Home ACTUALITE DÉCLARATION DE PRESSE DE L’AMINESS…

DÉCLARATION DE PRESSE DE L’AMINESS…

Vu l’acte n°1 portant statut de la conférence nationale souveraine ;
Vu l’acte n°27 de la conférence nationale souveraine portant, reconnaissance juridique de l’Union des Scolaires Nigériens (USN) ;
Vu le préambule de la constitution du 25 Novembre 2010 qui reconnait et consolide les acquis de la conférence nationale souveraine ;
Vu l’article 23 alinéa 2 de la constitution du Niger portant sur le rôle de l’Etat et les collectivités publiques à veiller par leur action à la promotion et à l’accès à un enseignement public, gratuit et de qualité ;

Vu l’article 24 alinéa 1 de la constitution du Niger portant sur la protection de la jeunesse par l’Etat et les collectivités publiques contre l’exploitation et l’abandon ;
Vu l’article 24 alinéa 2 de la même constitution qui stipule que l’Etat veille à l’épanouissement matériel et intellectuel de la jeunesse ;
Vu l’article 14 du statut de l’USN reconnaissant les scolaires Nigériens de chaque pays comme une section entière ;

Vu l’article 5 alinéa 2 du statut de l’Amicale des Nigériens, Etudiants et stagiaires au Sénégal (AMINESS) posant les principes de la défense des intérêts matériels et moraux des scolaires nigériens au Sénégal.

Nous, membres de l’AMINESS, réunis en session extraordinaire en ce jour 26 Décembre 2018 faisons la déclaration dont la teneur suit :

Considérant le dépôt de préavis de grève du lundi 17 Décembre 2018 en vue de la satisfaction de nos légitimes droits citoyens ;
Considérant l’inaction des autorités nigériennes face à nos multiples démarches diplomatiques pour la satisfaction des intérêts matériels et moraux des étudiants nigériens au Sénégal ;
Considérant le retard accumulé des autorités nigériennes à satisfaire nos revendication légitimes.

Considérant le non-paiement des impayés des frais de scolarités des étudiants boursiers nigériens par l’Etat du Niger.
Reliquat des impayés 2016 – 2017 de toutes écoles sauf l’école interétatique de médecine vétérinaire et l’Université de Thiès.

Les impayés de 2017 – 2018 dans toutes les Universités/ Ecoles/ Instituts partenaires de l’Etat du Niger.
Considérant le non-paiement de la bourse d’Avril, Mai, Juin au titre de l’année 2017-2018 ainsi que celle de vacance ;
Considérant le non-paiement du complément de de la bourse de Mater 2 pour certains étudiants ;
Considérant Le non-paiement de la bourse de soutenance pour les étudiants en fin de cycle, sans oublier le traitement immédiat des réclamations en cours ;

Considérant le retour par le Ministère de l’Enseignement Supérieur sur les modalités d’octroi des autorisations d’inscriptions aux étudiants admis à poursuivre leur étude dans les écoles inter-Etat au Sénégal.
Considérant le rejet des dossiers d’étudiants nigériens au Sénégal pour l’octroi de bourse de second cycle. Cela témoigne le désengagement de l’ANAB à prendre en charge les frais de scolarité des dignes fils du Niger qui poursuive leurs études dans les écoles de références sous régions voir de renommés Africaine tel que le CESAG. Ce qui d’ailleurs constitue une perte de positionnement pour notre pays car ces écoles forment les élites africaines.

Considérant la dégradation de la situation des étudiants nigériens de l’ESP qui se sont vu refusé de suivre les cours, composés les examens dû toujours au non règlement de leurs frais de scolarité ;

Considérant le retard cumulé dans le traitement des dossiers des étudiants par l’ANAB alors que même la clôture des inscriptions pour l’année académique 2018-2019 est prévu en fin Décembre dans la plupart des écoles concernées.

