Accueil / ACTUALITE / Déclaration du cadre de concertation d’actions citoyennes/section de Diffa

Déclaration du cadre de concertation d’actions citoyennes/section de Diffa

Le cadre de concertation d’actions citoyennes de la région de Diffa, Réuni dans le cadre de la 10ème journée   d’actions citoyennes,  fait  la déclaration suivante : Il vous souviendra que  depuis l’adoption de la loi de finance 2018 par le gouvernement, les organisations de la société civile ont dès lors dénoncé  le caractère anti social  de cette loi  qui accorde des avantages fiscaux aux multinationales  tout en augmentant les charges qui pèsent  sur les citoyens les plus précaires.

C’est ainsi que les acteurs de la société civile réunis au sein du cadre de concertation d’actions citoyennes ont décidé de combattre cette loi de finance à travers l’organisation des manifestations pacifiques pour  amener le gouvernement à son amendement.

Ce combat intervient dans un climat social tendu  et une fronde sociale généralisée dans notre pays.  Nous assistons aux  intimidations, aux  arrestations et à la déportation des acteurs de la société civile notamment les principaux leaders.

Les étudiants sont déshumanisés, ils sont complètement réduits à l’état primitif  jusqu’au pied de l’animal au vue de l’intervention disproportionnée des forces de l’ordre lors de la dernière manifestation  des étudiants du 18 avril 2018 à Niamey.

Cette 10eme journée d’actions citoyennes  contre la loi de fiance 2018 est  placée sous le signe de la résistance dans la lutte contre l’injustice sociale  et la  défense des libertés  d’expression et de manifestation.

A diffa, l’application de cette loi de finance vient détruire davantage  une population déjà meurtrie par les conséquences de la crise humanitaire et sécuritaire qui ont fragilisé  le tissu socioéconomique.

En effet, la région de diffa vit  depuis février 2015, sous l’état d’urgence avec ces mesures d’interdiction et/ou de restrictions notamment celles liées au déplacement des personnes, à l’accès  aux zones de pâturages, aux terres de cultures, à la pèche, à la libre circulation des biens et des marchandises.

Avec la prorogation quasi systématique de l’état d’urgence ainsi  que ses mesures corolaires  la population assiste impuissamment à la détérioration sinon à l’effondrement de son tissu social et économique.

Au vue de tout ce qui précède le cadre  de concertation d’actions citoyennes de diffa :

Dénonce la  dérive autoritaire sans précédent en cours dans notre pays face aux tentatives d’installer un système de pensée unique et d’étouffer toute voix discordante à travers la restriction des libertés notamment celle de manifestation, d’association et de pensée ;

Condamne  avec la dernière énergie la déportation des membres de la société civile lors  des  JAC du 25 du mars  et du 15 Avril dernier ;

Condamne l’usage disproportionné des forces de l’ordre contre dernière la manifestation des étudiants de l’université Abdou Moumouni ;

Demande la  libération immédiate et sans condition de tous les camarades arrêtés lors des différentes manifestations ;

Demande la réouverture  sans délais du campus universitaire et le retour à l’ordre dans les écoles et universités du pays ;

Exige du gouvernement l’ouverture d’un dialogue social  avec les acteurs de la société civile autour de la loi de finance 2018 ;

Exige une évaluation de la mesure de l’état d’urgence en cours dans la région de Diffa depuis trois ans et procéder progressivement à son allégement ;

La facilitation de l’accès à l’engrais et au carburant pour  les producteurs maraichers de la région de Diffa ;

Fustige le mutisme des autorités régionales et du gouvernement sur la situation des femmes et enfants enlevés à N’galewa depuis juillet 2017 ;

Apportons notre soutient
A toutes les personnes  injustement détenues notamment aux acteurs de la  société civile arrêtés dans le cadre du combat contre la loi  de finances 2018 et  séquestrés  dans les prisons.

Aux forces de défenses  et de sécurité qui ne ménagent aucun effort dans la défense de l’intégrité du territoire ainsi que la sécurisation des personnes et leurs biens.

Vive la société civile
Vive la démocratie
Vivent le Niger

Fait à diffa le 22 avril 2018

À propos de l'Auteur

Pour AEC Marah Mamadou Abdou Pour le ROTAB Hassane Bello Aboubacar Pour le MPCR Kaka Touda Lawan MOJEN Oumar Sanda

À propos Administrateur

9 plusieurs commentaires

  1. Pensée aux camarades Président régional MPCR SADAT ILLIYA DAN MALAM et le coordonnateur régional Alternative Espace Citoyen Zinder YAHAYA BADAMASSI

    L’arrestation des camarades SADAT ILLIYA DAN MALAM et YAHAYA BADAMASSI fait l’affaire des pionners de la malgouvernance dans la région de Zinder, en particuluer dans la ville de Zinder. Je recommande au pouvoir actuel de discuter avec ses anciens alliés de la société civile pour le progrès social de notre pays le Niger.

