne refuse l’impôt car aucun Etat ne saurait l’être sans ses ressources internes et les recettes internes fiables sont celles des impôts et taxes. Les contestaions des citoyens portent sur l’inéquité fiscale qui caractérise la loi de finances 2018 qui promeut les inégalités sociales et la gouvernance.

Protégeons notre cause commune, le Niger !

En avant pour une République sociale et démocratique !

À propos de l'Auteur

Elhadji Idi Abdou (Contribution FB)

À propos Administrateur

12 plusieurs commentaires

  1. JEAN JACK ROUSSEAU affirme :  » le peuple sais ce qu’il veut, mais parfois il ne sait pas ce qui l’arrange ». Et Abraham Lincoln définit la démocratie comme:  » le pouvoir du peuple par le le peuple pour le peuple », une belle et concise définition. Mais tout naturellement, la souveraineté du peuple étant une fiction , elle ne peut s’exercer que par le biais d’un homme dans les mains duquel le peuple a placé sa confiance. Cet homme c’est son Excellence Alhaj ISSOUFOU MAHAMADOU Président de la République du Niger. En bon leader politique, le peuple l’a choisi parce qu’il juge qu’il a la qualité et la capacité de veiller à son destin , parce qu’il a la sagesse de dégager une orientation politique de salut pour la prospérité du peuple.
    Certes la loi de finances 2018 a un impact important sur le pouvoir d’achat des nigériens, les contingences de l’économie mondiale ne laissent pas les mains libres aux gouvernants, des mesures d’austérité s’imposent aux finances publiques des Etats. En ce qui concerne les exonérations accordées aux entreprises étrangères, le NIGER dans sa nouvelle politique a du réaménage son code d’investissement afin d’attirer massivement les investisseurs étrangers, qui aura comme retombés à court terme la création des emplois.
    Sinon, aucun gouvernement ne légifère pour faire mal à son peuple, mais seulement, il lui arrive de prendre des décisions difficiles.

  2. Une société civile si vilaine dans les pensées. Franchement, au Niger les acteurs de société si vilaine pensent etre les détenteurs de la vérité et de la bonne moralité. Un pays ne peut se développer et s’organiser sans les impôts. Exigeants une bonne gouvernance et non l’incivisme et la voyoucratie.

  3. Le niger a cesse d´etre une democratie le jour ou Tandja et ses acolytes se sont mis a penser a leur rallonge. Aujourd´hui c´est devenu une dictature odieuse et retrograde des incapables.

  4. toi idi tu es un briquet dans une chambre remplie de bombonnes.longue vie au president issoufou mahamadou

  5. J’ai suivi à la télé un député président des commerçants soutenir fermement la loi des finances. C’est normal pour lui car les commerçants et autres vont récupérer sur le peuple le capital et le bénéfice.

  6. 1. La société civile doit lutter pour améliorer la gestion, c’est une lutte honorable
    2. La société civile doit lutter pour une meilleure orientation des ressources, c’est une lutte honorable
    3. Mais une société civile responsable doit aussi lutter pour une meilleure mobilisation des ressources internes pour les actions de développement
    4. Une société civile doit tenir aux citoyens le langage de la vérité que les hommes politiques sont incapables de tenir à leurs militants –citoyens par lâcheté, par irresponsabilité…
    5. Dans un pays qui se respecte et qui aspire au progrès économique, politique, social et culturel (donc au développement) quelles sont ces tristes vérités à dire aux citoyens?

    • Un pays ne peut vivre sans impôts.
    • Un pays ne peut vivre sans prélèvements obligatoires
    • Un peuple doit supporter les sacrifices nécessaires pour son développement
    • Un peuple ne peut vivre éternellement sur l’épargne des autres peuples
    1. En un mot une société civile crédible doit comprendre qu’il n’y a pas de développement sans sacrifice.
    2. C’est ce que montre l’histoire économique de l’humanité.
    3. Cessons donc de nous dire ce que nous voulons entendre
    4. Cessons donc de croire qu’il y a enfantement sans douleur sans douleur
    5. Évitons de vivre avec la poésie des cocotiers est du sable fin
    6. Regardons la réalité en face
    7. Nous avons tout pour cesser d’être la dernière nation du monde en IDH
    8. ALLAH nous a tout donné pour être parmi les peuples qui gagnent
    9. Et nous sommes pleinement responsables de notre destin
    10. Et nous sommes pleinement responsables de notre histoire
    11. Et nous avons le choix entre les ténèbres et la lumière

    • Quand on voit les sacrifices que les autres peuples ont supportés pour compter au plan mondial, pour mériter le respect d’une part,
      Et quand on regarde notre incapacité à supporter le moindre effort, à accepter le moindre sacrifice d’autre part,

      Quand on regarde notre tendance à vivre constamment dans l’instabilité, la zizanie d’une part
      Et quand on se dit qu’il n’y a pas de développement sans paix, sans stabilité d’autre part
      Quand on voit tout cela, on ne peut s’empêcher de nous poser la question : serons-nous un jour capables de sortir du sous-développement ?

    • Bonjour,

      Il n y a aucun probleme de prelever les taxes et impots, mais malheureusement au Niger ces taxes et impots ne servent qu’à entretenir votre gouvernement pléthorique de plus de 40 ministres, conseillers speciaux (je ne vois meme pas en quoi ils sont speciaux), les institutions de la republique budgetivores, les fonds politiques, etc…..c’est ca la vraie problématique.
      Les ressources du pays ne sont pas illimités, mais il faut les utiliser avec efficacité et efficience. Demander au peuple de faire un sacrifice pour l’avenir du pays n’est pas un problème, mais quand le peuple voit que les retombées de ses sacrifices servent à entretenir une classe de politiciens vereux, inconscients et sans vision pour ce meme peuple, ce etat de fait appel à la revolte.
      Parmi ces politiciens, qui consent à diminuer ses primes et allocations ? Qui en a donné l’exemple ? Jusque la personne, donc arretons de raconter des bobards comme quoi un pays ne peut pas vivre sans impots.

  7. Bien avant le vote de la loi des finances le tarif de transfert d’argent a augmenté de plus de 30% à Al Izza et BNIF. Pendant que vous payez 200 F pour envoyer 10000 F à la poste, le tarif est passé de 300 F à 400 F depuis le mois d’octobre.

    • au delà de la loi de finance qui provoquée la hausse de certains prix , il faudrait surtout mettre en place un système de control de prix au niveau de certains secteur , comme ceux que vous venez de citer.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.