Accueil / ACTUALITE / Décès du l’avocat, Me Kader Chaibou, membre de la cour constitutionnelle : Hommage à une grande figure de la justice nigérienne

Décès du l’avocat, Me Kader Chaibou, membre de la cour constitutionnelle : Hommage à une grande figure de la justice nigérienne

De son vivant il a marqué d’une pierre son passage dans la grande famille judiciaire. Me Kader Chaibou n’est plus de ce monde. Cet avocat émérite, juge constitutionnel puisqu’il est conseiller à la Cour constitutionnelle depuis le 25 mars 2015 s’est éteint le samedi. Il retourne ainsi à son Créateur après avoir vécu pendant soixante-trois (63) ans dans ce bas-monde. Outre la toge, Me Kader Chaibou, manie aussi la plume en tant qu’écrivain.

C’est dire à quel point le défunt a eu une vie professionnelle bien remplie et riche de bons souvenirs, comme l’a dit son collègue Narey Oumarou de la Cour constitutionnelle, dans son oraison funèbre lors de la levée de corps de l’illustre disparu.

Etaient présents à la levée de corps le Premier ministre par intérim, M Abouba Albadé, ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture et de l’Elevage, la présidente de la Cour constitutionnelle et des membres de ladite institution, des membres du gouvernement, ceux de la grande famille judiciaire du Niger et nombreuses personnalités et autres anonymes venus rendre un dernier hommage à l’illustre disparu et l’accompagner dans sa dernière demeure. Dans l’oraison funèbre qu’il a lue, M Narey Oumarou a parlé de la vie professionnelle du défunt. «Une vie qui est un exemple pour les confrères», dit–il car, Kader Chaibou était d’une générosité irréprochable qui lui «permettait d’apporter à ses clients les conseils attendus de lui. C’était un homme qui «excitait la reconnaissance », a dit le conseiller Narey Oumarou paraphrasant Ciceron.

Mais la générosité n’est qu’une des multiples qualités de Me Kader Chaibou. Il en a beaucoup qui suscitaient l’admiration de ses pairs et de ses proches. Ce passionné de l’écriture, maitrisant la langue de Molière est aussi un écrivain qui a écrit des romans et livres, pleins de finesse et de sensibilité. « Ses mots deviendront les nôtres et nous ressentirons l’émotion qu’il a voulue ainsi faire passer » a dit M. Narey Oumarou. Parlant du passage de Me Kader à la Cour constitutionnelle, M. Narey Oumarou a indiqué que Kader n’a pas tardé à s’adapter à l’œuvre de construction de la jurisprudence constitutionnelle pour avoir su prendre activement part au combat pour le droit constitutionnel en montrant et démontrant son talent de juriste pendant ses interventions lors des débats au sein de la cour. Pour Narey Oumarou, le défunt fut un homme qui ne manquait pas d’accomplir des «belles actions par le courage et sans espoir de récompense ».

L’orateur a souligné l’engagement total de Me Kader lors des longues journées de travail pendant la période électoral passée. La mort de Kader Chaibou est une perte énorme pour la famille judiciaire du Niger, les parents, amis et connaissances. Il a laissé un vide qui «n’est pas prêt d’être comblé» a dit Dr. Narey Oumarou qui une fois de plus s’est référé à un autre grand écrivain pour décrire ce que le décès de Kader Chaibou est pour lui. «Un seul être vous manque et tout est dépeuplé» fait de citation.

«Mais ne soyez pas tristes, ne soyons pas tristes, Me Kader Chaibou a fait son chemin et accompli sa destinée», a lancé Narey Oumarou, pour consoler les collègues, parents, amis et connaissances qu’il laisse tout de même orphelins. «Cher collègue Me Kader Chaibou, ta disparition nous laisse orphelins. Mais sache que tu laisses un grand vide chez tous les membres de la Cour constitutionnelle qui t’appelaient affectueusement  »Doyen ». Nous prions pour que Dieu le Tout Puissant t’accueille dans son paradis » a conclu le conseiller Narey Oumarou.

À propos de l'Auteur

Zabeirou Moussa(onep)

À propos Administrateur

6 plusieurs commentaires

  1. Maître Kader Chaibou, que la terre te soit légère..AMEEEEENNNN YA ALLAHOU!
    Pauvre Niger…
    Même les morts n’échappent pas à la haine de certains de tes enfants. Quel pays! ALLAH protège -nous de la médiocrité. AMEEN!
    ALLAH accorde ton pardon à tous les musulmans qui nous ont précédés dans l’au-delà, depuis ADAM jusqu’aujourd’hui.
    Nous qui sommes encore vie protège -nous de la haine, donne-nous l’amour de notre pays, protège notre pays le Niger de nos médiocrités, guide -nous, aide-nous, mets – nous dans ta lumière divine, fais de nous les instruments de ta volonté.

    • 😂😂 avec tes AMEEEEENNNN YA ALLAHOU!, un officiel voleur te dit voila un billet que je t’ai paye pojr le HADJ 2017….. TU NE VAS PAS LUI DEMANDER mais ou as tu trouve l’argent quand je te connaissais dans la deche y a pas longtemps de cela… Ou connaissant que tu ne sois pas un enfant de BILL GATES😊

      Que ton ALLAH accorde Son pardon à seulement les Musulmans qui dans la pratique de tous les jours respectent les injonctions du Coran et des hadiths et ont PEUR DU HARAM ….et condamnent l’injustice sous toutes ces formes…..

      Pas ces dits musulmans menteurs. Hypocrites, voleurs, xenophobes et autres travers

  2. 😕 Donc….. Il est mort de sa belle mort …..Que Dieu a pitié de son ame…….😞

    Mais il avait quoi .. quand l’injustice est devenue justice……’?

    TOH ????? comme il est mort, il ne peut repondre…. Ou bien ? 😑

  3. Certes c’est la triste vérité mais Respectons les morts.. que la terre lui soit légère.

  4. Une grande figure de la justice ne met pas la plus haute instance judiciaire du pays au service d’un individu. J’ignore le souvenir qu’il laisse a la posterite, mais en tout cas ce ne sera pas celui qu’il aurait souhaite apres s’etre rendu complice de la prostitution de la Cour constitutionnelle au profit d’un client: mahamadou issoufou.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*