Home ACTUALITE Déclaration du Forum des Editeurs Africains sur la situation de la fermeture de la Radio et Télévision LABARI

Déclaration du Forum des Editeurs Africains sur la situation de la fermeture de la Radio et Télévision LABARI

ALI Idrissa coordonnateur de ROTAB, et PDG de radio et télévision Labari © Tagaza Djibo pour JA

Le Forum des éditeurs africains (TAEF) condamne avec la dernière rigueur la fermeture par les autorités nigériennes de la télévision et la radio LABARI le dimanche 25 mars 2018.

Le Forum des Editeurs africains informe que le dimanche 25 mars 2018, vers 20h GMT, la police a ordonné l’arrêt de diffusion de la chaine indépendante nigérienne, LABARI (radio et TV), basée à Niamey pour avoir refusé de fournir l’enregistrement du journal du soir qui venait de prendre fin.

La police réclamait, ainsi, un enregistrement relatif à une intervention de Me LARWANA ABDOURAMANAN, avocat et acteur de la société civile venu commenter les échauffourées de l’après-midi entre forces de l’ordre et manifestants à Niamey. Il faut dire qu’une coalition des organisations de la société civile organise depuis 3 mois des manifestations publiques à Niamey et dans plusieurs autres villes du Niger pour exiger la révision de la loi de finances 2018 jugée antisociale. Les responsables municipaux de Niamey, Maradi, Zinder et Tahoua avaient interdit les manifestions de dimanche dernier, mais les organisateurs ont bravé cette interdiction car la loi fondamentale leur donne ce droit.

Malgré l’arrestation de l’avocat activiste par des officiers de police juste à sa sortie du studio, un commissaire de police a demandé l’enregistrement que les journalistes ont refusé de remettre car la procédure voudrait que ce soit le CSC (Conseil supérieur de la Communication-organe de régulation) qui écrive à l’organe pour obtenir copie.

C’est face à ce refus légal qu’il a été donné ordre de fermer la TV et la radio. A ce jour des éléments de la garde nationale bloquent l’entrée de LABARI et personne ne peut accéder aux locaux. Le Directeur général de LABARI Ali Idrissa a été déféré ce mardi à la prison de Filingué à 180kilomètres de Niamey. Il fait partie des leaders de la contestation.

Le Forum des éditeurs africains condamne ces atteintes graves à la liberté d’expression, exige la liberté des confrères et activistes détenus, et la réouverture immédiate de la radio et télévision LARABI.

Le Forum des éditeurs africains (TAEF) appelle les autorités nigériennes au respect des textes relatifs à la liberté d’expression et de la presse, particulièrement ceux relatifs à la déclaration de Table Mountain qu’elles ont signé.

[author ]Jovial Rantao (chairperson): jovial.rantao@inl.co.za Makan Koné (secretary general) : makankone@yahoo.fr[/author]

21 Comments

  1. 1. Demandez donc aux nigériens c’est quoi la démocratie.
    2. En majorité ils vous diront que la démocratie c’est dire ce qu’on pense.
    3. Donc tout le monde a le droit de dire ce qu’il pense
    • même si c’est pour dire des sottises,
    • même si c’est pour dire ce qui détruit l’unité nationale,
    • même si c’est pour verser de l’huile sur le feu,
    • même si c’est porter atteinte à la sécurité collective
    • même si c’est pour dire des choses qui vont à l’encontre des intérêts supérieurs de la nation
    4. Voilà donc notre perception de la démocratie.
    5. Voilà pourquoi nous tournons en rond depuis notre Conférence nationale
    6. Voilà pourquoi nous fermons la marche de l’humanité dans le classement en termes de développement humain
    7. Devons –nous continuer sur cette voie suicidaire ?
    8. Devons continuer à massacrer l’avenir de nos enfants malgré toutes nos potentialités ?
    9. Est-il compréhensible et acceptable que nous continuons à mendier ?

  2. Toutes ces organisations dites de démocratie ne visent qu’à nous distraire par rapport à nos vrais objectifs à savoir être au niveau des autres peuple en termes de développement économique.
    En clair on veut détruire nos pays sous prétexte de « liberté » « démocratie » droits humains » comme si on peut être un vrai citoyen en tendant la main aux autres
    Ces organisations ne vous parlent jamais du droit au développement, droit à la santé, droit à l’éducation .

