Home ACTUALITE Déclaration de la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH) sur l’observation de l’élection présidentielle 1er tour couplée aux législatives…

Déclaration de la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH) sur l’observation de l’élection présidentielle 1er tour couplée aux législatives…

La Commission Nationale des Droits Humains (CNDH) a rendu publique, le 1er  janvier 2021, à son siège à Niamey, une déclaration relative à la mission d’observation du scrutin du dimanche 27 décembre 2020. Dans cette déclaration lue par le rapporteur général de la CNDH, M. Moussa Hamidou Talibi, la CNDH a présenté les conclusions de la mission d’observation effectuée par 530 observateurs déployés sur toute l’étendue du territoire. A cette occasion, le Président de la CNDH, Pr Khalid Ikhiri a salué et remercié les partenaires dont les  soutiens ont rendu possible cette mission d’observation.

Le dimanche 27 décembre 2020, le Niger, a organisé un double scrutin à savoir, les élections Présidentielles 1er tour couplées aux législatives. A cette occasion, la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH), conformément à sa mission, et avec l’appui financier de ses partenaires techniques tels que la CENI, l’OIF, le Bureau du Niger du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Droits de l’Homme (HCDH) et le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), a mis en place un Centre de Monitoring du Cycle Electoral National 2020-2021.

Au total, pour les élections législative et présidentielle 1er tour du 27 décembre 2020, la CNDH a déployés 530 observateurs qui ont visité environ 2 650 bureaux de vote repartis sur l’ensemble des régions du pays « soit 10,20 % des bureaux de vote, taux proche des normes admises à l’échelle internationale pour des observations crédibles », souligne M. Moussa Hamidou Talibi rapporteur général de la CENI.  Dans l’accomplissement de cette mission les observateurs ont envoyé environ 3 180 fiches dont 530 concernant le dépouillement. M. Moussa Hamidou Talibi a expliqué la méthodologie utilisée dans la collecte et le traitement des données. Il s’agit de la méthode empirique, dite des unités-types qui a été utilisée. L’exploitation de ces différentes fiches a permis de relever les constats suivants : les bureaux de vote visités ont ouvert en moyenne à 8h58mn ; les bureaux de vote visités ont fermé, en moyenne, à 19h29mn ; au passage des observateurs dans les bureaux de vote, en moyenne les votes par procuration représentaient 1,06% des votes enregistrés et la mission a constaté que 16,23% des bureaux de vote observés ont affiché les listes électorales.

De manière générale la collecte des informations s’est reposée sur  plusieurs indicateurs à savoir : disponibilité du personnel et du matériel électoral au niveau des bureaux de vote ; conditions d’accès aux bureaux de vote pour des personnes a mobilité réduite ou en situation de handicap ; dispositif sanitaire dans les bureaux de vote ; indicateurs sur les cas de perturbation du déroulement des votes et enfin sur le déroulement des opérations du dépouillement. L’ensemble des principaux résultats issus du traitement et d’analyse des données est présenté dans des tableaux correspondants à chaque indicateur.

Après traitement et analyse de l’ensemble de ces indicateurs et au regard de quelques insuffisances constatés, la CNDH a tiré ses conclusions sur la satisfaction du bon déroulement des opérations. L’institution a tout de même formulé des recommandations.

« Au vu de tout ce qui précède la CNDH : salue la régularité du processus électoral et s’est félicitée de la forte mobilisation du peuple, en particulier des femmes et des jeunes, pour avoir exercé librement son droit et devoir de vote dans la paix et la sérénité, preuve de sa maturité d’esprit et de la vitalité de la démocratie nigérienne ; encourage la CENI à poursuivre les corrections aux manquements et insuffisances constatés pour les futures échéances électorales. Demande que les résultats issus des urnes soient proclamés et validés par les institutions compétentes dans le respect des droits des citoyens », a-t-elle formulé.

L’institution n’a pas manqué de rendre un grand hommage à tous les acteurs qui ont concouru à la tenue de ces élections dans la paix et la quiétude sociale. Elle a invité par ailleurs la classe politique à désigner dans les bureaux de votes des ressources humaines compétentes en la matière, tout tant l’exhortant également à privilégier le dialogue politique et les voies constitutionnelles de recours pour les contentieux électoraux.

La CNDH a aussi salué le comportement républicain des Forces de Défense et de Sécurité (FDS) qui ont assuré avec professionnalisme la sécurisation des centres de vote et la protection des citoyens. Enfin, la Commission Nationale des Droits Humains a lancé un appel à la conscience de tous pour que chacun contribue directement ou indirectement à consolider et à préserver la paix et les acquis démocratiques gages de tout développement.

  Par Ali Maman (ONEP)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Check Also

Abdoul Aziz Kountché, fabricant de drones au Niger« Il n’est pas nécessaire d’aller ailleurs pour réaliser ses rêves »

Abdoul Aziz Kountché est un jeune nigérien de 37 ans qui a fait la prouesse de fabriquer d…