  2. YAHAYA BADAMASSI Coordonnateur Alternative Espace Citoyen de Zinder interpellé le mercredi 25 avril 2018

    Mr. YAHAYA BADAMASSI est un acteur de la société civile qui oriente le plus souvent son combat pour une éducation de qualité, la responsabilisation des communautés dans la gestion de la cité. C’est un jeune activiste très convaincu, pertinent et désinteressé. Le politique nigérien devrait accompagner ces jeunes activiste pour qu’il soit des leaders aguéri et réussir la rélève de demain.

  3. 2ème semaine d'incarceration du leader MPCR de la région de Zinder SADAT ILLIYA DAN MALAM

    Nous soutenons cet activiste convaincu de la société civile de Zinder.

  4. Soutien au Président MPCR Zinder, SADAT ILLIYA DAN MALAN incarceré à la prison civile de Zinder, leader incontesté de lutte pour la bonne gouvernance dans la région de Zinder

    Que Dieu protège l’homme pacifiste SADAT ILLIYA DAN MALAM, l’homme qui accepte le sacrifice au détriment du confort de la vie, pour servir les plus faibles!

  5. Oui, bien dit kataki Les meneurs: nouhou on ne sait pas ce qu’il fait, lirwana, il n’est plus avocat, Ali, politicien, le promoter de alternative Tchangari, on lui a couper le financement qu’apporte un pays etranger.pour Les autres acteur menu frétin comme le zodi mecontent affaire CENI. Je ne parlerai de certain va nu pied.
    Ça reste 3 ans legalement a ce regime, c’est koi 3 ans pour un etat. SVP, laissez travailler ce regime jusqua la fin de leur mandat. Et puis, battezLes aux elections. Si vous Les empechez de travailler ils le feront kan Vou serez eventuellement aux affaire. Sans rancune

  6. Soutien au Président Régional MPCR Zinder, SADAT ILLIYA DAN MALAN incarceré à la prison civile de Zinder, leader incontesté de lutte pour la bonne gouvernance dans la région de Zinder

    K’ALLAH vous facilite les taches

  7. Soutien ferme aux OSC Nigériennes, ALLAH YA KAMA MUKU

    Le développement et la maturité des organisations de la société civile (OSC) est sans doute un bien pour notre pays car il permettra d’avoir un contre pouvoir au pouvoir politique. Tout nigérien doté d’un minimum de conscience savait que souvent les pouvoirs faisaient des dérapages. Cependant, j’invite mes camarades de la société civile à s’intéresser aussi au quotidien des nigériens. Il s’agit de problème d’accès à l’eau potable dans nos campagnes, la situation délétère du système éducatif, les escroqueries des compagnies de téléphonie mobile, la SEEN, la NIGELEC, les conditions catastrophiques des véhicules de transport en commun, l’inéquité dans l’espace et dans le temps des réalisations des infrastructures routières. Il faut suivre l’actualité pour comprendre plus, les prestations des banques, les commerçants qui ne respectent pas la baisse des prix malgré les concessions faites par le gouvernement, en particulier
    pendant le mois de Ramadan, etc.. Cependant, la gouvernance démocratique est la base de tout développement. C’est pour quoi, tous les nigériens devraient soutenir la société civile. Personnellement, je perdais en moyenne une vingtaine de mille FCFA chaque mois à cause de cette loi des finances. Je jure au nom d’Allah, avant même cette loi mon salaire ne prennait en charge qu’environ 60% des besoins vitaux de ma famille. Wallahi ce salaire ne me permettrait pas de vêtir au minimum ma famille, d’aider mes parents malades. Je suis présentement très malade, il faudrait recourir à l’aide des mes frères et soeurs pour me soigner au minimum. Je suis certain qu’il y avait beaucoup des nigériens qui sont dans ma situation. De grâce, si les gens pleurnichaient laisser les tranquille. ALLAH YA TABBATAR MUMU DA ALHERI, AKWAI HWALA KWARAI RAYUWA A NIGER.

    • Donc bien avant la loi ton train de vie dépasse largement ton revenu. D’où sans cette loi tu as mal dimensionner lr train de ta vie. Il ne faut pas être idiot pour penser qu’il revient au gouvernement d’organiser ta vie.
      La loi de finance t’as trouver dans une situation difficile que tu as créé, il faut apprendre d’abord à vivre en fonction de tes moyens avant de soutenir n’importe quelle connerie.

  8. Pardons les acteurs de la société soit disa note civile, je veux savoir si vous êtes des sans emplois ou des voyous ? Alors faites un tour au moins dans un pays comme le Ghana, vous allez vous inspirer de comment on peut avancer les choses en travaillant dure et non à foutre la merde. Vous fatiguez ce pays !!

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.