    1. E effectivement demandez aux nigériens. En majorité ils vous diront que la démocratie c’est dire ce qu’on pense. Donc tout le monde a le droit de dire ce qu’il pense même si c’est pour dire des sottises, même si c’est pour dire ce qui détruit l’unité nationale, même si c’est pour verser de l’huile sur le feu, même si c’est porter atteinte à la sécurité collective…….

  3. Braver un arrete d’une autorite constitue un fait de rebellion. L’Etat doit etre fort s’il faiblit nous perissons. Force doit rester a la loi. Ceux qui disent combattre ce regime car pour eux ils ne respectent pas les textes doivent donc precher par l’exemple, le respect des textes. A moins que c’est vrai que les soient disant activistes ont un agenda la subversion

  4. Chairperson Jovial Rantao,
    Don’t mind them . They don’t read CHIT…..BESIDE BEGGING to survive…..no wonder they are tail 😂 of the countries…..
    Some even dare to EDITEURS what is it?
    They don’t read and can’t read a material with good substance and comprehend it: You got the picture Jovial Rantao, 😊😉

    Pourtant the TAEF ( African Editors’ Forum ) est un corps de Redacteurs en Chefs et de senior Editorialiste en chef apportant leur contribution et leur KNOW HOW emanant de partout en Afrique… Et pas moins de 465 membres specialistes de part l’Afrique.
    Comment pouvez vous les connaitre concentrer a collecter vos billets de banque ou bon d’essence …. pour des articles de canniveaux

    La bas ce n’est pas la promotion de LA MEDIOCRITE… mais le Savoir partage au service de la masse.

    1. Tu veux dire que Ali Idrissa fait partie d’un « corps de Redacteurs en Chefs et de senior Editorialiste en chef apportant leur contribution et leur KNOW HOW emanant de partout en Afrique »…

      Haba TOTO A DIT! quel KNOW HOW Ali Idrissa peut -il apporter à l’Afrique?
      Rien que la zizanie et les complots.

  5. Mr Jovial Rantao (chairperson),

    S’il te plaît ne te mêle pas des affaires du Niger. Toi et ton organisation de merde allez y voir ailleurs, car au Niger les déstabilisateurs que vous êtes ne pourront rien contre notre stabilité. Et si tu persiste, toi et ta merde paieront le prix. Sale con dégage.

      1. Comme on peut le constater l’agenda de TOTO A DIT coïncide avec celui des déstabilisateurs du Niger.
        Rien d’étonnant de la part d’un antinational

  6. Aucun nigérien qui aime son pays n’a intérêt à ce que l’Etat du Niger continue dans sa fragilisation.
    Si la démocratie va ensemble avec le renforcement de l’Etat et le développement alors vive la démocratie.
    Si par contre la démocratie fragilise l’Etat, bloque la mobilisation des ressources (humaines, matérielles et financière) pour jeter les base du développement, nous devons choisir l’existence de notre pays, son développement au dépens de la destructrice démocratie.

    1. Si on perd la démocratie on peut la retrouver mais quand on perd son pays c’est fin.
      Que restera-t-il à un peuple qui a perdu la terre de ses père?

      1. Ah c est maintenant seulement que vous l admetez comme vous étés aux affaires. Rappelez vous vos propos face au tazartche du Grand Tanja. Ni la constitution ni la démocratie n étaient pas en son temps aussi paroles d évangile

  7. Il est bon de constater que Ali Idrissa a son propre agenda dans ce combat dit de la société civile.
    Une fois n’a-t-il pas demandé au régime en place de négocier avec Hama pour calmer le front social?

    1. Ali Idrissa l’a bien dit! Vous comprenez??? Il n’a qu’à plutôt conseiller au fugitif de venir purger sa peine! Isso ka réwahé!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Saisie d’armes de guerre par la Gendarmerie à Guidan Roumdji…

Une cérémonie de présentation d’armes saisies par les éléments de la gendarmerie nationale…