Home ACTUALITE De Zaman lahiya à tankata feri…l’ANDP se déchire…

De Zaman lahiya à tankata feri…l’ANDP se déchire…

Le parti du consensus vit-il ses dernières heures ? Moussa Moumouni Djermakoye a-t-il définitivement tué la poule aux œufs d’or qui lui a permis d’être ce qu’il est aujourd’hui ? Ces questions méritent d’être posées aujourd’hui, après les sorties médiatiques de certains ténors du parti, qui reprochent à leur nonchalant président d’être le tueur silencieux d’un parti qu’il a acquis gracieusement, tout simplement par ce qu’il était le frère du père fondateur.

De 4ème force politique nigérienne aux lendemains de la Conférence nationale souveraine, l’ANDP est devenue aujourd’hui, un minuscule parti politique insignifiant, présent uniquement à Dosso et dans quelques villages isolés de Maradi et Tillabéri. Le grand parti national tant rêvé par Moumouni Djermakoye Adamou est mort, définitivement mort.

Il a été enterré par Dan Dijé qui a imposé un illustre inconnu, (qui n’a jamais milité au sein du parti) à la tête de cette formation politique, tout simplement par ce que le hasard a fait qu’il s’appelle aussi Moumouni Djermakoye. Et depuis lors, c’est la descente aux enfers.

Tous les vrais militants et cadres du parti qui ne chantent pas les louanges de sa célébrissime Moussa sont humiliés, éjectés du parti et piétinés. Les autres sont obligés de se la fermer et de danser la danse du ventre pour la gloire de Moussa 1er.

De guerre lasse et pour mettre fin à la descente aux enfers amorcée, un jeune Député du parti, en l’occurrence Salifou Mayaki a tiré la première sonnette d’alarme dans un post largement diffusé sur les réseaux sociaux.

Il a demandé, sans passer par quatre chemins, au président du Parti Moussa Moumouni Djermakoye de quitter la tête du navire dans les honneurs avant qu’il ne soit débarqué.

En effet, pour Mayaki, le parti va mal, très mal. Il exhorte les uns et les autres à se mobiliser pour redynamiser le parti.

L’ancien Ministre Ali Seini Gado va dans le même sens et tous accusent le directoire du parti d’être le responsable de la déconfiture de Zaman lahiya. La dernière salve vient du Député ANDP de Maradi, Sani Amadou qui s’insurge contre la marginalisation de sa section et l’injustice lors des nominations. Pour le moment, Moussa Moumouni Djermakoye qui n’est pas un homme qui accepte la contradiction, observe et garde un mutisme de cobra.

Sa réaction, de l’avis de ceux qui le connaissent, risque d’être foudroyante. A moins, qu’il ne fasse petit pour une fois et accepte de débattre démocratiquement de tous les maux qui minent l’ANDP Zaman Lahiya. Car, ce parti, ne le perdons pas de vue a été le chantre du consensus sur le plan national.

Feu Moumouni Djermakoye Adamou a toujours privilégié le dialogue et la concertation pour résoudre les différents.

Si hier, ce parti savait si bien faire faire cette politique, pourquoi pas aujourd’hui ? et surtout pourquoi pas à son sein ?

[author ]Namalka Bozari (Web Contributeur) Tamtam Info news[/author]

15 Comments

  1. au Niger, l’expérience a montré que la gestion des partis après les élections constitue un véritable problème. les nominations sont surtout à la base de cette déliquescence, car faisant toujours des mécontents et engendrant aussi des frustrations de part et d’autre. l’ANDP fait malheureusement partie de ces partis qui continuent leur descente vers l’enfer, seulement à cause de la gestion patrimoniale à outrance. D’une élection à l’autre, ce parti continue à perdre de l’électorat pour se limiter à une seule entité, Dosso. c’est vraiment regrettable. Les militants et militantes se doivent donc de convoquer un congrès extraordinaire pour réfléchir et chercher les voies et moyens pour sauver ce qui reste du parti avant toute autre échéance électorale.

  2. Mes chers frères évitez les attaques de ce genre aux responsables comme MOUSSA , Il ne mérite pas ça je ne suis pas de Zaman Lahiya mais en observant de près les politiciens de ce pays ; Rare ceux qui ont sa carrure . Ce député je lui ai connu dans le domaine de communication et après à la FENIFOOT , il a de l’avenir il devrait rester aux cotés de ce sage pour d’éventuels conseils d’usage dans la vie . Je m’excuse au passage .

