Accueil / ACTUALITE / Déclaration de l’Intersyndicale des Travailleurs du Niger (ITN) : L’intersyndicale demande au gouvernement la création des conditions d’apaisement du climat social

Déclaration de l’Intersyndicale des Travailleurs du Niger (ITN) : L’intersyndicale demande au gouvernement la création des conditions d’apaisement du climat social

Les centrales syndicales membres de l’ITN se sont réunies, hier mercredi, au siège de la CNT à Niamey, à l’effet de rendre publique une déclaration. La lecture de cette déclaration relative à la situation socioéconomique de notre pays a été faite en présence de tous les représentants des centrales syndicales membres de l’ITN, à savoir, la CDTN, la CGSL, la CNT, l’UGSEIN, l’UGTN, l’USPT, l’USTN.

Dans la déclaration lue par M. Lawali Issoufou, l’intersyndicale a déploré entre autres, le non-respect des engagements du protocole d’accord ITN-Gouvernement de 2012 ; le climat tendu entre le gouvernement et les syndicats des enseignants caractérisé par le non-respect par les autorités de certains engagements avec les syndicats du secteur de l’enseignant ; le non-paiement des arriérés des salaires des agents des municipalités dont ceux de la ville de Niamey ; l’incapacité d’organiser les concours d’entrée à la fonction publique dans la transparence ; etc.

Face à toutes ces préoccupations, l’ITN a lancé un appel au gouvernement pour la satisfaction des revendications non-satisfaites du protocole d’accord INT-Gouvernement de 2012 et celles du protocole d’accord additionnel du 15 avril 2015. L’INT a apporté toute sa solidarité aux enseignants dans leur lutte et demande au gouvernement le respect des engagements qu’il a signés avec les syndicats des enseignants.

L’intersyndicale demande aussi le règlement définitif de la situation des travailleurs des municipalités, de la SOMINA, de la SORAZ, etc. Les affaires Africard et Uramiumgate ont aussi suscité la réaction de l’ITN qui demande au gouvernement une lumière sur ces questions.

Profondément attachée aux valeurs de dialogue social, de paix, de sécurité et de transparence dans la gouvernance publique, l’ITN a demandé au gouvernement la création des conditions d’apaisement du climat social.

L’intersyndicale a réaffirmé son engagement et sa disponibilité pour des négociations sur toutes ces questions.
Relativement à la situation sécuritaire, l’ITN a exprimé toute sa préoccupation par rapport au climat d’insécurité qui règne dans notre pays se traduisant par des pertes en vies humaines. Après avoir condamné toutes ces attaques, l’ITN a présenté ses condoléances les plus émues aux familles des victimes et souhaité un prompt rétablissement aux blessés.

L’Intersyndicale dit apporter son soutien à nos Forces de Défense et de Sécurité pour leur lutte contre les groupes terroristes et demande au gouvernement de tout mettre en œuvre pour rétablir et garantir la paix, la sécurité dans les zones sujettes aux attaques des groupes armés.

À propos de l'Auteur

Ali Maman(onep)

À propos Administrateur

21 plusieurs commentaires

  1. tamtaminfo ou est le commentaire que j’ai poste ?

  2. Pour moi,l’éducation a perdue sa base depuis l’avènement de la démocratie au niger il faut un effort conjugal de tous les nigériens pour la remettre sur pied et que tous parents d’élèves sache que l’école instruis, mais l’education on le recoit a la maison. A bon entendeur salut!!!