Considérant le fait que certains étudiants n’ont pas pu faire leur inscription au titre de l’année académique 2018-2019 dû au retard de traitement de leur dossier au niveau de l’ANAB. Il s’agit là des étudiants du CESAG et l’ESP.
Considérant le non-règlement des frais de transport des camarades depuis des années ;

Conscient de notre responsabilité et soucieux de la défense des intérêts matériels et moraux de notre base, nous, membre de l’AMINESS, avons l’obligation d’utiliser tous les moyens nécessaires pour la satisfaction de nos revendications justes et légitimes. L’AMINESS

– S’indigne de la sourde oreille des autorités malgré les démarches légales et responsables que nous avons engagées ;

– Dénonce avec fermeté la situation que vivent les étudiants nigériens de l’extérieur car ayant été toujours les derniers à être désintéressés ;

– Exige le paiement sans délai de la troisième tranche de bourse ainsi de la bourse de soutenance pour les étudiants en fin de cycle, sans oublier le traitement immédiat des réclamations en cours ;

Exige le paiement sans délai du complément de la bourse de Mater 2 pour certains étudiants ;

Demande au Ministère de l’Enseignement Supérieur de revenir sur sa décision relative aux les modalités d’octroi des autorisations d’inscriptions aux étudiants admis à poursuivre leur étude dans les écoles inter-Etat au Sénégal. Cela pour permettre aux étudiants les méritants d’avoir accès aux grandes écoles multinationales qui forment les élites africaines.
Demande au Ministère de revoir le traitement des dossiers des Grandes Ecoles tel que le CESAG, l’ESMT, l’ESP pour permettre aux dignes fils des pauvres de bénéficier de la prise en charge par l’Etat.
Dénonce le rejet des dossiers d’étudiants nigériens au Sénégal pour l’octroi de bourse de second cycle par le Conseil de l’Administration de l’ANAB.

Dénonce le silence ANAB à la suite du retour sur les modalités d’octroi de bourse de l’lors qu’ils ont autorisé la procédure de dépôts de dossier des étudiants fondant ainsi des faux espoirs aux étudiants ainsi qu’à leur famille.

– Exige le paiement sans délai des frais de scolarité des étudiants nigériens au niveau des écoles partenaires et aussi des universités de l’intérieur du Sénégal ; Afin de permettre aux étudiant d’étudier dans des bonnes conditions de quiétudes. En effet certains étudiants se voient refuser l’accès aux salles de cours, d’examens pour donner suite au nom payement de frais de scolarité, d’autres menacés.

– Exige le paiement sans délai des subventions des frais de scolarité des étudiants nigériens dans les instituts et Ecoles privées au Sénégal;

Exige le traitement sans délais des dossiers dans camarades au de l’ANAB sachant qu’ils sont menacés par la clôture des inscriptions prévu en fin Décembre.

– Exige le paiement et la régularisation des frais de transports ;

– Exige le respect des engagements pris par l’état du Niger en s’acquittant régulièrement des frais de scolarités, des pécules de bourse, des frais de codification et de transport ;

– Interpelle les autorités compétentes à prendre les mesures idoines pour servir à temps les sections extérieurs.

– Soutient les sections extérieures dans leur lutte juste et légitime ;

En fin nous prenons en témoin l’opinion nationale et internationale de tout ce qui adviendrait en cas de non satisfaction de nos revendications par le gouvernement de notre pays le Niger.

L’AMINESS adresse ses condoléances aux familles des victimes de l’attaque terroriste perpétrée sur le territoire nigérien plus précisément à Diffa. Puissent les âmes des disparus reposer en paix et prompt rétablissement aux blessés

L’AMINESS souhaite un très bon championnat de lutte traditionnel et que ce grand rendez-vous national soit, un moment de partage et de renforcement des liens de fraternité et de solidarité.