  3. Eh!! Allah.igorance et misère!!! Salifou amadou versus moussa djermakoye..c’est de la pure publicite pour lui.mais nous t’observons gambader le temps que des vrais animent la politique de ce pays.tu n’auras pas ta place car trop petit tete pour parler au nom du niger.toi qui n’as même pas un bepc legitime.Barthe doit t’arreter.

  4. Zarmaye né:haye koulou kan ga fouh banda windii fourah na ga fouro; autrement dit :tout peut arriver dans ce monde.c’est triste pour ce parti.

  5. Il est vrai qu’il est temps comme pour tous les partis au Niger que les anciens se retirent pour faire la place aux nouvelles générations. Dans ce contexte un homme comme Baraze (actuel Ministre des Mines) repondrait beaucoup mieux aux critères de rassemblement et de consensus qui ont toujours prévalus dans notre parti. Ceux qui s’agitent actuellement ne sont représentatifs que sur facebook et whatsapp. Qu’ils n’oublient pas qu’ils ont été élus sur la liste commune du parti et avec l’adoubement de Moussa Djermakoye. Sans cela ils n’avaient aucune chance.

    1. Tu as raison. Moussa Djermakoye est un grand monsieur. Rappelez-vous lorsque Wanké a tué Baré, Moussa était Chef d’Etat Major de l’Armée. Il était absent du territoire national. Wanké avait envoyé un avion pour le prendre à Ouagadougou. Wanké et son équipe avaient voulu qu’il soit Chef de l’Etat mais il a refusé compte tenu des circonstances dans lesquelles ils (wanké et ses amis) ont pris le pouvoir. Ce ne sont pas des petits voyous de quartier qui vont venir aujourd’hui dénigrer ce monsieur. L’ANDP avait déjà des problèmes du vivant du feu le PF. Au Niger tous les partis connaitront un jour où l’autre des problèmes.

    2. Ce Salifou Mayaki n’est rien qu’un Fanfaron qui se prend pour un super dossolais alors qu’il n’est rien.Ce sont qui prennent l’ANDP en otage à Dosso pour leur propre intérêt. Au lieu de faire des analyses intellectuelles, ils sont derrière un illétre pour foutre du désordre dans le parti.

  6. Je ne sais pas combien Mayaki a donné à ce Namalka pour écrire cet article pussilanime et pestilanciel mais qu’ils sachent tous les deux qu’ils ne trompent personne. Tous ceux qui connaissent Moussa Djermakoye savent que c’est un sage à la carrière et aux moeurs exemplaires (contrairement à notre honorable Salif). Le seul tort que l’on puisse lui reprocher au sein de Zaman lahiya est qu’il ne prenne pas son véhicule pour aller quémander au PNDS des marchés à ses militants ou des postes aux amis de Salif. Tout se résume en fait aux marchés de Communication auxquels Salif n’a plus accès. Et pourtant en tant que Député il sait bien que cela est interdit. Il faut donc débarquer le vieux pour mettre quelqu’un qu’on pourra mieux contrôler. Quelqu’un comme le Haut Commandant qui va à la retraite dans quelques mois et qui espère récupérer le CESOC n’est ce pas?

      1. Insulter le Vieux sur les réseaux sociaux et à travers les journaux ne sont pas les méthodes de l’ANDP mais bien des méthodes importées par des gens qui ne se proclament ANDP que depuis que leur mentor les a lâché en 2013. On l’avait dit à Moussa Djermakoye en 2016 lors de la mise en place des listes legislatives que c’était des chevaux de Troie qui se sont infiltré pour détruire le parti. Djermakoye dans un esprit de rassemblement n’a pas tenu compte. Voilà les conséquences aujourd’hui. Comprenne qui voudra!

  7. Après avoir échoué lamentablement à la Fénifoot, le petit Salif veut s’attaquer à Moussa Djermakoye? Eh Allah! Ego démeusuré quand tu nous tiens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Signature de conventions de partenariat au comité d’organisation Diffa N’Glaa…

Le président du comité d’organisation du 62ème anniversaire de la proclamation de la Répub…