  3. qui a dit de laisser tomber la reforme?veuillez vous informer sur la façon dont sava être fait.
    juste une reforme à la shap shap pour se faire voir encore peut être avant le tazartché

  4. Jusqu’à présent les gens pensent que c’est eux seuls qui sont nés pour diriger les autres, sinon comment comprendre que des individus ou partis politiques qui ont librement choisi l’option de boycotter les élections puissent sortir sans scrupule aucune parler de hold up électoral,j’espère qu’on se moque éperdument du Nigérien.Nous sommes dans ce grand Niger au moment de ces élections. C’est cela la conséquence de la chaise vide.Certains pensent qu’ils peuvent manipuler l’opinion nationale et internationale ils ont reçu un cinglant camouflé.Ils oublient toujours que c’est Dieu qui donne le Pouvoir.Aujourd’hui l’histoire les a rattrapé car même le MNSD qui les a soutenu est revenu sur le droit chemin en suivant la politique de construction nationale. Leur patron si réellement il porte pantalon il doit rentrer et lutter ,personne ne peut mouiller le pantalon à sa place,nous avons compris.A bon entendeur salut.

  5. Avant de réformer.est-ce que l’enseignant qu’on critique est dans les meilleurs conditions de travailler? Wallahi même si on paye le quadruple de ce qu’un contractuel gagné,leurs enfants ne vont pas enseigner. Pourquoi ce monsieur s’est procuré du faux pour aller souffrir? Pourquoi? Pourquoi? Il n’a pas le choix. S’il a été bien éduqué(enseigné),il ne va jamais accepter du faux dans sa vie. Les vrais faux sont dans les services juteux. Parler de l’enseignement, c’est taper sur les faibles son pouvoir. Au lieu de supprimer ce système de contrat,pour prôner d’excellence,payer ces valides,le gouvernement préfère créer des situations ( Halcia,evaluation) juste pour se soustraire des engagements. Quand ils ont(politiciens) étudié le pays n’a pas le centième des ressources d’aujourd’hui. L’enseignant choisi sa carrière par conviction,contrairement à aujourd’hui où c’est le chômage qui contraint les jeunes à l’enseignement,eux qui devraient étudier profondément,sont réduits au contrat de l’éducation. Un seul enseignantavec deux matières différentes à enseigner,il est jeune,classe plutorique,sans aucune formation c’est à courageux qu’on jette du discrédit. D’ailleurs même,est-ce qu’on un programme d’enseignement? On copie celui du Japon, France. Qule paradoxe! Ah! Réforme ce n’est la seule pièce (enseignants)mais toutes ( gouvernement,eleves, programmes)

  6. Reforme! Oui Oui Oui
    Mais le changement est lié directement à l’engagement de l’Etat, c’est à dire le paiement régulier des salaires et pécules. Sinon, dans peu de temps il n’y aura pas des personnes intéressées pour enseigner.
    Tout le monde veut une vie meilleure comme eux (les politiciens).

  7. Dieu merci à une exception près voici un sujet qui fait l’unanimité des nigériens. Il s’agit de la nécessité de réformer l’école nigérienne.

  8. Le développement c’est d’abord une mentalité, les syndicalistes auraient dû être les premiers à tirer la sonnette d’alarme et à exiger qu’on fixe rapidement dans le secteur, des standards devant permettre de redresser durablement la situation; le simple bon sens aurait dû les amener à ce questionnement: « qu’est ce que nous donnons et qu’est ce que nous sommes en droit d’attendre en retour? » ca aurait vraiment permis d’éviter beaucoup de malentendus. Je crois qu’il est temps d’avancer sur cette question.

  9. la question de l’école nous interpelle tous en tant que citoyens nigériens. nous devrons tous œuvrer pour qu’elle retrouve ses lettres de noblesse, notamment en critiquant les faiblesses, les points forts et surtout en faisant des propositions constructives. un véritable débat national inclusif s’impose donc pour trouver un consensus sur cette épineuse question de l’école nigérienne (décideurs, enseignants, élèves, parents d’élèves, hommes politiques, société civile, syndicats, partenaires techniques et financiers). mais il faut surtout éviter cette politisation à outrance de l’éducation qui nous a conduits dans cette situation d’impasse. beaucoup de partis politiques se sont appuyés sur les acteurs de l’éducation pour se faire recruter des militants, mais voilà qu’ils se trouvent à présent devant le fait accompli, une fois arrivés au pouvoir,ils n’arrivent pas à satisfaire les revendications qui pourtant constituaient leurs engagements au cours des campagnes électorales. cela dénote donc le caractère démesuré des engagements de nos hommes politiques.