Vive le Niger, Vive l’USN, Vive l’AMINESS

Dakar, le 26/12/ 2018

Pour l’AMINESS, le Président GALLO BADAGE Chafiou

Ampliations:

– Présidence de la République du Niger 1, – Primature 1 Ambassade de la République du Niger au Sénégal 1 – Ministère de l’Enseignement Supérieur et de l’innovation 1 – Ministère des Finances 1 – L’Agence Nationale pour l’Allocation des Bourses 1 – CD/ USN1 – Medias6

10 Comments

  1. Je me souviens qu’en 1991 alors que nous étions un groupe d’étudiants autour du grand Zaks Kab qui voulait nous emmener à creuser dans les fins fonds de nos cervelles pour réfléchir sur toute question qui se présente ; il dit : « QUI DE LA POULE ET DE L’ŒUF AIT MIS QUI AU MONDE»? Je demande à mes chers frères et sœurs tant étudiants que syndicalistes ou d’autres corporations qui ne cessent de s’agiter dans des déclarations intempestives qui ne les honorent ni ne les arrangent : « QUI DE VOOUS ET DE POUVOIR DISPOSE DE DROITS A SIGNER VOS ENGAGEMENTS DANS LES FONCTIONS, VOS MISES EN POSITIONS DE FORMATION OU D’ETUDE POUR EXIGER AVEC VOS – NOUS EXIGEONS… »?
    C’est dire ma remarque à l’exceptionnalité du nigérien plongeant dans les profondeurs de la culture générale, c’est dans un document expédié d’un regroupement de patriotes nigériens qui mettent une ONG sur pied, d’intérêt nigérien, sous régional, continental ou même mondial; par rapport au seul domaine du CHANGEMENT CLIMATIQUE d’entre ses points du PLAN D’ACTIONS; de ce document passant sous mes mains et s’acheminant à son destinataire ; j’ai surfé les pages et lu ceci dont peut-être, peu des concitoyens de l’auteur en savent l’existence dans leurs archives. C’est pourtant le Président Abraham Lincoln qui l’a déclaré au Congrès américain, en 1860:
    – Vous ne pouvez pas CRÉER la prospérité en décourageant l’épargne.
    – Vous ne pouvez pas DONNER la force au faible en affaiblissant le fort.
    – Vous ne pouvez pas AIDER le salarié en anéantissant l’employeur.
    – Vous ne pouvez pas FAVORISER la fraternité humaine en encourageant la lutte des classes.
    – Vous ne pouvez pas AIDER le pauvre en ruinant le riche.
    – Vous ne pouvez pas ÉVITER les ennuis en dépensant plus que vous ne gagner.
    – Vous ne pouvez pas FORCER le caractère et le courage en décourageant l’initiative et l’indépendance
    – Vous ne pouvez pas AIDER continuellement en faisant pour eux, ce qu’ils pourraient et devraient faire eux-mêmes.
    NB: De ces huit dires de cet universaliste Président américain, lequel n’est-il pas d’une profonde sagesse?
    De ces huit dires princeps, lequel ne s’applique pas intrinsèquement à la personne de notre clairvoyant Président Issoufou Mahamadou dans son engagement à réunir toutes les filles et tous les fils du Niger autour d’un idéal: LA PATRIE D’ABORD?
    De ces dires d’un homme probe, lequel (un seul soit-il) la personne de l’autre pressé aspirant de nous gouverner, a épousé?
    Si chaque détenteur (plantons, agents d’exécution, chefs de service, Directeurs nationaux, Directeurs Généraux, PCA, Représentant du Niger à l’extérieur, Représentant du peuple à l’Assemblée Nationale, Conseillers et Conseillers avec rang de Ministre, Ministres et Ministres d’État…) chacun dans le lopin de pouvoir que lui a confié notre Président de la République et conféré par le vaillant et confiant peuple de son devenir à Issoufou Mahamadou dont le souci crucial, est de voir notre pays quitter l’hôpital où il était alité depuis son indépendance et permanent gardien de la queue d’IDH à près d’une décennie; afin de se lever et avancer sans béquille pour assister au marathon rythmé mondial et poser ses pieds sur le podium des nations qui gagnent. Est-ce que le Niger, de par son antique nom tiré de la dynastie des NITJER, des Gobirawa de N’AGADA et leur voisin de SO’B KOTOP (Sokoto), pensez-vous qu’il puisse se sortir des sables mouvants qui nous immobilisent et nous avalent sans la participation de chacun et de nous tous ses filles et ses fils? Soyons raisonnables. A moins d’être apatride, même notre Dieu Tout Puissant a dit: « LÈVES-TOI et JE T’AIDERAI à te lever ». Merci. Sensibilisation tiré du document des fondateurs de l’ONG « Alliance d’Appui au Développement des Énergies Renouvelables et Réseau d’Accès Rural – ADER & RAR – NIGER » en gestation, qui naitra bientôt.