  10. Les socialistes ont beaucoup fait pour la Fonction publique avec le recrutement massif d’enseignants et autres, l’augmentation des salaires etc, comme l’a dit le Président. En s’attaquant à la qualité de l’enseignement et la traque des faussaires, c’est un plus dans la gouvernance de ce secteur. C’est capital car c’est l’avenir, c’est la base du dvt que qu’avoir un enseignement et des Ressources humaines de qualité. Nous avons la chance d’avoir une proportion de jeunes très importante et c’est un atout, nous avons un taux de procréation élevé et c’est aussi un autre atout. La dividende démographique n’est possible que si nous avons une bonne croissance éco soutenue et durable et cela dépendra de notre éducation, de la valeur de nos ressources humaines. Il faut valoriser l’enseignement et les enseignants, ceux qui s’agitent ne sont pas des bons enseignants.

  11. Chose curieuse sur une question aussi vitale
    – les parents d’élèves ne disent rien
    – la société civile ne dit rien
    – citoyens ne disent rien
    – l’opposition ne dit rien
    Et notre système éducatif va continuer à sombrer et avec lui les enfants du Niger

  12. Condition d’apaisement: arrêter la réforme?
    Laisser en paix ceux qui ont de faux diplômes?
    Laisser l’enseignement continuer à se dégrader?
    Quoi encore?

  13. Laissons tomber la politique politicienne. Cette réforme est nécessaire et urgente. Le pouvoir actuel a le mérite d’avoir osé alors soutenons le, indépendamment de nos position politique. Si notre classe politique aimait le Niger c’est même l’opposition qui devrait prendre position pour la réforme.
    Mais nous sommes au Niger où la hauteur de vue n’existe pas.
    Mais une fois encore il s’agit du Niger, seul bien que nous allons léguer à nos enfants, s’il continue d’exister encore…

    • Vous n’aurez jamais un enseignement de qualité tant que le dirigeants n’accorde pas une importance à l’enseignant.

      Mal payé
      Dernier recours de ceux qui pensent êtres incapable de poursuivre les études.
      Pas d’amour pour l’enseignement

  14. Tout ce que nous vivons aujourd´hui dans ce pays est la consequence du holdup electoral sur laquelle votre centrale syndicale s´est tue pour ne pas dire s´est faite complice. Alors de grace bouclez la.

    • Laissons tomber la politique politicienne. Cette réforme est nécessaire et urgente. Le pouvoir actuel a le mérite d’avoir osé alors soutenons le, indépendamment de nos position politique.
      Une fois encore il s’agit du Niger, seul bien que nous allons léguer à nos enfants, s’il existe encore…

  15. On vous a compris chers syndicalistes. Les parents d’élèves ont compris, le gouvernemtn vous a compris, les citoyens vous ont compris: vous voulez dire de laisser les choses continuer comme ça.
    Si donc le gouvernement veut l’apaisement qu’il cesse de parler de faux diplôme, qu’il cesse de parler de la qualité de l’enseignement.
    Plus de reforme.
    Que faire?
    Nous allons donc continuer à sacrifier:
    – le Niger
    – les enfants du Niger
    – notre avenir
    Tout ça par lâcheté et par égoïsme.
    Et nous allons venir encore nous plaindre l’année prochaine dans notre pays sera encorne classé dernier.

  16. Autrement dit:
    – laissez tomber cette affaire de contrôle pour déceler les faux diplômes
    – laisser tomber cette histoire de réforme du système éducatif
    – laissez tomber l’avenir de notre jeunesse
    – cesser de nous parler de l’avenir du Niger
    Sinon tout sera bloqué
    A ,bon entendeur..
    Qui parlait de pauvre Niger

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*