  2. camarade oui il faut parler de ses maux ,il faut revendiquer mais de façon sage + polie + stratégique . Notre chef d’ État actuel n’est un avard , tous ce qui nous revient de droit il veille à cela malgrés que ceux qui doivent nous désintéressé détournent nos font , nos dignités humaines , il est temps pour nous de rentré dans le système sociale de notre pays = progrès de la renaissance , nous en somme les seuls conscients de nos malheurs et nos capacités de faire si nous avons d’emplois .Mais soyons noble et rationnel = nous ne devons pas trahir l’idéologie qui nous fera justice , nous nous soumettront à sa volonté afin d’apprendre de lui la politique sociale et faire comme lui un jour = égalité sociale = Le Président actuel de la 7 ème République du Niger.
    Oublions les dettes lointaines des bourses et réclamons ceux récentes et avenir pour toujours : toute ma vie j’ai jamais perçu 5f de l’ anab pourtant je suis Bachelet isoler malgré mes innombrables dépôts de l’aide sociale à leurs niveau , mon nom ne figure jamais sur les listes et I.A jusqu’à la fin de ma vie je me rabesserai jamais pour réclammer du matériel , je chercherai pour moi et je l’aurai si Dieu le veut.
    Camarades c’est ce sentiment d’enthousiasme + persévérance + indifférence qu’il faut avoir afin de tenir son destin en main un jour comme tout le monde d’ailleurs .
    Vive la jeunesse du Niger et I.A dans un esprit commun nous travaillerons pour notre pays et nous serons récompenser dans notre pays grâce à la justice céleste et SEEM ISSOUFOU MAHAMADOU qui , dorénavant s’est décider librement de défendre nos causes.

  3. Disons grand merci à ces enfants qui, malgré tous leur problèmes n’insultent personne, n’agressent personne, ne menacent personne, ne détruisent rien, ne brûlent rien../ Ils ne demandent qu’une chose: leur donner un minimum de moyens pour étudier en paix et en toute sérénité.
    C’est sûr que l’Etat va répondre vite et favorablement

  4. Pourquoi ne pas faire un consensus sur l’école pour mettre nos enfants à l’abri des conjonctures politique? Certains pays l’ont fait. Il faut que nos élèves et étudiants soient à l’abri de la politique politicienne. Si nous aimons vraiment ce pays Cessons d' »utiliser nos enfants pour régler des comptes politiques, dans la conquête du pouvoir.
    Comme les autres peuples et pays qui se respectent nous devons cesser de massacrer notre avenir. De plus nous ne devons pas laisser les autres nous imposer nos politiques éducatives.
    C’est une question de souveraineté.

  5. Que nous reste-t-il sinon de mettre nos enfants qui vont à l’extérieur dans de bonnes conditions de travail quand étudier dans nos universités publiques est devenu un calvaire ( Recteur séquestré, Directeur des crou kidnappés, ministre à qui on tend un guet-appât …) ?
    Chaque jour ce sont des déclarations des étudiants, des enseignants, des personnels d’appui.
    Depuis le début de cette médiocratie les élèves, les étudiants et les enseignants de notre pays passent plus de temps sur des médias en train de faire des déclaration et des « débats » qu’en classe. Pendant ce temps les enfants des autres nations du monde sont en train d’étudier assidument…
    Finalement notre place de dernier du monde en IDH est largement méritée. Et nous comptons la conserver jalousement.
    Vous avez dit pauvre Niger?

  6. Nous sommes toujours a ce stade? nous exigeons, nous exigeons et encore nous exigeons…
    ce n est pas assez ainsi?
    Chaqu`un peut exiger de la ou il est selement ca ne changera rien, ou tout au plus ca va juste deplacer le probleme. Il faut vraiment changer de mentalite, soyons realistes , les reveries c etait avant , faut ouvrir vos yeux les gars

    1. Oui malheureusement.
      Mais nos étudiants qui sont à l’extérieur sont en général très lucides. Ils n’utilisent aucune brutalité ils n’ont pas de CASO, ils ne s’érigent pas en Etat dans un Etat. Ils ne font aucune arrogance, ils ne torturent personne…
      De plus pour des questions de droit l’Etat doit faire des efforts.

  7. Cette déclaration n’a rien d’incendiaire. Elle montre que ces étudiants ont un comportement assez responsable.
    Ces étudiants ont toujours été très sages et soucieux de l’image de leur pays, de notre pays le Niger.
    Vivement que des dispositions soient prises pour les mettre dans leur droit.

  8. Souvent, ce sont les étudiants qui se poignardent en se laissant soudoyer par des politiciens qui les glissent dans de terrains glissant. Sans impartialité à l’égard des éléphants qui se battent politiquement, sans assez de force ou d’armes pour vous protéger, sans soutien formel à part celui de ceux qui gouvernent et solutionnent vos difficultés existentielles dans vos pays d’accueil estudiantins; comment voulez-vous que l’on sacrifie le besoin partiel soit-il de ceux qui se battent pour inclusivement faire avancer la nation à votre profit quand chaque fois, comme pour vous salir de ses errements, et semblables à ceux qu’ils pistonnent pour disposer de ses futurs faux-cadres aux faux-diplômés pour revenir et le servir; COMMENT VOULEZ-VOUS ETRE CONSIDÉRÉS AVEC VOS CONSIDÉRANTS? Hey, amigos freros! Laissez vos considérant, considérant, considérant et travaillez opiniâtrement pour décrocher vos diplômes et revenir servir honnêtement votre patrie au bonheur de votre vaillant peuple nigérien à la sueur frontal duquel, vos études sont prises en charge par l’État. Alors, vous verrez SEM le Président Issoufou Mahamadou, comme votre père biologique, se presser en allant partout pour trouver la solution à vos besoins. Ainsi, vous verrez le patriote et fraternel Yahouza Sadissou dan Madobi, Ministre de l’Enseignement Superieur et de l’Innovation (MESRI) aller partout et dans tous les ministères traitants les dossiers de vos cas même à pieds pour solutionner vos difficultés. Autrement, vos propres pères et mères ne peuvent se peiner à sacrifier le peu qu’ils disposent à ceux de leurs enfants qui ne les respectent et n’étudient que pour revenir servir un fuyard et ses acolytes au détriment de ceux qui leur donnent satisfaction et joie d’être parents au service de toute la famille. Prenez votre mal en patience; d’abord, les sérieux membres de la famille qui vivent loin-loin-loin en Inde, Chines où le froid leur taillade le corps et partout dans le monde où en révisant leurs leçons, ils sont dérangés par les chansons funèbres des dames kalachs aux théâtres d’affrontements où ils sont innocents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Le chantage éhonté de M. Dominique Aubert DG d’Orange Niger…

Depuis hier circule sur les réseaux sociaux, un document administratif émanant de la polic…